AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Come here my dear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▐ pseudo : Naoki
▐ points : 1001
▐ célébrité : Seung Ri
▐ messages : 585
▐ emploi : Enseignant en Histoire
▐ coté coeur : You will love me soon
▐ my dear diary : u.c

MessageSujet: Come here my dear   Lun 16 Mai - 0:02

    Il y a une heure prévue pour chaque moment précis de la vie, et en l'occurrence, Jintian venait de décider à l'instant que dix-huit heure sonnerait l'instant de son départ. Bien que se retrouver seul dans un bureau à remplir ses papiers et corriger les copies de ses élèves ignares ne lui déplaisait pas spécialement, le jeune homme nourrissait tout de même une envie humaine et biologiquement normale, de quitter les lieux pour respirer un air différent que celui chaud et lourd qui régnait dans chaque centimètre carré de l'établissement scolaire dans lequel il travaillait depuis des années. Monsieur Yuan, comme l'appelait ses étudiants était un des seuls enseignant à suffisamment aimer son métier pour faire des heures supplémentaires. Il fallait tout de même avouer que certains de ses collègues préférait reprendre les copies chez eux pour pouvoir les noter tranquillement, assis à leur table de salon. Dans le cas de Jintian, il avait pour principe de ne jamais emporter de travail chez lui, ou du moins très rarement, pour la simple raison qu'il ne voulait pas mélanger loisir et boulot. Et qu'il était de toute façon bien plus facile de se mettre au travail dans la salle des professeurs plutôt que chez lui, tenté par son lit, sa télévision ou son ordinateur portable. Chacun sa mentalité.

    Le jeune professeur détourna son regard du dernier examen qu'il venait de soigneusement noter d'un 15 sur vingt, pour le poser sur la fenêtre dont la vitre extérieure dégoulinait de gouttes de pluie. Sale temps. Un temps qui sans le savoir pourquoi, donnait à Jintian un petit air mélancolique qu'il n'avait pas d'habitude. Sans doute la pluie provoquait ce genre de réaction chez tout le monde. Perdu dans ses pensées, fixé sur le bruit que faisait la pluie en venant se fracasser sur la vitre, Le garçon cligna des yeux et se leva calmement comme lui imposait son caractère, pour ranger avec un soin méthodique dans son sac de marque en cuir qu'il portait à l'épaule. Jintian se posta dans l'arcade de la porte puis se retourna, clés en mains afin de vérifier qu'il n'avait rien oublier sur son bureau. Mission accomplie il ferma la porte derrière lui et poussa la clé à laquelle pendait un porte clé en forme de trèfle à quatre feuilles dans la serrure pour verrouiller l'accès aux curieux et surtout aux petits malins qui tentaient de se procurer les questions des examens. Le professeur continua son chemin vers la sortie, au bout du couloir, n'entendant que le claquement de ses bottines résonner contre les murs du couloir totalement absent de vie estudiantine. Plus il se rapprochait de la grande porte, plus le bruit de la pluie s'abattant sur la ville entière revenait à ses oreilles, semblable à un bourdonnement d'abeilles. Debout devant la porte vitrée, hésitant à mettre un pied dehors, Jintian aperçu une silhouette qui ne lui était pas inconnue attendre sous le porche. Même de dos, il lui était très facile de reconnaître son élève Eun Chae, pour des raisons qui devaient bien entendu rester secrètes. Un léger soupir s'échappa d'entre ses lèvres, accompagné d'un geste lent mais déterminé pour pousser la lourde et imposante porte. D'ici, impossible de savoir ce qu'elle attendait, quelqu'un sûrement, mais vu son attitude lasse et inquiète, Jintian élimina rapidement cette possibilité, ne trouvant qu'une chose logique à faire, aller lui parler pour savoir de quoi il en retournait.

    Se rapprochant doucement de son étudiante, le jeune homme ne put s'empêcher de remarquer l'objet qu'elle tenait de manière crispée entre ses doigts. Un horaire de bus chiffonné et mouillé. Si ceux-ci étaient fréquents dans la journée et aux heures de sortie d'école, en soirée, il se faisaient plus espacés. Il en conclu qu'elle devait avoir raté le sien, et à en juger par l'état du document en question, il se doutait qu'elle avait du attendre à l'arrêt de bus sous la pluie, espérant qu'il soit en retard ou que le suivant soit sacrément en avance. Celui-ci, se rappelant de celui qu'elle avait l'habitude de prendre, n'étant que dans une heure, il ne fallait pas trop nourrir les espoirs, cela n'aurait servi à rien. Et il fallait bien avouer que retourner à pieds par un temps pareil n'était pas spécialement tentant. Jintian s'avança jusqu'à ce qu'il arrête sa marche juste à côté d'elle, fixant l'horizon toujours aussi brouillé par la pluie battante. Sans même la regarder, il esquissa un sourire, disons, satisfait.

    « Je vous reconduis chez vous mademoiselle Park ? »


    Satisfait oui, car Jintian ne proposait son aide que si il pouvait en tirer profit. En général, il ne tirait pas tout de suite ce qu'il voulait des gens, il les habituaient plutôt à sa gentillesse habilement truquée pour les pousser à les avoir à ses pieds et en tirer tout ce qu'il veut dans le futur. Mais dans ce cas précis, le jeune homme avait une idée bien précise en tête. Pas besoin de se lancer dans de grandes explications, cela semble clair comme de l'eau de roche. Une jeune fille seule et en détresse, bien qu'il n'avait pas besoin de ce genre d'occasions pour tirer son coup, il ne pouvait pas laisser passer celle-ci.

    « Ma voiture est juste là. »
    Dit-il en désignant d'un geste calme et précis la voiture noire de luxe, la dernière qui restait sur le parking du campus qu'on pouvait apercevoir de là où ils se trouvaient, avant de prendre une cigarette du paquet qui se trouvait dans la poche arrière de son sac pour la porter à ses lèvres et ensuite l'allumer, soufflant doucement la fumée toxique dans l'air frais et humide de la soirée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Milie
▐ points : 1101
▐ célébrité : Kim Hyun Ah
▐ messages : 565
▐ age : 25
▐ emploi : Styliste
▐ coté coeur : A quelqu'un en vue ♥
▐ ecole & année : Yeonju, 3e année
▐ my dear diary : ► Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout - RAH MAIS MERDE ! OUSTE ! C'EST QUOI CETTE OBSESSION À LA NOIX ?

► Dire la vérité à Ho Woo. Je crains un peu sa réaction, mais je ne peux pas me permettre de le lui cacher plus longtemps. Si ça se trouve, il a déjà des doutes... Et puis, il faudrait que je tente de récupérer la relation que l'on avait avant. On était si proche et j'aimerais bien retrouver mon frère de coeur.

► Des crevettes trempées dans le ketchup, des chips dans de la mayonnaise, de la crème glacée avec des cornichons... Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi je me goinfre autant et surtout d'où viennent ces goûts bizarres ? O_O

► Deux fois un + ... tout s'explique. N'empêche, je fais quoi maintenant ? .___.

MessageSujet: Re: Come here my dear   Lun 16 Mai - 18:20

Encore. Il faisait encore un temps à chier. Pourquoi à chaque fois qu’elle se devait d’aller quelque part, il fallait qu’il pleuve à n’en plus finir ? À croire que le hasard n’est parfois pas si hasardeux que ça. Accotée à sa fenêtre de chambre, Eunnie avait les yeux rivés vers l’extérieur. Normalement, elle pouvait y voir une assez belle vue, mais à cause de tout ce gris et de cette pluie, elle ne pouvait pas vraiment voir à plus de dix mètres. En plus de ça, il ne tombait pas qu’un peu de pluie puisque le cliquetis de la pluie qui tombait se faisait pas mal bruyant. Les gouttes claquaient contre la vitre de sa fenêtre et cela la fit lâcher un soupir. Et dire qu’elle devait sortir. Avec ça, elle n’en avait plus vraiment envie. Elle préférait rester dans sa chambre, au sec et au chaud, plutôt que d’aller dehors et faire un gros quarante minutes de transport et de marche avant de se rendre à destination. Lâchant à nouveau un long et pénible soupir, Eun Chae alla s’asseoir sur le bord de son lit pour finalement s’y laisser tomber complètement. Elle avait encore une grosse heure devant elle avant que le bus ne passe. Malheureusement, les températures dans ce genre avaient tendance à rendre tout le monde paresseux, monotones et voir même de mauvaise humeur. Par chance, Eunnie n’en était qu’à la première option. Et c’est sans doute pourquoi, alors qu’elle était étendue dans son lit, que tranquillement, ses yeux se fermèrent, en espérant qu’à son réveil la pluie ait cessée et qu’un minimum de soleil se présentera.

Elle ne faisait pas que sommeiller, elle s’était vraiment endormie. Toutefois, un moment de conscience la fit rouvrir les yeux, réalisant qu’elle avait vraiment dormie. Combien de temps cela avait-il duré ? Elle n’en avait pas la moindre idée à l’instant puisqu’elle avait perdue la notion du temps. C’est ça qui arrive quand on n’a pas passé une bonne nuit; on s’endort à des heures irrégulière pour ensuite se réveiller et oublier que…. Quelle heure était-il ? Les yeux de la demoiselle se rivèrent sur l’heure de son portable. 21h50. VINGT ET UNE HEURE CINQUANTE. Ses yeux s’écarquillèrent. Son bus… il passait dans deux minutes. DEUX MINUTES. Elle se leva à toute vitesse, empoignant son sac à main avant de quitter sa chambre en trombe, ne prenant même pas la peine de vérifier si sa porte était verrouillée ou pas. Pas le temps de toute façon. Puis toujours à la course, elle dévala les escaliers, sautant deux marches à chaque pas qu’elle faisait, courant à grande jambe dans les couloirs sans s’occuper des gens qui lui disaient de ralentir. Puis sans hésiter, elle poussa la porte d’entrée en courant dans le stationnement. Par chance, son arrêt de bus n’était que de l’autre côté de la rue. Malheureusement, en levant les yeux qui fixaient son arrêt, elle aperçu son bus déjà présent à celui-ci. Ce qui par conséquent, lui donna encore plus de pression pour courir. Avec un peu de chance, le chauffeur l’aura vu et il attendra que la jeune fille ait parcouru les quelques mètres restant avant de partir. Mais non, c’était peine perdue. Car à peine venait-elle de commencer à traverser le parking qu’elle vit son bus continuer son chemin. Elle ralentit donc sa course avant de lâcher une série de « non ». Elle ressortie alors son horaire de bus; le prochain était dans une heure et quart. À ce moment, un certain énervement pouvait se lire sur son visage. Beh voilà, reste plus qu’à attendre 23h15.

Eunnie retourna sous le petit toit près de la porte d’entrée, les bras pendants. Tout ça, pour ça. Y avait quand même de quoi être énervée. Et le pire dans tout ça c’est que même avec cette pluie, elle ne pouvait pas retourner en dedans par cette porte, puisqu’à cette heure, elle devenait verrouillée de l’extérieur. Hors, elle se devait de marcher au moins vingt minutes, pour contourner la bâtisse et passer par une porte. Oh, elle pouvait très bien le faire. Mais là, elle venait de se prendre un coup dans la gueule et son entêtement lui donna plutôt l’envie de rester adossée à ce mur pour une heure et quart. Alors qu’elle regardait son horaire de bus se mouiller et se ramollir dans ses mains, elle eut ensuite conscience que la porte par laquelle elle venait de sortir venait de s’ouvrir et que donc, les retardataires n’étaient pas tous encore partis. Dans tous les cas, elle ne prit même pas la peine de regarder de qui il s’agissait. Bien qu’en même temps, le simple son de sa voix lui fit comprendre l’identité de celle-ci. « Je vous reconduis chez vous mademoiselle Park ? » Mademoiselle Park. Aucun de ses amis ne l’appelait ainsi. Et la voix en question était assez mature pour être celle d’un professeur. Hors, nul doute, c’était Jintian. À croire qu’il arrivait toujours au bon moment celui-là, puisqu’il n’y a pas si longtemps, lors d’une journée aussi merdique celle-là, il avait aussi proposé de la reconduire. « Foutu bus ! Ce putain de bus il m'a même pas attendu. Je dois attendre encore UNE HEURE ET QUART. » Il fallait que ça sorte. « C’est pas chez moi que je vais… » avait-elle précisé. Et pourtant, il semblerait que ça le dérangeait point puisqu’il ajouta « Ma voiture est juste là. » … Comment pouvait-il être si persuadée qu’elle allait dire oui ? Ce n’est pas parce qu’elle a accepté une fois qu’elle allait accepter une seconde fois. Même si…. oui en fait. Oui bon, elle allait accepter qu’il la reconduise une seconde fois. De toute façon, c’était difficile de ne pas savoir quelle était sa voiture puisque ça devait être la seule qui restait dans le parking. Eunnie roula les yeux en se mordant la lèvre avant de se lever et de le devancer pour aller jusqu’à sa voiture. « Si tu continues à être aussi dans le timing que ça, je vais sérieusement me poser des questions… » lançait-elle comme un simple fait, avant d’ouvrir la portière et d’embarquer dans la voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Naoki
▐ points : 1001
▐ célébrité : Seung Ri
▐ messages : 585
▐ emploi : Enseignant en Histoire
▐ coté coeur : You will love me soon
▐ my dear diary : u.c

MessageSujet: Re: Come here my dear   Mer 25 Mai - 16:15

    La pluie continuait de battre de plein fouet chaque centimètre carré de la ville, balayant, sur son passage, la bonne humeur de la majorité de la population de Séoul. Et visiblement celle de Eun Chae avait, elle aussi, été évincée par les flots, la jeune fille déblatérant un discours sur le bus qui, soit-disant, ne l'avait pas attendue. Jintian afficha un léger sourire hypocrite, tenant ses pensées négatives concernant la jeune fille et son raisonnement plus que douteux loin de ses lèvres, ne tenant pas à briser le masque qui lui servait de visage depuis maintenant des années, s'incrustant chaque jour un peu plus dans sa peau, élargissant toujours un peu plus, son terrain de jeu et son influence. Il ne releva même pas les dernières paroles de Eunnie concernant sa présence...douteuse ? N'importe quoi, il avait bien le droit de rentrer chez lui non ? Et si ça ne lui plaisait pas, elle pouvait toujours utiliser ses jolies jambes jusque chez elle ou n'importe quel autre endroit dans lequel elle voulait se rendre. Au contraire de ce que son esprit pouvait cracher, le jeune homme continua de tranquillement observer la jeune fille qui marchait désormais d'un pas ferme et décidé vers la voiture de Jintian. A son tour, il lui emboîta le pas, déverrouillant la voiture à distance à l'aide de sa clé munie d'un dispositif d'ouverture, afin que son élève puisse prendre place sur la place passager. Le professeur imita son geste, ouvrant la portière lui donnant accès à la place conducteur. Il pénétra dans la voiture, secouant légèrement ses cheveux humidifiés par la pluie toujours tombante et se pencha sur le côté pour poser son sac sur la plage arrière. Jintian alluma le moteur et entreprit une marche arrière nette et sans bavure puis repassa en marche avant pour sortir du parking et prendre la route. Il freina doucement apercevant au loin, un feu de couleur rouge qui lui signalait qu'il devait s'arrêter, chose qu'il fit arrivé au pied du signal automobile. Attendant que le feu veuille bien repasser au vert, il jeta un coup d’œil dans son rétroviseur, voyant arriver une voiture juste derrière lui, contrôlant la distance qu'il y avait entre les deux véhicules, c'est qu'il y tenait à sa voiture. Bien qu'il avait l'argent pour pouvoir facilement s'en repayer une neuve, il considérait celle-ci comme un trophée. Cette voiture de luxe de couleur noire était la première chose qu'il s'était procuré avec l'argent qu'il avait empoché de son mariage. Ironiquement, on pouvait dire que cette voiture avait une valeur sentimentale.

    Jintian se remit en marche, remontant la route sans adresser un seul mot à sa passagère toujours énervée avec son histoire de bus. Celle là alors. Arrivé au premier carrefour, le professeur adressa enfin la parole à son co-pilote pour lui demander où elle voulait se rendre exactement. La réponse obtenue il bifurqua sur la droite, empruntant une petite route où il n'y avait que très peu de circulation, il accéléra, étant très sûr de lui au volant, il ne voyait aucun danger à dépasser la limite de vitesse imposée par les panneaux plantés au début de la rue. Jintian conduisait depuis longtemps et il avait un parfait contrôle sur sa voiture. En réalité, le danger, ce n'était pas lui mais bien les autres conducteurs qui, frustrés de voir le garçon les dépasser, accéléraient à leur tour pour tenter de les dépasser. Jintian n'était pas du genre à jouer à Fast & Furious en pleine journée sur une petite route de Séoul. Il laissa donc les autres conducteurs se faire plaisir et le distancer de plusieurs bon mètres. Mais comme dit avant, le danger était bien les autres. La voiture qui se trouvait derrière lui, dans un pointe d’accélération mal gérée et surtout inconsciente, dérape sur le côté et visiblement, au lieu de se laisser emporter par son virage, le conducteur donna un bon coup de frein accompagné d'un coup de volant violent qui entraîna la voiture dans un autre dérapage encore plus meurtrier que le précèdent. Jintian senti une secousse brutale, projetant sa voiture sur le bas côté, exécutant plusieurs tonneau avant de s'immobiliser complètement, complètement encastrée dans la façade d'un bâtiment inoccupé. Sonné, la tête enfouie dans l'airbag de la place conducteur, il porta la main à son visage ensanglanté. Rien de grave visiblement, juste des éclats de verre qui s'était logés dans son visage, lui causant plusieurs plaies ouvertes. Lentement, il se redressa, ne sentant pas encore la douleur qui parcourait pourtant l'entièreté de son corps, encore sous l'effet de l'adrénaline. Il se tourna vers Eun Chae qui, elle aussi avait eu la chance que la voiture de Jintian n'ai aucun soucis technique concernant les agrès de sécurité. Sous le choc, il observa son rétroviseur qui lui montra l'image d'une voiture bleue foncée dont la carrosserie était, tout comme celle de Jintian, pliée et tordue, donnant un effet bizarre à la voiture. Personne ne sortit du côté conducteur, mort ? Intérieurement, il fallait bien avouer que Jintian n'en avait strictement rien à foutre. Il détourna de nouveau son regard vers Eunnie qui bougeait difficilement, laissant échapper des petits bruits plaintifs. Il posa sa main droite, dont quelques éclats de verre dépassait, plantés dans sa chair, sur l'épaule de son élève. Il pencha sa tête qui commençait à devenir douloureuse pour pouvoir la regarder plus ou moins en face.

    « Eun Chae ? Ça va ? Pas trop de mal ? » Dit-il d'une voix lente et à moitié éteinte.

    Rester les yeux ouverts devenait difficile, la douleur commençant à apparaître à plusieurs endroits et son esprit, sonné, ne voulant plus faire d'effort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Milie
▐ points : 1101
▐ célébrité : Kim Hyun Ah
▐ messages : 565
▐ age : 25
▐ emploi : Styliste
▐ coté coeur : A quelqu'un en vue ♥
▐ ecole & année : Yeonju, 3e année
▐ my dear diary : ► Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout - RAH MAIS MERDE ! OUSTE ! C'EST QUOI CETTE OBSESSION À LA NOIX ?

► Dire la vérité à Ho Woo. Je crains un peu sa réaction, mais je ne peux pas me permettre de le lui cacher plus longtemps. Si ça se trouve, il a déjà des doutes... Et puis, il faudrait que je tente de récupérer la relation que l'on avait avant. On était si proche et j'aimerais bien retrouver mon frère de coeur.

► Des crevettes trempées dans le ketchup, des chips dans de la mayonnaise, de la crème glacée avec des cornichons... Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi je me goinfre autant et surtout d'où viennent ces goûts bizarres ? O_O

► Deux fois un + ... tout s'explique. N'empêche, je fais quoi maintenant ? .___.

MessageSujet: Re: Come here my dear   Ven 27 Mai - 13:51

Ils avaient donc commencé à rouler au travers cette pluie battante. Heureusement, celle-ci n’était pas assez violente pour causer un quelconque accident; un peu de prudence et normalement tout allait bien aller. Dans tous les cas, une partie de la route c’était faite dans le silence, comme à l’habitude. Faut croire qu’Eunnie n’était pas toujours douée avec les mots, mais en même temps, parler pour parler n’était pas non plus son genre et apparemment, c’était aussi le cas pour Jintian. Son regard à l’extérieur, elle ne se posa aucune question sur l’endroit; il n’avait qu’à l’amener là où il le voulait puisqu’elle n’avait pas envie d’aller chez et qu’elle n’était aucunement pressée. Toutefois, lui aussi semblait être dans la même situation qu’elle puisqu’il lui demanda où est-ce qu’elle voulait aller. Hors, sa seule réponse fut de lui dire que l’endroit lui importait peu. Ce fut à partir de cet instant-là qu’elle remarqua qu’ils s’enfonçaient quelque part, éloigné de l’autoroute sur un chemin qui laissait à désirer. Était-ce voulu où étaient-ils encore perdus… ça, elle n’en avait pas la moindre idée, même si elle opta pour la deuxième option, puisque ça avait souvent tendance à se terminer de la sorte. Mais pour une fois, elle ne dit rien, restant même indifférente, sans soupirer d’agacement ou de désespoir. D’ailleurs, Eunnie ne savait pas si c’était parce qu’il n’y avait aucune autre voiture sur la route ou si c’était une sorte de défi personnel, mais elle s’était aperçu qu’il commençait à faire de la vitesse. Elle ne conduisait pas encore alors du coup, elle était mal placée pour le critiquer. C’était presqu’à se demander s’il tentait de l’impressionner elle ou quelqu’un d’autre, comme ce soudain autre conducteur qu’ils croisaient à l’instant. Mais en tout cas, même si elle lui faisait confiance, elle ne pouvait pas s’empêcher de ressentir une certaine insécurité. Peut-être que pour lui, ça l’amusait, mais pas elle. Au bout d’un instant, le moteur de la voiture en arrière d’eux se fit vrombir comme si le conducteur cherchait à son tour à les impressionner. Puis sans vraiment comprendre comment, la voiture apparue dans son champ de vision alors qu’elle la voyait essayer de déraper. Wow, c’était quoi ça ? C’était pour les intimider qu’il faisait ça ? Franchement, avec la demoiselle ça fonctionnait puisque pour un instant, elle prit peur. N’empêche, elle osait espérer que Jintian soit assez mature pour ne pas embarquer dans son jeu qui pourrait très mal finir. C’était hors de question qu’elle reste dans la même voiture que lui s’il était pour courser ou simplement essayer de le dépasser pour intimider l’autre à son tour. Et ça, elle le lui fit savoir.

Tout s’était passé si vite… Eunnie n’avait pas eu le temps de réaliser comment l’accident s’était produit. Avait-il été volontaire ou pas… ça non plus, elle ne le savait pas. Pourtant, elle eu le temps de tout ressentir. Ressentir leur voiture perdre le contrôle, ressentir le côté droit de son corps se cogner contre la portière, ressentir la peur et la terreur l’envahir un instant alors que la voiture semblait avoir dérapé sur elle-même et ressentir un coup très sec dans son cou qui fut soudainement stoppé par le sac d’air qui sorti de l’avant, sous le choc de l’accident. Long silence. Cela prit d’ailleurs un court moment avant qu’elle ne reprendre correctement conscience. Elle pouvait alors sentir sa respiration, ce qui était bon signe. Elle pouvait aussi sentir son cœur battre à cent mille à l’heure. Et elle pouvait aussi sentir son corps en douleur tout comme les coulisses de sang qui coulaient sur son visage et sur l’un de ses bras. Elle releva alors lentement la tête pour enlever son visage du airbag. Ses yeux se firent aller un peu partout sur son corps puis vers Jintian tandis qu’ils s’étaient remplis d’eau soudainement, par la peur. Elle avait ouvert la bouche mais n’y fit sortir aucun son, comme si là, elle réalisait la situation dans laquelle ils étaient. Elle essayait alors de bouger un peu, lâchant des soupirs plaintifs de douleur avant d’avoir la vue toute embrouillée de larme. Elle baissa alors son regard vers la main ensanglantée du jeune homme qui venait de se poser sur elle. « Eun Chae ? Ça va ? Pas trop de mal ? » Des larmes se déversaient déjà sur ses joues. La voix de Jintian était faible et Eunnie n’aimait pas ça. « Qu’est-ce que t’a fais… » lança-t-elle dans un murmure, mais assez fort pour qu’il l’entende. « Qu’est-ce que t’a fais ? » fit-elle un peu plus fort d’une voix aussi faible mais qui laissait entrevoir une certaine colère. Quelques sanglots commencèrent à se faire entendre. Il avait faillit les tuer, vraiment. Et elle qui lui avait fait confiance. Certes, ils n’étaient pas morts, mais n’empêche. Elle essaya à nouveau de bouger ses jambes. Mais tout ce qu’elle ressentait, c’était une énorme douleur à l’un de ses pieds qui, même en ne bougeant pas lui faisait tout aussi mal. Pas étonnant en même temps, la carrosserie était bossée de l’intérieur sur celui-ci. « Je suis coincée… Mon pied il est coincé Jin…. Ça fait mal. » fit-elle d’une voix tremblante. Elle pencha soudainement la tête par en arrière s’appuyant sur l’appuie-tête, le menton pointé vers le ciel, alors qu’elle gémit à nouveau. « BORDEL ! MAIS SORS-NOUS DE LÀ. C’est insupportable comme douleur Jin… » Sa tête se tourna à nouveau vers lui. Elle osait espérer qu’il ne soit pas pris comme elle et qu’il était capable de bouger. Elle s’empara alors très doucement de la main qu’il avait posée sur son épaule pour la prendre dans la sienne et la déposer sur sa propre cuisse. Elle avait bien vu les bouts de vitre plantées dans celle-ci et Eunnie tenta tant bien que mal de le lui en retirer le plus possible avec délicatesse. Puis après quelques minutes… « Jin… parle-moi… » histoire de s’assurer qu’il reste conscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Naoki
▐ points : 1001
▐ célébrité : Seung Ri
▐ messages : 585
▐ emploi : Enseignant en Histoire
▐ coté coeur : You will love me soon
▐ my dear diary : u.c

MessageSujet: Re: Come here my dear   Jeu 21 Juil - 11:58

    La douleur était lancinante, abrutissante même puisqu'elle s'amusait à brider toute fonction intellectuelle, le laissant à l'état de légume végétatif, impossible d'avoir des pensées cohérentes. Toutes les choses auxquelles Jintian pensait étaient dénuées de sens, totalement floues et d'aucune aide pour la situation merdique dans laquelle ils venaient de se fourrer. Chaque son devenait lointain, distant et presque inaudible, comme si sa tête toute entière était plongée sous l'eau et que quelqu'un criait à la surface. Son ouïe, comme aucun autre de ses sens, ne voulait faire d'effort, le lassant peu à peu sombrer dans son enfer. Pourtant, ce n'était pas le moment, pas l'instant pour se laisser attirer par la noirceur qui était sinueusement en train de s'abattre sur lui. Ses paupières étaient si lourdes, impossible de savoir si c'était le choc ou bien juste le fait de vouloir se réveiller d'un mauvais rêve mais en tout cas, il était hors de question pour lui de se laisser faire. La main qu'il avait posée sur l'épaule de sa jeune élève devenait de plus en plus douloureuse, surtout quand la jeune fille se décida à en retirer les débris de verre qui s'y étaient logés. L'effet de l'adrénaline était court, en ayant souvent pris pour se défoncer, il savait de quoi il parlait, et là, elle ne coulait plus à flot dans son organisme, réveillant, par-ci par là, des blessures ou des coups dont il ne s'était même pas encore rendu compte. Mais ce qui comptait en ce moment, c'était Eun Chae. Oui, Jintian était égoïste, traitre et manipulateur, mais il ne pouvait pas aller jusqu'à se jouer d'une personne blessée, surtout par sa faute. Et alors qu'il était rassuré de la voir garder son calme, il redescendit bien vite sur terre en la voyant paniquée, bloquée au niveau de son pied et accusant Jintian d'avoir causé l'accident. Holà ma belle, t'es encore sous le choc je crois bien parce que c'est dans le cul de MA voiture qu'on a foncé et pas le contraire, je suis surtout pas en tort dans ma conduite. Soit, ce n'était sans doute pas le moment pour ça. Autant avouer que la situation était plus que critique. Dans un élan de bonne idée, le professeur, tenta d'attraper le téléphone qui se trouvait dans son sac, le fait de bouger lui infligeait une souffrance qu'il ne pourrait même pas décrire avec des mots tellement elle le prenait aux tripes. Dans un effort qui lui semblait surhumain vu la situation, il mis la main sur ce qu'il cherchait, ou plutôt ce qu'il en restait vu l'état de débris dans lequel se trouvait l'appareil. Celui de Eun Chae ? Pour cela, il fallait d'abord la dégager de là, pour pouvoir attraper son sac qu'elle avait posé à ses pieds, espérant qu'il ai eu plus de chance que celui de Jintian pourtant posé sur la banquette arrière.

    Pour réaliser cet exploit, il fallait sortir de la voiture, ce qui, vu le merdier dans lequel il se trouvait semblait vraiment irréalisable. Et pourtant, lentement et sans faire la grimace, le professeur détacha sa ceinture de sécurité, le premier pas vers la sortie. L'ouverture de la porte, quand à elle, fut un peu plus compliquée si on pense qu'elle a légèrement été écrasée par le choc. Pas grave, Jintian avait une idée en tête et rien, ne pouvait désormais l'empêcher de la mettre à exécution. Il avait bien trop e volonté pour se laisser abattre aussi facilement que ça. Le jeune homme donna donc plusieurs coups d'épaules dans la portière ondulée par le choc, souffrant un peu plus à chaque coup. Au bout du cinquième, la porte céda et s'ouvrit comme par magie. Lentement, Jintian s'extirpa de son siège, s'accrochant à ce qu'il pouvait pour ne pas tomber. Son corps vacillait, flanchait, comme si le poids d'un immeuble était posé sur ses épaules. En tout cas, le connard qui leur avait foncé dedans n'était toujours pas sortit de son véhicule fumant. C'est pourquoi, sur un coup de tête, Jintian se dirigea justement vers celui-ci. Il devait en avoir le cœur net. Il arriva, titubant, au niveau de la vitre conducteur, c'était un jeune homme d'à peine vingt ans, un jeune conducteur sans doute, qui voulait frimer sans se rendre compte qu'il mettait sa vie, mais aussi celle des autres en danger. Connard. Jintian n'arrivait pas à avoir de peine pour lui, ni pour personne d'ailleurs, il n'en avait même pas pour la pauvre Eunnie qui était toujours coincée dans la voiture, ne ressentant qu'une légère gêne de l'avoir fourrer là dedans, d'avoir failli à son image. Non pour lui, tout cela n'était qu'un accrochage à ses desseins. Ou justement une occasion d'étendre un peu plus son influence sur la jeune fille. Quoi qu'il en soit il ne devait absolument pas perdre le contrôle de lui même. Jintian toussa, sagorge étant se remplissant de la fumée qui se dégageait du capot de la voiture bleue. Et là, bingo, il apperçu ce qu'il cherchait depuis tout à l'heure, unj téléphone en état de marche, il était là, sur le siège passager et n'avait visiblement pas bouger de place, ou très peu. Il passa de l'autre côté et passa son bras par la vitre brisée pour attraper l'appareil. Ni une ni deux, il composa le numéro des urgences, déclarant sa position, et le nombre de victimes, à savoir une grave, l'autre conducteur. Une fois chose faite, il ne restait plus qu'à attendre les secours, bien que Jintian commençait enfin à réalise où il avait mal exactement, la douleur ne martelant plus l'entièreté de son corps sans lui laisser de répit. C'est pour cela qu'il se dirigea plus rapidement vers sa propre voiture. Pauvre bagnole putain, Jintian la regarda d'un air désolé, elle était bonne pour la casse, sauf si l'assurance jouait en sa faveur, surtout qu'il n'avait rien à se reprocher n'est ce pas ? D'un coup sec, il ouvrit la portière d'Eunnie et parvint, non sans mal, à la dégager et l'aida ensuite à s'assoir sur le trottoir. A vue de nez, autant chez elle que chez lui, rien n'était brisé. Et il fallait avouer que c'était un soulagement.

    Les secours ne se firent pas attendre bien longtemps et un urgentiste différent s'occupa des trois accidentés en même temps. Pour Jitian, il n'avait que de grosses contusions et des débris de verre à extraire de plusieurs parties de son corps. Pour l'autre conducteur en revanche, c'était plus grave, il avait été emmené à l'hôpital, alors que eux recevaient les premiers soins sur le bord de la route. Jintian pencha la tête alors que la demoiselle qui s'occupait de lui, passait le fil à recoudre dans la cher de son doigt, afin de voir comment ça se passait pour Eunnie. Bien visiblement, elle était sous le choc surtout, et elle possédait désormais un bandage bien serré autour de sa cheville et de son pied. Un des médecins parla de les emmener à l'hôpital pour les garder en observation. Ah non ! Jintian avait horreur des hôpitaux et visiblement, ils pouvaient largement survivre sans y mettre les pieds. C'est pourquoi il signa une décharge prouvant que si il avait un souci physique à cause de l'accident, les médecins ne pourront pas être jugés comme responsable. Blablabla, ta gueule c'est bon.
    Bon ben voilà, il ne restait plus qu'à appeler un taxi pour rentrer, empruntant le téléphone d'un des médecins. Bordel...sa caisse. Sérieux, ça le faisait grave chier mais il devait se forcer à penser à autre chose, à Eun Chae, lui montrer qu'il s'inquiète et qu'il est désolé. C'est pourquoi il s'approcha d'elle, posant sa main soignée sur sa joue avant de lui offrir un petit baiser. « Je suis tellement désolé... »dit-il d'une voix qu'il voulait volontairement triste voir même pitoyable. « Je m'en veux tellement de t'avoir blessé... »
    Eh oui, même blessé, à l'aube de la mort ou sous la torture, rien ne pouvait rendre Jintian moins manipulateur. Il fallait la caresser dans le sens du poil, voilà tout, se faire passer pour le pauvre garçon malade d'avoir blessé une demoiselle... il n'y avait rien de mal à ça sérieusement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Milie
▐ points : 1101
▐ célébrité : Kim Hyun Ah
▐ messages : 565
▐ age : 25
▐ emploi : Styliste
▐ coté coeur : A quelqu'un en vue ♥
▐ ecole & année : Yeonju, 3e année
▐ my dear diary : ► Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout nu. Jintian tout - RAH MAIS MERDE ! OUSTE ! C'EST QUOI CETTE OBSESSION À LA NOIX ?

► Dire la vérité à Ho Woo. Je crains un peu sa réaction, mais je ne peux pas me permettre de le lui cacher plus longtemps. Si ça se trouve, il a déjà des doutes... Et puis, il faudrait que je tente de récupérer la relation que l'on avait avant. On était si proche et j'aimerais bien retrouver mon frère de coeur.

► Des crevettes trempées dans le ketchup, des chips dans de la mayonnaise, de la crème glacée avec des cornichons... Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi je me goinfre autant et surtout d'où viennent ces goûts bizarres ? O_O

► Deux fois un + ... tout s'explique. N'empêche, je fais quoi maintenant ? .___.

MessageSujet: Re: Come here my dear   Mer 10 Aoû - 0:40

Jintian… putain ! Qu’elle ne l’entende pas dire qu’il y était pour rien. Elle l’avait vu accéléré et s’il mettait tout le blâme sur l’autre conducteur, il était en tord. D’ailleurs, elle ne comprenait pas. Elle ne comprenait pas et ne comprendra sans doute jamais. Et en cet instant, elle n’avait pas envie de comprendre. Parce qu’elle n’avait qu’en tête de se sortir de là saine et sauve et avec tous ses morceaux. Surtout que son pied lui faisait atrocement mal. Elle avait beau tenter de se répéter qu’elle devait rester calme, elle ignorait combien de temps elle pouvait tenir encore avant de péter les plombs. Et pendant qu’elle ferma les yeux, essayant d’être tenace face à la douleur qu’elle ressentait, elle suivit doucement des yeux les gestes du professeur tandis qu’il rechercha quelque chose comme… un portable. Un portable qui d’ailleurs n’allait pas leur être utile vu l’état dans lequel il se trouvait. Heureusement, celui de Eunnie allait être, avec un peu de chance, encore fonctionnel. De là à dire qu’il serait en parfait état, probablement pas, mais vu le sens dans lequel l’accident s’était produit, normalement, celui-ci n’aurait subit qu’un choc sur lequel il se serait un peu fracassé contre le sol de la voiture. Dans tous les cas, téléphone ou pas, elle osait espérer qu’il la sorte de là avant de faire quoique ce soit d’autre. Et ça, elle n’eut même pas le besoin de lui dire qu’il se mit à frapper la porte de sa voiture afin qu’elle s’ouvre. Elle tourna alors la tête en direction opposée à la sienne n’aimant pas vraiment l’image de souffrance et ensanglantée du jeune homme. En fait, elle n’osa pas plus regarder en direction de la porte alors qu’il était quand même parvenu à sortir. Elle ne comprenait même pas d’ailleurs pourquoi il mettait soudainement autant de temps à venir l’aider, alors qu’elle était persuadée que suite aux bruits qu’elle put entendre, il semblait être à l’extérieur. Et c’est pourquoi Eunnie essaya tant bien que mal elle-même de retirer son pied de là où il était coincé pour finalement voir la tête du jeune homme apparaître de l’autre côté de sa vitre de voiture. Ce qui la soulagea de voir qu’il n’était pas parti. Non parce que mine de rien, il s’agissait de Jintian, homme doté d’un trop gros égoïste qui, plutôt que devenir l’aider, aurait sans doute préféré partir et la laisser se débrouiller seule.

Avec une assez bonne facilité pour la part de l’homme, la jeune élève se retrouva enfin à l’extérieur, assise sur le bord du trottoir. La jambe de son pied blessé était droite contre le sol tandis que l’autre était rapprochée d’elle. À quelques mètres d’eux, elle put alors apercevoir des ambulanciers, chacun s’occupant des trois blessés. Entre elle, Jintian et l’autre conducteur, c’était l’autre conducteur qui semblait le plus mal en point. Pas étonnant en même temps vu que c’était lui qui avait subit le plus gros choc. N’empêche, elle ne se gênait pas de lâcher un cri de douleur sur les ambulanciers qui, maintenant à côté d’elle, avaient osé manipuler son pied. Certes, c’était simplement pour la soigner et entourer son pied d’un bandage, mais la pression qu’ils y mettaient ne faisait qu’empirer celle-ci et la jeune fille due presque se retenir de les mordre à tour de rôle pour qu’on la lâche. Même si cela n’avait duré qu’une dizaine de minutes, ça avait été les pires dix minutes qu’elle avait eu jusqu’à présent. Heureusement, elle pu reprendre son calme alors qu’ils l’avaient lâché. Eunnie se retrouvait alors étendue sur le dos sur le trottoir, parce qu’elle n’avait pas pu restée assise calmement à ce moment. Puis les sourcils froncés, elle ferma les yeux. Ce qui se passa alors entre temps, elle n’en avait pas eu la moindre idée. Toutefois, la demoiselle réouvrit ses yeux alors qu’une ombre s’était fait voir au-dessus d’elle; celle de Jintian. Elle se redressa alors, tournant la tête vers lui, essayant de voir les blessures qu’il avait. Le pire était probablement sa main. C’est qu’ils avaient quand même eu de la chance. « Je suis tellement désolé... Je m'en veux tellement de t'avoir blessé...» fit-il en venant lui caresser le visage tandis qu’un frisson la parcourait à ce contact, comme à l’habitude. Il disait être désolé, mais l’était-il vraiment ? Eunnie était plutôt perplexe. Elle le savait si… antipatique, en même temps, elle se disait qu’il était quand même humain et que peut-être qu’il fallait ce genre de chose sérieuse pour qu’il montre qu’il avait un cœur et une certaine compassion. Elle lâcha un soupir, évitant son regard un moment et gardant le silence. Eun Chae n’était pas aussi naïve qu’il pouvait le croire et ce n’était pas une situation comme celle-là qui allait la changer aussi facilement. « Je ne crois pas vraiment que tu le sois… » lança-t-elle doucement en relevant le regard vers lui. « Mais je vais quand même te remercier de ne pas être parti en me laissant là-dedans m’en sortir seule. » dit-elle le regard toujours dans le sien. Elle lui devait au moins ça, même si à quelque part, elle était convaincue qu’il avait fait ça parce qu’il avait ses principes. Mais bon, penser qu’il était totalement un sans cœur n’était pas mieux non plus.

Son regard se posa sur les ambulanciers qui se préparaient à partir un peu plus loin. Tout ce qu’elle voulait à présent, c’était de rentrer. Ou du moins, son esprit lui disait de rentrer chez elle se reposer, mais son corps lui, préférait rester là où il était afin de prendre le temps qu’il fallait pour gagner un peu plus d’énergie. Après tout, ils venaient tout juste de se sortir de l’accident ce qui fait qu’elle était encore un peu sous le choc. Jintian toujours assis à côté d’elle, la jeune fille se surprise tout à coup à venir se blottir contre lui. La raison ? Tout simplement parce qu’elle avait froid. Et ce n’était pas forcément dû au temps qu’il faisait, mais disons que c’était plutôt une des conséquences de l’accident au niveau psychologique. Sans doute la conséquence de son choc ou de l’adrénaline qu’elle avait pu avoir. Elle ne s’y connaissait pas en la matière pour savoir de quoi il s’agissait, en fait. Jintian avait beau être un être qu’elle détestait à la fois d’aimer, il n’en restait pas moins qu’il était la seule personne présente pour s’occuper d’elle à ce moment. Et c’est la tête dans le creux du cou du plus vieux, légèrement repliée sur elle-même qu’elle lâcha « Réchauffe-moi. » dit tout bas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❀Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: Come here my dear   

Revenir en haut Aller en bas
 

Come here my dear

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
yeonju university :: 
SEOUL CITY.
 :: » nowon-gu :: » les rues
-
Sauter vers: