AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 ; escape is a solution but i miss u'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: ; escape is a solution but i miss u'   Lun 25 Avr - 10:23

Le bruit du flash qui s'enclenche résonna une nouvelle fois au creux des oreilles de la jeune femme. Elle osa regarder de nouveau dans l'écran avant de soupirer sans discrétion. Rien. Ça ne ressemblait à rien. Elle n'arrivait plus à faire une seule photo potable en ce moment. Aucune n'avait le mérite d'avoir quelque chose de particulier et elles se ressemblaient toutes. D'habitude elle arrivait toujours à en dégoter une dizaine, peut être même un peu plus, sur toutes celles qu'elle prenait, qui avaient su avoir un minimum de classe. Là c'était impossible. Et elle se voilait la face d'ailleurs, car elle savait pertinemment pourquoi. En temps normal, elle prenait plaisir à jouer avec son objectif, à cadrer et à prendre son temps. Lorsqu'elle se mettait à prendre des photos plus rien autour d'elle ne comptait si ce n'est le cliché qui en résulterait. Mais en ce moment c'était impossible. Impossible car elle n'arrivait plus à penser correctement, plus à se concentrer ne serait-ce une seconde sur la moindre petite chose... La jeune femme, allongée dans l'herbe d'un parc, posa mollement son appareil photo à côté d'elle, se passant une main sur le visage. Elle détestait être comme ça. Elle se sentait tellement faible et impuissante vis à vis de ce qui lui était tombé dessus qu'elle perdait le contrôle sur tout. Comment est-ce qu'elle en était arrivée là ? Elle ne saurait même pas le dire elle-même. La seule chose qu'elle savait, c'était qu'elle ne s'en était même pas rendue compte et que c'était arrivé trop naturellement. Et c'était ça qui n'allait pas. C'était le naturel là dedans. Non mais, quelle personne aussi sainte d'esprit soit elle se mettrait à se mettre « naturellement » à ressentir des choses, qui ne sont pas uniquement des sentiments fraternels, vis à vis de son propre frère ? Pas grand monde. Depuis quand ne l'avait-elle pas vu d'ailleurs ? Avant-hier soir pour être exact. Il était parti avant elle hier matin, et elle n'était pas rentrée hier soir. Prétextant à ses parents qu'elle devait aller chez une amie pour rendre un exposé sur l'histoire de la photographie le lendemain, et qu'elles ne l'avaient pas encore achevés. Mensonge. Elle n'avait aucun exposé à faire et encore moins de devoirs à rendre. Juste une fête à savourer et une cuite à se mettre. Ses parents étaient assez lâches sur certains points tout comme ils pouvaient être beaucoup plus stricts sur d'autres. Et le simple fait que Jynn puisse oser aller en soirée en jour de semaine ne leur traverserait jamais l'esprit. Déjà que le week end c'était tendu, mais alors en dehors ce n'était pas pas la peine d'y compter. Mais elle ne le lui avait pas dit, à lui. Oui presque deux jours qu'elle n'avait pas vu Kyung Ae. Depuis un certain temps, il ne se voyait plus vraiment. Le fait qu'elle soit à Yeonju n'arrangeait pas les choses et le fossé qui ne cessait de s'agrandir entre eux peu à peu n'aidait pas non plus. Le plus horrible dans tout ça, c'était d'être pris par des sentiments bien trop contradictoires. Elle mourrait d'envie de le revoir, lui, son sourire, ses bras qui avant n'étaient que pour elle, elle mourrait d'envie que tout redevienne comme avant mais elle avait peur de le croiser car ça ne lui montrerait qu'une fois de plus le changement qu'il y avait eu dans leur relation et de ne pas savoir se comporter vis à vis de lui. Elle se foutue une baffe mentale. Elle n'avait pas le droit. Liens de sangs ou non, c'était pas éthique. C'était dégueulasse même. Mais putain qu'est-ce qu'elle avait besoin de lui. Elle se sentait complètement seule et désemparée sans Kyung Ae. Elle était où l'époque où il ne passait pas une seule minute sans l'autre, celle où ils se disaient tout, qu'il l'engueulait pour toutes les conneries qu'elle pouvait faire. Maintenant elle a beau les faire, le faire exprès même, elle ne sait même pas si il les voit encore. Elle aurait été capable de n'importe quoi pour qu'il la remarque, qu'il lui hurle dessus même si c'était nécessaire. C'était presque vital pour elle que de se sentir vivante auprès de son frère, qu'il lui prouve qu'elle existe à ses yeux. Mais il n'était pas comme ça. Il n'était pas comme elle pour se mettre à exploser lorsqu'elle n'arrive plus à tout retenir. Il était beaucoup trop calme pour ça. Il était bien trop l'inverse d'elle et c'était ça qui faisait qu'il se complétait au final. La seule fois où elle l'avait vu énervé, c'était le jour où elle lui était tombée dessus lorsqu'elle le haïssait encore. Ça paraît tellement loin aujourd'hui, mais elle avait l'impression d'être remontée presque neuf ans en arrière, avec d'autres circonstances bien plus compliquées. D'ailleurs elle avait tenu deux ans à cette époque là. Deux ans de silence, deux ans d'ignorance avant qu'on ne la pousse à bout. Combien de temps ça faisait aujourd'hui ? Elle était arrivée à Yeonju y a presque trois ans maintenant. Trois ans. Au début ça allait, encore, mais au fur et à mesure la distance qui s'est installée n'a fait que de s'agrandir. Seulement, une chose était certaine, il y aurait bien un jour où elle exploserait. Elle savait tout garder pour elle, mais tout ça était tellement énorme qu'un jour où ça n'irait plus ou qu'on la chercherait, tout partirait. C'était ça qui avait tout déclenché il y a neuf ans, mais est-ce que ça serait aussi bénéfique si elle remettait ça aujourd'hui ? Elle en doutait fort.

Son poing vint s'écraser violemment contre le sol alors qu'elle fixait l'herbe sans la voir pour autant. Elle commençait sérieusement à avoir les nerfs irrités, et malgré le fort caractère qu'elle voulait se donner, ce qui se produisait ne l'atteignait que trop violemment. Elle avait réussi, au début, à faire mine de rien, à passer outre et faire comme si de rien n'était mais au final ça ne devenait que de plus en plus lourd à porter chaque fois. Et la distance que Kyung Ae avait commencé à émettre à son égard n'avait eut de fait que d'engendrer celle qui provenait du sien en guise de réponse. Elle se redressa d'un seul coup s'asseyant en tailleur. Elle devait avoir l'air maligne tiens, assise toute seule au milieu de l'étendue d'herbe. Toute seule car il faisait froid et un temps à rester chez soi. Chez soi. Il faudrait qu'elle songe à y rentrer chez elle tiens. Elle ne pouvait pas fuir indéfiniment de toute façon. Elle se laissa tomber mollement en arrière et se mit à fixer le ciel gris pluvieux qui la surplombait. Une goutte lui tomba sur le visage. Une deuxième. Il se mit à pleuvoir. Le ciel était en train de pleurer pour elle toutes les larmes qu'elle retenait. Non Jynn ne pleure pas. Elle lutte de toutes ses petites forces pour se retenir. Pourtant ce n'est pas l'envie qui lui manque et si elle n'avait pas appris à se contrôler, inutile de dire que son côté fragile aurait pris le dessus. Mais elle ne le montre pas celui-là, elle l'enferme et ne le laisse pas sortir. Jamais devant les autres. Jamais tout court. Alors qu'elle était prête pour se replonger dans des réflexions qui allaient encore lui faire péter des câbles elle écarquilla grand les yeux. Se redressant directement avant d'attraper son appareil photo et d'essuyer comme elle pouvait l'eau qui venait de tomber dessus, le rangeant immédiatement dans son sac. Manquerait plus qu'il arrive quelque chose à son bébé, ça l'achèverait. Elle se releva avec un peu de mal, décidant de quitter les lieux. La pluie ne faisait que de s'intensifier un peu plus et ça ne servait à rien de rester là. Bien que ce n'est pas pour autant qu'elle se dépêcha. Arrivée à l'arrêt de bus, elle était complètement trempée mais elle s'en fichait pas mal. Elle s'assit mollement sous l'abri, sur l'un des sièges. Elle ne savait même pas à quelle heure passerait le sien, s'il passait. Alors elle sortit une cigarette de son paquet ainsi que son briquet avant de l'allumer. Elle ne fumait pas régulièrement. Uniquement en soirée d'habitude. Seulement en ce moment ça devenait toujours un peu plus. Et lui il était pas là. S'il la voyait, elle savait qu'il lui aurait arraché de la bouche pour l'écraser par terre. Elle savait qu'il n'aimait pas quand elle faisait tout ça. Elle avait toujours été un peu comme ça. Elle aimait jouer avec l'interdit et elle savait que de toute façon si elle allait trop loin il serait là pour l'arrêter. Mais tout ça c'était avant. Aujourd'hui elle le franchissait cet interdit, toujours un peu plus, toujours plus souvent, mais il n'y avait plus personne pour l'arrêter. Jynn s'imaginait déjà chez elle, la boule au ventre de savoir si il serait là ou non. Si Yun Ah serait là aussi. Leurs parents travaillant encore à cette heure de fin d'après-midi. Perdu dans ses réflexions, tournant tout les films possibles et inimaginables dans sa petite tête sur ce qui pourrait bien se passer à la maison quand elle rentrerait, s'il se serait là ou non, qu'est-ce qu'elle pourrait lui dire s'ils en venaient à se parler, qu'elle ne se rendit même pas compte qu'elle avait déjà consommé toute sa cigarette. Elle jeta son mégot, visant la plaque d'égout qu'elle n'atteignit même pas, et le regarda se dilater sous l'eau qui ne cessait de tomber. Les phares du bus qui arrivait vinrent la tirer de sa rêverie. Bus qui l'emmènerait directement vers ce qu'elle fuit. Jynn paya sa place avant de s'asseoir à une place au hasard. Il n'y avait personne et il pleuvait tellement qu'elle ne pouvait même pas avoir le plaisir de regarder dehors. Elle était tellement hypnotisée par les gouttes d'eau qui martelaient la vitre qu'elle faillit louper son arrêt au bout du compte. Une fois descendu, elle ne prit même pas la peine de se dépêcher de prendre le chemin qui l'amènerait à la maison. Avec le peu de défenses immunitaires qu'elle avait, il était fort à parier qu'elle allait tomber malade. Arrivée sur le palier de chez elle, elle mit au moins dix minutes à retrouver ses clés... avant de se rendre compte que la porte était déjà ouverte. Son cœur se mit à battre soudainement beaucoup trop vite. Putain mais c'était pas possible ça. Il fallait qu'elle se calme. Si ça se trouve c'était uniquement sa petite sœur qui était rentrée de cours un peu plus tôt. Et puis dans tout les cas, si c'était lui, il fallait qu'elle arrive à faire comme si de rien n'était. Il le fallait. Elle avait toujours réussi à garder le contrôle d'elle même, à rester forte, pourquoi lui arrivait-il à lui faire perdre tout ses moyens. Une fois à l'intérieur, Jynn retira ses chaussures, sa veste et son écharpe trempée. Rien que l'idée de pouvoir salir la maison était capable de la faire criser. Surtout en ce moment où elle était bien trop à fleur de peau. Elle monta les escaliers quatre à quatre. Il n'y avait personne en bas, du moins elle était passée bien trop vite pour y faire attention avant de rentrer dans sa chambre. C'était dingue ce qu'elle pouvait y passer du temps en ce moment dans cette pièce. Elle qui n'aimait pas spécialement rester cloitrer quelque part.. Il fallait qu'elle se douche, qu'elle change ses vêtements complètement trempés et qu'elle nettoie l'eau qu'elle venait de mettre partout aussi. N'aillant pas spécialement prévue de sortir ce soir elle ne se prit pas la tête, elle attrapa des sous-vêtements propres, un débardeur blanc et son bas de pyjama noir légèrement trop grand pour elle. La salle de bain étant à côté de sa chambre elle s'y enferma à double tour et s'empressa de retirer tout ce qu'elle avait sur elle, qui lui collait à la peau avec une sensation des plus désagréables. Elle se fit couler un bain d'eau brulante avant de s'y plonger dedans. Elle aurait aimer s'y noyer tiens. C'est censé détendre à la base. Mais non, dès qu'elle ne faisait rien, dès qu'elle n'était pas occupée il revenait tout le temps. Elle se sentait horrible de penser tout le temps à lui. Elle se trouvait malsaine. Et c'était peut être pour ça qu'il s'était éloigné, qu'il l'avait laissé. Il avait peut être tout remarqué et elle le dégoutait. Oui, c'était tout à fait plausible et elle ne souhaitait même pas y penser tellement ça l'horrifiait.

Jynn ne saurait dire combien de temps elle avait passé de temps dans son bain avant de sortir. Beaucoup sans doute à la vue de la buée qui ornait le miroir et les fenêtres. Elle s'y était même endormie d'ailleurs. Elle s'essuya rapidement le corps avant d'enfiler ses quelques vêtements et posa sa serviette négligemment sur sa tête comme si ça allait servir à quelque chose. Elle passa sa main sur le miroir histoire de voir un minimum avant de se frotter les yeux. Elle n'avait pas dormi de la nuit et ça commençait à lui peser, elle le sentait. Bon et bien au moins ça lui faisait une excuse pour rester dans sa chambre ; elle allait dormir. La jeune femme déverrouilla la serrure avant d'ouvrir la porte d'un seul coup, bien trop violemment d'ailleurs. Geste involontaire, vraiment. Elle ne s'attendait pas à ce que la porte parte si vite alors qu'elle l'avait a peine poussé. Seulement un bruit sourd qui n'aurait pas du se faire entendre et la porte qui fut arrêtée dans son élan par un obstacle derrière l'arrêta net. Jynn retira la porte à elle afin de voir.. Kyung Ae qui se tenait le front. Elle venait d'assommer son frère. Et visiblement elle n'y avait pas été de main morte. Une mine de surprise s'afficha sur le visage de la plus jeune avant qu'elle ne se mette légèrement à paniquer.  « Oh putain de merde. Je.. Ça va ? » Sur le coup c'était l'état de son frère qui passait bien avant tout le reste. En temps normal, le simple fait qu'on puisse le blesser au niveau physique ou mentale la rendait totalement hystérique, mais alors si elle s'y mettait... Sans vraiment réfléchir elle se rapprocha du brun avant de lui retirer la main qu'il avait sur le front, pour constater les dégâts. Il ne saignait pas c'était déjà ça. Mais il allait se taper une magnifique bosse, ça c'était sûr. Elle tenait toujours son poignet dans sa main, et elle le tira dans la salle de bain où la chaleur était juste étouffante à cause du temps qu'elle y avait passé, et lui indiqua vaguement le bord de la baignoire pour qu'il s'assoit. Jynn ouvrit la fenêtre pour aérer avant de se précipiter vers la grande armoire où étaient rangés tout les produits ainsi que les médicaments à la recherche d'une quelconque pommade contre les bleus ou elle ne savait pas trop quoi. Elle retournait tout n'importe comment, elle qui d'ordinaire était complètement maniaque du rangement et de la propreté. Ses mains tremblaient et son cœur battait bien trop fort qu'elle avait presque peur qu'il l'entende de la où il était. Elle se rendait compte maintenant que ça faisait bien trop longtemps qu'elle ne l'avait pas touché, ne serait-ce qu'un peu. Mais il ne fallait pas qu'elle se mette à penser à ça, pas maintenant, pas quand il était là. Non il fallait qu'elle fasse comme si de rien n'était. Elle marmonna entre ses dents plus pour elle que pour lui  « Mais c'est pas vrai où est-ce qu'elle est.. » Elle avait tout retourné, ouvert toutes les boites et avait foutu dans le lavabo tout ce qui lui tombait sous la main pour mieux chercher. Au bout de quelques minutes elle trouva enfin ce qu'elle cherchait. Du moins ça devait être ça. Elle et les médicaments ça faisait deux. C'était bien de l'arnica qu'on met là dessus non ? Bon, au pire c'est pas grave, de toute façon ça ne pouvait pas être pire que maintenant..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Lun 25 Avr - 15:04

Comme si le quotidien n'était pas devenu assez difficile à vivre depuis quelques temps, autre chose devait forcément lui tomber sur le coin du nez. Évidemment, ce serait bien trop facile si l'on n'avait qu'un seul soucis à gérer à la fois. C'est tellement mieux lorsque tout nous tombe dessus en même temps, un problème en engendrant un autre. Il doit y avoir un espèce de sadique qui s'amuse comme un petit fou à tirer les ficelles comme bon lui semble. C'est vrai que c'est tellement drôle d'assister au spectacle si pathétique de cette vie. Le jeune garde du corps le savait. Bien sûr qu'il connaissait la raison de ce sermon de la part de son patron. C'est bien ça le pire. Il sait exactement où est la source du problème mais il n'arrive pas à trouver le moyen d'y remédier. Peu importe ce qu'il fait, où il est et avec qui il est, elle est toujours là. Omniprésente dans son esprit, dans sa tête... dans son cœur. Dieu que cette situation est immonde. Comment est-ce possible ? Pourquoi avait-il fallu que ce soit elle, pourquoi pas une autre ? Cela commençait à faire si longtemps que ça durait. Officiellement dans l'esprit du coréen, cela faisait environ trois ans. Depuis l'entrée de sa sœur à l'université. C'est à ce moment là qu'il s'est pitoyablement rendu compte du monstre qu'il était. Cette jalousie maladive à l'égard des autres garçons qu'elle pouvait bien fréquenter. Mais quels genres de personnes peuvent être si dérangés au point de ressentir quelque chose d'aussi fort pour un membre de sa famille ? Probablement personne. Il se sentait si mal de sentir son cœur battre bien trop fort en la présence de Jynn. Si mal lorsqu'il se serrait à la vue des autres mecs à son bras... Des mecs qui eux, avaient le droit de ressentir ce qu'il ressent pour elle. Des mecs totalement libres de faire ce que bon leur semble avec la coréenne. Rien que d'y penser lui donnait l'affreuse envie de frapper quelque chose. Lui qui est habituellement si calme et totalement maître de lui, voilà qu'il perd totalement le contrôle. Le cours de sa vie lui échappe sous son propre nez sans qu'il puisse y faire quoi que ce soit. Trois ans qu'il avait découvert ce fonctionnement défectueux de son esprit et trois ans qu'il avait trouvé le moyen de s'éloigner de la personne qui lui est le plus chère dans ce monde. Par chance, leurs emplois du temps étaient totalement différents. Il n'était pas souvent à la maison à cause du boulot et généralement, ses jours de repos coïncidaient avec les jours de cours de la demoiselle. De même qu'il commençait plus tôt, et elle rentrait plus tard. C'était mieux, pour tous les deux. Il devait oublier ce qui lui était tombé brusquement dessus sans qu'il ne puisse s'en rendre compte. Si seulement il l'avait vu venir... peut-être aurait-il pu éviter le désastre qui s'est désormais bel et bien installé et qui ne semble pas vouloir partir. Plus les jours passaient et plus la douleur était forte. Ces sentiments interdits grandissaient sans arrêt et ça l'obsédait complètement. Tout comme sa sœur l'obsédait. Il se sentait si mal. Cette impression de commettre l'irréparable. Cette impression de trahir celle en qui il avait le plus confiance, celle qui lui faisait confiance. Cette distance qu'il avait pris, elle l'avait prise aussi. Ce n'était peut-être pas plus mal ainsi, mais elle lui manquait tellement. Ses sourires, ses paroles, leurs étreintes, les textos le soir, les petits mots glissés sous la porte ou les nuits à dormir dans le même lit... il n'avait rien vu venir. Tout cela était si contradictoire. Cette envie que tout redevienne comme avant mais ce besoin d'oublier. Elle était sa sœur, merde ! Que penseraient ses parents, Yun Ah et les autres ? Comment réagirait Jynn ? C'était inconcevable que leurs réactions puissent être positives. Il devait oublier et passer à autre chose. Même s'il n'arrivait plus à regarder les autres filles, il devait se faire violence. Cette obsession commençait à le rendre fou. A tel point que cela se ressentait dans son travail. Le patron avait raison : il était bien trop distrait ces derniers temps et ce n'était vraiment pas bon. Les personnes qu'il était censé protéger se trouvaient être plus en danger avec lui qu'autre chose. Toujours perdu dans ses pensées affreuses, il était devenu négligeant. Lui qui avant, profitait de ses heures de boulot pour penser à autre chose, voilà que maintenant elle occupait son esprit à longueur de temps. Quoi qu'il fasse, elle revenait et le hantait sans cesse.

Refermant doucement la porte du bureau du dit patron derrière lui, il s'y adossa dans un profond soupire avant de baisser la tête. Passant ses mains sur son visage avant qu'elles ne terminent par ébouriffer ses cheveux qu'il laissait négligemment pousser depuis plusieurs mois, il était désemparé. Il devait se ressaisir. Ce n'était pas un choix à faire, c'était une obligation. Le regard dépité et cerné par la fatigue résultant de ses nuits blanches, Kyung Ae enfouit ses mains dans les poches de son jean avant de quitter la porte qui le soutenait jusqu'alors, se dirigeant vers l'ascenseur. Depuis l'accident de ses parents, il avait appris à être fort et à contenir la moindre de ses émotions. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas sincèrement pleuré et si cette habitude n'était pas là, il était fort à parier qu'il craquerait d'ici peu. La situation le rongeait à tel point qu'il n'avait plus d'appétit. Le sommeil lui manquait et le mélange de tout cela commençait à se faire ressentir. Se rendre malade n'était probablement pas la solution, c'est vrai. Mais ce nœud dans l'estomac l'empêchait littéralement d'avaler quoi que ce soit. Ses pensées toujours tournées vers sa sœur l'empêchaient de fermer l'œil la nuit. L'imaginant dans sa chambre, sereine et dormant tranquillement. Un pincement au cœur se fit ressentir à cette pensée alors qu'il arrivait à l'étage qu'il souhaitait. Quittant l'ascenseur, il se rendit rapidement vers ces sortes de vestiaire mis à disposition des employés pour enfiler leurs costumes de travail ou tout simplement pour se remettre en civil à la fin de leur journée. N'allant pas par quatre chemins, il se dirigea directement vers l'endroit où se trouvait son casier et fouilla sa poche pour y sortir un petit papier sur lequel était noté le code du cadenas. Cela fait déjà un moment qu'il travaille ici mais, il avait beau faire ce code des centaines de fois, ça ne rentrait pas. Peut-être parce qu'il avait l'habitude de le faire à l'aveuglette, pensant totalement à autre chose... Non mais, il se mettrait des baffes des fois. C'est avec une violence non préméditée qu'il ouvrit son casier avant d'en sortir son sac en bandoulière qu'il trainait partout avec lui, juste assez grand pour contenir son porte feuille et les quelques papiers qui pourraient toujours être utile. L'enfilant rapidement autour de son coup et y passant un bras, il referma le casier gris dans un gros bruit sourd et remis son code dans sa poche en même temps qu'il y remettait ses mains. Une mine à la fois fatiguée et contrariée sur le visage, le coréen quitta le bâtiment et commença le chemin jusqu'à la maison à pieds, tête baissée. Longeant tout naturellement le trottoir d'un pas lent et nonchalant, il ne regardait pas où il allait, sachant pertinemment quel chemin il prendrait. Le discours de son patron raisonnait encore dans sa tête. L'air grave sur son visage avec lequel il l'avait regardé. Ces questions qu'il lui avait posé sur ce qu'il pouvait bien lui passer par la tête. Ce qui le préoccupe tant... C'est alors qu'elle surgit à nouveau. Son visage, son sourire, la moindre de ses expressions qu'il connaissait par cœur à force de l'avoir tant contemplée. Son estomac se serra et sa gorge lui fit mal. Relevant brusquement la tête, il se racla la gorge et se mordit la lèvre inférieure comme pour se faire signe à lui-même de se ressaisir. Ce comportement était profondément dégoûtant. Jynn est sa sœur. Malgré l'absence des liens du sang, elle restait avant tout sa sœur et ces sentiments sonnaient horriblement incestueux. Mais qu'est-ce qui pouvait bien clocher chez lui pour qu'il se soit mis à ressentir tout ça ? C'était venu si naturellement. Comme si c'était normal. Peut-être était-il tout simplement destiné à vivre cet amour à sens unique. Peut-être que toute cette souffrance était décidée pour lui depuis le début. Mais pourquoi ? Après tout ce qu'il a déjà dû traverser, ne pouvait-il pas être heureux sur un point au moins ? Si seulement elle n'avait pas été sa sœur. Si seulement ils s'étaient rencontrés dans d'autres circonstances... alors peut-être qu'il pourrait accepter ce qu'il ressent. Non. Inutile de se bercer de telles illusions, cela ne sera jamais comme ça. Autant mettre fin à ce genre de rêves immédiatement. Le jeune homme secoua intérieurement sa tête en se demandant depuis combien de temps il n'avait pas vu sa sœur. Depuis avant-hier soir à vrai dire. Il s'était couché assez tôt et était partit tout aussi tôt le lendemain alors qu'elle dormait. Et comme elle n'était pas rentrée la veille au soir... Il se demandait ce qu'elle avait bien pu faire. Avait-elle continué les conneries pour lesquelles il lui avait déjà fait plusieurs fois la leçon ? Y penser l'angoissait quelque peu et pourtant, un léger sourire se dessina sur son visage meurtri par la fatigue et la tristesse. Il se souvenait de toutes ces fois où il l'avait engueulée parce qu'il avait surprise à fumer ou à boire comme pas possible alors qu'elle ne tient absolument pas l'alcool. Il avait beau se répéter, elle n'en faisait qu'à sa tête et ça a toujours été comme ça. En réalité, ces petites engueulades lui manquaient. Non pas qu'il soit masochiste mais, par là, il prouvait à sa sœur qu'elle avait droit à toute son attention et même si elle protestait sur le coup, il savait qu'elle était heureuse qu'il soit là tout de même. Et dire que cela faisait déjà un moment qu'ils ne s'étaient pas parlé comme ils le faisaient si souvent avant. S'était-elle rendu compte de son éloignement ? C'était fort probable puisqu'elle y avait répondu, volontairement ou non, et s'était éloignée elle aussi.

Perdu dans ses pensées et ses interrogations, il ne se rendit même pas compte qu'il était déjà devant la maison et que cela faisait une dizaine de minutes qu'il marchait sous la pluie. Lorsqu'il remarqua l'état de ses vêtements et de ses cheveux royalement trempés, il accéléra le pas jusqu'à la porte d'entrée et se tourna immédiatement vers son sac pour y chercher son trousseau de clés qu'il mit un bon moment à trouver puisque ce vicieux se trouvait bien au fond, enseveli sous les biens personnels du coréen. Posant sa main sur la poignée d'un air hésitant, il ouvrit doucement et se faufila dans la maison en prenant le soin de refermer derrière lui, sans verrouiller. Balayant l'entrée du regard, il détailla le moindre petit indice qui indiquerait la présence de quelqu'un dans la maison. Étrangement, il espérait que Jynn soit là et pourtant, rien que d'y penser il avait peur. Mais il ne pourrait pas la fuir indéfiniment. C'était déjà difficile de supporter la distance et le froid qu'il s'était installé entre eux alors, ne plus la voir du tout, ce serait terrible. Une grimace sur le visage alors qu'il se rendait compte que la maison était déserte, il retira ses chaussures qu'il déposa proprement et enleva sa petite veste qu'il rangea sur le porte manteaux après avoir tenté de retirer le plus d'eau possible au dessus de l'évier de la cuisine. Il savait que la coréenne était une véritable maniaque de la propreté. Déjà qu'en ce moment ça n'allait pas fort entre eux, il refusait d'ajouter une tension en pourrissant l'entrée. Doucement mais sûrement, il grimpa les escaliers deux à deux et se dirigea dans sa chambre en attrapant une serviette propre dans un placard du couloir au passage. Tout en s'essuyant les cheveux, il retira son sac qu'il agrippa sur le dossier de sa chaise de bureau avant de sortir son portable de sa poche. Vérifiant qu'il n'avait pas reçu de textos ou d'appels, il le balança négligemment sur le lit en même temps que la serviette et enleva son pull ainsi que son jean qui lui collaient désagréablement à la peau. Les déposant sur son lit pendant qu'il cherchait un débardeur blanc et son bac de survêtement gris à enfiler en attendant de prendre une douche. Totalement lessivé, il enfila sa nouvelle tenue et se jeta littéralement sur son lit aux côtés de son téléphone. Se tournant vers se dernier, il s'allongea sur le côté, s'appuyant sur son coude, la tête reposée sur sa main, il saisit l'appareil et consulta sa boîte de réception. Trois ans qu'ils ne s'envoyaient plus de textos... Trois ans qu'il passait son temps à relire les messages qu'elle avait bien pu lui envoyer. Grimaçant lorsqu'il tomba sur un des dernier message qui lui avait fait prendre conscience de la complexité de ses sentiments, il quitta soudainement le menu et déposa son portable sur sa table de nuit en se relevant. Il saisit alors sa serviette et ses vêtements encore mouillés et sortit rapidement de sa chambre, longeant le couloir en direction de la salle de bain. Posant sa main sur la poignée de la porte, il allait l'ouvrir quand il se rendit compte qu'elle était fermé à clé. Tiens, quelqu'un était rentré. Son cœur commençant à battre la chamade, il se mordit la lèvre et il n'eut pas le temps de réaliser que Jynn pouvait s'y trouver que, alors qu'il tirait encore sur la poignée, la porte s'ouvrit avec une telle violence qu'il se la prit de plein fouet en pleine figure. Ça, c'est fait. Entre lui qui tirait vers lui et la personne à l'intérieur qui poussait, il est facile de comprendre la douleur du jeune homme à cette instant précis. Portant automatiquement sa main à son front tout en se reculant sous le choc, il n'eut même pas la force de sortir ne serait-ce qu'un soupire de sa bouche. Et cela ne s'arrangea pas lorsqu'il vit sa sœur sortir de la salle de bain, complètement paniquée. Dieu mais ce n'est pas possible, c'était fait exprès ! Comment pouvait-on être aussi sadique et lui infliger ça ? Il ne savait même pas comment il devait réagir face à elle, depuis le temps qu'ils ne se parlaient plus trop... A vrai dire, son propre état, il s'en fichait. Une jolie bosse et ça passerait aussi vite que la neige ne fond au soleil. Non. Ce qui le préoccupait là, maintenant, c'était de réussir à aligner ne serait-ce que deux mots pour rassurer sa sœur qui semblait totalement désemparée. « Euh je... Oui, ça va. » furent les seuls misérables petits mots qu'il trouva à dire pour éviter que la jeune fille ne s'inquiète trop. Si ça continue comme ça, c'est franchement pas gagné. Avant qu'il n'ait eu le temps de dire ouf, son cœur se mit à battre à une vitesse inquiétante alors qu'il l'observait s'approcher de lui, saisissant son poignet qui tenait son front. Ne la quittant pas des yeux, totalement hypnotisé par sa propre sœur et paniqué qu'elle puisse entendre les battements qui semblaient audibles à des kilomètres à la ronde, il aurait voulu hurler. Se retirer et se réfugier dans sa chambre sans en sortir avant quelques heures au moins. Mais il était tout simplement incapable de réagir, la laissant faire ce qu'elle voulait de lui et il la suivit dans la salle de bain, prenant place sur le bord de la baignoire comme elle le lui avait indiqué. Son regard n'arrivait pas à se détacher de la demoiselle qui cherchait on ne sait quoi dans l'armoire à pharmacie, si on peut l'appeler comme ça. Prenant conscience de ce qu'il était en train de faire, il se secoua violemment la tête, en profitant que Jynn soit trop occupée à chercher ce dont elle avait besoin pour le soigner probablement. L'entendant marmonner dans son coin, il leva la tête vers elle et la vit sortir de l'arnica. Son regard allèrent alternativement de la coréenne au lavabo complètement sans dessus dessous. Eh bien... elle qui ne supportait pas le désordre, c'est un joli bazars qu'elle venait de mettre là. Avait-elle tant paniqué que ça pour l'état de son frère ? Cette pensée réchauffa son cœur mais Kyung Ae s'interdit tout nouveau contact avec sa sœur. Il ne pouvait pas. Cela irait trop loin, il aurait trop mal. Dans un sens, il regrettait de ne pas avoir la capacité à exploser quand ça n'allait pas qu'avait la demoiselle. Mais dans un sens, ce n'était peut-être pas plus mal. Qui sait où cela le mènerait. Il se leva alors brusquement et se posta devant le miroir orné de buée. « Hum. Ne te casse pas la tête, ça va. Je vais le faire. » dit-il avec un semblant de sourire tout en s'emparant du tube de crème. Portant son attention à son reflet, il ouvrit la fameux tube et commença à s'appliquer le produit sur le front en luttant pour ne pas regarder la demoiselle à ses côtés. Son cœur avait mal. Tellement mal que le coréen pouvait le sentir hurler dans sa poitrine. Il avait envie de la serrer contre lui, que tout redevienne comme avant mais il n'avait pas le droit. Du moins, pas tant que ces sentiments horribles et dégoûtants n'aient disparus.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Lun 25 Avr - 23:06

Bon nombre de fois elle s'était demandée qu'est-ce qu'elle avait bien pu faire pour mériter tout ça. Si ce n'était que l'amer résultat de sa débauche continuelle, des horreurs qu'elle avait pu faire subir à Kyung Ae et Yun Ah lors de leur arrivée chez elle, ou si elle était prédestinée à souffrir comme elle était en train de le faire actuellement. Comment en était-elle arrivée là. Comment avait-elle pu ne pas voir dans quoi elle s'enfonçait, la chute brutale lors de la découverte de ce qui se passait en réalité entre elle et lui. Ce qu'elle ressentait vis à vis de lui. Maintenant, avec le recul, elle pouvait le voir. Elle pouvait le voir le comportement qu'elle avait vis à vis de Kyung Ae, qu'elle ne s'était absolument pas comportée comme une sœur devrait le faire avec son grand frère. On peut avoir une certaine proximité, mais la leur l'était beaucoup trop et c'est à ses dépends qu'elle l'avait remarqué. Tout les messages qu'ils s'étaient envoyés, ils étaient bien enfouis au fond de son portable, et elle se surprenait à les relire, souvent, tout comme les petits bouts de papiers qu'ils glissaient sous leurs portes autrefois. Il n'était pas rare non plus qu'elle se demande si elle aurait été aussi folle de quelqu'un d'autre. Si un autre homme que Kyung Ae aurait réussi à lui faire perdre autant le contrôle, à l'obséder jour et nuit. La réponse était clair et net : non. Aucune autre personne n'aurait pu remplacer son frère. Il était parfait. Trop peut être. Trop lui surtout. Mais pourquoi était-il si bien ? Pourquoi ce n'était pas un bel enfoiré comme on en trouve si souvent aujourd'hui ? Ça aussi ça la faisait rire, après tout, rien ne prouve que ça aurait changé quelque chose non plus. Et si ça n'avait pas été son frère ? Tout aurait été beaucoup plus simple. Tellement plus facile et moins compliqué, et beaucoup plus.. légal surtout. Il fallait dire ce qu'il était, elle était clairement aux portes de l'inceste et elle se répugnait pour ça. Il fallait être complètement malade pour être attirer par l'un des membres de sa propre famille. Et c'est ce qu'elle était, malade. Concrètement depuis trois ans. En réalité beaucoup plus. Elle ne s'en était tellement pas rendu compte, c'était tellement naturel pour elle d'être si proche de lui. On peut être proche entre membres d'une même fratrie, c'est même tout à fait normal, mais eux l'étaient beaucoup trop. Et elle ne s'en est pas rendu compte tout de suite. Non décidément entre frères et sœurs on ne s'envoie pas de messages jusqu'au bout de la nuit, et on ne vient pas se glisser dans le lit de l'autre pour y dormir car on ne peut pas s'en passer. Car c'était ça le problème, elle ne savait pas s'en passer. Elle ne pouvait pas. C'était vital d'être constamment près de lui, de lui parler, de le toucher, d'être dans ses bras. Vital de savoir qu'à ses yeux elle existait, qu'elle comptait, qu'elle avait une place importante auprès de lui. C'était nécessaire, sinon ça n'allait plus et elle allait mal. Et là, c'est ce qui se passait. Depuis qu'ils avaient commencé à s'éloigner, tout son monde c'était écroulé. Aujourd'hui, cela atteignait son apogée, et elle le sentait qu'elle n'allait plus tenir très longtemps. Trois ans qu'elle se retient, trois putains de longues années. Et si elle n'a pas encore explosé c'est qu'elle sait qu'elle n'a pas le droit cette fois-ci. Que penserait-il d'elle si elle revenait pour la seconde fois de sa vie le voir en hurlant, lui avouant tout ce qu'elle avait sur le cœur qui cette fois n'était en rien négatif bien au contraire ? Elle ne voulait même pas imaginer sa réaction. Le dégout qu'il éprouverait pour elle. Mais n'est-ce pas déjà le cas ? Bien sur que si, sinon il n'aurait pas mis les distances à son égard et tout serait resté comme avant. Tout était de sa faute. Absolument tout. A elle, et à ses putains de sentiments interdits. Elle avait tenté de les refouler, ce n'est pas pour le bon nombre de fois où elle avait essayé. En vain. Ils revenaient toujours avec plus d'insistance. Alors elle se persuadait que ça allait passer, que c'était qu'une période où elle était perdue et perturbée avec son entrée à l'université. Que c'était le fait de ne plus voir son frère du matin au soir, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui chamboulait toutes ses habitudes, ainsi que leurs relations. Toutes les excuses y sont passées au début. Pour finalement s'avouer qu'elle n'était pas normale. Et au début elle a fait avec, prenant sur elle et ses sentiments et agissant comme si de rien n'était. Mais la comédie ne devait pas être son point fort sinon il ne se serait pas éloigné, ne l'aurait jamais laissé toute seule. Car elle était persuadée qu'il savait, que tout se lisait dans ses yeux ou dans le moindre de ses faits et gestes. Et c'était pour ça qu'il était parti. L'éloignement. C'était la solution qui était alors devenue comme fatale, et à son tour c'est ce qu'elle fit. Avec le temps ça aurait du s'arranger, ça n'a fait qu'empirer. Les faits étaient là, et elle ne pouvait plus les nier. Et sa solution à elle ça avait été la fuite. La fuite et tout les moyens possibles et inimaginables pour l'oublier. Tout y était passé et y passe encore. Certains moyens un peu plus efficaces que d'autres parfois, mais pour être honnête : rien ne marche. Il la hante à un point presque malsain.

C'était presque puéril, mais rentrer chez elle était une étape presque surhumaine ces derniers temps. C'était une véritable mission que de franchir le seuil de la porte, le cœur à tout rompre sachant pertinemment qu'elle allait le croiser. Ne serait-ce qu'une fois dans la journée. Et de toute façon, il le fallait. Même si il y avait ce froid, ce malaise entre eux, ce.. vide, elle ne pouvait pas ne pas le voir. Elle ne pouvait pas ne pas l'apercevoir ne serait-ce que l'espace de quelques secondes. C'était bien trop horrible que de perdre peu à peu la relation qu'ils entretenaient, on ne pouvait pas lui retirer le droit de le voir, même si ça ne faisait que de lui faire mal à un peu plus à chaque fois. Même durant les repas ça devenait dur. Au début, elle arrivait à plus ou moins à faire comme si de rien n'était, après tout lorsqu'ils étaient réunis c'était à ce moment que l'effort était le plus grand. L'ambiance familiale ne devait pas pâtir du détracage qui s'effectuait dans le cerveau et dans le cœur de la jeune fille. Mais ces derniers temps, les repas, elles n'y allaient plus, prétextant toujours quelque chose pour y échapper. Elle ne mangeait presque plus non plus. D'un car elle commençait doucement à céder et qu'elle avait trop peur de mal gérer sa nervosité face à sa famille, et de deux car elle avait perdu l'appétit. La seule chose que son estomac découvrait en guise d'alimentation c'était l'alcool qu'elle ingurgitait en soirée. Et ça se voyait. Ça se voyait qu'elle n'allait pas aussi bien qu'elle le prétendait. C'est beaucoup plus facile de cacher son mal-être derrière de la bonne humeur et un sourire. C'était le genre de chose qu'elle savait très bien faire, et qu'elle faisait. Mais au niveau physique c'était bien plus difficile. Elle n'était déjà pas bien grosse alors dès qu'elle perdait un peu ça se voyait aussitôt et les cernes qui se creusaient doucement mais surement sous ses yeux à cause de la fatigue, des soirées enchainées à tenter de l'oublier, n'aidaient pas non plus. Il fallait se rendre à l'évidence : il n'y avait que quand elle était avec lui qu'elle allait bien, que quand ils étaient ensemble qu'elle était vraiment elle-même. Il était tout pour elle. Et ce ne serait que trop juste que de dire qu'il était devenu, après tout ce temps, sa raison de vivre. La preuve. Elle ne faisait que de s'autodétruire un peu plus à chaque seconde passée sans lui. Le problème c'est qu'elle, elle ne le voyait pas. Physiquement, elle se voyait tout les jours elle ne s'en rendait pas compte. Quand on lui faisait remarquer qu'il serait peut être temps qu'elle arrête de faire la con ou qu'elle dorme car il y avait des jours où elle avait une tête à faire peur, elle ignorait totalement les remarques. Il n'y avait que celles que lui faisait son frère qu'elle prenait en considération, même elle ne lui montrait pas, les autres pouvaient clairement aller se faire voir. Et voilà où elle en était. Complètement perdue, désemparée et plus seule que jamais. Seule car Kyung Ae était toute sa vie et qu'elle ne pouvait pas vivre sans lui, c'était tout bonnement impensable. Mais pourtant ce qu'elle redoutait le plus au monde était en train de se produire. Sauf, qu'elle ne le supporterait pas, elle n'y arrivait déjà plus, mais elle était obligée de subir la dégradation de leurs relations en pleine figure. Impuissante. Tellement faible. Elle ne pouvait rien faire pour changer ça, rien. Le seul remède miracle aurait été que tout ses sentiments disparaissent d'un simple claquement de doigt et que tout redevienne comme avant. Si seulement.. Arrête de rêver Jynn, arrête. Tu te fais du mal. Elle pourrait se dire que tout allait s'arranger, elle l'espérait au fond, mais elle était bien trop réaliste, et elle savait que ça ne serait pas le cas. Pas tant qu'elle serait comme ça. Après trois ans, était-ce encore possible de toute façon ? S'éloigner pour mieux se retrouver dit-on...

Combien de temps avait-elle passer enfermée dans la salle de bain, à réfléchir, à se reposer sans cesse les mêmes questions, à repenser sans cesse à lui. Et si elle avait su ce qui se serait passer une fois qu'elle en serait sortie, inutile de dire qu'elle y serait restée une demi-heure de plus. Elle avait envie de rire. De rire de nervosité. Qu'est-ce qu'il fichait derrière la porte aussi. Pourquoi fallait-il qu'il passe au moment où elle, elle sorte. Et en plus de ça elle l'abimait. Lui et son visage si parfait. Déjà qu'en temps normal il lui faisait perdre la tête, mais si en plus il se mettait à l'inquiéter par sa faute. Elle ne supportait pas l'idée qu'on puisse le toucher, lui faire du mal ou autre, sauf que quand ça venait d'elle c'était encore pire. Et pourtant si elle savait qu'elle était surement celle qui lui en faisait le plus. Si elle savait. Il est d'ailleurs préférable de ne même pas imaginer sa réaction ni même l'horrible mal-être qui s'accaparerait d'elle, invivable et insoutenable.. Tout avait disparu. Le temps de quelques secondes. La seule chose qui comptait à l'instant même était l'état de Kyung Ae, si elle ne lui avait pas fait mal et qu'il n'était pas blessé. Tout le reste passait au second plan.. pour mieux ressurgir encore plus violemment. « Euh je... Oui, ça va. » Sa voix. Sa voix avait toujours eu un effet qu'elle ne saurait décrire. Et elle avait l'impression que ça faisait tellement longtemps qu'elle ne l'avait pas entendu. Ce qui était faux pourtant. Qu'il ne s'était pas vraiment adressé à elle. C'était ridicule. Il n'avait prononcé que quelques malheureux mots pour lui répondre. Elles étaient bien loin leurs discussions qui pouvaient durer des heures et des heures. Toujours plus et encore plus de choses qui ne faisaient que de lui montrer à quel point tout avait changé. De la plus petite chose futile et anodine aux plus importantes. Tout, absolument tout et ça faisait mal, beaucoup trop mal pour un si petit organe qui finirait surement par la lâcher s'il continuait à battre si fort. Et Jynn avait involontairement fait ce qu'elle fuyait depuis tout ce temps. Elle s'était approchée bien trop près de lui et elle lui avait attrapé le poignet, lui dégageant le visage pour voir les dégâts. Il n'avait rien. Soulagement. Cela faisait tellement longtemps qu'elle ne l'avait pas touché. Tellement longtemps qu'elle n'avait été aussi proche de lui. Elle savait qu'elle devait le lâcher, qu'elle n'avait pas le droit. Qu'elle n'avait plus le droit. Mais elle ne pu résister à garder ce contact, pourtant si minime, juste encore un peu, profitant de son moment de faiblesse pour l'entrainer dans la salle de bain avant de le lâcher afin qu'il s'assoit. Elle tremblait. Elle se trouvait tellement ridicule et pitoyable. Le simple fait de ne serait-ce rester à moins de cinq mètres de lui était devenu insoutenable au fil du temps, alors effleurer sa peau et rester dans une pièce aussi étroite lui faisait perdre totalement les pédales. Et ça se voyait. Le simple fait qu'elle renverse tout montrait clairement qu'elle était totalement nerveuse vis à vis de la situation. Elle enleva soudainement la serviette qui était encore sur sa tête et la jeta sans aucune délicatesse sur le radiateur froid, avant de passer une main dans ses cheveux trempées. La jeune femme allait regretter de tout déranger puisqu'elle serait obligée de tout reclasser et remettre correctement chaque chose à sa place. Elle venait enfin de mettre la main sur ce qu'elle cherchait. Voilà pourquoi elle ne l'avait pas trouvé plus tôt, il n'était pas au bon endroit. Jynn se retourna mais au lieu de voir son frère assit sagement sur le bord de la baignoire, il était là. A côté d'elle. Trop près. Et elle n'eut même pas le temps de lever les yeux vers lui qu'il lui prenait la crème des mains. « Hum. Ne te casse pas la tête, ça va. Je vais le faire. » La coréenne releva alors doucement la tête vers lui mais la baissa aussitôt. Ses poings se crispèrent et elle fit un ou deux pas en arrière. Alors même ça elle n'avait pas le droit ? Ça aussi ça lui était interdit ? Elle faisait du mal et elle n'avait pas le droit de se rattraper comme elle le pouvait ? Elle le sentait là, son foutu cœur qui se serrait à n'en plus pouvoir. Elle aurait voulu qu'il lâche tellement c'était insoutenable. Elle n'en pouvait plus. C'était quoi ce sourire sur son visage. Il avait pitié d'elle ? D'elle et de ses sentiments qui faisait de sa personne un être abjecte ? Le pire c'est qu'elle ne pouvait pas lui en vouloir. C'était tellement normal et compréhensible de sa part. Non elle s'en voulait à elle, elle se détestait même. S'il savait, il devait la trouver horrible. Et elle était là. Dans son dos à moins d'un mètre de lui. A le fixer à travers le miroir alors que ne lui ne la regardait même pas. La voyait-il vraiment à vrai dire ? Sa main se leva dans un automatisme presque effrayant, s'apprêtant à agripper le débardeur de son frère, pour ne plus jamais le lâcher, comme si sa vie en dépendait. Un ou deux centimètres séparait sa petite main du bas de son haut, avant de la refermer. Dans le vide. Et de se raviser, ramenant sa main sur son visage. Elle n'avait pas le droit. Pas le droit. Ses dents vinrent violemment rencontrer sa lèvre inférieure, tellement fort qu'elle avait presque le goût ferreux de son sang dans la bouche. Il ne fallait pas qu'elle craque. Mais ça ne devenait que trop dur au fil du temps. Elle sentait les larmes lui monter aux yeux. Putain, tout mais pas ça. Il ne fallait pas qu'elle pleure. Elle avait tenu jusqu'ici, elle n'allait pas craquer maintenant. Encore moins devant lui. Elle pencha discrètement la tête, essayant tant bien que mal de les ravaler. Mission réussie. Elle n'avait uniquement que les yeux brillants. La fatigue, voilà, c'était la fatigue. Relevant les yeux vers son frère, elle mourait d'envie qu'il la serre contre elle, qu'ils agissent comme si c'était encore normal de se comporter comme ils l'avaient fait. Avant qu'elle ne se rende compte que ça n'avait rien de fraternel. Avant que tout parte de travers et elle aussi. Elle aurait tellement aimé exploser, ça l'aurait tellement libéré mais elle était en train de faire tout l'inverse. Elle implosait. Elle implosait car elle savait qu'elle ne pouvait se permettre d'exprimer tout ce qu'elle avait sur le cœur, qu'elle n'en avait pas le droit. On dit qu'il n'est pas bon de tout garder pour soi, et c'est vrai, ça ne fait que consumer à petit feu l'intérieur d'une personne. Il fallait qu'elle dise quelque chose. Il allait partir sinon. Il allait s'en aller une nouvelle fois si elle n'arrivait pas à retenir. Mais elle avait peur de ça. Peur de rester avec lui. Peur de ce qui pourrait sortir. Jynn ouvrit la bouche mais aucun son n'en sorti. Elle commença alors sérieusement à paniquer prise entre deux contradictions. Elle ne voulait pas qu'il s'en aille, elle ne voulait pas qu'il la laisse mais elle ne voulait pas rester avec lui car elle avait peur. Et dans les deux cas, ça faisait trop mal. Elle était en train de s'énerver intérieurement, contre elle et sa faiblesse. Putain elle n'en pouvait plus, là à le fixer en train de s'étaler la pommade. Il n'y arrivait même pas en plus, il s'en était foutu plein les cheveux. Jynn ferma les yeux, inspirant profondément pour tenter de se calmer, en vain. Elle ne saurait pas dire ce qui c'est passé dans sa tête à ce moment là. Ni ce qui lui a pris. La seule chose qu'elle sait c'est qu'elle s'était avancée jusqu'à lui, qu'elle lui avait prise la pommade des mains et qu'elle avait poussé Kyung Ae pour qu'il s'assoit sur la chaise à côté du lavabo. Elle se mordait toujours la lèvre à point qu'elle ne la sentait même plus. Elle se retenait toujours de pleurer, ses yeux la brulaient. Et son cœur ne faisait que de marteler à travers tout son corps qu'elle avait l'impression qu'il résonnait dans sa tête et qu'il pouvait l'entendre à des kilomètres. Elle n'avait pas résisté, tout ses efforts commençaient-ils à s'effriter, l'emmèneraient-ils à sa perte ?  « Tu t'en es mis plein les cheveux. T'es pas doué Kyung Ae.. » dit-elle avec une voix qu'on ne lui aurait pas reconnu tellement sa gorge était serrée et qu'elle se demandait encore comment elle avait réussi à aligner ses quelques mots. Jynn poussa du bout des doigts les cheveux du brun qui se baladaient sur son front avant de finir d'étaler la crème à l'endroit meurtri par sa faute. Elle essayait de monopoliser toute son attention sur sa tache alors que tout lui faisait obstacle. De son cœur qui battait bien trop vite, de son frère juste en face d'elle. Trop près d'elle. De son visage qui ne faisait que de l'appeler pour qu'elle le regarde. Et elle céda. Une nouvelle fois. Ses yeux se baissèrent vers Kyung Ae, le fixant comme si elle le redécouvrait pour la première fois. Ce visage qu'elle contemplait si souvent quand il dormait, à longueur de journées même. Elle eut un coup de chaud quand elle s'attarda sur ses lèvres. Tentation atroce qui ne lui donnait qu'un peu plus envie de pleurer. Mais qu'est-ce qu'elle avait putain. Pourquoi avait-elle eu besoin de ressentir tout ça vis à vis de son propre frère. Combien de temps était-elle restée comme ça à la fixer, à le dévisager et le dévorer du regard ? C'est quand ses yeux noirs rencontrèrent les siens qu'il l'acheva. Le rouge lui monta aux joues tout comme la chaleur qui se propageait dans son corps. Elle ne tenait plus. Jynn écarquilla les yeux, se rendant soudainement compte de ce qu'elle venait de faire. Horrifiée de ce qu'elle avait osé faire. Elle détourna vivement le regard, reculant pour que son frère retrouve son espace vital. Mais qu'est-ce qu'il lui prenait. Avait-elle atteint ses limites ?  « Pardon. Je.. » Rien ne sortit davantage. Que pouvait-elle dire de toute façon. Tout était bien trop embrouillé dans son esprit pour réussir à pondre une excuse correcte..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Jeu 28 Avr - 19:25

Tant de questions pour aucune réponse. Cela faisait maintenant trois ans que ces sentiments étaient « officiels » dans l'esprit du jeune homme mais il savait pertinemment que ce n'était pas si récent. Loin de là et bien cachés au fond de lui, ils avaient passé leur temps à se développer, à grandir. Et lui, en bon innocent qu'il était, il n'avait fait attention à rien. Il aurait pu se montrer prévenant et se comporter comme un frère doit se comporter avec sa sœur. Mais non. Naïf, ignorant et égoïste, il n'avait pensé qu'à son bien être et avait continué ses immenses attentions envers Jynn. Des attentions qu'il pensait fraternelle à l'époque. Des attentions qu'il lui portait sans vraiment réfléchir à ce qu'elles pouvaient bien signifier. Pour lui, cela ne faisait que montrer le fait qu'ils étaient proches et rien de plus. L'idée que cela puisse être si ambigüe ne lui a jamais traversé l'esprit et le pire, c'est qu'au fond de lui, il ne le regrette même pas. Tous ces moments passés avec sa sœur, il les chérissait plus que tout au monde et encore aujourd'hui, ils font partis des plus beaux instants de sa vie. Ce qu'il regrette, c'est que ces putain de sentiments soient nés alors que tout allé si bien. Leur vie était parfaite, ils étaient une famille unie comme il y en a peu et les journées n'étaient jamais si belles que lorsqu'il était avec elle. Une période durant laquelle il avait été heureux, une personne avec laquelle il était heureux. Cette même personne unique qui avait le don de lui faire oublier un tant soit peu son passé douloureux... qui le fait désormais souffrir comme personne. Ce n'est pas de sa faute, non. C'est intégralement sa faute à lui et lui seul. Kyung Ae, cet enfant maudit et défectueux. Comment était-ce possible de laisser naitre de tels sentiments ? Comment était-ce possible qu'ils existent envers une personne de la même famille ? Mais merde, comment peut-on se faire souffrir à ce point ? Depuis tout ce temps, il se sentait si mal. La présence de sa sœur réchauffait son cœur tout en le brisant en des milliers de morceaux. L'éloignement semblait être la meilleure solution et pourtant, il s'est vite rendu compte, quoi qu'il fasse, il était destiné à souffrir jusqu'à la fin de ses jours. Cette proximité avec elle, la voir, la toucher, lui parler... était tout simplement devenu nécessaire. C'était un besoin, une envie. C'était vital. Vivre sans sa sœur était inconcevable et encore aujourd'hui, il souhaite la garder auprès de lui pour toujours tout en se l'interdisant en même temps. Tout se montrait douloureux. Sa présence et son absence à la fois. Cela le rongeait. Elle l'obsédait complètement. Elle, avec ses qualités comme ses défauts. Il aimait tout chez elle, absolument tout. Même les fois où elle avait fait des conneries pour attirer son attention, il s'était énervé mais au fond, il était si heureux qu'elle le cherche ainsi. Ses gestes, son comportement, ses sourires, son beau visage... c'était devenu une obsession et c'était trop. Trop à supporter pour quelqu'un comme lui, pour quelqu'un tout court. Il se sentait mal d'être hypnotisé par la coréenne chaque fois qu'elle était dans les parages, mal de se sentir traitre auprès de sa famille qui l'avait tant rendu heureux. Un monstre. C'est ce qu'il était mais il avait appris à prendre sur lui. A se contrôler et à cacher cet haine qu'il avait pour lui, et cet amour qu'il éprouvait pour sa sœur. Sa connerie le rendait déjà malheureux lui, inutile de faire du mal à son entourage. Dur, ça l'était, mais il n'avait pas le choix. Ces sentiments étaient interdits, il ne devait pas les ressentir, il n'aurait jamais dû les ressentir. Si seulement elle n'avait pas été de sa famille, les choses auraient été plus simples. Tellement plus simple et il ne se sentirait pas anéantis en voyant les autres garçons lui tourner autour. Tout simplement parce qu'il saurait qu'il a ses chances lui aussi. C'était inutile de rêver, c'était bien trop dur... Non. Il devait vivre avec l'idée que jamais elle ne lui appartiendrait entièrement. Tout au long de sa vie il devrait la partager avec ces salauds qu'il en était venu à haïr comme ce n'est pas permis. Ces salauds si chanceux de pouvoir se déclarer sans ressentir la moindre honte, sans avoir cette peur affreuse de la faire souffrir et de la voir les détester. Parce que c'est ce qu'il se passerait, s'il osait avouer cette horreur. Jynn ne le supporterait pas, il la voyait le dévisager comme le pire des monstres tous les soirs, dans ses cauchemars qui squattaient son sommeil le peu de fois où il arrivait à s'endormir. Jamais elle ne saurait. Elle ne devait pas le savoir. Et pourtant, elle s'était éloignée à son tour... Était-elle au courant ? C'était fort à parier que oui et qu'elle ne voulait plus avoir à faire à lui. Il aurait tellement voulu que tout reste comme avant, que rien ne change. Que cette obsession malsaine n'existe pas.

Pourtant, c'était ce qu'il y a de plus impossible et le jeune homme en était tout à fait conscient. Plus les jours passaient, plus il prenait conscience de ce qu'il était en train de faire, de devenir et plus il entendait ce que son cœur se tuait à lui faire comprendre. Mais il devait se taire et se calmer. Il le fallait ou jamais Kyung Ae pourrait retrouver sa sœur comme avant. C'est ce qu'il souhaitait et il faisait des efforts inimaginables tous les jours pour oublier ce qu'il ressentait et son chagrin. Les heures supplémentaires au boulot, du sport à n'en plus pouvoir, emmener Yun Ah où elle le souhaitait, voir des potes, ne pas rentrer à la maison certains soirs... Tout. Il avait strictement tout essayé mais rien ne marchait. Elle était toujours là, bien claire dans sa tête à toute heure de la journée. Quoi qu'il fasse, elle revenait toujours et elle avait beau ne pas être là, elle l'obsédait affreusement. Même quelqu'un normalement amoureux d'une personne qui ne fait en rien partie de sa famille ne pourrait imaginer ne serait-ce qu'une seconde ce qu'il pouvait bien vivre en ce moment. C'était dégoûtant. Ça avait atteint un stade tel qu'elle occupait ses pensées durant l'intégralité de la journée. Même lorsqu'il croisait de jolies filles dans la rue, elles pouvaient bien lui faire autant de signes qu'elles le voulaient, il n'avait d'yeux que pour sa sœur et aucune autre ne comptait. Pourtant, il savait très bien que certaines lui courraient après mais il avait beau faire des efforts et sortir de temps en temps avec, il était forcé de se faire à l'idée qu'il ne tomberait jamais amoureux d'une d'entre elles... C'est horrible à dire et rien que d'y penser lui donnait des frissons et une horrible envie de se cogner mais c'est sa sœur qu'il aimait, qu'il aime et qu'il aimera toujours. Allez savoir pourquoi, comme si c'était écrit quelque part, il savait qu'il ne passerait jamais à autre chose. Aussi surprenant que cela puisse paraître et aussi impossible que l'on peut croire, son âme sœur n'est autre que sa propre sœur justement. Jynn était tout pour lui. Elle avait pris une place considérable dans son cœur en un an à peine et aujourd'hui, elle prenait progressivement possession du peu de place qu'il restait pour les autres. Évidemment qu'il aime les gens de son entourage mais, les choses sont devenues tellement différentes. Sans s'en rendre compte, les efforts surhumains qu'il faisait pour cacher son malêtre étaient vains. La fatigue trahissant ces longues nuits d'insomnie, sa perte de poids dû à son manque d'appétit et son teint pâle causé par les deux. Au travail, ses collègues avaient beau se tuer à chercher ce qui n'allait pas, le forçant même à avaler un truc ou à rentrer plus tôt, il n'en faisait qu'à sa tête. Non pas qu'il soit têtu de nature, mais tout simplement parce qu'il refusait de rentrer chez lui, l'endroit où il y avait tant de chances de la trouver. Rentrer chez ses parents était devenu un véritable supplice et source de débat incessant dans sa pauvre petite tête si fatiguée. Du plus profond de son cœur, il souhaitait la croiser et la serrer dans ses bras en lui demandant pardon pour ces trois dernières années de tensions et de distances mais en même temps, il avait si peur de raviver la flamme qui le consumait déjà de l'intérieur. Inutile de se voiler la face, même en ne la voyant pas, cette flamme ne cessait de brûler et ne s'atténuait sous aucun prétexte. Mais il avait tellement envie d'y croire. Lors des repas en famille le soir, il sentait son cœur se déchirer en sachant que la coréenne se trouvait là, tout près sans qu'il puisse la toucher malgré l'envie qui le rongeait. Il tentait autant qu'il le pouvait de ne pas gâcher le dîner en laissant transparaitre que ça allait si mal pour lui mais cela devenait de plus en plus difficile. Le fait qu'elle ne s'y présente même plus aurait pu le soulager mais il l'aimait trop. Cette situation commençait à l'inquiéter et il se demandait ce qui n'allait pas pour elle. Il aurait voulu, tellement voulu aller la voir et lui permettre de se confier... La consoler et surtout, l'aider à aller mieux. Il avait vraiment peur qu'elle aille mal. Que ce soit physiquement ou mentalement, il ne supportait tout simplement pas qu'on puisse lui faire du mal et le pire dans tout ça, c'est qu'avec ses conneries, il lui en faisait. Dieu qu'il se haïssait. Ne pouvant même plus se regarder dans la glace, il se détestait au plus haut point. Mais si seulement elle savait pourquoi il s'éloigne, elle le remercierait peut-être avant de le détester à son tour... Il ne demandait qu'une chose : qu'elle ne sache pas jusqu'à ce qu'il oublie et passe à autre chose. L'espoir fait vivre malgré sa conscience que rien ne passera. Il devra seulement apprendre à vivre avec et à taire ses sentiments interdits.

Quand était-elle rentrée et depuis combien de temps ? Kyung Ae l'ignorait totalement et la porte qu'il venait de se prendre en pleine figure n'allait sûrement pas l'aider à réfléchir. Mais pire encore, la présence de Jynn si près de lui allait le perturber comme jamais personne ne pouvait le perturber. Son cœur battait à tout rompre et il avait beau faire de son mieux pour le calmer, rien n'y faisait. Décidément, depuis plus de trois ans il échappait à son contrôle même s'il se laissait dompter, voilà qu'en la présence de la jeune femme il n'obéis plus à rien. Comme si les choses n'étaient pas assez difficiles et n'échappaient pas assez à son contrôle, cet organe défectueux devait en ajouter une couche. Devant la panique de sa sœur, il aurait voulu la rassurer, lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à s'inquiéter et qu'une bosse ne changerait pas grand chose à sa vie mais il n'arrivait décidément pas à décrocher un seul mot. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eu droit à une telle proximité et à de tels gestes de sa part... puis, il s'était tellement interdit de lui en donner. Aujourd'hui, la voir là, juste à côté de lui dans cette si petite pièce encore pleine de buée et d'une chaleur étouffante lui donnait envie de la prendre dans ses bras, de la serrer comme jamais il ne l'avait serrée contre lui et de lui balancer tout ce qu'il avait sur le cœur. Mais il n'avait pas le droit. Leurs parents finiraient par rentrer à un moment ou à un autre et il ne pouvait imaginer qu'une scène où Jynn leur dirait tout simplement ce qu'il vient d'avouer, brisant à jamais les liens qu'ils avaient tous ensemble. L'horreur. Il ne pouvait pas, tout le monde en souffrirait et il refusait que les gens qu'il aime prennent à cause de sa propre folie. Non. Il devait se calmer et calmer l'autre qui tambourinait comme un malade contre sa poitrine. La jeune femme finirait par l'entendre et elle s'éloignerait encore plus de lui. Il avait envie de pleurer. Pleurer comme son cœur qui hurlait en voyant sa sœur juste en face de lui, à chercher de quoi le soigner alors qu'il était assit sur le bord de la baignoire. La voir là, si accessible et pourtant si inaccessible à la fois... il voulait que les choses rentrent dans l'ordre. Il voulait qu'elle ne s'inquiète pas, qu'elle ignore les distances qu'il avait pris et qu'elle se jète sur lui pour le serrer. Secouant la tête et fermant bien fort les yeux pour ne pas pleurer, il se leva et prit le tube de crème qu'elle tenait dans ses mains, lui assurant qu'il pouvait se soigner lui-même. Déjà que la pièce était étroite, si elle le collait, ce serait atroce. Il ouvrit alors le tube et commença à appliquer le produit sur l'endroit le plus touché par le choc mais, les mains tremblantes, il ne put faire autrement que de s'en mettre plein les cheveux qui trônaient devant son front. Une mine agacée sur le visage, à la fois à cause de ça mais aussi parce qu'il avait du mal à ne pas regarder sa sœur dans le reflet du miroir, il ne se rendit même pas compte qu'elle s'était avancée vers lui et c'est lorsqu'elle lui prit le tube de crème que son cœur s'arrêta de battre le temps d'une fraction de seconde. Bouleverser par ce comportement si soudain, il n'arriva même pas à émettre un son de protestation lorsqu'elle se mit à le pousser pour qu'il s'assoit sur le tabouret à côté du lavabo. Les yeux écarquillés, il aurait voulu baisser la tête, ne pas avoir ce visage juste au dessus de lui alors qu'il devait résister et ne pas le regarder. Et cette voix qu'elle avait... ce n'était pas la sienne. Elle ne semblait pas dans son état normal et des interrogations envahirent l'esprit du coréen. Pourquoi cette impression qu'elle se retenait de pleurer ? Elle qui ne pleurait jamais, même pas devant lui. C'est des efforts surhumains qu'il faisait pour regarder sur le côté alors que la demoiselle s'occupait de sa blessure. C'était tellement difficile et il sentait son regard vaciller comme si ses yeux voulaient décider eux même de la direction dans laquelle il devait regarder. Il aurait voulu hurler, s'enfuir à toutes jambes ou même disparaître six pieds sous terre. La tentation était si grande, il pouvait sentir son regard sur lui et son souffle chaud s'écraser sur son visage. Il n'en pouvait plus, il allait craquer. Son cœur battait si vite qu'il aurait donné l'impression qu'il allait lâcher d'une minute à l'autre et ses mains tremblaient de plus en plus. Mais ne pouvait-il pas la regarder ne serait-ce que quelques secondes ? Des petites secondes infiniment petites, juste pour revoir ce visage qui le hantait jour et nuit, qui lui faisait du mal mais qu'il voulait tellement voir. Ne pouvant plus tenir, il sentait qu'il allait se lever et partir et il se risqua à lever son regard vers la jolie brune... croisant ses yeux noirs alors qu'elle était à une proximité si petite de lui qu'il en fut surpris et réprima un léger sursaut. Il ne s'attendait pas à la voir si près et il faut croire qu'elle ne s'attendait pas à croiser son regard puisqu'elle s'éloigna brusquement de lui alors qu'il tentait de calmer sa respiration saccadée, se mordant la lèvre si fort qu'il sentit presque le goût de son propre sang couler dans sa bouche. Jamais depuis trois ans qu'il avait pris conscience de ses sentiments il n'avait été si proche de péter les plombs, il allait craquer, il le sentait. S'accoudant à ses genoux, il enfouit son visage dans ses mains en soupirant avant de les faire glisser jusque dans ses cheveux. « C'est rien... c'est pas grave. » murmura-t-il d'une voix tremblante et à peine audible, tête baissée. Se redressant doucement, il s'adossa au mur de la salle de bain et posa un regard peu assuré sur sa sœur qui était à l'autre bout de la pièce et pourtant si proche, face à lui. Elle savait. Elle savait forcément ce qu'il cachait, sinon pour quelle raison ce serait-elle éloignée à ce point en s'excusant ? Il n'y avait pas d'autre raison logique possible dans l'esprit du jeune garde du corps et l'optique que ses sentiments puissent être réciproque... elle passa en coup de vent pour mieux s'en aller s'enfermer dans son esprit et se taire pour toujours. C'était tout simplement impossible. Mais il était là, face à elle qui était si confuse, avec cette envie monstrueuse de s'avancer et de la serrer contre lui. Il ne se rendit même pas compte qu'il se levait doucement, ne contrôlant même plus son propre corps. Il était fatigué de se retenir sans arrêt, de tout faire pour éviter celle qu'il aime et ne froisser personne. Il voudrait exploser mais il n'avait pas cette capacité... Tête baissée, il s'avança vers sa sœur, réprimant son envie de pleurer, il s'avança dangereusement jusqu'à ne plus être qu'à quelques centimètres – voire même quelques millimètres – du visage de la jeune femme. Faisant de son mieux pour respirer normalement, il commença à lever une main tremblante comme jamais. Se mordant la lèvre, il écoutait sa tête et son cœur se battre alors que son esprit était si confus. Écouter sa tête ou son cœur ? La première était sûrement la plus raisonnable des deux solutions mais il n'y arrivait pas. Son corps ne l'écoutait plus et il déposa sa main sur la joue de sa sœur, caressant doucement sa peau si douce. Les larmes montaient et il avait tellement mal à la gorge de se tuer à les retenir en vain. Il ferma les yeux en collant son front contre celui de la coréenne, afin que les larmes ne coulent pas. Mais qu'était-il en train de faire ? Il devenait complètement malade et sa sœur allait finir par le jeter comme un tas de vieilles chaussettes. Tu prends trop de risques Kyung Ae. Bien trop de risques. C'est en rouvrant les yeux qu'il se rendit compte de l'immense erreur qu'il s'apprêtait à faire et qu'il avait déjà faite. « Et merde. » murmura-t-il à nouveau tout en délaissant sa sœur, se retournant vers le lavabo pour s'y appuyer, tête baissée. Il n'osait même pas relever la tête pour observer la réaction de Jynn dans le miroir. Il avait bien trop peur et se sentait encore plus mal que ces trois dernières années. Au fond du gouffre. C'est là où il se trouvait. Complètement noyé sous les remords de tels gestes, sous la tristesse et le dégoût d'en être arrivé à tomber amoureux de sa sœur. Oui. Il le savait et ça ne servait plus à rien de se voiler la face. Il était amoureux d'elle et cela durait depuis plus de trois ans. Les larmes se mirent à couler. Il ne pouvait plus se retenir et il pleurait silencieusement, resserrant ses mains sur les bords du lavabo. Il aurait pu se briser les os qu'il s'en fichait totalement. Mais qu'avait-il fait ? Les limites, il les avait largement franchies et il ne se sentait pas soulagé du tout. C'est d'une voix tremblante, qu'on ne lui connaissait pas qu'il tenta une brève explication ; « Pardon. Je suis vraiment désolé, j'te jure. Je sais pas ce qu'il me prend... » Mensonge. Il le savait très bien. Mais malgré la situation désespérée, il gardait espoir de pouvoir recoller les morceaux et lui faire oublier, pour reprendre une vie « normale »...

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Ven 29 Avr - 0:22

Trois ans. Trois longues années qu'elle ne cessait de souffrir un peu plus chaque jour, chaque seconde. Son absence était tout simplement insoutenable. Invivable. Le voir s'éloigner d'elle, le voir agrandir cette distance entre eux ne faisait que de la tuer toujours plus. Elles étaient loins toutes ses années passées ensembles, comme des frères et sœurs, à être si.. proches. Loin le temps où ils étaient encore insouciants, loin le temps où elle ne se rendait pas compte que le comportement qu'elle s'était permise d'adopter vis à vis de son frère, et qui lui semblait tellement normal, était on ne peut plus incestueux. Elle était ignoble. Elle avait profité de lui. De son propre frère. Profité qu'il lui fasse confiance, de tout ce qu'ils avaient vécu ensemble. Elle ne s'était rendue compte absolument de rien jusqu'à ce qu'elle rentre à l'université et que lui ne commence à travailler... Être constamment avec lui presque jour et nuit n'avait fait que de les rapprocher toujours plus, et lors de son entrée à l'école privée, elle était tombée de haut. De si haut. Dès le premier jour ça avait été atroce. Dès le premier jour sans lui, elle n'avait eu qu'une seule chose en tête c'était de le retrouver. De le voir. De le toucher. Qu'il la prenne dans ses bras pour ne plus jamais la lâcher. Et cela n'avait fait qu'empirer au fil du temps. C'était un fait. Elle ne pouvait tout simplement pas se passer de lui. Et c'est lorsqu'elle le voyait avec d'autres filles qu'elle a compris qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Une sœur n'a pas le cœur qui se resserre, qui cogne douloureusement dans sa poitrine, à la vue de son frère accompagné d'une fille, aussi proches de lui soit-elle. Une sœur n'a pas des envies de meurtres contre elles. Une sœur n'as pas envie d'être... à la place de ces filles. Quand elle s'en est rendue compte, Jynn a eu peur. Peur d'elle même. De ce qui était en train de se passer en elle. Elle a essayé de rejeter tout ça. Ce n'était qu'une passade, elle était juste perturbée par le fait qu'elle ait peur que son frère la remplace, rien de plus. Non, c'était bien plus que ça. Et au fond d'elle même elle avait fini par le savoir et elle ne voulait pas se l'avouer. Elle ne pouvait pas faire ça, pas à son frère, pas avec son frère. C'était tout bonnement impensable et tellement pas.. normal. Et c'est là que tout c'est mis à partir de travers. Au début, elle avait tellement peur que les gens le remarquent, que sa famille le voit ou pire, que son frère s'en rende compte. Se regarder dans la glace était devenue pire qu'un supplice et elle n'arrivait plus à s'accepter, à accepter ce qu'il se passait en elle. Ses réactions bien trop exagérées quand son frère était dans les parages. Ses réactions que toute sœur digne de ce nom n'irait pas à avoir envers leur fratrie. Mais tout ses espoirs que personne ne verrait rien, que tout allait s'arranger, que ce n'était qu'un problème technique dans sa crise d'adolescence, se sont envolés quand elle ne put voir que le constat de son problème. Son frère s'en allait, doucement mais surement, il s'éloignait. Il avait vu. Il avait tout remarqué, c'était évident. Sinon pourquoi serait-il parti ? Pour que du jour au lendemain toutes leurs petites habitudes, toutes leurs petites manies, leur proximité et leurs étreintes ne cessent de s'éteindre c'est qu'il y avait quelque chose. Un problème. Et le problème, c'était elle. Elle devait le dégouter. Qui ne serait pas dégouté de savoir que sa propre sœur éprouve des choses bien trop ambiguës à l'égard de son frère ? Jynn n'avait que le sort qu'elle méritait. On ne récolte que ce que l'on sème de toute façon. Et elle était condamnée à souffrir et à avoir mal. Elle le savait. Pourtant, elle pourrait avoir l'espoir qu'avec de la chance elle tomberait sur quelqu'un de bien, un homme qui saurait l'aimer et que surtout.. elle aurait le droit d'aimer. Elle pourrait essayer de se jeter corps et âme dans une relation. Mais ce ne serait que se bercer d'illusions. Au fond d'elle même elle ne savait que trop bien qu'elle ne pourrait jamais ressentir ne serait-ce que le dixième de ce qu'elle éprouve à l'égard de Kyung Ae pour un autre. Jamais. Il était le seul à mériter toute l'attention qu'elle pouvait porter envers quelqu'un, le seul à la connaître par cœur, le seul à qui elle pourrait confier sa vie sans se poser une seule question. Il pourrait lui demander de n'importe quoi, elle le ferait sans hésiter une seule seconde. Et ça, aucune autre personne ne saurait se l'approprier. Il la possédait totalement. Elle était à lui et à lui seul. Il était la seule personne à la rendre heureuse, à lui donner vraiment le sourire, à la faire se sentir elle même et aussi.. à lui faire perdre tout ses moyens. Depuis trois ans, elle était totalement perdue sans lui, elle faisait n'importe quoi, et elle n'avait juste plus aucun repère. Car son repère c'était lui, et il n'était plus là. Il n'était plus là par sa faute et car elle n'avait pas eu d'autres choix que d'imposer à son tour cette distance entre eux. C'était le mieux qu'elle puisse faire. Elle ne pouvait pas lui imposer sa présence, il devait la trouver horrible et le connaissant il aurait bien été trop gentil pour le lui montrer réellement. Et sa façon de lui dire avait été de s'éloigner. Tandis que pour elle, sa présence était devenue la pire douleur du monde, tout comme son absence. Le voir ne lui donnait qu'une envie, que tout redevienne comme avant mais elle ne pouvait pas, car plus rien n'était pareil. Elle avait bien trop grandi et découvert ce qui se cachait derrière tout ça. Ses ignobles sentiments qui l'envahissaient toujours plus. Mais son absence était tout aussi atroce. Ne pas le voir ne lui faisait penser qu'un peu plus à lui. Et c'était la seule chose qu'elle avait encore le droit à ce stade.. Le voir. De loin. Juste un petit peu. Dans les deux cas c'était un véritable supplice qu'elle c'était infligée. Les deux cas ne faisaient que lui montrer un peu plus la déchéance dans laquelle elle s'était plongée. Ne faisait que lui montrer un peu plus que sans lui... elle n'était rien. Strictement rien. Qu'elle était incapable de vivre sans lui, qu'elle avait besoin de lui. Mais par sa faute, tout c'était arrêté. Il devait tellement lui en vouloir. Il devait tellement se dire qu'elle s'était jouée de lui, qu'elle s'était servie de lui. Qu'elle l'avait trahie. Peut-être même pensait-il que tout ce qu'ils avaient vécus n'était que le pur fruit des sentiments malsains de la jeune fille et étaient tous intentionnels. Rien que d'y penser lui déchirait le cœur et lui donnait envie de pleurer, de lui hurler que ce n'était pas le cas...

Il lui manquait tellement que ça en devenait insoutenable. Il l'obsédait à n'en plus pouvoir. Au tout début, elle arrivait à penser à autre chose quand elle se changeait les idées. Maintenant c'était tout bonnement impensable. Elle n'arrivait plus à se concentrer sur quoique se soit. Quoi qu'elle fasse, il était toujours là. Ses notes en pâtissaient. Ses parents ne comprenaient pas. Mais elle ne pouvait pas leur avouer, c'était impossible. Des excuses, toujours des excuses pour fuir la réalité. Pour fuir le regard des autres. Le regard horrifié de ses parents si jamais ils savaient, ne serait-ce que l'espace d'une seconde ce qui osait se tramer dans la tête de leur fille biologique. Non, elle ne voulait même pas savoir leur réaction. C'était déjà bien assez difficile de se l'avouer soi-même, de vivre avec, il était impensable de savoir ce que penseraient les autres. Rien qu'à l'idée d'imaginer leur mine dégoutée, leur regard haineux, lui donnait envie de vomir. Elle se donnait envie de vomir. Elle se détestait d'avoir osé tout gâcher entre son frère et elle. Leur relation que tout le monde enviait, que chaque enfant rêverait de posséder vis à vis de son frère ou de sa sœur. Eux ils l'avaient eu, peut être un peu trop, mais il l'avait eu et elle avait tout foutu en l'air. Même le peu qu'elle dormait il arrivait toujours à être là. Comme pour combler le manque qui ne se faisait ressentir que toujours plus. Mais non. Rien ne le remplacerait. Rien ni personne. Elle pouvait tout plaquer pour lui si il le lui demandait. S'il savait à qu'elle point elle l'aimait.. s'il savait il n'en serait que plus distant. Car elle c'était rendue à l'évidence. Ce n'était pas une simple attraction physique ou autre vis à vis de son frère qui pourrait parfaitement incarné le stéréotype de son homme idéal. Non c'était bien pire. Elle en était tombée amoureuse. Et le mot lui écorchait la bouche tellement il était trop dégoutant vis à vis de Kyung Ae. Non personne ne peut prendre la place qu'il avait su prendre. Les autres n'étaient rien à côté de lui. Ce n'est pas pour faute d'avoir essayé de l'oublier avec d'autres hommes, elle avait essayé, et elle essaye encore. Elle tente de l'oublier ne serait-ce qu'une seconde en se focalisant sur un autre. Mais c'est peine perdue. Qui que se soit, elle s'imaginera toujours le brun à la place de la personne avec elle. C'était impossible. Personne ne pouvait le lui faire oublier. Il était bien trop important.. Tellement important...

Jynn avait beau chuter autant physiquement que mentalement, elle s'en fichait dès lors qu'elle voyait Kyung Ae et alors elle n'était plus que le spectateur impuissant face à l'état physique de son frère. Croyait-il qu'elle n'avait pas vu qu'il avait maigri ? De ces cernes qui ne faisaient que de s'installer un peu plus sur son visage ? De l'air vide et triste qu'elle ne faisait que de voir à chaque fois qu'elle le croisait. Et elle ne pouvait rien faire, strictement rien faire. Son frère allait mal, elle ne le voyait que trop bien, et pourtant elle ne pouvait rien faire. Elle ne pouvait pas l'aider car ils n'avaient que trop pris leurs distances l'un de l'autre. Mais elle mourrait d'envie de le voir, de le prendre dans ses bras, qu'il lui déballe tout ce qu'il n'allait pas. Comme avant. Qu'ils se disent tout une nouvelle fois. Qu'ils n'aient plus de secrets l'un pour l'autre comme cela l'avait toujours été. Mais c'était impossible. Impossible, car il n'était même pas la peine d'imaginer qu'elle puisse, de son côté, lui déballer tout ce qui lui pèse depuis toutes ses années. Et le pire dans tout ça c'était de s'imaginer pourquoi. Pourquoi il allait mal. L'hypothèse que se soit de sa faute ne la ferait que souffrir davantage, et puis elle doutait fort qu'il est encore un minimum d'intérêt pour elle après tout ce temps. Elle avait bien trop du le dégouter avec ses sentiments à la con. Il était fort possible qu'il aille mal à cause d'une fille aussi, et ça la faisait encore plus souffrir de ce dire que désormais tout ses regards étaient portés sur une autre, toute son attention, toute son affection. Elle n'était plus rien. Mais elle l'aimait trop. Tellement qu'elle était capable de souffrir encore plus pour l'aider s'il en avait besoin. Elle serait capable de n'importe quoi pour lui..

Jynn n'aurait jamais pensé être de nouveau si prêt de son frère un jour. Elle l'avait tant espéré, tant rêvé, mais se dire que cela pouvait arrivé était bien trop beau pour être vrai. Beau et douloureux. Elle ne savait comment se comporter vis à vis de lui. Elle se torturait pour agir le plus naturellement possible, sans qu'il ne remarque quoi que se soit. Même s'il savait tout. Il fallait qu'elle prenne sur elle, qu'elle tente de lui montrer que tout est fini, qu'elle redevenue « normale » même si ce n'était pas le cas. Elle avait tellement envie de le retrouver, quitte à mentir et à souffrir au plus profond d'elle même en silence. Mais ce ne serait que le trahir une nouvelle fois, elle le savait. Et puis ce foutu cœur, ce putain de cœur qui ne cessait de battre à tout rompre, tellement fort qu'elle avait l'impression qu'il allait éclater dans sa poitrine, qu'il résonnait à travers toute la salle de bain où la chaleur était bien trop étouffante alors qu'elle peinait déjà assez pour respirer. Et comme pour ne pas craquer, elle avait tout fait pour détourner son attention de lui, cherchant comme une démenée la crème pour réparer le mal qu'elle avait osé lui faire. Ce qu'elle se détestait rien qu'à l'idée de pouvoir lui faire mal. Sur tout les plans. Elle voulait juste tenter de réparer les dégâts. Mais il ne voulait pas qu'il la touche, il ne voulait plus. Ça se comprenait dans un sens. Qui ne serait pas dégouté à l'idée que votre propre sœur, qui éprouve des sentiments presque obsessionnels à votre égard puisse ne serait-ce que poser le petit doigt sur vous ? Seulement ça faisait mal, tellement mal de se voir rejeter par la personne à laquelle on tient le plus au monde. Alors elle avait envie de pleurer. Tout ce qu'elle avait retenu depuis trois ans avait failli sortir d'un seul coup mais elle avait su se rattraper à temps. Elle ne voulait pas que son frère ait pitié d'elle. Elle ne voulait pas qu'il culpabilise. Elle ne voulait pas qu'il croit qu'elle essaye de l'amadouer. Mais surtout elle ne voulait tellement pas craquer. Elle devait rester forte. Seulement, plus les jours passaient plus elle se sentait faiblir. Cette carapace qu'elle s'était forgée ne faisait que de s'effriter un peu plus chaque jour alors qu'elle tentait temps bien que mal de la faire tenir debout. Et le voir, là, devant elle, de dos, à l'ignorer ne lui donnait qu'une seule envie: de lui hurler tout ce qu'elle avait sur le cœur. Mais c'était inconcevable. Elle ne pouvait pas se le permettre. Pas après tout ce temps, pas après tout ces efforts pour se maîtriser. Il fallait qu'elle garde le contrôle d'elle même où elle était foutue. Sa vie deviendrait un véritable enfer. Mais Jynn avait un défaut, elle était très impulsive. Et elle avait beau tenter de garder son sang-froid, voir son frère si prêt d'elle lui faisait perdre tout ses moyens. Alors elle a fait ce qu'elle n'aurait jamais du faire. Elle s'était approchée de lui, lui a pris le tube de crème et l'a poussé sur le tabouret, ne se rendant pas compte des conséquences que ça aurait sur elle et sur sa force mentale surtout. Elle se faisait souffrir toute seule cette débile. Elle se mordait tellement la lèvre, elle se retenait tellement de pleurer que ses yeux devaient briller à la trahir. Sa gorge était tellement serrée qu'elle avait bien du mal à aligner quelques mots. Elle luttait. Elle luttait tellement pour ne pas poser ses yeux sur lui, de ne pas le toucher. Mais sa force avait des limites semblait-il, puisque son regard se risqua à glisser sur le visage de Kyung Ae, à le dévisager, à l'admirer pour finir par tomber dans le gouffre de ses yeux noirs. Il avait vu ce qu'elle était en train de faire. Il l'avait pris en plein sur le vif. Et elle.. Elle s'était tellement inconsciemment rapprochée de lui à ce moment là. Qu'elle fut stupéfaite lorsqu'elle reprit ses esprits. Elle venait clairement de se rendre compte de la connerie qu'elle venait de faire. Jynn recula, complètement paniquée par ses propres gestes. Bordel. Elle était en train de faiblir, elle ne faisait que de le constater de plus en plus. Elle n'avait pas le droit. C'était horrible. Et de le voir là, visiblement blasé par le comportement de sa sœur ne faisait que de lui serrer un peu plus le cœur. « C'est rien... c'est pas grave. » Si. Bien sûr que si c'était grave. Et il sait. S'il ne savait pas, il ne dirait pas ça. Il ne l'excuserait pas. Au contraire, il se demanderait pourquoi elle s'excuse. Elle se mordit la lèvre une fois de plus jusqu'au sang, se retenant violemment de pleurer. La jeune femme le voyait se lever alors qu'elle avait baissé la tête, de peur qu'il ne voit ses yeux trop brillants et le mal-être qui ne cessait de l'envahir toujours plus. Elle aurait voulu s'enfuir, loin tellement loin, pour ne plus avoir à montrer sa faiblesse devant lui. Elle ne pleurait pas. Jamais. Même Kyung Ae qui avait toujours été le plus proche d'elle ne la voyait quasiment jamais faiblir et.. craquer. Et pourtant c'était ce qui était en train de se passer. Elle craquait. Elle savait que dans peu de temps tout ce qu'elle avait fait pour se contenir n'aura été que chose futile et tout éclatera au grand jour. Et ce jour là, elle n'aura plus qu'à mourir car son frère saurait tout officiellement. Elle ne serait plus rien. Rien du tout..

Ce qui se passa ensuite, Jynn ne le comprit pas. Sa tête était sur le point d'exploser et chercher à savoir ce qui se passait alors était trop lui demander. La seule chose qu'elle vit c'est son frère se rapprocher d'elle, encore, toujours plus et son visage se pencher bien trop vers le sien, bien trop près. Le cœur de la jeune femme battait à tout rompre. Tout se mélangeait dans sa tête. Elle ne comprenait plus rien. Comme si le temps c'était arrêté. La seule chose qui comptait c'était son frère et surtout. Pourquoi ? Pourquoi après tout ce temps ? La main qu'elle sentait sur sa joue ne fit qu'accélérer son rythme cardiaque. Son cœur allait lâcher d'une seconde à l'autre. Il battait bien trop fort. Elle pencha la tête comme pour le toucher toujours plus alors qu'elle fermait les yeux quand sans front vint se poser sur le sien. Une larme roula le long de sa joue. Il lui avait tellement manqué. Il lui manquait tellement. Tout ses gestes lui avaient tellement manqué. « Et merde. » Et il la laissa. Une nouvelle fois. Chute brutale. Elle y avait cru, qu'est-ce qu'elle était conne. Ce fut de trop. Le dos de sa main vint se plaquer contre sa bouche alors qu'elle se mit à pleurer en silence. Toutes ses larmes qu'elle gardait depuis tant d'années étaient en train de sortir contre son gré. Et elle en était au stade où elle ne pouvait rien faire pour les arrêter. Elle essayait. Mais c'était comme demander à un barrage de retenir un tsunami. Et merde. et merde ? Elle ne comprenait pas pourquoi. Elle ne comprenait pas pourquoi il agissait comme ça pour ensuite la laisser de nouveau. Et merde. Il venait de se rappeler de ce qu'était sa sœur ? Quelle type de personne elle était ? Les sentiments qu'il avait remarqué qu'elle possédait pour lui ? Les larmes roulaient sur ses joues alors qu'elle venait de cesser de tenter de les retenir. C'était peine perdue et elle l'avait bien compris. Jynn releva douloureusement ses yeux rougis vers son frère qui se tenait planté en face du lavabo, lui tournant une nouvelle fois de plus le dos. Mais cette fois-ci elle pouvait clairement voir son reflet dans le miroir. Et elle resta figée sur place. Il... pleurait ? Elle ouvrit la bouche sans qu'aucun son ne puisse en sortir. C'était à cause d'elle qu'il pleurait ? Alors elle ne saura que détruire tout ce qu'elle touche jusqu'à la fin ? « Pardon. Je suis vraiment désolé, j'te jure. Je sais pas ce qu'il me prend... » Alors que ses larmes redoublaient sans aucun bruit, Jynn n'avait qu'une envie. Prendre son frère dans ses bras, lui demander pardon, lui hurler qu'elle l'aimait à en crever, que si c'était de sa faute qu'il était mal qu'elle ferait tout pour se rattraper, que s'il avait besoin d'elle, qu'elle serait là et qu'au fond, même avec tout ce qu'il s'était passé, elle avait toujours été et serait toujours là. Quoiqu'il arrive. Il mentait en plus. Elle ne le connaissait que trop bien. Son frère ne pleurait pas pour rien. Son frère ne pleurait pas sans savoir pourquoi. Il y avait forcément quelque chose. Et pour que ça le mette dans cet état là ça devait être important et pas n'importe quoi. La gorge serrée elle fit un pas vers lui, hésitante. « Tu.. C'est à cause de moi que t'es dans cet état là ? C'est de ma faute unh..? » La fin de sa phrase fut comme un murmure alors que ses larmes ne cessaient de couler. Elle avait tellement peur qu'il souffre à cause d'elle. Tellement peur qu'il lui mente et lui dise non si c'était vraiment le cas. Elle l'aimait tellement qu'elle ne saurait encore moins s'accepter qu'à l'ordinaire. Elle s'avança vers lui, lui attrapant le bras qu'il tenait fermement au lavabo avant de tirer doucement dessus pour qu'il se retourne afin de lui faire face. Voir son frère pleurer était le pire des supplices et ses propres pleurs elle n'y prêtait même plus attention. Seul son frère comptait. Il n'y avait toujours eu que lui. « Regardes-moi.. S'il te plait.. » Elle le suppliait presque. Elle ne tenait plus. Elle ne pouvait plus faire semblant, elle n'en pouvait plus de cette séparation, de cette distance. Elle avait trop besoin de lui et tout ça n'était que le résultat de sa propre connerie. Si il savait à quel point elle aurait aimé que tout soit normal, pouvoir se rattraper, remonter en arrière et rattraper les dégâts. S'il savait. Jynn vint doucement attraper de ses mains tremblantes le visage de Kyung Ae alors qu'elle essuyait du bout des doigts ses larmes qui coulaient encore. Tandis que lui, lui il devait être la seule personne à réussir à la faire pleurer, autant de joie que de tristesse. La seule personne à la voir craquer ou en état de faiblesse, la seule alors que ça n'arrivait quasiment jamais. Alors qu'elle se rapprochait encore un peu, elle baissa les yeux avant de murmurer  « Je suis désolée.. Pour tout. » Elle se mordit la lèvre inférieure alors que cette fois-ci elle ne put contenir un sanglot. Pour tout. Tout, même ses sentiments interdits. Ses trois ans d'absences. Leur relation qui s'est détruite au fil des années. Il lui avait pardonné une fois, il y a neuf ans. S'il ne le faisait pas aujourd'hui elle ne lui en voudrait pas. Elle comprendrait.Al Ça ne serait que trop normal après tout. Elle craqua. Vraiment cette fois-ci. Ce qu'elle c'était toujours interdit, elle venait de le faire. Cette torture mentale, elle venait que de se l'infliger une fois de plus. Jynn se mit sur la pointe des pieds dans l'espoir de grandir un peu, avant de se jeter brusquement dans les bras de son frère. Elle passa ses bras autour de son cou alors que ses mains se perdaient dans ses cheveux, s'y accrochant comme si sa vie en dépendait. Car elle savait que ça ne durerait pas. Et que la redescente sur terre serait terriblement atroce. Et c'était fini. Elle ne pouvait plus se retenir. Elle se mit à pleurer toutes les larmes qu'elle ne voulait pas lui montrer alors que son visage venait se cacher, honteux, au creux de son cou. Son odeur. Elle lui avait tellement manqué. Sa chaleur et sa proximité, elle ne pouvait plus s'en passer une minute de plus. Et elle s'accrochait encore plus à lui, désespérément. Alors elle abandonna et entre deux pleurs elle réussit à lui dire ce qui résumait tout au final même si ce n'était en rien le nœud du problème.. « Tu me manques Kyung Ae.. Tu me manques tellement... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Ven 29 Avr - 21:47

Les paroles de son patron n'étaient que trop véridiques et légitimes. Kyung Ae était le seul en tord pour s'être foutu dans une telle situation et ce sermon raisonnait dans sa tête comme s'il avait été prononcé par ses propres parents. Ses parents biologiques. Que pouvaient-ils bien penser de la situation, là-haut ? Oh, il y a fort à parier qu'ils sont si déçus et triste que leur fils duquel ils ont toujours été fières puisse se lancer dans de telles souffrances pour lui-même mais aussi pour son entourage. A son arrivée chez les Choi, il ne se sentait pas encore totalement chez lui mais ses deux nouveaux parents ne lui ont donné que plus confiance en son avenir. Il était sûre de lui et sentait que, même si le traumatisme due au décé de ses parents ne disparaitrait pas d'aussitôt, l'avenir ne pourrait être que meilleur. Des moments difficiles, les deux jeunes gens n'en ont que trop traversé et malgré tout ce qui avait bien pu se passer entre temps, le souvenir de cette haine qu'ils s'étaient données presque réciproquement n'avait jamais été aussi proche d'eux qu'aujourd'hui. Tout simplement parce que la vie avait été si belle après leur réconciliation et les voilà désormais dans une souffrance comparable. Un an. Une seule petite année avait suffit pour qu'ils deviennent le duo indissociable de la famille. L'un n'allait pas sans l'autre et ce changement radical réjouissait tout le monde. Certains enfants enviaient même leur relation si fusionnelle. Ils étaient proches, peut-être même trop mais ils avaient pu vivre une relation fraternelle que de très rares personnes connaissent. Ils avaient eu la chance de partager des choses que même des jumeaux ne partageraient pas et il avait tout gâché. Car c'était de sa faute et seulement la sienne si depuis trois ans, ce n'était plus pareil. C'est lui qui était complètement anormal. Lui qui avait le cœur qui s'emballait pour sa propre sœur. Lui qui avait choisi de s'éloigner... Heureusement pour lui, si l'on peut dire, qu'il avait décidé d'arrêter ses études après le lycée à cause de ses difficultés à s'exprimer. Cet sorte de handicape était devenu une véritable tare et le jeune homme n'avait que trop de mal à supporter ce qu'il était devenu à cause de lui-même une fois de plus. A croire qu'il avait un côté masochiste au fond de lui qui le poussait à se faire du mal sans cesse alors qu'il pourrait, au contraire, sourire à la vie qui lui est offerte. Non. Il avait préféré se terrer dans le silence durant plusieurs mois après l'accident, jusqu'à se rendre muet et le voilà aujourd'hui qui recommence l'expérience en laissant se développer en lui des sentiments dégoûtants et interdits pour sa propre sœur. Alors qu'elle entamait sa dernière année au lycée, lui cherchait innocemment du travail tout en continuant sa petite vie familiale, ne se rendant pas compte de ce qu'il se tramait dans son petit cœur qu'il hais désormais. C'est à cette époque, alors qu'il commençait à avoir des horaires difficiles et l'empêchant de voir sa sœur autant qu'il le voudrait qu'il se rendit compte que quelque chose n'allait pas. Quelque chose n'allait même pas du tout. Plus les jours passaient, plus il se mettait à languir le moment où il rentrerait à la maison afin de revoir Jynn, qu'ils se racontent leurs journées, se confient l'un à l'autre si besoin il y avait, la prendre dans ses bras... Les jours de travail étaient longs et cela devenait insupportable. Il avait besoin de voir sa sœur, de passer autant de temps avec elle qu'auparavant. Mais le pire était à venir et, malgré tous les signaux qui lui avaient été lancés, il n'avait pas été capable de prévoir quoi que soit. Cette année là avait été encore raisonnable, les deux adolescents pouvaient se voir assez souvent et pourtant, lui avait du mal à supporter l'absence de la demoiselle. Et il s'était mis à jalouser les garçons qui sortaient avec elle. Pourtant, il savait qu'elle avait beaucoup de succès avec ce si joli minois, l'inverse aurait été réellement étrange. Mais il n'était pas préparé à ça et il s'était mis à haïr ces mecs puérils et sans cervelles. Il s'était à vouloir les remplacer, à vouloir prendre toute la place dans le cœur de sa sœur, à vouloir la posséder tout entière... Ah non. Les choses ne tournaient vraiment pas rond dans sa tête et à force de se voir maladivement jaloux, tactile, heureux de sa présence, malade de son absence et de sentir son cœur s'emballer chaque fois qu'elle était dans les parages qu'il se rendit compte... qu'il ne la voyait plus comme une sœur. Elle était devenu ce qu'il possédait de plus cher dans ce monde, la personne la plus importante pour lui. Celle en qui il avait le plus confiance, celle qu'il voulait protéger au péril de sa propre vie. Celle que était devenu son idéal féminin. Celle qu'il aimait... malheureusement. Durant les quelques mois avant l'entrée de la jolie brune à l'université de Yeonju, Kyung Ae s'était mis à faire un travail impossible sur lui-même. Il n'avait pas le droit de ressentir ce qu'il ressentait et il devait oublier. De toute façon, ce n'était qu'une lubie passagère et cela s'atténuerait avec le temps, c'était certain. Eh bien, il faut croire qu'il s'était bien trompé sur son compte et il s'était voilé la face pour rien. C'est le début d'un véritable enfer et il avait empiré la chose en se laissant aller à ses désirs de rester avec sa sœur sans arrêt. Plus le temps passait, plus il la désirait et d'une façon tellement immonde pour un frère qu'il s'était mis à se haïr comme personne n'aurait pu le haïr un jour. Fut une période où il se donnait même envie de vomir et encore aujourd'hui, cette sensation n'avait pas totalement disparue. Il se dégoûtait tellement. Comme s'il avait trahis sa petite sœur, qu'il avait profité d'elle et de son ignorance alors qu'il soupçonnait déjà ces sentiments impardonnables. Comment avait-il pu oser ? Et il avait tout gâché, pensant bien faire en s'éloignant d'elle dès son entrée en fac, trouvant l'excuse totalement bidon qu'ils n'avaient plus du tout les même horaires et que ce serait difficile pour eux de se voir comme ils l'avaient toujours fait. Bidon, mais pas totalement faux. Plus le temps passait, plus il pensait pouvoir échapper à la flèche que Cupidon lui lançait mais ce n'est que trop tard qu'il se rendit à l'évidence... son cœur était déjà transpercé. Il s'en voulait. Des remords, il en éprouvait plus que jamais alors qu'il souffrait de ne plus voir sa sœur. Il avait tellement besoin d'elle. Si seulement elle savait ce qu'il a besoin d'elle. Mais il n'a pas le droit, il ne peut plus se permettre de l'approcher comme il le faisait si naturellement avant. Le mal qu'il avait déjà fait était d'ores et déjà considérable, inutile d'en rajouter une couche. D'autant plus qu'elle n'avait pas hésité à s'éloigner elle aussi... Elle devait être au courant et tellement dégoûtée par son frère qu'elle ne cherchait même pas à le retenir. La place qu'il avait réussi à occuper, il l'avait sans doute perdu et cette pensée lui donnait envie de hurler. De pleurer toutes les larmes qu'il se tuait tant à contenir.

Le bon vieux temps où ils étaient si proche lui manquait affreusement. Elle lui manquait affreusement. Son parfum, ses bras, sa voix... Tout. Absolument tout lui manquait chez elle et au final, il avait beau tout tenter, elle ne faisait que prendre un peu plus de place dans son cœur au fur et à mesure que les jours défilaient. Alors il s'éloignait, toujours un peu plus. Se faisant souffrir et la faisant probablement souffrir à son tour. Du moins, elle avait dû avoir mal ne serait-ce qu'au début... Avant de découvrir les sentiments inacceptables qu'il éprouvait pour elle. Mais il pouvait se répéter à longueur de journée que c'était la meilleure solution, que ses sentiments n'avaient aucune chance de partir s'il restait auprès d'elle, il avait toujours un peu plus mal chaque jour depuis trois ans. Son absence le bouleversait totalement. Il n'avait plus aucun repère car elle constituait désormais toute sa vie. Son efficacité au travail en avait pris un gros coup et personne ne comprenait son brusque changement. Au début, il ne laissait rien paraître et faisait de son mieux pour rattraper les erreurs qu'il commettait mais avec le temps, il dû se faire à l'idée que tout le monde avait remarqué que quelque chose le tracassait et que ses efforts étaient vains, malgré la bonne volonté qu'il pouvait y mettre. Et encore. C'est à se demander s'il avait vraiment envie de les faire ces efforts. A vrai dire, il n'avait plus envie de rien. De dormir, de manger, de travailler, de s'investir dans quoi que ce soit... de vivre. Oui. Il en était arrivé là. A un stade où il se haïssait et souffrait tant que c'en était devenu humainement pas supportable. A la maison, il parlait assez peu et ne se montrait que très rarement. Ses parents s'imaginaient que son travail lui prenait du temps et qu'il restait lui-même : une personne calme qui a toujours très peu ouvert la bouche pour s'adresser aux autres. C'était d'ailleurs une chance qu'ils ne remarquent rien de ce qu'il pouvait bien se passer en lui. S'ils vivaient dans un monde où l'on a la capacité de lire l'esprit des autres aussi facilement que l'on lis un livre, ce n'est même pas la peine de préciser que le jeune homme ne vivrait déjà plus dans cette maison. Ils pouvaient lui porter autant d'amour que c'est possible d'en apporter à son enfant mais, il ne faut pas rêver, ce sont des parents tout à fait normaux. Et en tant que tels, ils n'accepteraient jamais que leur fils à qui ils ont tout donné puisse les trahir de cette façon si... dégoûtante. Leur réaction ne pouvait être positive, c'était tout simplement inconcevable. Inimaginable. Impossible. C'était tellement dur pour lui de se sentir traitre à ce point. Il devait vivre avec ces sentiments mais malgré les années, il avait toujours autant de mal à les accepter. Et il était seul. Si seul. Il en était arrivé à un point où il commençait à s'isoler de tout le monde. Ne voyant que très peu ses amis, évitant le plus possible ses collègues et ne faisant que de brèves apparitions aux réunions familiales. C'est trop douloureux. Et ses sentiments ne cessaient de grandir infiniment, à tel point qu'il n'en voyait plus la fin. Un véritable cauchemars. Un enfer et il devait le supporter seul. Ce serait trop égoïste d'embarquer de pauvres âmes innocentes dans une telle folie. Même son meilleur ami ne devait pas être au courant, il s'interdisait formellement de faire partager l'horreur qu'était l'amour qu'il ressentait pour Jynn.

Insomnie, perte de poids, du sport à tout va et des heures supplémentaires au travail. Le coréen se faisait du mal autant physiquement que moralement mais cela lui importait si peu. Oui. Il se fichait totalement de l'état dans lequel il pouvait être lorsqu'il croisait sa sœur dans l'état dans lequel elle semblait être. Certes, il s'était éloigné d'elle pour ne pas qu'elle subisse ces sentiments maudits mais il n'était pas devenu aveugle pour autant et il ne voyait que trop bien que quelque chose n'allait pas pour elle. Pâle comme un linge, à la limite de la maigreur et des cernes à n'en plus finir. Elle qui n'était déjà pas bien grosse à la base, la changement restait tout de même radical. Puis, cette joie de vivre qu'il aimait tant chez elle... elle n'y était plus. Disparue. Totalement. Son visage souriant lui manquait tellement et l'idée que cela puisse être de sa faute, tout ce malêtre... Ça le rendait malade rien que d'y penser et se regarder dans la glace après ça ne serait que plus difficile que ça ne l'est déjà. Il voudrait tant être là pour elle. Non. Il était là pour elle et il l'avait toujours été. Seulement, ils s'étaient tellement éloignés en trois ans qu'il se voyait mal renouer avec Jynn comme si de rien n'était. Le temps où ils se confiaient l'un à l'autre, sans aucun tabou, sans se juger était bel et bien révolu et pourtant, il savait que sa sœur pourrait toujours compter sur lui lorsqu'elle en avait besoin. Malheureusement, il ne pourrait pas se confier à elle comme elle à lui cette fois-ci. C'était tout simplement impensable qu'il puisse déballer ce qu'il ressent à son égard. Même s'il en avait parfois terriblement envie... C'est vrai, il lui arrivait encore de rêver que cela puisse bien se terminer alors qu'il savait pertinemment que c'était impossible. Sa sœur le détesterait tant il la dégoûterait, ses parents ne voudraient probablement plus le voir et il serait rejeté. Aucune échappatoire n'était possible hormis celle où ça se terminait mal. C'est lui qui n'était pas normal. Ces sentiments étaient interdits et pire encore tant ils étaient incestueux. Jamais ils ne seraient réciproque. Se faire du mal en y croyant n'était pas une solution. Alors il s'était fait à l'idée. Mais peut-être bien que le coréenne se sentait mal pour une toute autre raison ? Un chagrin d'amour n'était pas à mettre de côté, loin de là et imaginer qu'un autre ait pu prendre sa place alors que lui n'appartenait qu'à elle... c'était bien trop douloureux. Mais après tout, tant pis. S'il devait se sacrifier pour sa sœur, alors il le ferait sans même y réfléchir.

Si Kyung Ae avait su qu'un jour il se retrouverait à nouveau aussi proche de sa sœur, il faut avouer qu'il ne l'aurait pas cru ou du moins, il se serait préparé psychologiquement. Cela faisait si longtemps qu'il attendait ça. Une attente qui le rongeait en silence alors qu'il s'entêtait à vouloir s'éloigner, pensant que cela arrangerait le problème. Ce qui était en train de se passer semblait si irréel et pourtant, sa sœur était bien là en face de lui à chercher de quoi soigner le coup qu'il s'était pris lorsqu'il avait voulu ouvrir la porte alors qu'elle la poussait de l'intérieur. Pas mal comme commencement pour les retrouvailles. N'empêche que son cœur battait la chamade, le poussant à détourner son attention de la jeune femme pour ne pas craquer. Cela faisait vraiment trop longtemps qu'ils ne s'étaient pas retrouvés seuls dans la maison, et encore moins dans une pièce si étroite. Pourquoi avait-il fallu qu'il se pointe à la salle de bain ? Certes, il devait prendre une douche d'urgence après l'eau qu'il s'était pris sur la tronche mais il aurait très bien pu attendre un peu en voyant que la porte ne s'ouvrait pas. Mais non, au lieu de ça, il avait insisté et s'était pris la porte en plein dans le visage. Quel imbécile. Détaillant la pièce alors que Jynn mettait un bazars pas possible dans le lavabo qu'elle remplissait de tous les produits présents dans le placard, le garde du corps faisait de son mieux pour penser à autre chose, respirant lentement pour calmer les battements frénétiques de son cœur. Mais il se rendit compte un peu tard que leur contact serait beaucoup plus évident s'il la laissait le soigner... oui, parce qu'elle n'avait pas cherché la fameuse crème comme une dingue pour le laisser comme ça. Elle était inquiète et ça ne se voyait que trop sur son visage déjà ravagé par la fatigue. Alors, prenant son courage à deux mains, le grand brun s'était levé pour lui prendre le tube des mains et se soigner seul. Ce n'était pas contre elle. Grand dieu, bien sûr que non, c'était même loin d'être contre elle et il avait peur qu'elle ne s'en rende pas compte. Il avait peur qu'elle lui en veuille mais il n'avait pas le choix. Le moindre contact, de près ou de loin avec elle, provoquait en lui une douleur inimaginable et il perdait tout contrôle qu'il avait sur lui-même. Autant éviter le désastre tant qu'il en est encore temps. Le soucis, c'est qu'ayant un tube de crème dans une main et ne lui restant que l'autre pour s'étaler la fameuse crème sur le coup, le coréen se mit littéralement le produit plus dans les cheveux qu'ailleurs. Mais à vrai dire, il n'y faisait même pas attention. Il était plutôt concentré à ne pas regarder le reflet de sa sœur derrière lui, dans le miroir. Mais qu'allait-il bien pouvoir faire ? Prendre ses jambes à son cou était une option particulièrement alléchante mais il briserait toutes ses chances de renouer ne serait-ce qu'un minimum avec celle qu'il aime. Il y en avait peu, mais il gardait espoir qu'il y en avait encore assez... Tout ce qu'il devait faire, c'est se calmer et tenter une explication auprès d'elle. Mais garder son calme était tellement plus facile à dire qu'à faire. Carrément nerveux, la jeune étudiante lui faisait un tel effet. Impossible pour lui de se comporter de façon normale et elle était bien la seule à avoir un tel pouvoir sur lui. D'autres pourraient essayer autant qu'elles le voudraient, ça n'aurait pas la moindre influence sur le coréen. Il n'avait d'yeux que pour sa sœur, elle était tout ce qu'il avait et la perdre du jour au lendemain par sa propre faute... c'était probablement l'épreuve la plus difficile qui lui eut été donnée de surmonter. Enfin, peut-être pas. Il n'eut pas le temps ni même la force de réagir lorsque sa sœur lui arracha le tube de crème des mains avant de le pousser vers le tabouret à côté du lavabo. Son cœur se mit à battre si fort qu'il semblait menacer de lâcher à tout moment. Il tambourinait contre sa poitrine comme s'il avait l'envie monstrueuse de sortir. Kyung Ae se retrouvait là, terriblement impuissant face au comportement de sa sœur... et surtout, impuissant devant le malêtre apparent de la jeune fille. Quelque chose dans sa voix n'était pas normal. Comme si elle retenait difficilement un sanglot. Il aurait voulu regarder mais il n'osa pas. Bien trop conscient de ce que ça provoquerait s'il osait lever les yeux vers elle, il garda le regard rivé vers le côté pendant quelques minutes. Oh oui, cela risquait de le tuer. Il ne supporterait pas de la voir si mal et si près de lui. Il craquerait et le regretterait jusqu'à la fin de ses jours. Se mordant la lèvre pour ne pas céder, il sentit son sang couler légèrement dans sa bouche. Infecte. Seulement, aussi fort d'esprit que l'on puisse être, lorsque la personne que l'on aime le plus dans ce fichu monde est à quelques centimètres, c'est vraiment dur de résister et il se risqua à lui lancer un petit regard. Juste un seul. Qui fit dégénérer la situation comme ce n'est pas permis. Croisant le regard de sa sœur, il se mordit encore plus fort, ne sentant presque plus sa lèvre et cru que son cœur allait lâcher alors qu'elle, elle reculait aussi sec. C'était obligé, il n'y avait pas d'autre possibilités : elle était au courant et ce regard l'avait alarmée, c'est tout simple. Totalement désespéré alors que son corps échappait à son contrôle, le brun tentait du mieux qu'il le pouvait de se calmer mais rien n'y fit. Ça allait mal tourner, il le sentait et cela lui donnait envie de vomir. Ne pas craquer. Surtout pas ! Lui qui avait la qualité de rester calme dans la majorité des circonstances, voilà bien la première fois qu'il se sentait perdu et perdait le contrôle de lui-même à ce point. Autant dire que c'était loin d'être agréable et il se haïssait de ne pas savoir se contenir plus. La savoir là, en face de lui. Accessible comme jamais elle ne l'avait été... il pouvait se permettre ne serait-ce qu'un tout petit contact, non ? Sûrement pas. Il ne devait pas. Il n'avait pas le droit. Oui. Il l'aimait à en crever, il l'aimait et la chérissait plus encore que sa propre vie mais c'était interdit.

Mais il faut croire que ce soir, c'en était fini de lui. Tremblant comme une feuille, il avait du mal à bouger correctement et son cœur avait eu raison de sa tête, prenant tout le contrôle. Alors qu'il luttait pour rester prostré sur son tabouret, ses forces le quittèrent et il se leva doucement, se dirigeant alors vers Jynn qui n'était pas très loin. Se rapprochant dangereusement d'elle, il fit des gestes qui pourraient être interprétés comme suicidaires pour quelqu'un dans son état. Ce n'était pas bon du tout et il était en train de se brûler tout seul, de son plein grès alors qu'il profitait de ce contact qu'il avait attendu depuis si longtemps. Son cœur battait à tout rompre, ses mains tremblaient encore et il avait peur. Mais il se sentait si bien. Il l'aimait tellement... Elle lui avait tellement manqué. Elle lui manquait encore maintenant alors qu'il collait son front au sien. Les yeux fermés, il serait resté là pendant des heures si seulement le temps avait eu la bonté de s'arrêter. Il ne voulait plus bouger. Il souhaitait rester là, avec elle et personne d'autre. Mais la chute fut brutale et lorsqu'il se rendit compte de la connerie gigantesque qu'il était en train de faire, il se retourna brusquement pour s'en retourner vers le lavabo, s'y appuyant pour ne pas tomber. Qu'était-il en train de faire ? Pure folie, il était complètement malade et foutait en l'air toutes ses chances de renouer avec celle qu'il aime. Elle devait être horriblement dégoûtée par ce geste et ce fut la pensée de trop. Kyung Ae se mit à pleurer, continuant de se mordre la lèvre inférieur pour se retenir et ferma les yeux tout en baissant la tête. Il ne pouvait pas se regarder dans le miroir et encore moins prendre le risque de croiser le regard haineux de sa sœur. La situation était encore plus insupportable que ces trois dernières années. Au moins, il avait eu la force de se contrôler et de garder ce qu'il ressentait pour lui et lui seul. Là, il n'y arrivait plus. Toutes les larmes qu'il avait continu étaient en train de couler le long de ses joues et il ne pouvait même pas les arrêter. La situation lui échappait et il ne pouvait qu'être le spectateur de cette scène monstrueuse. Cependant, il se risqua à regarder dans le miroir lorsqu'il entendit sa sœur prendre la parole, la voix brisée par... les larmes qui coulaient. Et ce fut comme un déchirement. Un atterrissage violent et raté, au passage. Elle pleurait. Jynn pleurait réellement comme jamais il n'avait eu l'occasion de la voir pleurer. Cette vision lui fit si mal qu'il détourna le regard, ses yeux s'embrumant derrière un rideau de larmes. Que pouvait-il bien la rendre dans cet état ? Elle allait mal. L'amour de sa vie allait vraiment mal et il ne pouvait que faire des hypothèses sur la raison. C'est bien trop horrible et ces affreux sentiments qui foutaient la merde. Il ouvrit la bouche pour lui répondre mais aucun son n'en sortit. La refermant alors, il se contenta de faire un signe 'non' de la tête sans se retourner. C'était trop douloureux de la voir dans cet état. Pire encore que de devoir supporter cet amour à la con. Et si c'était de sa faute ? Si elle souffrait à cause de lui ? Il en avait tellement peur que ça le rendait malade. « Regardes-moi.. S'il te plait.. » Pitié non, pas ça. La voix suppliante de sa sœur lui faisait encore plus mal et il aurait voulu hurler. Hurler que rien n'était de sa faute, qu'elle n'y était pour rien et que le seul fautif c'était lui ! Comment pouvait-elle poser une telle question alors qu'elle souffrait par sa faute ? N'était-elle pas au courant ? Le doute s'installa dans l'esprit du coréen qui sentit la main de la demoiselle tirer sur son bras pour qu'il se tourne vers elle. Son corps se positionna face à elle mais son visage allait dans une toute autre direction. Non seulement il avait honte qu'elle le voit dans cet état mais il avait également honte de la mettre elle dans un tel état. Quel monstre il faisait. Les yeux fermés, il tentait du mieux qu'il le pouvait de résister, de ne pas craquer alors qu'il avait abandonné contre ses larmes. Tant pis, il était bien trop faible et les mains de sa sœur venant saisir son visage, essuyant doucement ses larmes n'arrangèrent pas les choses. Son cœur allait lâcher, il battait à tout rompre et lui... il restait tel un imbécile à ne pas bouger. Ce sont les excuses de Jynn qui le poussèrent à ouvrir des yeux écarquillés. Ce n'était en rien à elle de s'excuser et leva les yeux au plafond en sentant son cœur se serrer à la vue de cette si faible personne... qu'il avait pourtant connu comme quelqu'un de fort et souriant. C'est semblable à un monstre qu'il se sentit alors et aucune parole ne voulurent sortir. Pas un mot. Il n'y arrivait pas et là, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Sa sœur, son amour, sa vie, celle qu'il aimait depuis plus de trois ans venait d'éclater en sanglot en le serrant désespérément contre elle. Pris de panique en sachant parfaitement que c'était fini, que ce soir il allait craquer, il aurait voulu s'enfuir en courant. Partir loin d'ici et tout quitter pour ne plus jamais la faire souffrir. Pourtant, savoir qu'il lui manquait aussi... Ce serait un mensonge que de dire que cela ne lui faisait pas plaisir mais il ne savait plus sur quel pied danser. Alors, elle n'était pas au courant... Ou alors, elle souhaitait elle aussi tourner la page ? Impossible. La proximité de sa sœur l'empêchait de réfléchir correctement et il ne put qu'agir. La serrant alors contre lui, il remonta une de ses mains jusqu'à ses cheveux pour la caresser doucement. C'était bien la première fois qu'il la serrait si fort et pour rien au monde il n'aurait lâché son étreinte. Essayant de calmer sa respiration saccadée, il pris un longue inspiration. « J'te le jure, c'est pas de ta faute. Tu n'y es pour rien, c'est moi le... le monstre. » Ne retenant même plus ses propres larmes, il ne souhaitait qu'une chose : la rassurer, qu'elle termine convaincue qu'elle n'a rien à se reprocher et qu'elle puisse aller mieux désormais. Les choses ne seraient peut-être plus comme avant mais il voulait essayer, au moins. Ne serait-ce que lui faire comprendre qu'elle pouvait toujours compter sur lui. Ses mains toujours tremblantes, il rapprocha délicatement sa sœur encore un peu plus de lui, quitte à ce qu'elle remarque les battements frénétiques de ce foutu cœur. Réfugiant son visage dans son cou, il ajouta d'un air suppliant ; « S'il te plait, arrête de pleurer. Tu n'imagines même pas à quel point ça me fait mal de te voir comme ça. » Ça y est, il commençait. Les paroles dépassaient sa pensée et il avouait des choses qu'il aurait préféré garder pour lui. Si vraiment elle n'était pas au courant pour ses sentiments, il valait mieux les protéger le plus possible. Mais le garçon était si désespéré qu'il ne réfléchissait même plus aux conséquences et agissait impulsivement alors qu'il ne le faisait jamais. La coréenne avait véritablement le don de le faire sortir de ses gongs et il n'arrivait même plus à penser correctement. Il craquait. Il le savait, il était en train de craquer et la suite des évènements serait probablement terrible. De toute façon, un retour en arrière était désormais impossible. Alors, foutu pour foutu... « Tu me manques aussi Jynn... » Prenant alors une inspiration entre deux larmes, il ajouta plus comme s'il pensait à voix haute ; « Si tu savais... comme je t'... » s'interrompant brusquement, il écarquilla les yeux et leva la tête vers le plafond, se mordant la lèvre qui avait tout juste eu le temps de se remettre de l'agression précédente. Quel imbécile, il devenait dingue. Sa sœur le rendait dingue, non... il était dingue de sa sœur.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Sam 30 Avr - 20:10

Se manger sa propre faiblesse en pleine figure n'avait rien de bien agréable. Cela laissait un horrible arrière goût amer dans la bouche et c'était très dur à avaler. Mais elle y avait toujours cru. Jynn avait toujours voulu faire croire qu'elle était bien plus forte que ce qu'elle était vraiment. Elle avait cru qu'elle tiendrait, qu'elle parviendrait à arborer sans faille cette façade qu'elle s'était forgée pour se protéger afin de ne jamais rien laisser transparaitre. Son amour propre en aurait pris un sacré coup. Seulement aujourd'hui, de l'amour propre elle n'en avait plus. Elle l'avait violemment piétiné lors de la révélation de ses sentiments...Jusqu'à aujourd'hui, elle avait toujours su s'afficher fièrement et ça avait plutôt bien fonctionné. Jusqu'à ce qu'elle ne découvre ce qui la mènerait à sa perte. Jusqu'à ce que tout ça ne commence. Il est vrai qu'elle avait toujours été quelqu'un de très caractériel au fond, mais elle ne faisait que renforcer cette partie de sa personnalité qu'un peu plus pour réprimer l'autre. Son autre côté d'elle, celui qui ne faisait que de lui mettre des bâtons dans les roues. Elle aurait tellement aimé qu'il disparaisse. Celui qu'elle reniait plus que tout. Celui qui ne la faisait que déchanter un peu plus chaque jour. Elle le savait depuis le temps pourtant : il faisait partie intégrante d'elle, et cela ne faisait que de se confirmer de plus en plus au fil du temps. Enfouit au plus profond d'elle même, ne le laissant jamais sortir, elle avait toujours su faire en sorte pour que l'image que l'on est d'elle soit celui d'une fille dynamique, caractérielle et un peu grande gueule quand il le fallait et surtout.. incassable. Lorsqu'elle se prenait une remarque plus ou moins cinglante ou profonde, elle rigolait, elle vannait à son tour, mais jamais elle ne montrait qu'elle avait été touchée. Et c'était bien là le problème. C'est qu'en réalité, elle était bien trop sensible, et la moindre chose pouvait l'atteindre ou lui faire du mal. Bien que tout cela ne se passe uniquement à l'intérieur d'elle, elle se remettait constamment en question. Et cela avait atteint son paroxysme il y a trois ans. Elle avait tout remis en doute lorsqu'elle avait mis la main sur ce qui était en train de se passer dans sa tête. Le fait qu'elle ne soit pas normale et qu'elle éprouve des choses bien peu éthiques vis à vis de son frère. Tout. Plus rien n'avait de sens pour elle et tout ce qui, jusqu'alors, était ce qu'il y avait de plus banal avait été remis en cause. Tout y était passé par peur qu'il y ait un truc qui clochait dans d'autres domaines. Elle n'avait rien trouvé pourtant. Elle ne possédait qu'un seul et unique problème, pas des moindres, et il avait un nom. Il s'appelait Kyung Ae. Et pourtant ce n'était pas de sa faute. Bien au contraire. C'était elle la fautive. Elle qui avait eu le malheur de transformer la relation qu'elle possédait avec le brun en quelque chose de bien plus qu'une relation fraternelle. Tout était sa faute. Et c'est uniquement à cause d'elle qu'ils en étaient là aujourd'hui, à s'ignorer, à ne plus se parler et de moins en moins se voir aussi. Jusqu'aujourd'hui elle avait réussi à jouer le jeu. A se cacher de ses sentiments affreux qu'elle ressentaient que trop violemment de plus en plus chaque jour. A s'infliger cette distance vis à vis de lui pour elle autant que pour lui. A ne jamais faiblir, ni craquer, même lorsqu'elle était seule. Pourtant ça n'avait jamais été l'envie qui lui avait manqué, bien au contraire. Elle n'avait que trop de fierté pour se laisser aller, même vis à vis d'elle même. Seulement, elle avait beau se le nier en bloc ou faire tout et n'importe quoi pour conserver son image, c'était simple pourtant : elle avait ses limites. Comme tout le monde. Avant elle ne se le serait jamais avoué mais à la longue elle l'avait bien compris. Surtout ces derniers temps où elle ne cessait de réclamer son frère encore plus qu'à l'habitude. Elle ne supportait déjà que trop peu cette situation, elle ne pouvait tout simplement plus la vivre maintenant. Il lui manquait à un point que ce n'était plus supportable. Elle avait bien trop besoin de lui. C'était vital. Et ça se voyait. Elle ne pouvait tout simplement pas vivre sans le brun, et son état physique et mental n'en était que trop affecté un peu plus chaque jour. Elle avait l'impression d'être remonté presque dix ans en arrière. La situation n'était en rien la même et pourtant elle était si similaire. Pendant deux ans elle avait réprimé son frère et sa sœur, pendant deux ans elle les avait ignoré, avait dressé un mur entre eux. Elle n'avait tout simplement pas voulu les accepter. Et pendant deux ans, elle avait souffert comme jamais en les voyant s'accaparer ses parents qui, elle en était sûr, la délaisserait pour eux à l'époque. Qu'est-ce qu'elle était déjà débile, même à cet âge là. Jusqu'à ce qu'elle craque et que tout s'arrange. Et que tout dégénère de nouveau aussi. Ils avaient remis ça. Une nouvelle fois. Dans un nouveau contexte. Cette fois c'est lui qui avait commencé à s'éloigner, et elle avait suivi. De toute façon, qu'aurait-elle pu faire ? Lui courir après ? Cela ne l'aurait que dégouter davantage. Et elle souffrait une nouvelle fois. D'une façon bien différente et certainement bien pire que la première. Et le mot était faible. Tellement faible. Ils leurs avaient fallu un an pour devenir plus proche que jamais et presque tout autant pour devenir presque des étrangers vis à vis l'un de l'autre. Et tout ça car elle était détraquée. Elle était complètement folle. Elle avait tout détruit. S'il savait comment elle s'en voulait. Elle ne pouvait même plus se regarder dans la glace sans avoir envie de frapper dedans et de détruire le reflet qu'elle y voyait tellement il pouvait lui donner envie de vomir. De se dire qu'elle avait perdu la personne auquel elle tenait plus que tout au monde, se dire qu'elle devait l'avoir déçu, qu'elle le dégoutait, ne lui faisait que trop mal et pourtant elle ne le savait que trop bien. Et tout ceci n'était que le résultat fatal de sa propre bêtise. De son propre comportement immonde vis à vis de son frère. Même les personnes d'une famille, aussi proches soient elles, n'en viendraient pas au stade où elle était. Il fallait tout simplement qu'il y est une faille dans le système pour qu'elle puisse avoir eu le malheur de tomber amoureuse du brun. Pourquoi ça ? Pourquoi la dernière chose qui aurait du lui arriver lui était-elle tombée dessus sans qu'elle ne puisse faire quelque chose ? Elle avait du supporter tout ce cauchemar sans pouvoir ne serait-ce l'espace d'une seconde imaginer pouvoir se confier un jour. C'était tout simplement impensable et complètement fou. Soit on la prendrait pour une folle et on ne la croirait pas, pensant qu'elle dirait ça pour faire marcher les gens. Après tout, elle pouvait très bien jouer sur la proximité qu'elle avait toujours eu avec son frère pour semer le doute. Ou bien on la croirait et là, inutile de dire qu'on ne la regarderait plus jamais de la même façon. Personne ne pourrait la comprendre. C'est impossible. Quiconque serait dégouté de savoir que l'un de ses amis soient complètement dingue de son propre frère. Même le plus compréhensif des proches ne pourrait comprendre, c'était tout bonnement impensable. Alors elle le gardait pour elle, ce fardeau. Elle le cachait autant qu'elle le pouvait des autres. Elle le subissait toujours plus chaque jour et ce n'était que plus difficile à chaque fois de ne rien montrer. Seulement, tout ne faisait que de se dégrader, autant la situation qu'elle. Si ce n'était pas le cas, on ne lui demanderait pas sans cesse ce qui n'allait pas, on ne lui dirait pas qu'on voyait qu'elle allait mal, on ne la soulerait pas constamment à lui dire qu'elle avait une mine affreuse, qu'il fallait qu'elle mange et que les soirées ne la réussissaient pas visiblement. En vain. Elle ne voulait absolument rien entendre. Elle niait tout en bloc et remettait toujours ça sur le compte de ses études. Mensonges, encore et toujours. Elle mentait à son entourage et à sa famille. Au fond, elle savait très bien d'où venait le malêtre, elle ne le savait que trop bien..

Plus le temps passait, plus elle se sentait vide et sale. Vide car son frère occupant la totalité de son être, une fois parti, il n'y avait plus rien. Créant en elle un gouffre sans fin que rien ni personne ne saurait combler. Sauf lui. Mais elle devrait vivre avec. Avec ce vide immense. Mais elle n'y arrivait plus. Elle n'arrivait plus à vivre sans lui. S'en était qu'un peu plus insupportable chaque seconde. Et elle ne faisait que de se détruire toujours plus. Toute cette situation la détruisait et la faisait bien trop souffrir. Elle espérait tellement qu'il revienne, qu'il lui revienne. Elle rêvait. Cette tendance qu'elle avait toujours eu à trop rêver, à se faire des films irréalisables dans sa tête. Celui-ci en faisait parti. Et c'était le pire. Mais elle gardait l'infime espoir qu'un jour tout puisse s'arranger, qu'un jour elle puisse passer outre ses sentiments et retrouver son frère. Que c'était beau de rêver. Tandis que ce qu'elle vivait était plus un cauchemar vivant qu'autre chose. Vide, voilà ce qu'elle était. Sale aussi. Sale de vouloir autant son frère, de le désirer comme il était totalement interdit de désirer un membre de sa famille. Immonde, elle était juste immonde... Et pendant tout ce temps, tout ce temps où elle n'avait cessé de se rapprocher de lui encore et encore, il lui avait fait confiance. Ne se doutant pas une seule seconde que sa sœur ne verrait pas leur relation comme quelque chose de fraternel et qu'au final ça avait viré en bien plus que ça. Et il s'en était rendu compte et il était parti. Elle avait du horriblement le faire tomber de haut quand il s'en était rendu compte, elle aussi, la chute avait été brutale. Il avait du se sentir affreusement trahi et sali par Jynn qui avait osé émettre des sentiments à son égard. Elle avait tout perdue du jour au lendemain. Car son frère représentait ce « tout ». Il était tout pour elle. Et en plus d'avoir perdue sa seule raison de vivre, elle s'était perdue elle-même. Tout avait été remis en question. Elle ne savait plus où elle en était, qu'est-ce qu'elle devait faire ou comment se comporter. Elle avait donc essayé de refouler tout ça et de vivre comme elle le pouvait. Mentant à ses proches tout comme à elle-même, avant d'accepter. Accepter ce qu'elle était, horrible, une erreur de la nature. Car la nature ne permettait pas qu'on puisse tomber amoureuse de son frère. Parfois, elle se dit que ce n'était peut être pas si grave, après tout il n'avait aucun lien de parenté véritable. Ce n'est pas comme si elle était Yun Ah. Mais non. Il restait son frère dans sa tête et dans son cœur et elle ne pouvait l'accepter. Tout comme personne n'accepterait. Non. Elle ne faisait que de sombrer un peu plus et elle n'arrivait même plus à jouer la comédie. Pendant trois ans elle avait réussi à rester elle-même vis à vis d'autrui, rester celle que tout le monde connaissait pour que personne ne puisse remarquer ce qu'il se passait en réalité dans sa petite tête. Mais ces derniers mois, c'était devenu trop. Elle avait accumulé tellement au fil des années qu'elle n'arrivait tout simplement plus à jouer le jeu. Sa joie de vivre était partie bien qu'elle tentait tout de même de la ranimer de temps à autres. Et c'était pathétique, mais elle n'arrivait à rire ou à sourire uniquement sous l'effet enivrant de l'alcool aujourd'hui. Et encore, c'était quitte ou double. Être ivre avait parfois de bons côtés pour oublier, mais la redescente sur terre fait toujours plus mal à chaque fois. Ne poussant qu'à recommencer pour oublier encore plus. Il ne manquerait plus qu'elle vire alcoolique tient... Bien qu'à ce stade, imbécile comme elle était, elle en serait bien capable.

Et voilà que tout ses remparts qu'elle avait mis temps de temps à construire, cette muraille qu'elle avait dressé pour se protéger elle ainsi que les autres de son esprit pas net commençait doucement mais surement à s'effriter. Seulement, elle ne s'attendait pas à ce qu'elle puisse craquer aussi vite. Bien que vite est un bien grand mot. Trois ans, c'est long et douloureux pour un cœur qui ne cesse d'en voir de toutes les couleurs durant toute cette période. Trois longues années. Si elle avait su qu'aujourd'hui, en moins de quelques minutes tout son monde allait s'effondrer et que tandis que son frère se mangerait une porte en pleine figure, elle, elle se mangerait un retour sur terre des plus violents et la destruction massive de la façade qu'elle n'avait que bien trop de mal à arborer en ce moment. Elle n'avait qu'elle même déclenché tout ce qui allait se produire et elle n'avait qu'elle à blâmer pour ce qui allait se passer ensuite. Tout ce qui ferait qu'elle ne pourrait plus se regarder dans la glace demain matin. Qu'elle ne pourrait plus jamais affronter le regard dégouté qu'aurait son frère. Qu'elle n'aurait plus qu'à mourir. C'était un fait tellement évident : vivre sans lui n'avait absolument aucun sens. Pourquoi avait-elle eu cette pulsion ? Pourquoi avait-elle cherché à le soigner alors qu'il lui avait pourtant clairement fait comprendre qu'il pouvait le faire lui même, qu'il n'avait pas besoin d'elle, qu'il n'avait tout simplement plus besoin d'elle. Elle n'avait fait que chercher le diable. Elle qui depuis tout ce temps cherchait à fuir son frère de près comme de loin afin de ne pas être tenter, elle venait de tout détruire en l'espace de quelques secondes. Proche de lui comme jamais. Il lui avait pourtant dit qu'il pouvait se débrouiller tout seul, mais elle n'en pouvait plus de ce rejet permanent, elle n'en pouvait plus de le voir s'éloigner toujours plus. Elle avait cédé. Et comme si ce n'était pas assez, elle s'infligeait une torture mentale des plus grandes à cause de la proximité qu'elle avait avec Kyung Ae. Son visage si près du sien alors qu'elle tentait de se concentrer sur sa tache. Son visage si près, mais pourtant si inaccessible. Car c'est ce qu'il était devenu, il était inaccessible. Rien qu'avoir le droit de le voir de loin était devenu un privilège qu'elle ne saurait se passer, car c'était l'unique chose qu'il lui restait de lui au final, hormis tout leurs moments passés ensemble. Dès lors qu'elle osait y repenser, elle avait envie de pleurer. Se dire que tout cela c'était terminé, qu'elle avait tout gâché. Le pire étant de se dire qu'on finirait forcement par prendre sa place. Il la remplacerait, c'était certain. Elle l'avait bien trop trahie pour qu'il la pardonne, pour qu'il lui laisse une seconde chance. Même si cela avait été le cas, plus rien n'aurait été comme avant et il ne la verrait certainement plus jamais de la même façon. Le voir si près d'elle ne donnait aux larmes qu'elle retenaient de plus en plus difficilement, l'envie de sortir. Cette tentation si grande que de jeter ne serait-ce qu'un coup d'œil au visage de son frère, mais elle ne pouvait pas se le permettre pourtant. Ça lui était interdit. Mais il ne la regardait pas de toute façon, elle pouvait craquer une petite seconde n'est-ce pas? Elle luttait tellement contre elle même, mais elle faillit et ses yeux descendirent graduellement du front du jeune homme jusqu'au reste de son visage. Non, il ne la regardait pas. Pourquoi voudrait-il le regarder de toute façon. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas pu poser ses yeux sur lui d'une telle façon, de l'admirer et de le trouver si.. parfait. Tellement longtemps que quand ses yeux se retrouvèrent dans les siens, elle comprit pourquoi. Parce que cela lui était tout bêtement interdit. Prise en train de faire une énorme bêtise, elle recula, s'excusant comme elle le pouvait. Mais le mal était fait. Il l'avait vu. Il l'avait vu en train de faiblir et il ne devait avoir qu'une seule envie : s'en aller et ne plus jamais la revoir. L'homme qu'elle aimait plus que tout au monde était là, juste là, et elle n'avait pas le droit de le lui dire. Pas le droit de lui dire qu'il était tellement important pour elle, qu'elle avait besoin de lui. Non, c'était tout bonnement interdit et même pas la peine d'y penser. Alors qu'elle se mordait violemment la lèvre, se retenant de pleurer comme jamais, se retenant de hurler tout ce qu'elle avait sur le cœur, elle le vit s'approcher. Se rapprocher bien trop près d'elle alors qu'elle l'avait à peine vu se lever. Et ce fameux cœur qui battait à n'en plus pouvoir, qui menaçait de lâcher d'une seconde à l'autre, qui ne faisait que de s'affoler un peu plus à l'approche de son frère. Sincèrement, elle avait peur. Peur qu'il lui dise qu'il sache. Peur qu'il lui dise qu'elle le dégoutait et qu'il ne voulait plus jamais la revoir. Mais il n'en fut rien pourtant. La mine si triste qui ornait son visage ne lui faisait que plus de mal et elle se posait bien trop de questions. Elle devait tellement l'avoir déçue. Elle se sentait tellement coupable et de le voir ainsi ne la faisait que culpabiliser toujours plus alors qu'elle en était à un stade où ça devenait difficile de faire pire pourtant. Tout s'embrouilla dans sa tête, le temps s'était stoppée pour elle quand la main de Kyung Ae vint se poser sur son visage, doucement, avant de le caresser du bout des doigts. Sur le coup, elle était persuadée que son cœur allait éclater tellement il martelait comme un dératé dans sa poitrine. Pire encore quand il vint poser son front contre le sien. Elle ne comprenait plus rien, tout paraissait tellement irréel et était surtout tellement contradictoire. Et elle eut le malheur de croire ne serait-ce qu'une petite seconde que tout allait peut être s'arranger, qu'il allait lui dire que tout était fini et que tout irait bien maintenant, qu'il ne la laisserait plus jamais et que par chance il ne savait peut être pas ce qu'elle éprouvait pour lui. Oui, le malheur, car la chute fut violente et fit très mal. Il la laissa tout aussi rapidement qu'il était venu. Il la laissa plantée là alors qu'une larme coula sur sa joue. Alors c'était tout. Voulait-il lui faire comprendre que si ils n'étaient plus comme avant c'était uniquement de sa faute ? Mais elle ne le savait que trop bien, elle le savait tellement qu'elle était en train de se détester d'une force que s'en était presque impensable. Et ce rapprochement si soudain ne la fit tomber que plus bas encore. Ce fut de trop. Elle avait beau se montrer forte, elle ne l'était pas tant que ça en réalité. Et elle plaqua sa main contre sa bouche, de peur qu'il n'entende sans doute, et toutes les larmes qu'elle avait retenu durant trois ans se mirent à couler alors qu'elle tentait désespérément de les retenir. Elle se sentait si mal. Elle ne se prenait que tout ce qu'elle méritait. Mais elle n'aurait jamais pensé craquer devant lui. Elle qui durant tout ce temps avait tout fait pour se contenir. C'était fini. Elle avait cédé, et les larmes qui se déversaient sur son visage n'en était que la preuve vivante. Mais elle n'était pas au bout de ses peines. Son cœur s'arrêta pendant quelques secondes avant de se serrer atrocement dans sa poitrine lorsqu'elle releva les yeux vers son frère et qu'elle le vit pleurer en silence.. Son frère pleurait. L'amour de sa vie était en train de pleurer. Elle se sentit atteindre le fond. Elle qui pensait ne pas pouvoir tomber plus bas, elle se trompait sur toute la ligne. Voir Kyung Ae dans un tel état la faisait souffrir plus que n'importe quoi et sa propre souffrance n'était rien comparée à celle qu'elle ressentait à la vue du brun à ce moment là. Alors elle lui demanda. Elle osa lui demander si c'était de sa faute. Elle était certaine que c'était le cas, et ça la torturait encore plus de savoir que c'était elle qui lui faisait tout ce mal. Il ne pouvait pas pleurer pour rien, ne pas savoir pourquoi. Malgré ses trois ans d'absences, il ne devait pas avoir tant changé et elle le connaissait par cœur. Lui d'ordinaire si calme et maître de lui même ne pas savoir pourquoi il était comme ça ? Pensait-il vraiment qu'elle allait le croire ? Il fit non de la tête. Elle ne serait pas complètement dingue de lui, elle ne posséderait pas ses putains de sentiments pour lui, elle aurait directement été le prendre dans ses bras, le laissant déballer tout ce qu'il avait sur le cœur, sans se poser une seule question. Tout aurait été bien plus simple et tellement naturel. Et le simple fait qu'il ne lui dise pas ne faisait que montrer une nouvelle fois que plus rien n'était comme avant entre eux. Qu'il n'avait plus confiance. Et cette situation ne lui faisait que trop mal, encore une fois..

Il était fort possible que la seule chose qu'il voulait était qu'elle lui foute la paix, qu'elle reparte elle et ses sentiments incestueux. Mais elle voulait comprendre. Elle voulait savoir ce qui se passait chez son frère pour qu'il soit dans un état pareil. Elle ne comptait plus, plus rien ne comptait si ce n'était lui et son malêtre. Elle pouvait souffrir autant qu'elle voulait, pouvait être au bord du gouffre également, elle ferait toujours passer son frère bien avant elle. Alors elle s'était approchée doucement de lui, lui attrapant son bras pour qu'il se retourne vers elle. Elle l'avait supplié de la regarder. Elle n'en pouvait plus qu'il la fuit alors qu'elle n'avait fait que le fuir également jusqu'aujourd'hui. Elle n'arrivait plus à supporter de voir qu'il la rejetait. Juste pour aujourd'hui. Juste pour ce soir. Elle voulait juste un peu de son attention. Juste un peu. Mais non, elle n'y avait pas le droit non plus. Il s'était retourné mais il n'avait en rien posé les yeux sur elle. Elle avait envie de rire, d'un rire nerveux tellement elle se sentait stupide. Stupide d'y croire encore. Stupide d'espérer une telle chose alors qu'à ses yeux elle n'était plus rien. Elle devait le dégouter et il n'avait surement qu'une envie c'était qu'elle disparaisse. Mais elle avait craqué. Craqué contre elle même et tout ses principes. Le contact qu'elle cherchait absolument à éviter depuis ces trois dernières années, elle ne le cherchait que plus ardemment à cet instant précis. En vérité, c'était le fait de voir son frère en larmes qui l'avait fait flanché encore plus qu'à l'ordinaire. Elle aurait pu se reprendre quand il s'était décollé d'elle, elle aurait pu partir et tout laisser en plan. Elle aurait pu. Mais elle n'avait pas su se passer de la seule occasion qui c'était présentée à elle d'être si proche de lui et le voir.. si faible. Le voir comme ça lui faisait si mal, elle ne savait juste pas quoi faire pour l'aider à aller mieux. Elle avait vu qu'il n'allait pas bien mais le voir craquer devant elle, elle ne s'y était tout simplement pas préparé. Ses mains vinrent doucement essuyer les larmes qui coulaient le long des joues de son frère, presque en rythme avec les siennes. Et elle s'était excusée. Jynn s'était excusée. Et dieu sait qu'elle avait une fierté tellement immense qu'elle ne faisait pas ça tout les jours. Elle était bien trop fière pour avouer qu'elle était fautive et admettre ses torts. Seulement, cette fois-ci elle n'y avait même pas réfléchi. C'était sorti tellement naturellement. Dans tout les cas, sa fierté elle l'avait perdue depuis bien longtemps, et aujourd'hui elle n'avait plus rien à perdre. Puisque ce qu'elle tenait le plus dans ce monde, elle l'avait perdue il y a trois ans, et chaque jour l'espoir de le retrouver s'affaiblissait toujours un peu plus... Elle avait su pleurer en silence, mais elle baissa la tête, honteuse, un sanglot franchissant ses lèvres alors qu'elle plantait une nouvelle fois ses dents dans sa lèvre inférieure, n'y croyant pas. Complètement perdue. Perdue et désespérée. Voilà où elle en était. Et elle craqua. Une nouvelle fois. Décidément, en une soirée Kyung Ae avait réussi à détruire un par un tout les remparts qu'elle avait mis en place. Elle s'était jetée dans ses bras, ne retenant plus ses pleurs alors qu'elle avait tellement peur qu'il la rejette. Tellement peur qu'il la repousse, ne voulant pas être touchée par ce qu'elle était devenue. Elle avait perdu contre elle même, et elle avait tellement peur des conséquences des actes qu'elle était en train de faire, tellement peur que tout soit définitivement perdue. Lorsqu'il répondit à son étreinte, son cœur ne fit que battre un peu plus vite, était-ce d'ailleurs possible ? C'était d'ailleurs fort possible qu'il le ressente, alors qu'elle était tout contre lui, car elle pouvait clairement sentir son rythme cardiaque se mêler au sien. Pourquoi battait-il si vite d'ailleurs ? Tellement de questions qui restaient sans réponse et qui pourtant la tuaient. Ça la tuait de ne pas savoir. Sa main dans ses cheveux ne fit qu'intensifier ses larmes. Cela lui manquait tellement. Tout ces gestes attentionnés qu'il avait toujours eu pour elle, qu'il les refasse ne lui faisait que tellement de bien. Elle était si bien dans ses bras. La seule chose qu'elle voulait, c'était qu'il ne la lâche plus jamais, que cet instant ne prenne jamais fin car elle savait que le retour à la réalité serait brutal. « J'te le jure, c'est pas de ta faute. Tu n'y es pour rien, c'est moi le... le monstre. » Son cœur rata un battement alors qu'elle s'arrêta net, les yeux écarquillés alors qu'elle ne comprenait tout simplement pas pourquoi il s'accusait d'une telle chose. Lui, un monstre ? Mais.. Qu'était-il en train de raconter ? Le seul monstre dans l'histoire, ça n'avait toujours été qu'elle, et uniquement elle. Comme si la seule chose qu'elle est retenue dans sa réponse était cette partie là. Comment pouvait-il s'accuser ainsi ? Et surtout.. De quoi ? Non décidément ce soir elle ne comprenait plus rien. Rien du tout. Tout se mélangeait dans sa tête, et tout ce qui jusqu'ici était plus ou moins clair était remis en question. Son visage toujours enfouit au creux de son cou, ne voulant pas qu'il la voit comme ça, elle ne pu s'empêcher de dire, encore sous le choc de ce qu'elle venait d'entendre. « Mais de quoi tu parles.. Qu'est-ce que tu racontes... Arrêtes de dire des conneries. » Une de ses mains glissa dans son dos alors qu'elle s'aggripait à son haut, l'autre toujours dans ses cheveux. Elle avait la boule au ventre. La peur constante qu'il ne la lâche d'une seconde à l'autre. La peur aussi que ce soir, elle ne sache pas se contrôler et qu'il sache tout, officiellement. La peur de savoir pourquoi il était comme ça et surtout.. de savoir que ça pouvait être de sa faute. Il avait beau lui dire le contraire pourtant, elle était persuadée que la fautive c'était elle. Lorsqu'elle sentit sa tête de nicher au creux de son propre cou et son souffle contre sa peau, un frisson parcourut son corps. Trois ans qu'elle n'avait pas eu le droit à une telle proximité avec lui, trois ans qu'elle c'était interdite tout contact avec lui. Elle avait l'impression que cela faisait une éternité, et elle n'y était plus habituée. Cela lui manquait tellement. Du moins, elle ne l'avait pas retouchée depuis qu'elle s'était rendue compte de ses sentiments. Et c'était peut être ça. Elle ne réagissait plus de la même manière à son contact surtout. « S'il te plait, arrête de pleurer. Tu n'imagines même pas à quel point ça me fait mal de te voir comme ça. » Un sourire triste, triste et fatiguée, vint s'afficher sur les lèvres de la plus jeune. S'il savait à quel point ça lui faisait un bien fou de l'entendre dire des choses comme celles-ci. S'il savait à quel point ça lui faisait plaisir. Mais en même temps si mal. Si mal de savoir qu'elle le lui en faisait aussi. Car il n'avait fait que de se trahir. Cela ne faisait que confirmer un peu plus ce qu'elle ne faisait que penser. S'il n'allait pas bien, c'était par sa faute. Elle essayait d'arrêter de pleurer, vraiment, depuis le début, mais elle n'y parvenait pas. Les larmes coulaient d'elle même sans même qu'elle ne s'en rende compte. Mais si elle pouvait ne serait-ce que le rassurer un petit peu, lui enlever une inquiétude, ne pas lui faire de mal, elle essaierait davantage. Parce que pour lui elle ferait n'importe quoi. Il serait capable de lui demander de se jeter sous un voiture pour une quelconque raison, elle le ferait sans hésiter une seule seconde... Jynn se mordit la lèvre, lâchant d'un air presque désespérée alors qu'elle essayait de se calmer.  « Hm. Parce que tu crois que de te voir comme ça ça ne me fait pas mal à moi ? Te voir pleurer, c'est juste... horrible. » Elle allait le regretter. Elle savait qu'elle allait regretter le fait de penser à haute voix. Mais elle était allée bien trop loin pour pouvoir reculer maintenant. Elle en avait bien trop dit, bien trop fait. Elle savait que demain plus rien ne serait pareil et que c'était du quitte ou double. Soit ça allait s'arranger ou ça n'allait qu'aller en s'empirant. Et au point où elle en était. Tout était embrouillé dans son esprit et elle n'agissait plus que par instinct et pulsion. Son cœur avait eu raison d'elle, et sa raison, depuis qu'elle avait eu le malheur de vouloir le soigner, sa raison était déjà partie bien loin...

« Tu me manques aussi Jynn...Si tu savais... comme je t'... » Son cœur s'arrêta pendant quelques secondes, une nouvelle fois. Elle lui manquait. Elle lui manquait mais il n'avait pas eu d'autres choix que de partir pour ne pas avoir à affronter les sentiments immondes que sa sœur éprouvait à son égard. Et maintenant elle était en train de culpabiliser. Lui dire qu'à cause de toutes ses conneries, ils avaient vécu trois ans de leurs vies éloignés l'un de l'autre. Trois ans de cauchemars en ce qui la concernait. Mais ce n'était pas pour ça que son cœur c'était arrêté car lui dire qu'elle lui manquait ne lui avait fait que de la soulager un peu du lourd fardeau qu'elle portait. C'était ce qui suivit. Ce qu'il n'acheva pas d'ailleurs. Elle sentit son rythme cardiaque tripler et son frère devait certainement s'en être rendu compte mais, elle ne pouvait que s'imaginer des choses. Que s'imaginer la fin de sa phrase. Elle aurait tellement rêver qu'il le lui dise. Mais tout ceci n'était que dans sa tête, et elle ne faisait que de rêver. Bien trop terre à terre pour croire que son frère puisse posséder des sentiments comme les siens vis à vis d'elle. Malgré tout, l'espoir fait vivre, mais dans son cas, l'espoir la tuait plus qu'autre chose. Jynn se décolla doucement de son frère, levant son visage trempé par les larmes vers son frère alors qu'il fuyait son regard une nouvelle fois, ne lui faisant qu'encore un peu plus de mal. Ses yeux rougis se perdirent à contempler son visage. Le voir comme ça, c'était insoutenable. Elle ne l'avait jamais vu ainsi. La jeune femme avait totalement perdu le contrôle d'elle-même depuis déjà un moment, mais s'en était fini d'elle à ce moment là. Impulsive. Cela avait toujours été un de ses plus grands défauts. Jynn avait toujours agi avant de réfléchir et elle ne pensait aux conséquences que bien après. Ce serait le cas à l'instant même. Seulement les conséquences seraient lourdes à payer. Toujours accrochée à son frère, son visage déjà bien prêt du sien ne fit que de se rapprocher un peu plus. Elle ne rendait plus compte de rien, tout était embrumée dans sa tête et ses actes n'étaient que le fruit de trois ans d'abstentions. Elle ne saurait dire combien de temps elle était restée comme ça, à seulement quelques millimètres de son visage, hypnotisée par l'interdit, avant que le bout de ses lèvres viennent frôler les siennes.. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre ce qui était en train de se passer, ce qu'elle venait d'oser faire, ce qu'elle avait failli commettre : l'irréparable. Des secondes où elle était restée comme ça. Elle retomba lourdement sur terre, elle baissa la tête, avant de se remettre à pleurer, cachant son visage dans ses deux mains avant que sa tête vienne s'appuyer sur le torse de son frère. Elle avait failli embrasser son frère. Et il n'avait pas pu ne pas le voir, pas le sentir. C'était fini. Elle n'avait plus qu'à mourir. Putain de pulsions. Putain de sentiments. Putain de cœur. Et alors qu'elle pleurait de plus belle elle tenta de s'exprimer entre deux pleurs, sa gorge étouffée par les sanglots.  « Je. Ça va plus dans ma tête. J'crois que j'ai un problème.. Le monstre, c'est pas toi Kyung Ae.. C'est moi. » Il avait fallu qu'elle craque, qu'elle gâche tout jusqu'au bout. Rien n'allait plus. Il allait la rejeter, s'en aller, et ne plus jamais lui adresser la parole. Raconter à sa sœur ou ses parents ce qu'elle avait failli faire. Oui elle n'avait plus qu'à mourir car maintenant.. il devait surement avoir tout compris si ce n'était pas déjà fait ou avoir vraiment la confirmation de ce dont il devait se douter après ces trois ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Dim 1 Mai - 19:05

Voir tout le monde que l'on a prit tant de temps à construire, pour lequel on a fournit tant d'efforts, s'y jetant corps et âme pour que tout fonctionne bien, le voir se briser en mille morceaux avec cette facilité déconcertante ne fait que nous montrer à quel point les choses que l'on aime sont fragiles. La vie et tout ce qu'elle contient est fragile. Et Kyung Ae ne le sait que trop bien. Après avoir vu ses parents disparaître de son existence du jour au lendemain, en à peine quelques heures, lui et sa petite sœur ont vu leur vie changer du tout au tout. Et les dieux ne semblaient que les avoir maudit quand ils durent supporter le rejet de leur nouvelle sœur. Durant deux ans, deux années de plus après les plusieurs mois de calvaire à réaliser le décé de leur famille. Deux ans qui avaient finalement terminés par les rendre heureux, renforçant comme jamais les liens qu'ils pouvaient avoir. De véritables liens fraternels s'étaient installés entre les trois jeunes coréens et les deux plus âgés semblaient même ne plus pouvoir vivre l'un sans l'autre. Non, il ne peut pas vivre sans elle. C'est un fait établit qui ne changera pas de si tôt. Voire même jamais et le pire, c'est qu'il en était conscient. Il allait devoir apprendre à vivre avec puisqu'en effet, les dieux avaient remit le couvert. Comme si trois années de souffrance n'avaient franchement pas suffit, voilà qu'ils s'acharnent sur l'existence de deux pauvres adolescents qui n'ont jamais rien demandé à personne. Le jeune homme se sentait bien, il avait retrouvé une famille qu'il arrivait à réellement considérer comme sa propre famille. Sa petite sœur, Yun Ah, était à ses côtés et il avait rencontré Jynn. Celle qui était malheureusement devenue la plus importante. A telle point qu'une vie sans elle n'avait désormais plus aucun intérêt. Oui, il y avait toujours les autres. Oui mais les autres, ils n'ont jamais su et ne sauront jamais s'accaparer le cœur du coréen comme la jeune femme l'avait fait avec une facilité désolante. Depuis l'accident, il avait toujours su se montrer discret, passer inaperçu pour que personne ne se questionne sur son état. C'est même dans un mutisme total qu'il s'était lancé un peu avant de rejoindre le foyer des Choi. Un jeune garçon torturé par le chagrin et l'envie, le devoir, d'être fort pour sa sœur qui avait désormais besoin de lui plus que jamais. Le problème, c'est qu'aujourd'hui le soucis était bien plus différent et complexe de ce qui avait bien pu leur arriver auparavant. Et le pire, c'est que c'en était que plus douloureux du fait qu'il soit totalement conscient que si tout ça arrivait, ce n'était que de sa faute. La sienne et uniquement la sienne. La brune n'y était absolument pour rien. Elle ne lui avait jamais rien demandé. Du moins, elle n'avait pas demandé à ce qu'il tombe amoureux d'elle. Elle n'avait pas demandé à ce qu'il développe des sentiments dégoûtants à son égard... Elle n'avait rien fait pour que cela arrive. C'est lui qui avait un problème. Après tout, il fallait que son cerveau ait un sérieux problème pour qu'il puisse ressentir ce genre de choses à l'égard de sa propre sœur. C'était de sa faute, oui. Mais il n'a pas non plus demandé à être un tel être abjecte. Jamais il n'a voulu que tout ce la arrive. Tout ce qu'il souhaitait, c'était continuer sa petite vie tranquille aux côtés de ses proches et de sa sœur qui comptait plus que tout autre. Et il n'avait rien vu venir. Absolument rien. Son cœur aurait pu lui envoyer des petits signaux d'alarme, ne serait-ce que des tout petits, mais rien. Et il les avait laissé grandir. Il les avait même aidé à grandir. En se comportant de la sorte, comment aurait-il pu en être autrement de toute façon ? Le brun avait été loin de se conduire en grand frère. Très loin de là même. Envoyer des textos tard le soir parce que les parents leur interdisaient de veiller, glisser des mots sous sa porte jusqu'à se glisser dans ses draps pour dormir à ses côtés. Ça n'avait rien de fraternel ! Et pourtant, ils avaient toujours vu ça comme un comportement normal et naturel entre eux. Alors, en découvrant ce qui était en train de lui tomber dessus comme la peste s'abat sur un village, il s'était montré patient. Pensant que cela s'arrangerait. Mais rien n'est passé et sa patience à des limites. Tout ce qu'il tentait de refouler, de se cacher à lui-même. Ce qu'il refusait d'admettre ne faisait que de s'amplifier un peu plus chaque jour et encore aujourd'hui, après trois ans d'éloignement où les deux jeunes gens ne se voyaient que de moins en moins, ne se parlaient presque plus, n'ayant plus aucun contact... après trois ans ainsi, ses putain de sentiments continuaient de grandir chaque jours. Autant ne plus se voiler la face. Autant arrêter de se faire du mal en espérant qu'un jour tout redeviendra comme avant. Oui. Autant arrêter le massacre et apprendre à vivre avec. De toute façon, sa sœur ne faisait que de lui échapper un peu plus au fur et à mesure que le temps passait et devenait de plus en plus inaccessible. L'espoir de la retrouver un jour avait totalement disparu et il tentait de se faire à cette idée. Mais... c'était tellement dur. Cela faisait tellement mal et lui, en attendant, il avait besoin d'elle. Elle semblait être tout ce qu'il lui restait sur cette Terre. L'amour de sa vie, la plus importante, sa raison de vivre. Et plus le temps passait, plus il avait mal et son cœur se déchirait en la voyant, même de loin, même sur une simple photo lorsqu'il ouvrait son portable. Elle s'absentait de sa vie et pourtant, elle était à la fois si présente. Le plus douloureux était probablement de savoir que s'il ne s'était pas éloigné, ils n'en seraient pas là. S'il n'avait pas été débile et anormal, ils n'en seraient pas là. Et cette pensée ne faisait qu'accentuer son envie de disparaître de la surface de la planète. Se regarder dans le miroir était devenu un véritable supplice. Un combat intérieur pour ne pas tout exploser autour de lui tant il se dégoûtait. Oui. Il se donnait envie de vomir. Évidemment, cette torture ne le brisait qu'un peu plus jour après jour, le détruisant petit à petit que ce soit physiquement ou mentalement. Il allait devenir complètement fou. Fou autant qu'il l'était de sa sœur. A l'agence, ses collègues pouvaient bien lui faire remarquer sa mine de déterrer, le forcer à prendre des congés ou bien lui demander où était le problème, Kyung Ae prétendait ne pas savoir. « Une petite baisse de régime » qu'il disait en souriant. Mais ce n'était que mensonge. Évidemment qu'il connaissait la source du problème. Il ne la connaissait que trop et pourtant, il pouvait se triturer l'esprit autant qu'il le voulait... aucune solution n'apparaissait. Alors, il devrait vivre dans sa souffrance et s'y habituer.

Et le temps lui, continuait de s'écouler. Les années passaient sans demander de compte à personne, se moquant totalement de ce qui pouvait bien advenir de cette pauvre vie humaine. Et lui... Lui ne se sentait qu'un peu plus seul, un peu plus vide, un peu plus horrible chaque jour. Il n'avait même plus l'impression d'exister. Dans sa tête, il ne faisait plus parti de ce monde depuis déjà longtemps. Alors oui, il vivait ses petites journées de jeune employé mais au fond de lui, il n'était plus rien. La petite flamme qui avait brillé jusqu'alors s'était éteinte et même s'il faisait tous les efforts du monde pour la raviver, ce n'était que pour mieux se rendre compte au final que c'était vain. Jynn constituait véritablement tout ce qu'il était. Sans elle, sa vie n'avait plus de sens et il n'avait plus qu'à mourir. L'espoir qu'un jour la vie lui sourirait à nouveau n'existait plus depuis quelques mois. Pendant presque trois ans, il s'était torturé pour paraitre bien et tenir le coup, mais cela ne servait plus à rien. Pourquoi faire tant d'efforts alors que les choses ne changeaient pas ? C'était plus qu'inutile et ça faisait mal. Les deux frères et sœurs ne s'éloignaient qu'un peu plus à chaque minutes qui s'écoulaient alors que lui ne réclamait qu'un peu plus sa sœur à chaque fois. Ces années semblaient être le maximum qu'il pouvait supporter et depuis quelques mois, tout allait de travers. Même le fait de rester lui-même était devenu difficile, voire même, impossible. Ce n'était pourtant pas faute d'essayer. Mais le temps ne jouait pas en sa faveur et ses sentiments grandissant au fond de lui devenaient invivable. Il aurait voulu apprendre à vivre avec, s'accepter tel qu'il était, accepter que son cœur ait choisis une personne inaccessible puisque de toute façon, il ne pouvait rien y faire. Mais non. Il avait mal et il n'arrivait que de moins en moins à le cacher. Il n'était même plus le même Kyung Ae qu'il avait toujours été. La violence qu'il n'utilisait que très rarement à l'époque devenait de plus en plus fréquente et il se défoulait. Se défoulait sans cesse pour finalement se rendre compte qu'il n'avait que plus mal encore. Et il ne pouvait même pas se confier. Les couples dans la rue ne se font plus si rare que ça et comme si le ciel éprouvait un plaisir sadique à le faire souffrir, c'est lui qui les croisait à chaque fois. Plusieurs fois dans la journée. Dieu qu'il les enviait. Sans parler des conquêtes de sa sœur qui eux n'étaient que des ennemis de plus. Et même si au départ il se raisonnait comme il savait si bien le faire, aujourd'hui, il ne prenait même pas le risque de se rendre à l'université. Car oui, il savait très bien que s'il voyait celle qu'il aime au bras d'un autre, dans l'état dans lequel il est... il craquerait et ne pourrait même plus compter sur sa raison pour l'empêcher de cogner ce salaud jusqu'à un point inimaginable. De véritables envies de meurtre et cela ne le rendait que plus immonde à ses yeux encore. Comment avait-il pu devenir ce qu'il était ? Les années passaient été tellement loin désormais et il ne se souvenait que très rarement de la joie qu'il avait ressenti autrefois. Comme diraient certains, c'était le bon temps. Et il était bel et bien révolu. Tout. Après avoir prit conscience que ses espoirs d'un changement positif étaient vains, le coréen avait strictement tout essayé pour oublier. Absolument tout que ce soit en allant avec d'autres femmes ou en testant toutes les conneries qu'il refusait toujours à sa sœur. Mais il avait abandonné. Rien ne servait. Rien ne marchait. Et chaque fois, la réalité ne lui retombait dessus que plus violemment, le laissant dans un état de détresse que peu connaitront un jour. En réalité, il ne souhaitait à personne de vivre un tel calvaire et se dire que sa sœur se trouvait peut-être dans cet état par sa faute. Il en était persuadé, elle savait. Elle savait tout et s'était éloigné peu de temps après lui. Il devait tant la dégoûter. Et pendant que lui laissait ses sentiments grandir de façon totalement irresponsable, Jynn elle, lui avait fait confiance. La pauvre a dû tomber de bien haut en découvrant que son frère était incestueux. Souvent il avait tenté de se rassurer en se disant qu'ils n'avaient jamais eu de lien du sang, de liens de parenté véritable... Mais dans leur tête à tous les deux, ils étaient frères et sœurs et rien ne pourrait y changer quoi que ce soit. Il s'en voulait tellement. Oh oui, il s'en voulait. Malheureusement, cela ne changeait rien à ce qu'il ressentait et ça ne le rendait que plus malade. S'il avait su ! Si seulement il avait su...

Une soirée. Une porte et un simple geste, avaient suffit à littéralement le pousser à bout. Après avoir mit tant de temps à se construire un autre monde, un monde dans lequel il devrait vivre sans elle, voilà que la brune avait réussi à tout détruire aussi facilement que ses autres mondes avaient été détruits. Son cœur était mis en pièce et il maudissait cette pluie de lui être tombée dessus alors qu'il n'avait pas de transport pour rentrer à la maison. Si seulement le temps avait été beau, il aurait été inutile qu'il se dirige vers la salle de bain pour prendre une douche... ou plutôt, pour se prendre une porte. Au moment où il se montrait faible comme jamais, au moment où sa vie devenait de plus en plus insupportable sans sa sœur et où il sentait qu'il allait craquer... c'est à ce moment là qu'il a fallu que tout cela arrive. Non seulement il voyait sa façade s'écrouler totalement sous le regard de la brune, mais il se sentait lui-même totalement anéanti. La voir si près de lui ne lui offrait que mieux le spectacle de sa descente aux enfers. Elle était si pâle, si maigre et la joie de vivre qu'elle avait toujours possédé avait totalement disparu. Cela faisait si mal de la voir dans un tel état. Bien plus mal encore que de devoir supporter de vivre sans elle mais il ignorait encore qu'il n'avait pas fini de tomber de haut ce soir. Très loin d'avoir fini. Le pire, c'est que tout serait de sa faute. Sa faute à lui, à sa faiblesse et à ses putain de sentiments. C'est lui qui foutrait tout en l'air et qui déclencherait le début de la fin. Voire même la fin tout court. Demain, il pouvait être certain qu'il ne pourrait plus du tout se regarder dans le miroir. Demain, tout serait différent et il n'aurait plus qu'à se laisser crever. La vie sans Jynn n'avait strictement aucun intérêt et sa famille lui tournure probablement le dos. Il avait là toutes les raisons du monde pour abandonner. A croire qu'on l'avait bel et bien maudit. Et pas d'une façon des plus simple. C'était lui et lui seul qui s'infligeait toute cette souffrance. S'il avait su freiner ses sentiments, s'il avait su se comporter comme un frère se doit de le faire, s'il avait su ignorer ce qu'il se passait dans sa petite tête jusqu'à ce que ça disparaisse... Tout cela n'arriverait pas et ne serait pas arrivé. Aujourd'hui, les deux adolescents seraient unis comme ils l'ont été pendant près de huit ans et ils rigoleraient probablement de ce léger incident qui là, prenait des proportions énormes. Et il était le seul à blâmer. Le seul pour avoir provoqué tout cet enchainement de malheurs qui s'était abattu sur lui et sur sa sœur par la même occasion. Sa chute à elle aussi en apprenant ce qu'il se passait dans la tête de son frère avait due être brutale. Pendant tout ce temps, elle lui avait accordé sa confiance et lui, il n'avait su que la bafouer. Comme elle devait être déçue. Mais si seulement elle savait à quel point il s'en veut. Si seulement elle savait à quel point elle lui manque... à quel point il l'aime. Quel imbécile. C'était un véritable incapable. Pathétique, c'est tout ce qu'il était. Oui. Il l'aime à en crever mais il n'est même pas capable de l'aimer sans la faire souffrir. Il n'a pas été capable de l'aimer comme il aurait dû l'aimer. Incapable de lui apporter l'amour d'un frère et non celui d'un amant. C'était le seul fautif et encore, il aurait très bien pu ne pas empirer les choses. Se conduire le plus normalement possible et lutter pour éviter son regard. Mais non, il a fallu qu'il craque ! Il a fallu qu'il cède à la tentation de regarder ce visage, cette personne qu'il désirait de façon si malsaine. Cette fille qui était là, se tenant tout près de lui. Les contacts qu'ils avaient eu en si peu de temps, les un après les autres avaient été difficile à gérer. Mais celui-ci allait devenir le pire. L'élément déclencheur le plus funeste qui puisse exister. Un regard. Un seul regard les yeux dans les yeux et c'était fini. Voir le regard de sa sœur baigné de larmes suffit à l'achever et la voir s'éloigner comme s'il lui faisait peur, comme si le moindre regard pouvait lui faire du mal le brisa totalement et le sortit de ses gongs. Il n'en pouvait plus de se retenir et de la voir dans cet état par sa faute. Il aurait voulu hurler que tout était de sa faute, qu'il était un monstre mais qu'il serait toujours présent pour elle mais aucun son ne daignait sortir. Son corps ne lui obéissait plus et son cœur avait de toute façon prit le dessus sur sa raison. Tant de choses s'embrouillaient dans son esprit alors que tout était pourtant très clair : il craquait. Il craquait et était en train de tout foutre en l'air. Une relation qu'ils avaient construit à deux pendant huit ans, une relation qui semblait plus forte que tout, prête à supporter toutes les crises. Cette relation, il allait aujourd'hui la briser comme le monstre qu'il était. Et il avait mal, comme jamais il n'avait eu mal.

La force de mentir, il ne l'avait même plus. Kyung Ae se trouvait en position de faiblesse et il ne pouvait plus que dire la vérité. Ce point qu'il trainait sur ses épaules depuis tout ce temps... Si quelqu'un lui avait dit que ses efforts pour cacher son lourd secret seraient piétinés de la sorte par lui-même, il ne se serait certainement pas prit la tête pour les cacher. Non. Il aurait fuit. Fuit loin pour préserver sa famille et surtout, sa seule raison d'exister. Se dire qu'il allait la perdre définitivement ce soir lui donnait envie de vomir. Si le lavabo ne le soutenait pas, il était fort à parier que le brun se serait écroulé sur le sol pour pleurer toutes les larmes qu'il ne savait plus contenir. Le pire, c'est que sa sœur se sente si mal par sa faute. A la limite, il se fichait totalement de son propre état. Ce qui lui importait, c'était elle et personne d'autre. Chaque fois qu'elle était dans les parages, elle l'hypnotisait totalement, rendant les autres invisibles. Elle le possédait tout entier comme ce n'était pas permis de posséder une personne. Jamais il n'appartiendrait à qui que ce soit de cette façon et toute sa vie, il se trainerait sans son cœur qu'il lui aura laissé. A quoi bon, de toute façon ? Plus jamais, malgré les efforts qu'il pourra faire pour oublier, il ne pourra aller vers d'autres femmes que sa sœur. Tout simplement parce qu'il le savait. Se voiler la face ne servait plus à rien et elle était le seul amour de sa vie. Pourtant, les choses se brouillèrent dans l'esprit du jeune homme lorsqu'elle s'excusa « pour tout ». Pour tout ? Mais de quoi avait-elle besoin de s'excuser ? Dans sa tête, c'était tellement évident qu'il était le seul et l'unique coupable dans cette histoire. Des questions se bousculaient violemment dans son esprit alors que l'espoir, cet espoir interdit, commençait à faire son grand retour. Et si... Si elle aussi voulait que les choses redeviennent comme avant ? Si malgré tout ce qu'elle savait, elle acceptait de le pardonner pour qu'ils repartent de zéro ? Impossible. Jynn ne pouvait pas accepter ça et le brun ne faisait que rêver. Et le fait qu'elle se jète dans ses bras, se laissant aller à des sanglots qui lui perçait le cœur, il ne comprit plus ce qu'il était en train de se passer. Tout ce qu'il voyait, c'était sa sœur qui pleurait dans ses bras en confiant qu'il lui manquait. Cette révélation lui fit sérieusement chaud au cœur. Il était soulagé comme il ne l'a pas été depuis trois ans mais, tout n'était pas terminé. La coréenne allait avoir confirmation ou bien apprendre ce que son propre frère ressent pour elle et là, là tout serait fini. Pour de bon. Alors qu'il serrait sa sœur un peu plus contre lui, caressant ses cheveux en suppliant qu'elle arrête de pleurer, il sentit leurs deux coeurs... battre à l'unisson. Le sien n'avait fait qu'accélérer son rythme sans relâche mais, pourquoi celui de la brune battait-il si vite ? Plus perdu que lui ce soir, c'était probablement impossible et il pleurait, nichant son visage dans le coup de celle qui avait su le rendre dingue. Dingue d'elle. Cela faisait tant de bien de la sentir près de lui, de la serrer dans ses bras, de respirer son parfum. Ce genre d'attentions qu'il rêvait de lui porter à nouveau. Ce genre d'attentions qu'il ne s'attendait pas à pouvoir lui porter à nouveau. Et il aurait presque voulu rire. D'un rire jaune et nerveux, oui. Lorsqu'il entendit sa sœur nier qu'il était un monstre. Alors, un miracle s'était-il produit ? Il y avait des chances et l'espoir qu'elle ne sache finalement rien de ses sentiments affreux ne cessait de grandir au fur et à mesure que les minutes passaient. Serrant encore un peu plus son étreinte, c'est tout ce qu'il trouva à répondre à ces paroles. Comme pour lui faire comprendre que malgré ce qu'il était, il voulait la garder près de lui. Qu'il ne voulait pas qu'elle s'échappe, qu'elle fuit mais qu'elle reste tout simplement là, dans ses bras. Son cœur rata un battement lorsqu'il sentit la main de la jeune femme se glisser dans son dos pour agripper son t-shirt. Son estomac se noua et une espèce de boule se forma dans son ventre. La peur de la perdre ce soir était insupportable tout autant que la peur qu'elle soit dans cet état soit de sa faute. Il avait peur qu'elle le lâche d'un coup, le laissant à cette affreuse réalité, le laissant tomber de si haut. Lorsque sa sœur lui fit part du mal qu'il lui faisait en lui montrant ses larmes, il ressentit un pincement au cœur et ne put retenir un sanglot. C'était bien de sa faute. Cet imbécile avait craqué devant elle et ça lui faisait du mal. « J'te demande pardon. Je m'en veux tellement... » réussit-t-il a dire entre quelques pleurs, malgré sa respiration toujours aussi saccadée. Ces agissements n'étaient plus liés à sa raison et seul son instinct et son cœur décidaient pour lui. Conscient qu'il allait le regretté, il l'était. Et c'est en connaissance de cause qu'il agissait ainsi, ne cherchant même plus à se contenir. La partie était terminée. Et il avait perdu.

Alors, prit d'une pulsion ou je ne sais quel autre nom lui donner, Kyung Ae s'abandonna complètement et faillit prononcer les mots... Ces mots là qu'il ne prononcerait pour personne au monde à part elle. Ces mots qu'il rêvait tant de pouvoir lui dire sans avoir peur des conséquences, sans se sentir honteux de les éprouver pour sa sœur. Ces mots même qui auraient brisés tous ses espoirs de la retrouver un jour. A cet instant, il avait réellement failli tout gâcher une bonne fois pour toutes et il n'aurait plus eu qu'à se laisser mourir. Car à ce moment là, elle aurait tout compris si elle ne l'avait pas déjà compris. Le fait qu'il ne termine même pas sa phrase alors que c'était évident de quelle manière il allait la terminait le trahissait toujours un peu plus. Sa respiration ne s'arrangeait pas et il commençait à sérieusement avoir peur. Il faisait des efforts pour ne pas craquer. Il devait en faire pour ne pas la blesser, il n'avait pas le droit ! Elle avait beau lui avoir dit qu'il lui manquait, lui avoir assuré qu'il n'était pas un monstre et qu'elle n'aimait pas le sentir mal, il ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle s'était tout de même senti obligée de s'éloigner en apprenant ce qu'il ressentait pour elle. En apprenant qu'il était amoureux d'elle, ni plus, ni moins. C'était impossible autrement. Il n'avait pas été si discret que ça et pourquoi se serait-elle éloigné sinon ? Parce qu'il s'est éloigné, et que cet éloignement était dû à cette réalité monstrueuse. C'est alors qu'il la sentit se décoller de lui doucement et il tomba de haut. C'était finis. Elle allait l'abandonner, le laisser là et quitter la pièce pour ne plus jamais le revoir. Il aurait voulu la retenir. La retenir de toutes les quelques forces qui lui restait et lui hurler de ne pas le laisser seul, qu'il avait besoin d'elle, qu'il l'aimait comme un fou et qu'il ne pouvait tout simplement pas envisager l'avenir sans elle. Mais les mots ne sortiraient pas et il devait se l'interdire. Il lâcha doucement son étreinte et la laissa s'éloigner alors qu'il détourner le regard, récupérant une de ses mains pour essuyer ses larmes sans pour autant lâcher la taille de la jeune fille avec l'autre. Elle ne devait plus le voir ainsi. Elle ne devait plus souffrir à cause de ses larmes et il n'arrivait tout simplement pas à la regarder, elle et son visage meurtri par la souffrance qu'il lui avait infligé. Son cœur menaça alors de lâcher quand il sentit les lèvres de sa sœur frôler les siennes. La boule qui lui tordait le ventre s'intensifia et des milliers de questions apparurent dans sa tête déjà bien amochée. Mais qu'est-ce que c'était que cette soirée ? Pourquoi agissait-elle comme ça ? Si cela continuait, il allait vraiment péter les plombs et commettre l'irréparable. Il sentait qu'il allait littéralement exploser et les paroles de la jeune femme n'arrangèrent en rien les choses. N'importe quel débile aurait compris le sens de ses paroles et de ses actes et le coréen ne savait plus du tout où il en était. Cela signifiait-il que... ses sentiments étaient réciproques ? Il s'interdisait encore d'y croire et pourtant, sa sœur ne pouvait parler d'aucun autre problème après avoir failli l'embrasser. Les yeux écarquillés alors qu'il la sentait appuyer son visage contre son torse, il baissa le regard vers celle qui venait de lui donner le plus beau, le plus inespéré mais aussi le plus douloureux des espoirs. Se mordant à nouveau la lèvre tout en fermant ses yeux qui se cachaient derrière de nouvelles larmes, Kyung Ae leva la dernière main qu'il avait posé sur sa sœur et vint doucement prendre les poignets de cette dernière pour qu'elle ne se cache plus. Les secondes défilant n'aidaient en rien et il ne se contrôlait que de moins en moins. Déposant son pouce et son index sous le menton de la jolie brune, il lui releva alors doucement le visage jusqu'à pouvoir plonger son regard rougit par les larmes dans le sien. Il n'arrivait même pas à savoir s'il était heureux ou triste à cet instant et de se dire que sa sœur se torturait l'esprit pour la même chose que lui n'arrangeait pas les choses. Cela ne lui fit que plus mal de se dire qu'elle avait souffert autant que lui et il voulait que tout cela s'arrête. Il voulait la rendre heureuse, la protéger. Mais par quel moyen ? Si ce soir il franchissait les limites de l'interdit... Retenant alors ses larmes du mieux qu'il le pouvait, se mordant toujours la lèvres, il approcha lentement son visage de celui de l'étudiante. Contrôlant avec difficulté sa respiration et les battements effrénés de son cœur, il finit par fermer les yeux avant de déposer ses lèvres contre celle de son âme sœur. Passant une main dans le cou de la demoiselle, il serait resté ainsi pendant des heures. Un baiser. Ce qu'il s'était toujours interdit et dont il était persuadé de n'avoir jamais droit. Cependant, la peur qu'elle le rejète restait omniprésente et il ne fit pas trop durer l'instant, la serrant ensuite à nouveau dans ses bras. « On est deux à avoir un problème Jynn... Je... Je t'aime. » Incapable de réfléchir correctement, le coréen était devenu complètement fou. L'espoir était trop grand et la peur toujours présente mais plus rien ne fonctionnait correctement chez lui. Et l'irréparable était commis. Les conséquences risquaient d'être lourdes.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Dim 1 Mai - 23:02

Kyung Ae devait être la seule personne sur cette terre à réussir à changer Jynn du tout au tout. A la changer, à lui faire perdre complètement tout ses moyens, ou tout simplement à être elle même quand tout allait bien encore entre eux. Il était la seule personne à qui elle pouvait confier sa vie sans se poser ne serait-ce une seule petite question. Seulement, il avait beau être capable de produire de tels effets sur elle, elle n'aurait jamais cru qu'aujourd'hui, par sa faute elle perdrait complètement les pédales. Que sa folie serait révélé au grand jour. Qu'il la pousserait à bout. Bien qu'en réalité ce ne soit que totalement sa faute. Personne ne l'avait poussé à regarder son frère comme elle l'avait fait, personne ne l'avait poussé à se rapprocher de son frère et à lui imposer sa présence. Personne sauf elle. Elle était si lunatique et contradictoire. Elle qui, depuis presque trois ans, jusqu'à aujourd'hui, avait fait en sorte de ne jamais se retrouver trop près de lui, n'avait fait que le fuir toujours plus alors qu'en réalité, la seule chose dont elle avait besoin était sa présence. Ses bras. Son sourire. Sa voix. Tout. Elle avait constamment besoin de lui et son absence ne faisait que de la détruire. Elle devait être masochiste pour s'infliger une telle souffrance. Oui, car hormis elle qui se faisait du mal toute seule, personne ne lui en faisait. Ce n'était qu'uniquement de sa faute si elle était si loin de son frère, si elle l'avait poussé à s'éloigner, si plus rien n'était comme avant. Uniquement sa faute à elle et personne d'autres. Seulement, comment réussir à vivre sans celui qui illuminait ses journées ? Sans celui qui était tout pour elle ? On lui avait retiré la seule chose qui la retenait sur terre, elle se l'était retiré elle même, et elle ne pouvait tout simplement plus le supporter à l'heure qu'il était. Elle qui avait toujours vécu avec lui, toujours tout fait avec lui, les heureux moments comme les moins bons, ils avaient toujours su tout traverser et affronter ensemble. Là aussi il y avait des limites. On peu tout faire avec son frère, sauf l'interdit. Sauf en tomber amoureuse. C'était la chose la plus impensable et immonde à faire, et elle l'avait fait. Est-ce que c'était une fatalité et il était presque indéniable que ça devait arrivé ? Avait-elle le cerveau complètement détraqué pour avoir osé transformer tout l'amour fraternel qu'elle portait pour son frère en quelque chose de bien plus fort ? Quelque chose que l'on a pas le droit d'éprouver pour un membre de sa famille mais qui, en réalité, ne devrait être ressenti uniquement pour des personnes extérieures ? Non. Elle en était devenue tellement accroc que maintenant elle savait. Elle n'aurait jamais pu aimer quelqu'un aussi fort qu'elle ne l'aimait lui. Et si ce n'était jamais arrivé, elle était certaine qu'elle n'aurait jamais connu de tels sentiments envers quelqu'un d'autre. C'est triste tout comme ça pourrait être beau. Elle en souffrait tellement de ressentir de telles choses, de telles choses qu'elle se devait cacher pour le bien de son frère, pour celui de sa famille et de ses proches. Pour son propre bien et celui de ne pas tomber encore plus bas. Elle n'avait déjà plus d'estime pour elle-même, son frère ne devait plus en avoir pour elle, si ô grand jamais on venait à apprendre ce qui se passait dans sa tête s'en était fini d'elle. Bien qu'elle était déjà finie. Finie depuis qu'elle n'était plus rien pour lui. Mais ça aurait tellement pu être magnifique si jamais il n'avait pas été son frère, car elle aurait eu sa chance. Elle aurait pu connaître la plus belle histoire d'amour qu'il ne lui serait jamais permise d'avoir. Seulement, le destin en avait décidé le contraire. C'était tombé sur la seule personne qui lui était interdit d'aimer comme elle était en train de le faire. Elle était condamnée à l'aimer jusqu'à la fin de ses jours en silence, en souffrant. Combler le manque de sa présence par un autre, elle avait essayé mais ça n'avait jamais fonctionné. Et pourtant le jour où il se ramènerait à la maison, le jour où il rentrerait avec une femme, la présentant à toute la famille, elle n'osait même pas imaginer comment son cœur serait. Lui qui était déjà saigné à bloc, broyé, meurtri, brisé et piétiné cette fois-ci il raterait le battement de trop. Et elle.. Elle qui déjà maintenant ne devenait que de plus en plus l'ombre d'elle même, frôlait la dépression, plongerait sans aucun doute tête la première dans le gouffre qui n'avait cessé de s'agrandir durant toutes ses années. Mais elle ne voulait pas y penser. Car elle serait capable de la tuer. La tuer pour oser poser ses mains sur son frère. Pour oser s'accaparer toute son attention. Pour oser avoir pris sa place... Quelle place ? Elle n'avait jamais rien été de plus qu'une sœur pour Kyung Ae au final. Ses pulsions prendraient le dessus, et de cette fille il n'en resterait certainement plus rien. Complètement folle, c'est ce qu'elle deviendrait si elle ne l'était pas déjà. Il lui faisait complètement perdre la tête et le semblant de raison qu'elle n'avait jamais vraiment eu.

Le nombre de fois où elle avait voulu mourir ne se comptait même plus. Celui où elle avait voulu prendre quelques affaires et s'en aller aussi. C'était égoïste mais elle aurait tellement aimé savoir la réaction qu'aurait pu avoir son frère. Avec un peu de chance il serait venu la chercher, mais c'était beau de rêver. Jamais ça n'arriverait. Il était révolu le temps où ils n'avaient d'yeux que l'un pour l'autre, où il était prêt à la défendre quoi qu'il arrive. Révolu le temps où elle comptait encore un tant soi peu pour elle. Non en réalité, il penserait certainement à un nouveau caprice de sa petite sœur. Un nouveau caprice pour se faire remarquer sans doute. Oui, car ses putains de sentiments à son égard n'étaient certainement pas assez, il aurait fallu qu'elle se fasse remarquer, qu'elle lui pourrisse la vie jusqu'au bout. Et ça la déchirait vive de s'imaginer ce que pouvait penser son frère d'elle. Elle avait le masochisme de s'imaginer des scènes les plus horribles les unes que les autres. Des scènes qui ne lui donnaient toujours plus envie de pleurer. Comme si ce n'était déjà pas assez difficile pour elle de se contenir. Il fallait qu'elle en rajoute une couche toute seule. Elle ne devenait que plus malade vis à vis d'elle même chaque jour, chaque seconde, elle se donnait tellement envie de vomir. Elle se sentait tellement mal que c'était impossible de ressentir une chose pareille. Jamais, ô grand jamais elle ne souhaiterait à quelqu'un d'éprouver une telle chose. Même à la personne qu'elle haïrait le plus au monde. C'était bien trop atroce pour être vécu. C'était tout bonnement invivable et elle se demandait encore comment elle arrivait à être là, après ces trois ans. Seulement, elle touchait le bout, elle le sentait. Elle ne touchait le fond qu'un peu plus chaque jour et elle savait qu'elle ne tiendrait plus longtemps. Elle avait beau le nier en bloc, se cacher derrière une carapace de fille inébranlable et forte, elle n'en était que bien trop fragile en réalité. Et elle aurait été capable de n'importe quoi pour que tout s'arrête. Pour qu'elle n'est plus à souffrir comme elle était en train de le faire. N'importe quoi. Et elle n'y faisait qu'y penser de plus en plus ces derniers temps. Qu'est-ce qu'elle était égoïste. Égoïste et désespérée. Elle ne pensait qu'à elle. Arrivé à ce stade, elle n'en avait plus rien à faire. Plus rien n'avait d'importance puisque la seule chose qui n'avait toujours que compté c'était son frère. Son frère qu'elle perdait toujours plus. L'espoir de le retrouver un jour, celui qu'il était peut être possible de renouer avec lui ne faisait que de s'envoler toujours plus loin. Il lui manquait tellement. Tout ses moments passés avec lui, elle ne cessait d'y penser. Il lui paraissait tellement loin qu'elle avait l'impression qu'être heureuse, elle ne savait même plus ce que cela signifiait. Elle savait qu'elle ne ressentirait plus ce sentiment. Que le bonheur, elle l'avait laissé filé entre ses doigts lorsqu'elle avait découvert l'immondice qu'elle était. Les sentiments qu'elle avait osé développé envers son propre frère. Putain mais c'était impossible d'être comme ça. Impossible d'être une horreur pareille. Elle avait tellement envie de hurler, de frapper toujours plus dans ce reflet qu'elle voyait tout les matins dans la glace. Elle aurait tout donné pour qu'il ne la remarque encore une fois, même une seconde. Tout donné. Elle supportait de moins en moins le fait qu'elle n'existe plus pour lui. Ca ne devenait qu'un peu plus dur au fil du temps. Et pourtant. Et pourtant si elle savait que tout son monde serait complètement bouleversée ce soir. S'il savait que Kyung Ae arriverait à tout remettre en question, une nouvelle fois. Elle était à des années lumières de s'imaginer ne serait-ce qu'une seule seconde ce qui allait se passer. On le lui aurait dit, elle n'y aurait tout simplement pas cru. Pas cru car jusque là, tout ceci n'avait été que le pur fruit de ses fantasmes les plus fous. Elle s'en était imaginée des choses, elle en avait rêvée, car c'était la seule chose qui lui restait. Elle ne pouvait que rêver car ça avait été tout bonnement impensable de croire qu'elle pouvait espérer vivre quelque chose avec lui. Espérer que se soit réciproque. Espérer.. qu'il l'aime aussi. Elle n'y avait pas cru. Elle était bien trop terre à terre pour ça, elle ne faisait juste que rêver et espérer. Rien de plus. Et pourtant..

Son cœur en voyait de toutes les couleurs ce soir. Vraiment. Kyung Ae allait lui faire frôler la crise cardiaque. Il allait la tuer. Tout la tuait. De sa présence que bien trop insoutenable alors qu'elle n'avait pas le droit d'être si prêt de lui. Pas le droit car elle était un être bien trop immonde pour oser poser ses mains sur son frère, lui, si parfait. Lui qu'elle devait dégouter et qu'il devait détester car elle s'était jouée de lui jusqu'au bout. Elle avait profité de lui et de sa confiance en elle. Et tout avait basculé en une fraction de seconde. Tout ses remparts tombaient uns à uns, tout ses principes et ses interdits qu'elle avait su s'imposer. Ca n'avait rien de très glorieux, mais le fait qu'elle avait réussi à tenir et résister jusqu'alors lui avait prouvé qu'elle n'était peut être pas si faible que ça. Mensonges. Bien sûr que si elle était faible, elle l'avait toujours été. Faible car dès que son frère était là elle perdait tout ses moyens et tout ce qu'elle avait construit, il le détruisait d'une facilité déconcertante. Elle avait tout fait pour ne pas s'approcher trop de lui, qu'avait-elle fait ? Elle avait insisté pour le soigner et avait craqué. Pour tomber au final dans ses deux orbes noirs qui n'ont fait que déclenché le début de la fin. Elle croyait pourtant que la fin elle l'avait atteint il y a déjà bien longtemps, visiblement non. Il l'avait vu, il avait le témoin d'un acte bien trop flagrant pour être ignoré. La seule chose qu'elle aurait aimé faire à l'instant même aurait été de fuir, de fuir ce regard qui devait être tellement remplie de dégout vis à vis d'elle qu'elle n'osait pas reposer ses yeux vers lui, le mur de la salle de bain étant d'une beauté sans nom d'un seul coup. Le début de la fin. Il allait la repousser, la rejeter et s'en aller, c'était certain. Elle se sentait si.. sale et répugnante. Même elle se dégoutait. Elle aurait été lui, nul doute qu'elle n'aurait pas compris et aurait été dégoutée que l'on puisse avoir de tels sentiments vis à vis de son propre frère, c'était certain. Mais non, elle n'était pas lui et le monstre c'était elle. Le comportement si soudain que Kyung Ae venait d'avoir, ce rapprochement, se main sur sa joue, son front contre le sien. C'était à partir de là que tout allait dégénérer. Il venait de détruire en une seconde toute sa carapace. Tout. Elle n'avait plus rien à perdre de toute façon. Mais il avait su ravivé ne serait-ce qu'un peu l'espoir minime enfoui au plus profond d'elle. L'espoir que tout puisse redevenir comme avant, avant de le piétiner en la laissant une nouvelle fois. En pleurs. Voilà comment elle était. Elle qui ne pleurait jamais, absolument jamais, elle était en train de pleurer devant son frère. Devant l'homme dont elle avait toujours voulu paraître forte. Toujours voulu plaire au fond. Elle n'avait jamais voulu paraître faible, quitte à sembler quelque fois un peu vulgaire ou impulsive. C'était débile, mais elle avait toujours voulu le protéger. Il n'avait jamais eu besoin d'elle pourtant, mais c'était comme ça. Ça l'avait toujours été et le serait certainement toujours. On touche à son frère, elle devient la fille la plus hystérique du monde. Seulement, elle n'avait plus la force de faire semblant, de maintenir dresser ce rempart qui avait su contenir tout son fardeau et sa souffrance. Il était aboli, s'en était terminé. Elle qui pensait qu'elle ne pouvait pas tomber plus bas, elle s'était trompée. Son regard vint croisé celui de Kyung Ae une nouvelle fois. Il pleurait. L'amour de sa vie était en train de pleurer. Elle ne pensait pas pouvoir avoir encore plus mal qu'à l'ordinaire, que maintenant, elle s'était trompée. Voir son frère dans un tel état était certainement la pire souffrance du monde. On pouvait lui faire subir n'importe quoi, tout, mais pas ça. C'était le pire des supplices. Et son cœur n'avait que plus mal. Son cœur qui n'appartenait qu'à lui, qui n'avait toujours été que pour lui et qu'elle lui avait offert depuis le début. Dès qu'il était là, même quand il ne l'était pas d'ailleurs, les autres n'avaient aucunes importance. C'était horrible à dire, mais il pouvait y avoir une catastrophe ou autre, tant que lui était là, tant qu'elle était avec lui, tout irait bien. Elle n'était rien sans lui, strictement rien et ça n'avait fait que de se confirmer un peu plus à chaque fois qu'elle le voyait et qu'elle n'avait pas le droit de se comporter comme avant, qu'elle n'avait plus le droit. Alors elle voulait au moins qu'il sache qu'elle s'en voulait. Qu'elle s'en voulait pour tout. D'avoir tout gâché avec lui, d'avoir des sentiments incestueux à son égard.. de le faire pleurer. Car il avait beau dire ou faire ce qu'il voulait, dans sa tête c'était clair et net : tout était de sa faute et tout l'avait toujours été. Même ça. Jynn c'était excusée. Chose impensable quand on la connait. Elle et sa fierté de fer. Mais elle n'en avait plus rien à faire. Son frère était bien plus important que tout au monde, alors sa fierté elle pouvait aller se faire voir. Et elle n'en pu plus. Elle craqua. Elle éclata en sanglots dans ses bras, cessant de retenir ce qu'elle contenait depuis trois ans. Elle lui avoua qu'il lui manquait, affreusement. Elle savait que ce soir elle courait elle-même à sa perte. Elle ne le savait que trop bien, rien qu'à cause de ça. Quitte à jouer carte sur table, autant tout miser jusqu'au bout. Elle n'aurait plus qu'à mourir demain, au point où elle en était elle ne pouvait plus espérer perdre grand chose de plus. Et son cœur, elle avait très bien remarqué que son cœur battait presque aussi vite que le sien. Et elle ne comprenait pas. Elle ne comprenait déjà plus grand chose tellement tout était embrumée dans sa tête, et ceci était une nouvelle question sans réponse. Sa tête enfouit au creux de son cou, se collant à lui et agrippant son haut comme jamais, la peur au ventre qu'il ne la lâche, la peur de cette atterrissage brutale qui la ramènerait sur terre. Qui lui ferait comprendre toutes les erreurs qu'elle venait de commettre en moins de cinq minutes. Elle respirait son odeur à n'en plus pouvoir de peur que tout s'arrête d'une seconde à l'autre. Et tout s'arrêta d'un seul coup quand son frère s'accusa d'être.. un monstre ? Il perdait la tête ? Le seul monstre dans l'histoire ça n'avait toujours été qu'elle. Elle et ses sentiments affreux à son encontre. Qu'il lui dise que le fait qu'elle pleure lui faisait mal lui faisait un bien fou et une horrible souffrance en même temps. Le simple fait de savoir que son frère éprouvait peut être encore un minimum d'attention pour elle était tellement miraculeux. Mais horriblement mal car c'était bel et bien de sa faute s'il était dans cet état là. Pardon. Elle aurait tellement lui dire qu'elle était tellement désolée de n'être que celle qui lui fait du mal, qu'elle s'en voulait tellement, qu'elle aurait voulu mourir pour ça. Désormais, elle ne jouait plus. Elle n'arrivait plus à jouer celle qui savait résister. Elle n'y arrivait tout simplement plus. La simple chose qui arrivait à franchir ses lèvres était la simple et pure vérité. Sa raison, elle ne l'écoutait plus et seul son cœur et son instinct menaient le jeu désormais. Elle allait le regrettait, amèrement. Mais c'était fini. Elle ne pouvait plus revenir en marche arrière après tout ce qui était en train de se passer et tout ce qu'elle était en train de dire.

Jynn ne parvint qu'à avouer que le voir dans un état pareil n'était tout bonnement pas supportable « J'te demande pardon. Je m'en veux tellement... » Pitié qu'il arrête de s'excuser. Qu'il arrête de demander pardon alors que la seule criminelle dans l'histoire n'était autre qu'elle. Elle le faisait souffrir et c'était lui qui s'excusait, ça n'avait aucun sens. Les larmes continuaient de rouler le long de ses joues alors qu'il lui avait demandé d'arrêter de pleurer pourtant. Mais c'était impossible, la machine était lancée et le bouton pause était cassé ou indisponible pour un long moment. Et il prononça l'imprononçable. Ou du moins il faillit, ou du moins elle cru que c'était ça. Tout un tas de mots pouvaient très bien terminer la phrase du jeune homme, mais elle n'en visait qu'un dans sa tête. Celui qu'elle avait toujours rêvé qu'il prononce pour elle et uniquement pour elle. Celui dont elle n'aurait jamais le droit pourtant car cela lui était interdit. Ou si il les lui avait dit ça n'aurait pas eu la même signification qu'elle. Mais celui d'un amour fraternel et non pas de celui qu'on éprouve réellement pour une autre personne. Il ne cessait depuis le début de ne la faire espérer qu'un peu plus alors qu'elle savait très bien que c'était impossible. Qu'elle ne se faisait que des films de plus et que le retour à la réalité serait des plus brutales. Et elle s'y mènerait elle même. Ses instincts et ses pulsions avaient pris le contrôle sur sa raison et c'est avec un automatisme effrayant qu'elle se décolla doucement de lui, sans s'y détacher pourtant, aillant bien trop peur qu'il parte et sa tête vint frôler la sienne, son visage remontait vers le sien comme un mécanisme et ses lèvres vinrent frôler sa joue avant de se terminer sur ses lèvres. Brusque retour à la réalité. Quelques secondes pour que son esprit se reconnecte et qu'elle comprenne ce qu'elle était en train de faire. Quelques secondes de trop. Le mal était fait. Elle venait de commettre l'irréparable. Elle baissa la tête avant de littéralement exploser. Ses mains vinrent cacher son visage, honteux, affreusement honteux alors qu'elle pleurait à n'en plus pouvoir. Et elle avoua. Elle avoua tout. Tout ce qu'elle cachait depuis de trois ans venait d'être révélé en l'espace de quelques secondes. Demain elle n'aurait plus qu'à aller se laisser mourir. Ce soir même. Trois ans et une soirée pour tout foutre en l'air. Pour tout gâcher et massacrer le faible espoir qu'il restait de recoller les morceaux... Lorsque Kyung Ae vint attraper ses poignets, elle émit une résistance. Elle ne voulait pas qu'il la voit, qu'il voit le monstre qu'elle était et les pleurs souiller son visage. Mais que pouvait-elle faire, elle n'avait absolument aucune force contre son frère et de toute façon elle ne parvenait plus à résister. Les doigts de son frère qui insistèrent pour relever son visage vers le sien ne l'aidaient en rien non plus. Elle ne voulait pas croiser son regard. Elle avait trop peur de ce qu'elle allait y trouver et cela ne fit que faire tomber de nouvelles larmes le long de ses joues. Dieu qu'elle avait si mal. Mais elle céda, une nouvelle fois. Ses yeux rougis vinrent tombés dans le regard du brun tout aussi meurtris que les sien et son visage si ravagé. Et ce qu'elle n'aurait jamais cru qu'il se passerait se passa. Ses lèvres, tentation atroce qu'elle avait frôlé quelques instants plutôt vinrent délicatement se poser contre les siennes. Son cœur battait à un rythme presque inimaginable, tout son corps c'était figé et ses yeux demeuraient écarquillés alors que sa main dans son cou lui arracha un frisson. C'était trop beau pour être vrai. Elle ne savait pas comment elle se sentait. Bien et mal à la fois. Heureuse et triste. De se dire que maintenant, elle savait plus ou moins pourquoi son frère était dans cet état là, de se dire qu'il avait peut être souffert autant qu'elle ne la tuait qu'un peu plus car elle se sentait coupable. Et d'un autre côté, elle ne savait pas si elle devait se sentir heureuse que ses sentiments soient réciproques. « On est deux à avoir un problème Jynn... Je... Je t'aime. » Un problème et pas des moindres. Ils n'avaient pas tapés dans le bas de gamme, c'était sûr. Mais il venait de lui dire. Il venait de lui dire qu'il l'aimait et ça n'avait pas de prix. Le reste à côté, ça n'avait aucune importance, ils s'en occuperaient plus tard. A l'instant même, plus rien ne comptait si ce n'était son frère, le fait qu'il soit là la serrant dans ses bras, et qu'il venait de l'embrasser. Son frère venait de l'embrasser, réalisant quelque chose qu'elle n'aurait jamais cru possible. Elle resta là, dans ses bras pendant un moment qui lui sembla une éternité, la tête blottit contre son torse. Elle ne savait plus du tout où elle en était et elle savait que les conséquences qui suivraient seraient lourdes à porter et à assumer mais. Le mal était fait. C'était trop tard. Alors quitte à avoir commencer, autant continuer. Et puis le bonheur qu'elle ne pensait plus connaître, le voir peut être repointer le bout de son nez n'était que trop grisant pour laisser quelque chose pareille filer sous ses doigts. Sa tête vint se décoller du torse de son frère, et dans un instinct presque de survie elle vint passer ses bras autour de son cou et elle prit possession de ses lèvres. Elle avait été bien trop sous le choc tout à l'heure pour vraiment réaliser son acte, et ceci n'était qu'une réponse à sa déclaration. Elle aurait tellement aimé que cela ne s'arrête jamais, qu'il reste ainsi indéfiniment, qu'elle prolongea un peu plus longtemps leur échange avant d'y mettre fin. Sa tête à quelques millimètres de la sienne avant qu'elle ne vienne glisser sur le côté, près de son oreille avant de murmurer, avouant un secret qu'elle avait gardé pour elle bien trop longtemps.  « Moi aussi.. Je t'aime. » Elle l'avait dit. Ses mots qui n'avaient jamais franchis ses lèvres, pour une raison ou pour une autre. Par fierté et orgeuil. Ses mots qui au fond lui avaient toujours été destinés, à lui et lui seul. Elle le lui avait dit. A l'instant même elle n'avait envie de penser qu'à ça, elle ne pensait qu'à ça, et le simple fait de savoir qu'elle avait peut être enfin réussi à le retrouver, et qui plus est que tout ce qui s'était passé dans sa tête n'était pas qu'à sens unique et qu'il avait souffert par sa faute prenaient bien trop de place dans son esprit pour penser à autre chose. Les conséquences tomberont, c'est certain, mais elle y pensera plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Ven 6 Mai - 20:00

Jynn. Depuis le drame de ses dix ans, aucune autre personne n'avait réussi à la rendre heureux comme elle l'avait fait. Heureux comme il l'avait été lorsque ses parents étaient encore en vie. Oui, la coréenne avait su lui offrir le bonheur qu'il pensait ne plus jamais connaître un jour. A tel point que, en si peu de temps, en un an à peine, elle était devenue la personne en qui il avait le plus confiance. Une confiance totalement aveugle, elle aurait pu lui demander n'importe quoi, il l'aurait fait. Elle était devenue la personne la plus importante à ses yeux. C'est effrayant, mais même sa sœur biologique ne lui arrivait plus à la cheville. Évidemment qu'il l'aimait, elle restait sa sœur avant tout. Mais leur relation n'avait rien de commun avec celle qu'il entretenait avec sa sœur adoptive. Cette dernière était, et reste encore aujourd'hui, la seule et unique personne à pouvoir le changer. La seule à qui il est capable de parler de tout et de rien, la seule à qui il se confie et avec laquelle le mot 'tabou' n'existe pas. Pas de secret entre eux. C'était ainsi avant... Avant que son cœur ne se mette à le faire tourner en bourrique, le rendant semblable à un monstre. Finalement, accuser une quelconque malformation de ce petit organe n'était qu'une échappatoire pour paraître peut-être moins horrible. Pourtant, il fallait se rendre à l'évidence. Tout n'était pas la faute de cette chose qui battait dans sa poitrine ni celle des dieux qui auraient pu le maudire. Des sentiments ne viennent pas tout seul et seul lui, Kyung Ae, avait le contrôle de lui-même. Lui seul avait choisis de continuer à se comporter comme un amant avec sa sœur. Même après avoir remarqué que ce comportement n'était pas celui qu'un frère adopte envers sa sœur, même après ça, il n'avait pas pour autant changé. Laissant la situation pourrir comme jamais elle n'avait pourri. La demoiselle ne l'avait pas repoussé, c'est certain qu'elle aurait pu le faire. Mais elle lui faisait confiance et ne se doutait absolument pas que les gestes de son frangin commençaient à devenir plus qu'amicaux. Auparavant, ces attentions paraissaient tellement naturelles et normales que tous n'y voyaient que du feu, pensant que les deux enfants entretenaient tout simplement une relation fusionnelle. 'Quelle jolie paire ils font ces deux là !', 'Vous êtes vraiment chanceux, ils s'entendent si bien.' qu'ils disaient. Comme quoi, eux aussi, la famille... ils avaient confiance. La même confiance aveugle que le coréen avait pour sa sœur. Une confiance désormais trahie. Ça oui, il se sentait traitre et pendant que tous plaisantaient innocemment sur le fait que les hormones commenceraient à les travailler, lui souffrait en silence pour les protéger. Pour protéger cette nouvelle famille à laquelle il s'était profondément attaché. De toutes façons, il n'avait aucunement le droit d'extérioriser sa douleur. Ce serait si égoïste de sa part et il ne pourrait que moins se regarder dans la glace. Après tout, il est le seul à mériter de s'en prendre plein la figure avec ce qu'il osait faire tous les jours. Être obséder par sa propre sœur, la désirer, la vouloir pour lui tout seul, la regarder comme des inconnus intéressés pourraient la regarder dans la rue... Le pire était probablement le fait de savoir pertinemment que ce ne serait jamais réciproque, qu'il était condamné à vivre avec cet amour interdit pour le restant de ses jours. Car c'était certain, jamais il n'aimerait à nouveau qui que ce soit avec une telle intensité. C'était tout bonnement impossible et cela ne faisait que le plonger un peu plus vers le fond du gouffre. Comme si ce n'était pas déjà assez difficile à vivre, il avait fallu que Jynn se trouve être l'amour de sa vie. Non, elle n'aurait pas pu être une lubie passagère ou une erreur de parcours. Évidemment que non ! Elle était bien plus que ça et c'était effrayant à quel point il l'aimait. C'était malsain et il le savait très bien. Depuis trois ans, il avait beau lutter contre ce qui le pousser à l'aimer de cette manière, tenter de l'oublier avec d'autres demoiselles toutes plus jolies les une que les autres... rien n'y faisait, c'était peine perdue. Peu importe avec qui il pouvait bien se trouver, seule la brune occupait ses pensées. Et la chute qui l'attendait patiemment serait tout aussi haute que longue et douloureuse. Parce que oui, si lui ne pouvait tout simplement plus sortir avec d'autres femmes que celle qu'il aimait, cette dernière en revanche ne se priverait pas de rencontrer l'homme de sa vie pour lui. Et d'ailleurs, il ne voulait pas qu'elle se prive pour lui. Jamais elle ne devait savoir ce qu'il se passait dans sa tête et elle se devait d'être heureuse, il y veillerait personnellement. Même si, il le savait, le jour où elle se présenterait au bras d'un autre homme en se ventant que leur relation est sérieuse, il aurait mal. Vraiment mal. Ce sera sûrement ce jour là qu'il touchera la fond. Jusqu'à aujourd'hui, il luttait pour rester le plus près possible de la surface mais ce jour là, il n'aurait plus qu'à mourir et les laisser vivre en paix. Parce qu'il le sait, il serait capable de commettre un meurtre. Cela deviendrait impossible de vivre sous le même toit que celle qu'il aime et il s'exilerait. Peut-être rejoindrait-il la ville de son enfance, Busan. Histoire de tenter de tirer un trait, aussi fin soit-il, sur les malheurs du passé. Inutile de rêver, cela n'arrivera jamais et il devra supporter, en silence.

Le jeune homme était bien à des années lumière de s'imaginer que toutes ses pensées négatives, que toutes les souffrances qu'il s'infligeait depuis trois ans, que tout les efforts qu'il avait fait alors que son cœur meurtri faisait de son mieux pour survivre... que tout cela puisse s'avérer avoir été strictement, inutile et vain. Si seulement il avait su en avance que de toute façon, il finirait par tomber, par craquer et par dévoiler toute la vérité de la raison de son éloignement, peut-être aurait-il mis moins de temps à se déclarer. Plutôt que de s'infliger tout ce qu'il s'était tué à s'infliger pour protéger son entourage. S'il avait su que ce soir serait le dernier soir. S'il avait su que ce soir il perdrait tout ce qui le retient sur cette terre, qu'il ne lui resterait plus qu'à se laisser mourir, il aurait abrégé ses souffrances plus tôt. Ou peut-être bien qu'il aurait mieux fait d'obéir à ses pulsions qui lui disaient de tout simplement quitter le foyer familial pour partir s'installer ailleurs. Les fois où il s'était raisonné pour ne pas attirer l'attention en agissant excessivement ne se comptaient même plus. Prendre ses affaires et partir plus loin, là où il ne la croiserait plus tous les jours avec des pincements continuels au cœur. Les choses auraient été plus simples ainsi mais, comment auraient réagis les parents et Yun Ah ? Ils n'auraient probablement pas compris que leur fils souhaite s'installer loin d'eux alors qu'il n'en avait jamais manifesté l'envie. Une envie de prendre ses responsabilités et un peu plus d'autonomie... Alors qu'il pouvait très bien attendre d'être majeur. Ça aurait été stupide de sa part. Autant ne pas se voiler la face, ses sentiments ne bougeraient pas d'un pouce, quoi qu'il fasse. Pourtant, il continuait de penser qu'il pouvait au moins épargner sa présence à Jynn qui devait probablement être dégoûtée de vivre sous le même toit qu'un être abjecte tel que lui. Ce n'était pas rare que le coréen s'imagine révéler ses putain de sentiments à la personne intéressée. Et pas une seule fois, l'issue de la situation n'avait été positive. Chaque fois qu'il se l'imaginait lui donnait un peu plus envie de pleurer, un peu plus envie de vomir lorsqu'il se regardait dans le miroir... mais il faut croire qu'il avait un côté masochiste puisqu'il continuait de se faire des films. Parfois, il osait rêver que tout ce qui se passait dans sa tête puisse être réciproque et que malgré les interdits, il pourrait vivre son amour avec sa sœur. Mais le retour à la réalité n'était qu'un peu plus brutal. Inutile de se bercer ainsi d'illusions, ce genre de choses n'arrivaient pas dans son monde. Tout devait être normal et il n'avait pas le droit de tout bouleverser. Ses parents n'accepteraient jamais une telle situation et, quand bien même ils l'accepteraient, le voisinage ne le cautionnerait pas. C'est simple, on ne tombe pas amoureux d'une personne qui fait partie de notre famille. Ce n'est tout simplement pas normal, logique et c'est interdit. Kyung Ae se répétait souvent ce refrain, comme pour le graver dans son esprit, comme si cela estomperait un peu ses sentiments. Mais à ce moment là, il était loin de s'imaginer que ce soir, tout changerait. Il était encore plus loin de s'imaginer que malgré sa folie, il ne perdrait pas la personne la plus importante à ses yeux. On aurait pu le prévenir en avance, un rire jaune se serait échappé de ses lèvres et il aurait cru à une blague de très mauvais goût. Tout simplement parce que pour lui, c'était tout simplement impossible. La réciprocité de ses sentiments relevait du fantasme et du fruit de son imagination folle. Comment cela aurait-il pu être possible ? Depuis trois ans, il ne lui restait plus que ses rêves pour être heureux et pour imaginer une parfaite idylle avec l'amour de sa vie. Et encore, depuis le temps qu'il ne dormait presque plus, même ses rêves semblaient l'avoir abandonnés. Des espoirs, il avait appris à ne plus s'en faire. C'était bien trop douloureux et la chute était toujours prévisible. Et ce soir, tout ce qu'il avait bâtit pour se protéger lui et son entourage, tout serait remis en question. S'il avait su.

Sa tête et son cœur tout comme son corps en subissaient beaucoup trop ce soir. Le coréen ne savait même plus où il trouvait la force de tenir le coup alors que, plus les minutes passaient, plus il se sentait mourir à petit feu. Le comportement de sa sœur allait l'achever. Rien que sa présence avait en lui l'effet d'une bombe et son cœur semblait prêt à exploser d'un instant à l'autre. Tout se bousculait dans sa tête et une petite voix ne cessait ne lui répéter qu'il n'avait pas le droit de se retrouver à de telles proximités de cette personne qu'il aimait tant. Non, il n'avait pas le droit. Tout simplement parce qu'il avait osé laisser des sentiments interdits se développer alors qu'il aurait peut-être pu l'en empêcher. Il avait osé trahir et profiter de la confiance que Jynn avait en lui. Tout ce qu'il avait mis tant d'années à construire pour protéger son secret, son entourage mais aussi lui-même se détruisait petit à petit sous ses yeux, impuissants. La jeune femme avait toujours eu le don de le mettre en confiance et de le changer du tout au tout rien qu'en étant présente. Aujourd'hui, elle détruisait ses barrières aussi facilement qu'elle l'avait fait auparavant. Et dieu sait à quel point c'est déboussolant de se sentir faible face à la personne que l'on aime, en tête à tête avec nos propres sentiments. Kyung Ae voyait ses efforts et ses principes bafoués en une seule et même soirée. Tout était en train de tomber en miette et il pétait les plombs. Cela ne servait plus à rien de se voiler la face désormais ni même de se cacher derrière de beaux espoirs impossibles, après cette soirée, plus rien ne serait jamais comme avant et il avait même réussi à se persuader que s'en était fini de lui. Demain, il n'aurait plus qu'à se laisser mourir. Faire ses valises pour un autre monde avant de rejoindre l'Enfer pour l'horreur qu'il avait commise. Et encore, l'Enfer était une bien douce punition après ce qu'il aurait vécu sur Terre. Quelle honte, il était en train de craquer. Tout ce qu'il s'était interdit de faire durant toutes ces années, il le faisait ce soir. Mais de quel droit se le permettait-t-il ? Les évènements ne faisaient qu'accentuer l'être dégoûtant qu'il était, ne pouvant que de moins en moins se contrôler. Et il avait cédé. Un petit regard. Un simple regard le plus innocent du monde avait tout fait basculer. En une seconde, son monde s'était écroulé et il n'avait plus aucun contrôle sur lui-même. Il n'était plus le maître et seul son cœur décidait de son sort désormais. Son cerveau marchait au ralenti et sa raison s'était inclinée face à l'obstination de l'autre qui battait bien trop fort dans sa poitrine. Ses mouvements semblaient presque perceptibles à l'œil nu et ses battements étaient, le coréen en était persuadé, audible dans toute la pièce. Un monstre, c'est tout ce qu'il était et l'estime presque inexistante qu'il avait pour lui-même avait totalement disparue. Le dégoût qu'il s'inspirait était tel qu'il ne pouvait tout simplement plus poser son regard sur sa sœur, tant il avait honte d'être ce qu'il était. Jamais il n'aurait dû faiblir. Jamais il n'aurait dû lever le regard vers elle. Tout se serait 'bien' passé et il aurait regagné sa chambre comme si rien ne s'était passé. Le comportement de sa sœur ne reflétait également que trop le dégoût qu'elle ressentait pour lui. Certes, elle avait voulu le soigner mais elle s'était bien reculée lorsqu'ils s'étaient retrouvés les yeux dans les yeux. Et pourtant... contrairement à ce qu'il aurait cru, elle ne l'a pas repoussé quand il s'était approché trop dangereusement d'elle, se permettant des gestes qu'il ne s'était pas permis depuis si longtemps. Elle ne l'avait pas repoussé et avait même renoué le contact en le forçant à la regarder ensuite, le prenant dans ses bras après. Tout se mélangeait dans la tête du grand brun. La situation lui échappait totalement, il ne savait plus quoi penser ni même où les mènerait cette soirée. Plus rien n'était sûr à cet instant et les issues possibles si nombreuses. Les choses tournaient de façon totalement étranges et la persuasion que tout allait mal finir s'éloignait un peu plus à chaque mot prononcé par la demoiselle. Avaient-ils finalement une chance de renouer ? L'espoir commençait à refaire progressivement surface malgré les efforts du coréen pour les freiner. Ne sait-on jamais, si cela tournait mal, il tomberait de si haut. Plus les minutes passaient, plus les paroles échangées se montraient rassurantes pourtant et le garde du corps ne pu empêchant un immense soulagement de se manifester, dénouant légèrement le nœud dans son estomac alors que sa sœur lui affirmait qu'il lui manquait. A partir de là, c'était terminé. Il était totalement déconnecté de la réalité et il commençait, petit à petit, à dire des choses qu'il n'aurait jamais envisagé de dire s'il n'avait pas craqué. Et Jynn qui s'entêtait à soutenir qu'il n'était pas un monstre... Mais si elle savait. Si elle savait comme il s'en voulait de la faire souffrir, de l'avoir faite souffrir et de ne pas l'aimer comme un frère devrait l'aimer. Il s'en voulait comme ce n'était pas permis mais elle lui faisait complètement perdre la tête. Il l'aimait comme un dingue. Il y avait fort à parier qu'il regretterait ce laisser aller. Oh oui, il le regretterait mais au point où il en était, il s'en contrefichait.

C'était insoutenable. Kyung Ae n'en pouvait tout simplement plus de la voir dans cet état. De savoir qu'il y était pour quelque chose le tuait littéralement et ne faisait qu'aggraver son cas pourtant déjà désespéré. Et il ne cessait de s'excuser. De s'excuser pour ce qu'il pouvait bien ressentir à son égard, s'excuser de la faire pleurer, s'excuser de s'être éloigner et d'avoir tout foutu en l'air. Pourtant, elle n'avait absolument pas l'air de se rendre compte de l'être immonde qu'il était. Elle s'entêtait à dire qu'il n'avait rien d'un monstre et dans un sens, c'était rassurant. Cela ne signifiait-il pas qu'elle ne savait rien à propos de ce qu'il ressentait ? Après tout, elle ne lui parlerait pas ainsi si elle était au courant. Connaissant son tempérament de feu, elle ne lui pardonnerait sûrement alors, probablement qu'elle ne savait rien. Une lueur d'espoir se fit entrevoir alors qu'il ne lâchait pas sa sœur, comme s'il craignait qu'elle s'échappe à nouveau pour ne jamais revenir. La peur de la perdre lui nouait totalement le ventre et dans d'autres circonstances, il se serait presque mit à vomir tant son estomac lui faisait mal. Les larmes continuaient de couler le long de ses joues et tous les efforts du monde n'auraient pas suffit pour les arrêter dans leur course. Et c'est alors que, malgré la panique à l'idée de la voir s'enfuir comme s'il était porteur d'une maladie contagieuse, il céda à ses pulsions et brisa en quelques secondes les espoirs qui montraient le bout de leur nez. Oui, il avait failli dire les deux mots sacrés que tout le monde espère ne dire qu'à une seule personne durant toute leur vie, signifiant un amour éternel. Ces deux mots qu'il n'avait jamais dit à qui que ce soit, ni même pensé pour qui que ce soit à part sa sœur. Elle était la seule à le posséder complètement, la seule à qui il avait offert son cœur discrètement... la seule à qui il souhaiterait le dire et à qui il ne le dirait jamais. Aucune autre femme n'y aurait droit et si Jynn ne pouvait pas l'entendre, alors il ne prononcerait jamais ces mots. Tout ce qu'il souhaitait, c'est que la demoiselle dans ses bras n'ait pas deviné la fin de sa phrase. Il s'était interrompu avant de prononcer l'imprononçable qui aurait tout foutu en l'air. Comme si les choses n'étaient pas assez compliqués à remettre en place, il ne devait pas gâcher toutes ses chances de rattraper ces trois années d'ignorance. Son cœur rata quelques battements lorsqu'il se rendit compte de la connerie qu'il allait faire et les yeux écarquillés, il resserra légèrement son étreinte comme pour la retenir. Plus aucune illusion ne traversait son esprit, le coréen était tout à fait conscient qu'il risquait de la voir s'éloigner pour toujours d'un instant à l'autre et lorsqu'elle essaya de se décoller de lui, doucement, il ferma les yeux en sentant les larmes s'intensifier. C'était terminé et elle allait s'en aller. Pourtant, les évènements prirent une tout autre tournure. Une tournure à laquelle il n'aurait jamais osé penser même dans ses rêves les plus fous. Elle n'était certes pas totalement dans ses bras, mais son visage se rapprochait dangereusement du sien et elle vint frôler sa joue avant de finir par ses lèvres. Sa sœur... sa sœur avait failli l'embrasser. Voilà ce qu'il venait de se passer et alors qu'elle pleurait contre son torse, se cachant dans ses mains, elle lui fit comprendre qu'elle l'aimait de la même façon que lui. Pas de la façon dont un frère et une sœur devraient s'aimer. Et le cœur du brun se mit à battre la chamade, son estomac se nouant encore plus alors que les espoirs refaisaient surface comme ce n'était pas permis. Les deux adolescents auraient-ils droit de vivre leur amour ? Cela risquait d'être difficile et les conséquences promettaient d'être terribles mais à cet instant, le semi chinois s'en fichait. Tout ce qui importait, c'était la réciprocité de ses sentiments. Ce soir, il découvrait des choses qu'il n'aurait jamais cru possible et même s'il avait peur et qu'il restait envahis par la tristesse, un élan de bonheur le parcouru. Et cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été heureux. Longtemps qu'il ne croyait plus au bonheur et pourtant... Comme si les aveux de sa sœur lui avaient donné du courage à bloc, il tenta de retirer les bras derrière lesquels elle cachait son visage. Il sentit ses résistances mais il voulait la consoler. Être là pour elle et surtout, lui montrer qu'elle n'était pas seule. Savoir qu'elle avait sûrement souffert autant que lui lui faisait mal, c'est certain, et il se sentait coupable quelque part. Car, il y était forcément pour quelque chose... Il n'était pas tout blanc dans l'histoire et il s'en voulait. Doucement, il releva le visage de la jolie brune et plongea son regard baigné de larmes dans le sien, rougit par ses propres larmes. Dieu que cette vision lui faisait mal. S'il y a bien une chose qu'il ne pouvait pas supporter, c'est de voir celle qu'il aime dans un tel état. A la limite, il se fichait de lui. Elle seule importait. Alors, il se pencha lentement vers elle, tentant de calmer sa respiration saccadée et déposa délicatement ses lèvres sur les siennes. L'irréparable était désormais commis et aucun retour en arrière n'était possible. De peur qu'elle ne le repousse, il ne fit pas durer le baiser et pourtant, ce n'est pas l'envie qui manquait. Il prit sa sœur dans ses bras et se déclara alors. Jamais il n'aurait cru pouvoir le faire presque librement un jour et il gardait en lui la peur profonde d'exagérer. Après tout ce qu'ils venaient d'encaisser tous les deux, peut-être était-ce trop ? Il faut croire que non au vu de la suite des évènements. Jynn décolla son visage du torse du jeune homme pour entourer son cou de ses bras avant de joindre leurs lèvres comme il l'avait fait un instant avant. Son sœur s'emballa comme jamais il ne l'avait fait et un frisson lui parcouru le corps alors qu'il entourait la taille de la demoiselle avec ses propres bras, la rapprochant doucement de lui jusqu'à la sentir contre lui. Le baiser fut prolongé cette fois-ci et le coréen n'aurait pas refusé que l'instant dure des heures, voire une éternité. Jamais il n'aurait cru avoir droit à un tel geste de la part de la demoiselle et il se sentait si bien malgré le mélange des émotions. Entre tristesse et bonheur, son esprit balançait mais qu'importe. Le plus important, c'était l'instant présent. La coréenne mit alors fin à leur échange et se glissa vers son oreille pour y prononcer les mots qu'il avait toujours voulu entendre à son adresse. Les mots auxquels il ne devrait pas avoir droit et qui portant, lui réchauffaient le cœur comme rien d'autre. Il resserra son étreinte, se mordant la lèvre en un petit sourire alors que des larmes de bonheur coulaient le long de ses joues. « Si tu savais comme je me sens bien là. » Certes, ils n'avaient pas terminé de traverser des problèmes et des obstacles, et pas des plus simples. Mais ils avaient bien le droit de ne pas y penser pour le moment. Le futur n'était pas intéressant. Ce qui est importait c'est qu'ils étaient là tous les deux et qu'ils devaient profiter de ce moment qu'ils n'auraient peut-être pas l'occasion de vivre souvent. Après tout, puisqu'ils sont allé jusqu'ici, autant qu'ils continuent et de ce fait, ils devraient probablement se cacher pour éviter que cela arrive aux oreilles de leurs parents. Comment est-ce qu'ils allaient se débrouiller ? Laissons les soucis pour plus tard. Kyung Ae n'était de toute façon pas en état de réfléchir et ce n'est pas son cerveau à l'état de semoule qui risquait de l'aider ! Tout ce qu'il savait, c'est qu'il refusait une nouvelle prise de distance entre sa sœur et lui. Ce serait tout bonnement insupportable et il ne pourrait tout simplement pas la laisser faire. Pas après ce qu'il venait de se passer. C'était impossible. Non, il souhaitait la garder auprès de lui, pour toujours. Et il ferait en sorte que plus jamais elle ne souffre comme elle avait souffert ces trois dernières années par sa faute. Se reculant tout doucement, il plongea son regard dans celui de son interlocutrice et lui offrit le sourire le plus sincère qui lui ait été donné de faire depuis trois ans. Chaque fois, il cachait son malheur derrière des faux-semblants et des sourires tous aussi faux les un que les autres. Mais ce soir, il souriait sincèrement. Il souriait sincèrement à celle qui avait su lui voler son cœur. « J'te promets de faire en sorte que tu ne souffres plus autant. Maintenant, on reste ensemble quoi qu'il arrive. » Déposant ses mains sur les joues de la jolie brune, séchant ses larmes avec ses pouces, il ajouta ; « Plus jamais je ne te laisserais tombé comme j'ai osé le faire... »

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Dim 8 Mai - 11:03

Jynn n'aurait certainement jamais cru qu'en une soirée, tout les principes et restrictions qu'elle s'était imposée allaient tomber un à un à la simple vue de son frère, au simple fait qu'il soit dans la même pièce qu'elle, si près d'elle et à chacune de ses paroles. Tout, si Kyung Ae le voulait il pourrait la briser en quelques mots tout comme il pourrait la rendre la femme la plus heureuse du monde. Mais si elle avait su qu'en une soirée, tout serait bafoué et qu'elle aurait lamentablement craqué face à lui, elle se serait soi enfui pour que cela n'arrive pas ou bien elle n'aurait pas usé trois ans de sa misérable vie à souffrir comme une martyre tout les jours un peu plus. Elle aurait cédé bien plus tôt quitte à abréger ses souffrances tout de suite. Ainsi, elle n'aurait jamais eu à supporter le lourd fardeau qu'était les sentiments ressentis à l'égard de son ainé. Bien qu'elle ne sache pas qu'est-ce qui aurait été pire. Dans tout les cas, cela revenait au même, il aurait su et il aurait été dégouté encore un peu plus par sa personne de savoir ce qu'elle osait ressentir pour lui. Mais quitte à souffrir un peu moins, ça aurait été toujours ça de gagné. Faux. Elle n'aurait pas moins souffert, ça aurait tout simplement été pire. Jynn n'était pas assez courageuse pour oser atteindre à sa personne ou alors la seule chose qu'elle aurait été capable de faire aurait été de partir pour laisser son frère en paix et pour éviter que sa famille n'est à supporter la honte de posséder une fille incestueuse. Partir, oui, mais pour aller où. Toutes les solutions les plus débiles ou extrêmes pour résoudre son problème lui étaient passées par la tête. Et puis, dans tout les cas, quoiqu'elle fasse, il continuerait à l'obséder comme il l'avait toujours fait et elle passerait sa vie à l'aimer en silence. A garder ne serait-ce qu'un maigre espoir qu'il puisse un jour y avoir réconciliation et qu'il la pardonne une nouvelle fois. Jusqu'à ce que ce que la flamme qui la maintiendrait en vie s'éteigne quand elle finirait par comprendre qu'il serait temps qu'elle arrête de rêver comme une enfant et qu'elle accepte la fatalité. Son frère ne viendrait jamais et elle n'aurait plus qu'à mourir. Mourir car sa vie sans lui n'a strictement aucun sens, aucune signification. Pendant presque neuf ans, neuf ans d'insouciance, elle avait toujours été persuadée que jamais ils ne se quitteraient, que jamais viendrait le moment où ils devraient faire leur vie chacun de leur côté. Déjà enfant, elle se voyait avec son frère jusqu'à la fin. Alors ses sentiments étaient-ils déjà présents dans l'esprit d'une gosse en pleine croissance ? Peut être bien, mais pas de la même façon certainement. A ce moment là elle ne le voyait vraiment que comme son frère, son frère à qui elle tenait plus que tout au monde, avec qui elle était passée de la haine à de l'amour. Jusqu'à ce que ses sentiments finissent par murir et grandir en même temps qu'elle et la mènent à sa perte. Rêveuse comme elle était, elle s'osait s'imaginer dans ses rêves les plus fous que ses sentiments puissent être réciproques, mais elle redescendait bien vite sur terre dans une chute lourde et brutale vers la réalité. Non, c'était impossible. Elle n'était pas normale, elle était même affreuse de ressentir de tels choses vis à vis de son frère. Son propre frère. C'était inscrit partout qu'il faisait parti de sa famille. Ce n'est pas comme si elle le considérait simplement comme des amis pourraient se considérer entre eux comme des frères de cœurs. Non. Kyung Ae était bel et bien son frère. Des papiers d'adoption à son nom de famille qu'il avait changé pour prendre le sien. Quand on remplissait les petits formulaires en classe pour savoir votre vie, votre famille, c'était naturel qu'elle inscrive qu'elle avait une sœur et un frère et qu'ils étaient trois. Et quand bien même ses rêves les plus fous pourraient s'avérer être vrai, il était tout bonnement impensable que leur relation serait accepté. Elle ne connaissait que trop bien ses parents pour ça et leurs entourages, ce n'était même pas la peine d'en parler. Elle tenait à ses parents, et rien que pour eux et leur réputation, elle s'infligeait ce silence vis à vis du brun. Vis à vis de tout ce qu'elle ressentait pour lui et qui ne faisait que de devenir de plus en plus lourd chaque jour. Elle qui, avant ça, était bien trop fière pour avouer qu'elle puisse finir comme toutes ces filles amoureuses qui ne rêvent que d'une réciprocité à leur amour. Si elle avait su qu'elle aurait fini comme elles, elle aurait prévu son coup. Oui, du moins, elle se doutait que ça finirait par lui arriver un jour, comme tout le monde, mais que cela tombe sur un membre de sa famille... Maintenant, avec le recul, il était clair que de toute façon, personne n'aurait pu prendre la place que Kyung Ae avait pour elle. Et le simple fait qu'elle puisse le laisser pour un autre ne lui était jamais venu à l'esprit. Avant, elle avait toujours fait clairement comprendre à tout le monde que dans tout les cas, elle ferait toujours passer son frère avant une quelconque relation avec une tierce personne. Personne ne se doutait de rien, tout le monde savait qu'ils étaient liés comme les deux doigts de la main. Et puis, ils n'étaient pas rare que l'une des personnes dans le couple soit jalouse de la relation que l'autre entretien soit avec un membre de sa famille, soit avec un meilleur ami ou autres. Elle, ça avait toujours été clair et net dans son esprit. Si jamais on osait lui demander de choisir, son frère l'emporterait haut la main. Oui, et maintenant elle savait pourquoi en voyant ce qu'elle était devenu...

L'ombre d'elle-même. Voilà ce qu'elle était devenue en trois ans. Elle n'avait plus rien. Plus rien car elle s'était lourdement rendu compte que Kyung Ae était absolument tout pour elle et qu'en le perdant lui, elle avait tout perdu. Les seules choses qui lui restaient, c'était son imagination folle et ses rêves dans lesquels elle s'enfermait pour fuir la réalité bien trop douloureuse ainsi que les substances en toutes sortes qu'elle s'enfilait dans l'espoir de l'oublier ne serait-ce que quelques secondes. En trois ans, les espoirs de renouer avec son frère, de le voir rentrer et lui dire que tout était fini, qu'ils ne se quitteraient plus jamais, ne faisait que de la fuir un peu plus chaque jour, la faisant tomber en chute libre toujours plus loin dans le gouffre. Si elle avait su que ce soir tout allait changer, elle n'y aurait pas cru. Il n'y avait que dans sa tête qu'elle pouvait s'imaginer des fins heureuses avec celui qui était devenu l'amour de sa vie. Jamais elle n'était venue à se dire qu'il était possible qu'il existe une maigre chance qu'au fond, tout cela soit réciproque. Elle était bien trop réaliste et ne faisait que trop bien la différence entre rêves et réalité. Et l'issue de la soirée qui allait se produire, était tout bonnement trop belle pour être vrai. Ce soir, Kyung Ae allait jongler avec son cœur comme il ne l'avait jamais fait jusque là, tout s'embrouillerait dans sa tête et elle perdrait un à un tout ses murs qu'elle avait mis tant de temps à construire pour se protéger de ce genre de chose. La jeune femme ne saurait même pas dire comment elle parvenait encore à tenir debout tellement elle n'avait déjà plus aucune force en temps normal avec le traitement pas des plus doux qu'elle s'infligeait, et tellement ce qui se passait lui faisait perdre la tête encore plus qu'à l'accoutumée. Elle allait exploser, sa tête allait explosée tout comme ce qu'elle gardait en elle depuis trois ans. Son frère allait la rendre folle. Lui qui était si près, elle qui ne cessait de le réclamer alors qu'elle ne devait pas, qu'elle n'avait pas le droit, il allait la faire craquer. Mais c'était atroce, car elle ne pouvait pas se permettre de le toucher, l'être abjecte qu'elle était ne pouvait pas se permettre de poser un doigt sur son frère si parfait. Mais tout était de sa faute, si elle avait voulu continuer à rester près de lui, à vivre avec lui et que leur relation reste tout aussi fusionnelle que fraternelle, jamais elle n'aurait du développer de tels sentiments à son égard. Pourtant elle n'avait rien fait pour l'en empêcher. Elle avait adopté un comportement que l'on de doit pas avoir envers un membre de sa famille. Elle avait laissé ses sentiments grandir sans se douter une seconde qu'au final, elle ne verrait plus le brun comme un frère, mais bien plus. Et ce soir, impuissante, tout ce qu'elle avait pu faire pour contenir ses sentiments honteux vis à vis de son frère, allait être révélé au grand jour. Trois ans, trois putains d'années et une foutue soirée pour tout foutre en l'air. Et c'était tellement horrible de se sentir aussi faible devant la personne que vous aimez le plus au monde. Tellement horrible de se dire que l'on a beau faire semblant, sa présence réduisait à néant le moindre de vos efforts. Et c'était peut être aussi pour cela que Jynn avait tout fait pour le fuir au final. De peur de craquer, car c'était ce qu'elle était : faible. Elle ne savait que trop bien que le moindre mot prononcé par Kyung Ae, le moindre geste fait aurait pu la déboussoler et lui faire perdre tout ses moyens. Et ce soir, elle n'en avait que bien trop la preuve. Ce soir n'était que la fin de sa misérable existence. Après presque neuf ans de bonheur presque inimaginables, trois ans de souffrances, cette soirée marquerait la fin de tout. Elle allait céder, et elle n'aurait plus qu'à aller se laisser mourir. Se laisser mourir, car déjà en temps normal se regarder dans un miroir lui donnait envie de vomir, cette fois-ci elle ne pourrait plus le supporter. Elle avait ses limites, et son frère allait lui faire clairement comprendre en la poussant à bout...

Un regard. Le début de sa perte. Un simple regard venait de signer sa fin. Ce regard qui ne s'était pas posé sur elle depuis si longtemps, qu'elle n'avait plus croisé depuis trois ans, et surtout.. qu'elle avait fui de peur d'y voir toute la haine et le dégout qu'il devait éprouver pour elle. Raté. Elle venait de tomber en plein dans ses deux orbes noirs et elle ne savait que trop bien qu'à partir de là, tout était fini. Un simple regard avec son frère venait désormais de faire tomber ses derniers remparts. Son attitude plus ou moins sûr d'elle afin de faire bonne figure et de sauver les apparences venait de partir, laissant place à cet horrible côté d'elle-même dont elle ne souhaitait que la disparition. Celui bien trop fragile et qui allait la mener à sa perte. Que lui était-il passé par la tête pour insister à ce point à vouloir le soigner? Elle ne le savait que trop bien. Elle agissait toujours par pulsion et instinct, ne réfléchissant qu'à ses actes que bien après les avoir commis. Comme maintenant. Elle n'en pouvait tout simplement plus de voir son frère la fuir, et certainement la considérer comme ce qu'elle était vraiment : un monstre. Et elle avait osé lui imposer sa présence, qu'il devait certainement fuir plus qu'autre chose en vue de ce qu'elle était vraiment, et de le toucher aussi. Même ça elle se l'était toujours interdit durant ces trois ans. Et en quelques minutes il avait réussi à lui faire perdre la tête et à bafouer tout ses principes. Et encore une fois, elle ne se rendait compte de ce qu'elle faisait que bien trop tard. Le regard de son frère, qu'elle fuyait désormais, ne faisait que de s'imposer dans son esprit. Ce regard qui désormais ne faisait que de l'éviter, tellement elle devait le dégouter et ça ne lui donner qu'une envie d'en finir tellement s'en était insupportable. Et pourtant, ce fut le déclenchement de choses qu'elle n'aurait jamais cru possibles, de choses qu'elle n'aurait jamais imaginé tellement c'était improbable et bien trop irréalistes. Pendant quelques instants, elle avait eu l'impression de remonter trois ans en arrière, quand rien d'autre ne comptaient à part eux, quand ils étaient tout le temps fourrés dans les bras de l'autre à se parler et à se toucher. Tellement longtemps qu'elle n'avait pas senti ses doigts sur sa peau qu'elle avait l'impression de rêver. Sa tête était bien trop à l'ouest pour réfléchir. Et la suite des évènements prirent une tournure bien trop étrange pour être prévisibles.

Tout est allé si vite, trop vite peut être, pour laisser le temps à Jynn de se remettre de chaque geste, chaque contact, chaque parole qu'il faisait ou qu'il prononçait. Les pleurs de son frère la tuait à petit feu, alors qu'elle ne se rendait même plus compte des siens, son regard qui ne faisait que de la fuir un peu plus à chaque fois l'achevait alors qu'elle ne cessait de se répéter que c'était de sa faute, qu'elle osait lui faire du mal. Et elle avait craqué. A partir de là, c'était terminé. Le peu de raison qu'il lui restait avait été lamentablement écrasé par son cœur et ses pulsions. La situation lui échappait totalement, tout lui échappait. Tout se mélangeait dans sa tête et elle ne comprenait plus vraiment ce qui était en train de se passer et ce qu'elle était en train de faire. C'était du quitte ou double. Et au point où elle en était, elle ne pouvait que tout miser. Elle n'avait plus rien à perdre, son frère, elle l'avait perdu et ce qu'elle essayait de gagner à cet instant, c'était lui. Soit ils parviendraient à renouer ne serait-ce un minimum entre eux et les chances que tout s'arrange pointeraient alors le bout de leur nez, soit elle le perdrait totalement, et là elle n'aurait qu'à mourir. Et pour de vrai cette fois-ci car il saurait vraiment tout et elle n'oserait même plus affronter sa présence. Seulement, tout était en train de prendre une tournure tellement inespérée, qu'il parvenait à lui faire retrouver l'ombre d'un espoir. Un espoir que tout s'arrange, qu'ils puissent se retrouver et que tout redevienne comme avant. La possibilité qu'elle allait le perdre définitivement à la suite de cette soirée ne faisait que disparaître un peu plus au fil des minutes. Si jamais ce n'était pas le cas, elle tomberait de bien trop haut pour pouvoir se relever, c'était certain. Jynn, qui, en temps normal n'était pas du genre à avouer ce qu'elle avait sur le cœur, question de fierté encore une fois, ne faisait que de négliger chacun de ses principes au fil des minutes. Mais entre son frère et son caractère de merde, le choix était vite fait. Elle préférait de loin perdre toute crédibilité plutôt que de le perdre lui. Et lui qui s'insultait lui-même de monstre. Que lui passait-il par la tête pour oser dire sur sa personne, ce qui en réalité, n'était autre qu'elle-même ? Le voir s'excuser sans cesse n'était qu'un supplice de plus à supporter. La seule personne qui se devait de s'excuser ici, c'était elle. Le voir pleurer, le voir souffrir, et de se dire que peut être l'état dans lequel il était depuis tout ce temps était de sa faute ne faisait que la détruire un peu plus. Elle s'en voulait tellement. Elle aurait tellement aimer remonter dans le temps et parvenir à contrer la naissance de ses sentiments afin que ces trois années séparés l'un de l'autre n'est pas à être vécu. Mais aurait-elle réussi ? Son amour pour son frère était tellement fort, presque inhumain qu'au fond, il était bien possible que dans tout les cas elle finisse par l'aimer comme elle était en train de le faire. Et ça ne la retournait qu'un peu plus de se dire qu'elle n'arriverait jamais à l'aimer comme se devrait de le faire une véritable sœur. De se dire qu'elle voyait Kyung Ae bien plus que comme un frère. Tandis que lui souffrait par sa faute, à cause des sentiments qu'elle avait pour lui et à cause de la distance qu'ils avaient du mettre pour se protéger de ses horribles ressentis. S'il savait comment elle s'en voulait..
.
Il fallait qu'il arrête. Qu'il arrête de s'excuser pour ce qu'elle avait commis. Qu'il arrête de s'excuser pour tout ce qu'elle avait pu faire ou ressentir vis à vis de lui. Elle n'en pouvait plus de le voir dans cet état là. Lui d'ordinaire si calme et posé, le voir pleurer était la pire chose que l'on pouvait infliger à la jeune femme pour lui faire comprendre de toutes les horreurs qu'elle avait pu faire. Pour lui faire comprendre l'horreur qu'elle était. Et malgré tout, malgré cette boule au ventre qui ne cessait de se nouer à chaque larmes qu'elle voyait rouler le long des joues de son frère, l'espoir qu'il ne sache peut être pas ses sentiments pour lui se faisait ressentir. Sinon il ne s'excuserait pas, il ne la toucherait pas et la repousserait pour s'en aller et ne plus jamais la revoir. Elle avait tellement peur. Tellement peur que d'une seconde à l'autre il ne la lâche, qu'il comprenne tout et qu'il s'en aille. Qu'elle soit de nouveau seule, et cette fois-ci, bel et bien pour toujours. Tellement peur qu'elle s'agripait à lui comme si sa vie en dépendait. Et c'était ça le pire. C'est que sa vie dépendait de Kyung Ae. C'était assez égoïste de reposer sur ses épaules le courant même du destin de la jeune femme, mais c'était bel et bien le cas. Sa vie dépendait de lui, et si jamais il s'en allait une nouvelle fois, s'en était finie d'elle.. Son cœur rata un battement, le battement de trop quand Kyung Ae commença une phrase qu'il ne termina pas. Laissant l'esprit de sa sœur bien trop imaginatif se faire tout un tas de films dans les secondes qui suivirent. Pourtant, bon nombres de mots auraient très bien pu compléter la fin inachevée des paroles de son frère. Mais non, un seul ne lui parvint à l'esprit alors qu'elle s'imaginait les choses les plus folles. Elle en rêvait tellement, mais ça ne pouvait pas être ça, c'était impossible. Et quand bien même ça aurait pu être le cas, c'était impossible que se soit de la même façon que ce dont éprouvait Jynn. Lui ne la voyait que comme une petite sœur, elle comme beaucoup plus. Et la signification de ses deux mots n'étaient en rien la même, et cela n'en était que plus douloureux à admettre. C'était foutu, Kyung Ae allait lui faire clairement perdre la tête encore plus que ce n'était le cas. Son cœur battait à tout rompre alors qu'elle céda à ses pulsions, encore. Elle le voulait tellement, elle voulait tellement que son frère lui revienne, que tout redevienne comme avant. Mais pourtant, en quelques secondes elle allait tout foutre en l'air. Le maigre petit espoir que tout s'arrange se brisa en milles morceaux à cause de ses putains de pulsions. Irréfléchie. Son côté impulsif la perdra un jour, c'était certain. Il était en train de la perdre. Elle craqua. Elle céda à ses fantasmes et failli commettre l'irréparable. Elle failli embrasser son propre frère. Il était d'ailleurs impossible que celui-ci n'est pas deviné ce qu'elle allait faire, c'était bien trop explicite pour ne pas être compris. S'en était fini d'elle, elle avait cédé et surtout, elle venait de tout avouer. Il allait la rendre folle. Elle était folle. Elle qui avait toujours réussi à tout garder pour elle en le fuyant, si elle avait su que le simple fait de se retrouver dans la même pièce que lui finirait par la faire craquer, elle se serait enfuit depuis bien longtemps. Elle n'avait plus qu'à mourir. Il allait la rejeter, et même si ce n'était pas son genre il était fort possible qu'il raconte tout de même tout à sa sœur ou ses parents. Et en plus de le perdre lui elle perdrait tout le monde un par un. Et ce fut la fin, elle explosa littéralement et au lieu de reculer, de fuir, elle ne put s'empêcher de retourner vers lui. Imbécile. Il allait la repousser, lui faire clairement comprendre l'être abjecte qu'elle était. Mais non. Tout les reproches et toutes les choses qu'elle s'attendait à se prendre et qui allait l'achever ne vinrent pas. Et la situation prit une toute autre tournure. Une tournure qu'elle n'aurait jamais cru possible. Pourtant, elle en avait toujours rêvé, mais jamais elle n'avait osé s'imaginer que cela puisse se réaliser, c'était bien trop fou. Et pourtant. Son frère retira ses bras de son visage, à contre-cœur elle ne put qu'obéir, et relevant son visage vers lui il vint l'embrasser. Son frère venait de l'embrasser. L'homme de sa vie venait de l'embrasser. Trop choquée, déboussolée et perdue pour comprendre ce qu'il se passait elle ne put que subir. Et il le lui avoua. Ces deux mots qu'elle avait toujours voulu entendre de sa propre bouche, pour elle et uniquement elle. Ces deux mots qu'elle avait toujours rêvé. Il l'aimait. Il l'aimait tout comme elle pouvait l'aimer, c'est à dire absolument pas comme un frère et une sœur sont censés s'aimer, mais bien plus. Tout se chamboulait dans sa tête qui menaçait d'exploser. Encore un peu et elle aurait été capable de tomber dans les pommes avec l'accumulation de surprise qui venait de lui tomber dessus. Elle pouvait clairement sentir son cœur battre à tout rompre. Les battements de son cœur résonnant dans tout son corps et dans sa tête. Il cognait trop fort que ça en devenait presque insupportable. Elle avait chaud, trop chaud. Sa tête allait véritablement exploser. Mais dans un geste presque automatique elle releva doucement la tête vers lui, encore légèrement confuse, et vint, hésitante, entourer ses bras autour de son cou et sceller une nouvelle fois ses lèvres aux siennes tandis qu'elle sentait ses bras autour de sa taille faisant en sorte qu'elle se retrouve contre lui. Elle prolongea leur baiser, elle avait tellement envie qu'il dure encore et encore, tellement envie de ne jamais y mettre fin. Mais elle décolla ses lèvres des siennes, à contre cœur, avant de glisser sa tête sur le côté afin de susurrer au creux de son oreille ce qu'elle avait toujours rêvé de lui dire. Elle se passa doucement sa langue sur les lèvres, comme si elle ne réalisait pas encore, comme si le simple fait de s'être décoller des siennes avaient provoqué un manque et elle n'avait qu'une envie c'était de recommencer. Mais elle n'osa pas. De peur de faire trop. Trois ans d'ignorance, trois ans de séparation, et en moins d'une demi heure ils venaient de se retrouver. Elle savait qu'il fallait qu'elle lui laisse le temps. De son côté, elle avait réussi à tout encaisser, avec du mal mais et le résultat en valait la peine. « Si tu savais comme je me sens bien là. » Un léger sourire vint s'afficher aux coins des lèvres de la jeune femme alors que l'une de ses mains vint se perdre dans ses cheveux, jouant doucement avec. S'il savait combien en quelques minutes elle venait de retrouver une raison de vivre, s'il savait à quel point elle ne s'était pas senti aussi libéré depuis tout ce temps. Certes, elle était partagée entres différents sentiments totalement contradictoires, et même si elle le niait, il lui faudrait tout de même un peu de temps pour faire le tri et la part des choses dans sa tête car l'idée qu'elle avait pu le faire souffrir pendant trois ans ne la quittait pas, elle ne voulait pas la quitter et même si elle ressentait une once de bonheur qu'elle n'aurait jamais cru pouvoir revivre un jour, la culpabilité vis à vis tout ce qu'il avait pu subir à cause d'elle était bien présente et elle savait très bien qu'elle ne s'en irait pas avant un bon moment. Si elle s'en irait tout court d'ailleurs. Resserrant son étreinte elle lui répondit doucement. « Si tu savais combien je m'en veux. J'me sens tellement mal de t'avoir fait souffrir pendant tout ce temps. J'te demande pardon. » Tellement mal car si il avait souffert comme elle avait pu souffrir, il avait du en baver car elle avait, avant ce soir, frôlé le fond du gouffre tellement elle n'en pouvait plus, atteignant ses limites. Son frère devait être le seul pour qui elle était capable de ravaler sa fierté pour se fondre en excuse, tellement c'était insoutenable de devoir porter l'idée qu'elle était le coupable de son état. Mais le plus important, et ce sur quoi elle devait uniquement se focaliser à l'instant présent, c'était lui, leurs retrouvailles et la réciprocité de leurs sentiments. Uniquement là dessus car elle savait qu'ils n'avaient pas fini d'enchainer les problèmes. Leurs parents, leur entourage, le regard des autres. Ils ne pouvaient pas se le permettre et ils devraient se cacher. Se cacher car autant elle pouvait tout prendre sur son dos si jamais ils venaient à être découvert, autant elle ne supporterait pas que son frère soit impliqué. Des soucis ils n'avaient pas fini d'en avoir, mais ils auraient bien le temps d'y penser plus tard. Elle sentit son frère se détacher doucement d'elle et ses yeux se perdirent dans les siens alors qu'il souriait.. Il souriait vraiment. Depuis combien de temps ne l'avait-elle pas vu sourire sincèrement ou mieux, depuis combien de temps n'avait-elle pas eu le droit à un de ses magnifiques sourires, juste pour elle ? Trois ans. En trois années, elle avait tout perdu de lui et en une soirée elle avait tout retrouvé. Elle ne put s'empêcher de sourire légèrement à son tour, attendrie. Un sourire vrai et sincère. Pas de ceux qu'elle simulait pour faire croire qu'elle allait bien, pour cacher son désespoir à cause de ses sentiments, à cause de la perte de son frère. « J'te promets de faire en sorte que tu ne souffres plus autant. Maintenant, on reste ensemble quoi qu'il arrive. » Elle ne put s'empêcher de sourire un peu plus à l'écoute des paroles que prononçait le brun, ses yeux se perdant dans les siens. S'il était là, elle irait bien. Le monde avait beau s'écrouler, s'il restait avec elle, elle irait bien, quoi qu'il arrive. Il venait de lui promettre que plus jamais ils ne se quitteraient, qu'ils ne se sépareraient plus jamais. Et que peut être tout allait redevenir comme avant. Bien que dans un sens il y aurait toujours quelque chose de différent, avant ils avaient une véritable relation fraternelle, aujourd'hui ça avait bien trop dépassé ce stade. « Plus jamais je ne te laisserais tombé comme j'ai osé le faire... » Elle hocha doucement la tête, alors que ses mains ses posèrent sur les siennes, avant de les retirer de son visage et de les laisser retomber le long de leur corps, entremêlant ses doigts aux siens. La jeune femme baissa la tête, ses yeux fixant un point sur le côté avant d'ajouter  « Moi non plus. C'est trop dur de.. vivre sans toi. J'veux plus jamais te perdre, ça fait trop mal. » Jynn resserra inconsciemment les mains dans les siennes, alors qu'elle se mordait la lèvre inférieure. On ne se refait pas et qu'il sache clairement tout ce qu'elle pense la rendait quelque peu honteuse. Foutue fierté et caractère. Bien qu'au fond, les paroles de son frère venaient de lui faire le plus grand bien et la soulager d'un poids bien trop lourd pour une si petite personne. Certes, ils n'avaient pas fini d'en affronter des obstacles, mais le plus dur était fait. Elle venait de retrouver la personne qui comptait le plus au monde pour elle. Et c'était tout ce qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Dim 15 Mai - 19:06

On ne peut tout de même pas nier que parfois, les réalités de la vie sont effrayantes, inattendues et difficiles à encaisser. On s'imagine que les principes logiques et les valeurs que l'on nous a inculqué ne peuvent tout simplement pas être bouleversés pour la bonne raison que, c'est juste impossible. Dans notre esprit forgé par une éducation plus ou moins stricte, il y a des choses que l'on ne peut pas concevoir et cela fait parti d'un monde bien trop inconnu pour être exploré. Seulement, il faut croire que durant toute notre enfance, nous ne sommes bercés que de simples illusions car non : l'interdit n'est pas impossible. Et Kyung Ae s'en est bien rendu compte, à son insu. Depuis qu'il est petit, il a grandi et vécu en sachant qu'on ne tombe pas amoureux de sa sœur. Une personne avec qui l'on a des liens fraternels est probablement la seule et l'unique qui restera à nos côtés lorsque tous les autres nous auront tournés le dos. Les amis, ça va durant l'enfance et l'adolescence, durant la jeunesse. Les liens les plus forts résisteront aux changements radicaux qu'engendrent la vie d'adulte. Mais les autres disparaitront, s'occupant de leurs propres vies sans plus jamais se soucier de la notre. Alors que, au milieu de tout ces changements, un frère ou une sœur sera toujours là sans jamais fléchir. Ils nous suivront dans toutes les étapes de notre vie tout comme nous les suivrons à notre tour. Cela paraît si naturel et normal de ne pas ressentir plus qu'un sentiment fraternel envers les personnes de notre propre famille. Et c'est ainsi que tout fonctionnait dans l'esprit du brun... avant qu'il ne tombe de bien haut, il y a un peu plus de trois ans de cela. Être tombé littéralement amoureux de sa sœur comme sûrement jamais il ne tomberait amoureux est une expérience traumatisante lorsque l'on possède des principes que les siens. Des principes que ses défunts parents lui ont enseigné avant d'être appuyés par la famille Choi. C'est inconcevable d'en arriver là et pourtant, il l'avait fait. Toute personne normalement constituée ne pourrait pas comprendre, c'est certain. Alors il en avait déduit que cela venait de lui, que malgré tout, il devait avoir un sérieux problème quelque part. Pourtant, il n'est pas faux d'affirmer que l'horreur de ce qu'il se passe dans sa tête semble moindre quand on sait que Jynn n'est pas sa sœur biologique. Les deux adolescents n'ont strictement aucun lien sanguin et la seule chose qui rende des sentiments plus que fraternels entre eux interdit, c'est un vulgaire bout de papier. Un putain de papier qui a pourtant apporté un bonheur inespéré aux deux adoptés. Après le drame survenu il y a de cela neuf ans aujourd'hui, le coréen ne pensait pas guérir de ses blessures. Il ne pensait pas et n'envisageait même pas de sourire à nouveau de manière sincère. Tout ce qu'il voulait faire, c'est enfermer sa douleur à double tour pour la taire et se montrer fort afin de s'occuper de sa sœur comme il le pouvait. Jamais il n'aurait cru qu'une famille souhaiterait les adopter ensemble ou même les adopter tout court. En y réfléchissant, il aurait très bien pu avoir peur que des gens lui enlèvent sa Yun Ah et qu'il ne revoit plus. Mais dans sa tête, il en était tout autrement. Pour lui, ils n'étaient pas ici pour trouver une famille. Non. Ils étaient là pour survivre jusqu'à atteindre un âge où il pourrait prendre sa sœur en charge lui-même. Mais ils sont arrivés, eux et leurs sourires si rassurants. C'est indéniable, même si le rejet de la fille Choi avait été blessant et incompréhensible pour les deux enfants durant deux ans, ces trois personnes ont réellement fini par le rendre heureux. Certes, la vie ne lui a pas fait de cadeau et encore aujourd'hui, le sort s'acharne. Mais il peut au moins se réjouir d'avoir passé plusieurs années noyé dans le bonheur. Plusieurs années qui ont rendu les papiers officiels véridiques... et à la fois tellement faux. Jynn est devenue comme une véritable sœur en a peine un an après les règlements de compte et c'est doucement mais sûrement, n'attirant les soupçons de personne, que des sentiments plus forts encore ont grandi. Elle est devenue la personne qui comptait le plus dans ce monde pour le jeune homme. Celle en qui il avait une confiance aveugle et pour qui il donnerait n'importe quoi. Sa propre vie était si peu importante à côté de celle de sa sœur. Les autres personnes de sont entourage comptent aussi, mais aucun ne parvient à prendre la place que la brune a réussi à prendre. Non seulement elle a pris de la place en tant que sœur, mais elle a également réussi à s'approprier la place qui aurait normalement dû appartenir à une autre fille. Une autre fille parce que la coréenne n'avait tout simplement pas le droit d'occuper une telle place dans le cœur de son frère. Mais on a beau dire, les choses ne changent pas d'un pouce. Le cœur a ses raisons que la raison ignore comme on dit, et sur ce coup là, c'est encore plus incompréhensible qu'à l'habitude. L'interdit ne lui fait pas peur. Des principes ? Il n'en a que faire. Ce maudit organe vital n'en fait qu'à sa tête et bat chaque jour un peu plus pour une seule et même personne. L'unique personne pour laquelle il ne devrait pas battre, la rendant pourtant toujours plus indispensable dans la vie du garde du corps.

Une chose est sûre : il ne peut tout simplement pas vivre sans elle. Ce qui n'empêche pas qu'il soit tout à fait conscient du fait que ce qu'il ressent puisse la dégoûter et même pire, la faire souffrir. Jamais il n'aurait cru que ce soir il perdrait tout ses moyens par la simple présence de la jeune femme. Jamais il n'aurait cru pouvoir se montrer si faible et désespéré devant la personne qu'il aime le plus au monde, allant jusqu'à confier ses immondes sentiments. Si seulement il avait pu prévoir qu'il craquerait si facilement, probablement qu'il ne se serait pas infligé tant de souffrances durant les trois plus longues années de sa vie. Une seule soirée... il avait fallu une seule soirée pour piétiner tous les efforts qu'il avait fait pour se cacher. Une seule soirée pour foutre en l'air le moindre petit espoir, aussi microscopique soit-il, de renouer avec sa sœur. Et tout semblait clair désormais. L'amour qu'il lui porte n'est que bien trop grande source de douleur que ce soit pour lui ou pour elle et, très franchement, entre lui et elle, le choix était vite pris. Depuis longtemps déjà Jynn est devenue sa priorité. Peu importe qui pourrait se trouver de l'autre côté, c'est elle qu'il choisirait. Bon nombre de ses conquêtes auraient pu lui demander de faire un choix et inconsciemment, il y était préparé. Une seule pourtant avait osé le lui demander et cela s'était plutôt mal terminé. Prenant conscience de l'ampleur du lien qui unis nos deux frère et sœur adoptifs, la jeune femme avait choisis de jouer cartes sur table en faisant comprendre à Kyung Ae qu'il ne pourrait pas vivre indéfiniment sous le même toit que sa sœur, qu'il devrait bien finir par se caser avec une autre et qu'il irait vivre sa vie. Étrangement, il n'a tout simplement pas pu accepter ces paroles... parce qu'elles ne reflétaient que bien trop la réalité. C'en était alors fini de leur couple. Les plus grands efforts du monde n'auraient de toute façon rien arrangés. Seule Jynn comptait et elle est encore aujourd'hui la seule à compter. Le coréen sait pertinemment qu'il n'a aucune chance et pourtant, il en était arrivé à refuser la réalité. Refuser que ses sentiments existent, refuser que de simples papiers lui interdisent de vivre l'amour de sa vie, refuser d'être celui qu'il était. Un être monstrueux et dépourvu de raison. La soirée n'arrangerait d'ailleurs pas les choses puisqu'en un rien de temps, tout ses principes et ses valeurs auxquelles il tenait tant étaient partis en fumée. Il n'en restait pas une miette. La coréenne s'était occupée de le perturber totalement et de le rendre plus faible qu'il ne l'avait jamais été. Et quelle horreur de se retrouver ainsi devant la personne que vous aimez le plus au monde. Mais s'il y avait une personne a blâmer, c'était lui et personne d'autre. Sa pauvre sœur n'y était strictement pour rien dans cette affaire. C'est lui et son esprit anormal, lui qui avait eu un comportement qu'un frère ne devrait jamais avoir envers sa sœur. Lui qui avait laissé se développer des sentiments interdits sous son nez. Lui qui aurait dû faire attention et les freiner. Plutôt que de s'infliger une telle souffrance en entrainant la chute de celle qu'il aime par la même occasion. Parce qu'il était persuadé qu'elle s'était rendue compte de tout et qu'elle devait se sentir si mal, si dégoûtée et trahie par son frère qui avait osé profiter de sa confiance. Jamais il n'aurait cru que la demoiselle puisse ignorer ce qu'il ressentait et l'idée qu'elle puisse ressentir la même chose que lui ne lui passait par l'esprit que dans ses rêves les plus fous. C'était impensable que la situation tourne d'une telle manière et que les deux jeunes gens puissent se retrouver comme avant, mais avec des sentiments bien plus complexes et plus forts cette fois-ci. Pour le jeune homme, cette optique relevait du fantasme total et quand bien même cela pourrait être vrai, ce serait bien trop difficile à vivre. Devoir cacher l'amour que l'on éprouve pour une personne alors que c'est réciproque, devoir le cacher à tout son entourage, empêchant que l'on s'épanouisse pleinement dans une relation que l'on désirait plus que tout... ce serait une nouvelle source de douleur. Malgré tout, ce serait si inespéré et miraculeux...

En un regard. Un seul stupide qu'il n'avait pas réussi à retenir, et la situation basculait totalement, échappant à son contrôle. Cela faisait déjà plusieurs mois que le cours de sa vie était devenu incontrôlable et c'était insupportable. Se sentir impuissant face aux événements, les regarder défiler sans pouvoir y changer quoi que ce soit. C'était tout simplement affreux. D'autant plus que ce soir, sa relation avec Jynn était en jeu. Sa vie était en jeu. Tout dépendait d'elle... non. Il dépendait d'elle. Si cela tournait mal, il n'aurait plus qu'à sortir de sa vie et s'exiler pour se laisser mourir. La vie sans elle n'avait plus aucun sens. Autant il pourrait accepter de souffrir, de la voir avec d'autres hommes à partir du moment où leur relation redevenait comme avant, autant il ne supporterait pas de la perdre et c'est ce qui risquait fort d'arriver. Lui qui avait réussi à résister, se soignant même tout seul pour éviter tout contact avec la demoiselle... des efforts qui n'avaient visiblement servi à rien puisqu'ils furent bafoués en un rien de temps. Quel imbécile. Pourquoi s'était-il obstiné à vouloir la regarder ? Pourquoi ne s'était-il pas retenu ? Certes, il ne pouvait pas prévoir qu'il tomberait directement dans le regard de la brune mais il aurait dû anticiper les risques et éviter de les prendre. Maintenant, tout était foutu et ses principes s'en allaient bien loin en compagnie de sa raison. Il avait fallu si peu de chose pour réduire à néant ses espoirs de 'réconciliation' que c'en était effrayant. Mais il aurait dû s'en douter... Sa sœur devait s'être aperçue de quelque chose et peut-être même qu'elle surveillait son comportement vis-à-vis d'elle. Comme il devait la dégoûter... Assis seul sur son tabouret alors que la belle avait fait plusieurs brusques pas en arrière, il était dégoûté par lui-même. Ce qu'il était lui donnait littéralement envie de vomir et il n'osait même pas relever les yeux de peur de croiser le regard explicite de la brune. Le pire était probablement le fait qu'elle l'ait fuis de cette manière, ne traduisant que trop le fait qu'elle ne voyait en lui qu'un monstre. Elle voyait en lui ce qu'il était réellement et qu'il avait pourtant tout fait pour le cacher. Pourtant, la suite des événements allait lui prouver que tout ce qu'il s'était mis dans le crâne jusqu'alors, strictement tout était... faux ?

C'était à en donner le tournis. Tout allait bien trop vite et ce n'est pas avec un cerveau réduit à l'état de semoule que Kyung Ae réussirait à reprendre le contrôle de tout. Bien au contraire. Et plus le temps passait, plus il faisait des gestes qu'il était persuadé de regretter par la suite. Mais ce n'est plus sa raison qui agissait. Elle s'en était allé ailleurs, laissant son cœur mettre à exécution la moindre de ses pulsions incestueuses. Son esprit se torturait à tenter de lutter vainement et les pleurs de sa sœur ne le torturait qu'un peu plus. C'était horrible de la voir dans cet état et de savoir qu'elle était ainsi par sa faute. Il s'était éloigné en bousillant leur lien fraternel, il avait laissé ses sentiments lui pourrir le cœur alors qu'il n'en avait pas le droit et celle qu'il aime en faisait les frais depuis trois ans. Cette pensée ne lui donnait qu'un peu plus envie de vomir. Quel monstre il faisait là. Ses paroles, ses gestes... plus il en disait, plus il en faisait et plus il se montrait explicite sur ce qu'il ressentait. Chaque parole ne l'enfonçait qu'un peu plus vers sa perte. Il se menait lui-même à sa propre perte. Demain, il devrait probablement faire ses valises et s'en allait loin sans but. Sa famille serait au courant de ce qu'il est et plus personne ne voudra de lui. Il deviendra la risée de la famille, brisant son honneur et il sera seul. Même son meilleur ami ne pourrait pas comprendre, il en était persuadé. Ses sentiments étaient bien trop complexes et étranges. Comment pourrait-on accepter un incestueux dans son entourage ? C'est tout simplement impossible. Mais que faire, il avait déjà tant perdu et il était allé déjà bien trop loin ce soir pour faire marche arrière. D'autant plus qu'un espoir semblait pointer le bout de son nez au fur et à mesure que sa sœur répondait à ses gestes et ses paroles. C'est d'ailleurs elle qui avait engagé la conversation sur le sujet... elle qui avait dit qu'il lui manquait. L'espoir qu'elle ne sache rien puis, l'espoir – plus petit – que ses sentiments soient réciproque se faisait sentir. Plus que tout il voulait garder sa sœur à ses côtés, quitte à jouer les frères modèles plutôt que l'amoureux transit. Tant pis s'il devait se sacrifier et accepter qu'elle aille avec d'autres homme, tout ce qu'il voulait, c'est que les choses redeviennent comme avant. Elle ne lui manquait que trop et il s'en voulait pour tout ce qu'il avait pu lui faire. Il s'en voulait affreusement et voulait se racheter autant qu'il le pouvait. La protéger et la rendre heureuse, c'est tout ce qu'il souhaitait désormais. Même si l'espoir d'une réciprocité grandissait, le coréen préférait s'en tenir à ce simple souhait. Car s'il s'avérait que ce n'était pas ce qu'il croyait... il tomberait de bien haut. Trop haut. La chute serait si violente qu'il n'était même pas sûre de pouvoir se relever. Puis pourquoi est-ce qu'elle s'excusait pour tout ? Ce n'était en rien de sa faute tout ce qui pouvait bien se passer dans sa tête, elle n'avait rien demandé. Elle n'avait pas demandé à ce que son frère tombe totalement sous son charme. Non. Elle n'avait pas à s'excuser. Et ça le rendait vraiment malade qu'elle puisse se mettre sur le dos ses propres tords tout comme ça le rendait malade de se dire que l'amour qu'il ressent pour elle ne disparaîtra jamais. C'était impossible. Plus aucune autre n'arrivait à attirer son attention, son esprit, ses pensées... tout n'était tourné que vers une seule et même personne : sa sœur. Jamais il ne pourrait l'aimer comme un frère devrait aimer sa petite sœur et cela ne le tuait qu'un peu plus. Non seulement c'était déjà difficile d'accepter qu'elle souffre alors si en plus, il en était la cause, c'était pire. Il était capable de tout pour la protéger que ce soit envers les autres ou lui-même. Cette fois-ci, c'est contre lui qu'il devait la protéger et il s'en voulait comme personne ne pourrait lui en vouloir un jour...

Les larmes coulaient le long de ses joues, il avait perdu son calme et sa maîtrise depuis un moment déjà et plus rien n'importait. Il pouvait pleurer toutes les larmes de son corps, amplifiées par celle de Jynn, il s'en contrefichait. A cet instant, seul l'état de sa sœur l'intéressait et il voulait que tout s'arrête. Qu'elle cesse de pleurer, qu'il cesse de lui faire du mal comme il le faisait depuis déjà trop longtemps. Elle qui ne pleurait jamais, c'était bien trop atroce de la voir ainsi et son cœur se brisait en mille morceaux à chaque regards supplémentaires qu'il lui lançait. C'était affreux à quel point il pouvait l'aimer et on pourrait facilement dire qu'il l'aimait à en crever. C'est le mot. Sans elle sa vie n'a plus aucun sens et pourtant, il serait prêt à se sacrifier pour son bonheur. Même s'il doit supporter de ne plus la revoir et de quitter sa vie d'aujourd'hui, il le ferait. Ce serait douloureux comme rien d'autre mais il se sentirait déjà mieux si sa sœur se portait bien. Où irait-il ? Il n'en savait trop rien. Retrouver la ville de son enfance l'avait tenté plus d'une fois mais à quoi bon, il n'avait pas de quoi survivre assez longtemps et il avait également besoin de son boulot. Même si à vrai dire, il finirait par se laisser mourir pour tout ce qu'il a subit et ce qu'il a fait subir, pour le fait que la présence de sa sœur est un besoin vital et pour le fait que désormais, il n'aurait plus. Si seulement c'était possible de remonter le temps. Si seulement il pouvait tenter d'effacer ses sentiments avant même qu'ils ne pointent le bout de leur nez... Inutile de rêver, tout cela était impossible et seule l'issue de la soirée lui dirait à quoi il devait s'attendre pour la suite. Ce serait quitte ou double : ou il gagnerait tout car il récupérerait celle qu'il aime, ou il perdrait strictement tout. Au point où il en était, tant pis. Il pouvait bien prendre des risques, la vérité éclaterait ce soir de toute façon. Son cœur battait à tout rompre et son estomac se nouait un peu plus chaque seconde passée avec la jolie brune dans ses bras. La peur le tenait en haleine. La peur que brusquement, elle le lâche pour s'en aller et ne plus jamais le revoir. Et cela s'amplifia lorsqu'il faillit avouer à voix haute ce qu'il souhaitait plus tout cacher. S'interrompant soudainement, la panique prit le dessus et les battements de son cœur accélérèrent. Mais qu'était-il en train de faire ? S'il l'avait dit, ça aurait été le début de la fin pour lui, pour eux. Certes, elle aurait pu prendre ses deux mots comme fraternels mais, au vu de la situation actuelle, elle se douterait probablement que ce n'est pas le cas. Que c'est bien plus que ça. Tellement plus... Bordel, il enchainait conneries sur conneries mais il la voulait tellement. Oui. Il voulait la posséder tout entière, qu'elle lui appartienne et qu'il puisse égoïstement refuser de la partager. Si ce n'était pas elle, alors ce ne serait personne d'autre. Sa sœur était l'amour de sa vie, c'était une réalité irréfutable, aussi douloureuse soit-elle. Personne d'autre ne pourrait jamais posséder son cœur tout entier comme Jynn le possédait. Ce serait difficile de vivre en sachant cela, mais il apprendrait, peu importe ce qu'il se passe ce soir. Il allait déjà tout faire pour ne pas la perdre et si, par miracle, il réussissait... il apprendrait à vivre avec ce qu'il ressent et à souffrir en silence. Mais alors qu'il tentait au mieux de se préparer psychologiquement au pire, la brune faillit commettre l'impensable. Sa sœur, celle qu'il aime désespérément et qui ne pouvait pas l'aimer selon lui... cette même personne à laquelle il tenait plus que tout dans ce monde avait faillit l'embrasser. Fou. C'est ce qu'il allait devenir ce soir. C'en était trop pour lui. Il avait beau être un grand sportif, s'il y avait bien une chose qui pouvait le rendre faible et lui faire perdre la tête, c'était bien la demoiselle qui se cachait désormais le visage contre son torse. En réalité, les espoirs ne cessaient de s'accroitre en lui mais il s'interdisait pourtant de les alimenter... alors qu'il vendait son âme, cédant aux envies qui le rongeaient depuis plus de trois ans. Il sentit la résistance de la coréenne lorsqu'il tenta de retirer ses mains de son visage mais il s'entêta sans pour autant y aller fort, il lui fit comprendre doucement qu'il ne cèderait pas puis il releva son visage pour qu'elle le regarde, avant de l'embrasser. L'irréparable était commit et les conséquences risquaient d'être terrible, mais peu importe. Elle venait tout simplement de lui dire que ses sentiments étaient réciproque et il ne laisserait pas passer une chose pareille sous son nez. Cela semblait trop beau pour être vrai et pourtant, ils étaient bien là, lèvres contre lèvres. De peur qu'elle repousse, il ne fit pas durer le baiser trop longtemps non plus malgré l'envie que cet instant dure toujours. La serrant contre lui, il prononça les deux mots qu'il n'aurait jamais prononcé pour quelqu'un d'autre. Des mots qu'il pensait ne jamais dire de sa vie parce qu'il était bien trop persuadé qu'il était seul dans sa situation. A vrai dire, il n'y croyait pas encore et s'attendait à ce que sa sœur fuit à tout moment. Trop déboussolé pour réfléchir, il tentait tout de même de remettre son esprit au calme malgré l'affolement de son cœur et son estomac qui menaçait de le rendre malade tant il s'était noué. La chaleur étouffante de la salle de bain aurait dû s'évacuer depuis tout à l'heure et pourtant, le coréen avait chaud à tel point que ça devenait insupportable. D'autant plus que la peur ne le quittait pas, il n'arrivait pas à anticiper la réaction de sa sœur et le soulagement qu'il avait ressenti lorsqu'elle lui avait fait comprendre ce qu'elle ressentait ne semblait pas suffire à le rassurer totalement. Mais lorsqu'elle releva la tête vers lui, entourant son cou de ses bras avant de joindre à nouveau leurs lèvres, il compris. Il compris qu'il pouvait se sentir ne serait-ce qu'un peu plus tranquille parce qu'ils ressentaient réellement la même chose tous les deux. La rapprochant doucement pour la sentir contre lui, il répondit sans hésitation à son baiser qui dura plus longtemps que le premier. Cette fois-ci, il pouvait se rassurer. Jynn ne le repousserait pas et il venait au contraire, de la retrouver. Cette tournure de laquelle il avait si souvent rêvé avait presque jeté dans l'oublie la douleur de ces trois dernières années, laissant place à un bonheur qu'il n'aurait jamais cru connaître à nouveau. Évidemment, cela lui déchirait le cœur de savoir que l'amour de sa vie avait souffert autant que lui et pour la même raison... elle avait dû en baver tout comme il en avait baver et ça, il n'arriverait sûrement jamais à l'accepter. C'était bien trop affreux et invivable. C'est alors que, les deux mots qu'il avait tant rêvé d'entendre de la bouche de sa sœur à son adresse, il y eu droit. Et il souriait. Ça semblait si irréel qu'il avait encore du mal à réaliser mais il savait que désormais, il avait définitivement retrouver sa sœur et peu importe les problèmes qui les attendent, il ne la lâcherait plus. Et il était bien décidé à le lui faire comprendre tout comme il était décidé à lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à s'excuser pour quoi que ce soit. Car oui, alors qu'elle jouait avec ses cheveux et resserrait son étreinte, elle lui demanda pardon. Fermant les yeux tout en fronçant les sourcils, il remonta une de ses main le long du dos de la brune jusqu'à atteindre ses cheveux dans lesquels elle se perdit, tandis que l'autre entourait un peu plus sa taille. « Je t'ai dit d'arrêter de t'excuser. T'y es strictement pour rien si je... suis tombé amoureux de toi. C'est à moi de te demander pardon pour c'que j'ai fait. » rétorqua-t-il alors doucement tandis que son visage vint se réfugier au creux du cou de l'étudiante. C'est lui qui s'était éloigné le premier, lui qui avait choisis d'ignorer ses sentiments apparents en continuant de se comporter comme il n'aurait jamais dû le faire, alimentant ces ressentis interdits. C'est lui qui avait provoqué ces longues années de douleur et d'éloignement, pas elle. Elle n'avait fait que lui répondre à juste titre en s'éloignant car c'est tout ce qu'il méritait. Et il s'en voulait affreusement. Rien qu'à l'idée qu'elle ait pu souffrir par sa faute, c'était abominable et il refusait catégoriquement qu'elle se fasse du mal en pensant que c'était de sa faute à elle et non celle de son frère. Ce n'était pas son genre de s'excuser ainsi, elle avait beaucoup trop de fierté pour ça alors qu'elle demande pardon ainsi prenait une toute autre ampleur. C'était trop important, elle s'en voulait vraiment pour ravaler sa fierté ainsi et il ne voulait pas qu'elle se ronge l'esprit avec des mensonges. Pourtant, il voulait également penser à autre chose : leurs retrouvailles, la réciprocité de leurs sentiments et rien d'autre. Les soucis du passé comme du futur proche ne devaient pas détruire ce moment. Kyung Ae était tout à fait conscient de ce qui les attendait et il n'y réfléchirait que trop avant de dormir pour gâcher cet instant. Probablement qu'il ne dormirait pas de la nuit mais il n'était plus à ça près. D'autant plus que... les problèmes risquaient d'être riches en émotions et il n'accepterait jamais que sa sœur soit impliqué dans un conflit familial. Ça non et il était bien décidé à assumer les conséquences de ses propres actes. Elle n'y était pour rien, alors lui seul prendrait si leurs parents venaient à s'apercevoir de quelque chose. Chassant cette idée de son esprit, il s'éloigna un peu de son interlocutrice en plongeant son regard dans le sien, lui offrant alors un sourire sincère. Un vrai sourire qu'il n'avait pas eu l'occasion de faire depuis tant de temps. Une éternité. Et c'était affolant tant ça lui avait manqué. Alors qu'il lui promettait que plus jamais ils ne seraient séparés, son sourire s'amplifia à la vue de celui de sa sœur. Cela faisait bien trop longtemps qu'il ne l'avait pas vu ainsi et il ne pouvait que profiter de cette vision. Elle était bien trop belle ainsi. Ne la lâchant pas des yeux comme pour mémoriser chaque trait de son visage, il la laissa saisir ses mains qu'il avait déposées sur son visage avant de les laisser tomber le long de leurs corps, leurs doigts s'entremêlant. Les paroles de la coréenne lui réchauffèrent alors le cœur et alors qu'il caressait ses mains avec ses pouces, il baissa sa tête sur le côté pour aller capturer les lèvres de sa sœur qui venait de baisser la tête. Il priait pour ne pas abuser de la situation mais il en avait tellement envie qu'il ne pouvait plus se retenir. Abandonnant une des mains de la demoiselle, remontant doucement la sienne le long de sa taille pour finir dans son cou, il fit durer ce troisième baiser comme si sa vie en dépendait. Malheureusement, il savait que les parents rentreraient à un moment ou à un autre et cela ne pourrait durer indéfiniment. A contre cœur, il mit fin à leur baiser et colla son front contre celui de sa sœur alors qu'il pinçait ses lèvres pour y passer sa langue sans qu'elle ne le voit. « Plus le temps passait et, plus j'ai pris conscience que j'peux pas vivre sans toi. Alors... » commença-t-il en décollant son front de celui de la coréenne, baissant les yeux sur leurs doigts entremêlés. « Même si les choses tournent mal, je te promets de rester à tes côtés. » termina-t-il, un léger sourire en coin. Cette situation n'était pas des plus simples et ils n'avaient pas fini d'en voir de toutes les couleurs alors, c'est la seule chose qu'il pouvait lui promettre : ne jamais la laisser tomber. C'est alors que la porte d'entrée claqua et des bruits de pas se firent entendre à l'étage du dessous. Relevant brusquement la tête, Kyung Ae ne lâcha pas la main de sa sœur et s'en servit au contraire pour l'attirer avec lui dans sa chambre, prenant soin de ne pas faire trop de bruit. Il referma alors derrière lui, verrouillant la porte pour que personne n'entre à l'improviste et il se tourna vers la brune en soupirant. « Fallait vraiment qu'il y en un qui rentre maintenant. » S'avançant vers elle, il la pris dans ses bras avant de se laisser tomber sur son lit... Hum, tu te sens bien Kyung Ae ? Sa bêtise le fit rire alors qu'il se calait correctement aux côtés de celle qu'il voudrait désigner comme sa petite amie, saisissant une de ses mains et appuya sa tête sur son bras plié pour la maintenir élevée. A nouveau, il souriait, toujours amusé par ce qu'il venait de faire et surtout, parce que cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas vu sa sœur allongée sur son lit... Son cœur battait encore trop vite par rapport à d'habitude et il avait un peu peur que quelqu'un ne vienne frapper à la porte mais tant pis, il était bien trop bien avec elle.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Sam 28 Mai - 17:07

Le fait que Jynn soit tombée complètement dingue de son frère n'était en rien la faute de celui-ci, ni de personne d'autre d'ailleurs si ce n'est de la sienne. Tout le monde, même la personne la plus simple d'esprit sait et ne remettrait jamais en question le fait qu'il est tout bonnement interdit et non éthique de ressentir des sentiments bien plus forts que fraternels vis à vis de sa famille. Même si toute personne normalement constituée le sait, et c'est le cas de Jynn, il n'en reste pas moins que l'on ne le lui a jamais appris pour autant. A quoi bon de toute façon puisque pendant neuf ans elle avait vécu comme une fille unique. Fille unique qui octroyait le monopole de l'attention de ses deux parents qui la chérissaient comme ce n'était pas permis, qui lui avait inculqué des valeurs strictes dans son éducation mais l'inceste était passé dans les mailles du filet. Chose inutile puisqu'à la base, elle était censée ne pas posséder de frères ni de sœurs. Mais c'était quelque chose de normal, pour tout le monde dans tout les cas. Tout le monde sait que ce genre de ressentis est formellement interdit et qu'il n'y a pas besoin de se le faire enseigner pour le savoir. Cela aurait du être la même chose pour Jynn mais elle n'avait pas été formatée ainsi fallait-il croire. Elle avait tout ressenti avec lui, elle l'avait haï comme il n'était pas possible de haïr quelqu'un, elle l'avait aimé et adulé comme le frère qu'elle n'avait jamais eu jusqu'alors et elle l'avait aimait un peu trop. Un peu? Impossible de décrire à tel point en réalité. Comme toute petite fille elle avait rêvé de son prince charmant, avec qui elle aurait pu vivre la plus belle histoire d'amour, et elle tomba de bien haut quand elle se rendit compte qu'il n'était autre que son propre frère adoptif et qu'alors son fameux conte de fée s'était transformé en le pire des cauchemars. Uniquement car elle n'avait pas été foutue de distinguer un amour fraternel de ceux que peuvent avoir deux amants. Elle n'avait pas su faire la part des choses et au lieu de se reprendre, elle n'avait fait que l'aimer un peu plus chaque jour. Et au final elle avait fini par admettre la fatalité, c'était lui et personne d'autre. Il avait réussi à octroyer la place qu'aurait du avoir un autre, la place de quelqu'un qu'elle aurait eu le droit d'aimer en toute liberté sans avoir à se dégouter en se regardant dans un miroir, sans avoir à se tuer l'âme à distancer son frère, sans avoir à éprouver une montagne de regrets qui ne faisait que la tuer un peu plus au fil du temps. Son frère la tuait sans qu'il ne soit fautif de quoi que soit. Elle s'était battue pour changer les choses, elle avait lutté contre ses sentiments comme ce n'était pas permis mais plus elle essayait de les renier plus il revenait à la charge, ne faisant qu'affirmer un peu plus à chaque fois l'importance de son frère, sa dépendance vis à vis de lui et surtout le fait que sans lui elle n'était rien, strictement rien et que c'était presque pitoyable à dire, mais elle avait basé sa vie sur lui. Et ça non plus ce n'était pas normal, aucune personne ne base sa vie sur son frère, mais au contraire cherche son âme sœur comme un acharné. Mais ce n'était pas ainsi pour elle car c'est ce qu'elle avait eut le malheur de faire et elle avait payé très cher les conséquences qui furent des plus douloureuses pendant trois ans.

Elle avait franchi l'interdit. Réalisé l'impensable et avait bafoué tout les principes qu'une personne sainte d'esprit était normalement censée avoir, bafoué l'honneur de ses parents car elle avait honte de ce qu'elle était et de ce qui osait se tramer dans sa tête et dans son cœur. Mais c'était un fait indéniable désormais, il lui était impossible d'imaginer sa vie sans son frère, sa vie avec un autre homme que lui. Savoir que c'était interdit et hors norme la détruisait plus qu'autre chose. De savoir qu'elle devrait le laisser partir lorsqu'il aurait trouvé la femme qu'il aime vraiment, le voir en aimer une autre était insoutenable. Et pourtant.. Si pendant ces trois ans elle avait su qu'elle avait souffert en silence « pour rien ». Du moins, si elle avait su ce qui l'attendait ce soir, si elle avait su que tout ce qu'elle avait cru impensable et irréaliste allait tout de même se produire et surtout si elle avait qu'un seul regard avec son frère suffirait à ébranler tout ses secrets, elle n'aurait pas enduré toutes ses années de souffrance et aurait craqué bien plus tôt. Bien plus tôt mais jamais elle n'aurait pu s'imaginer ce qui l'attendrait. Pour elle c'était pourtant très clair et cela l'avait toujours été. Si son frère était parti c'était parce qu'il avait deviné ce qu'elle ressentait pour lui, qu'il avait été dégouté et humilié d'avoir un telle soeur et si jamais elle avait eu le malheur de le lui faire clairement comprendre, comme ce soir, elle aurait du partir et cette fois-ci le maigre espoir de le retrouver aurait été détruit. Il aurait tout avoué et en plus de le perdre lui elle aurait perdue tout le reste. Mais peu importe puisque le simple fait de l'avoir perdue lui aurait déjà fait en sorte qu'elle n'aurait déjà plus rien. Et pourtant.. Si elle avait su. Si elle avait su que tout ses rêves les plus fous allaient s'exaucer ce soir, si elle avait su que tout ses sentiments étaient réciproques depuis le début, elle n'y aurait tout bonnement jamais cru. En même temps, comment aurait-ce pu être possible ? Elle qui c'était imprégnée l'esprit et l'âme d'être immonde et anormale, comment aurait-elle pu croire que son frère puisse éprouver de tels sentiments à son égard de son côté également ? Impensable. Elle n'y avait jamais cru et pourtant l'issu de la soirée ne ferait que de le lui prouver un peu plus bien qu'il lui faudrait peut être du temps pour véritablement l'accepter.. y croire surtout. Elle qui, d'ordinaire d'apparence si sure d'elle, inébranlable, elle perdait totalement tout contrôle d'elle même lorsque son frère était dans les parages. C'était bouleversant et tellement frustrant à la fois. Ce n'était pas comme si elle n'avait pas essayé de lutter contre ce phénomène en plus de cela, longtemps même, mais au final elle avait abandonné pour avouer que Kyung Ae exerçait sur elle une attractivité bien trop forte pour être contrée. Pendant trois ans elle l'avait fui, ne lui avait plus parlé, ou le strict minimum quand elle n'avait plus le choix, devant les autres par exemple, elle avait même déserté la maison ces derniers temps, fait tout pour l'oublier jusqu'aux stratagèmes les plus stupides et impensables. Elle était stupide. Mais rien n'y a fait. Rien du tout puisqu'en une fraction de seconde tout avait été réduit à néant. Tout. Et rien que pour cela elle s'en voulait tellement. Tellement d'être aussi faible et d'afficher pleinement l'être abjecte qu'elle était à l'être qu'elle chérissait le plus au monde. Elle devait tellement le dégouter, et elle le forçait à rester là alors qu'elle était persuadée que la seule chose qu'il avait le plus envie était de quitter cette pièce. Il devait se méfier pleinement du comportement de sa sœur, des actes qu'elle pourrait bien faire. Et elle ne pouvait même pas lui en vouloir pour ça, elle aurait certainement fait la même chose. Et pourtant au lieu de la repousser, de s'enfuir, chose qui aurait été naturel qu'il fasse en vue de ce qu'il savait désormais, il fit tout le contraire et ce qui allait se produire ensuite était bien au delà de toute ses espérances.

Cela était arrivé si vite et tout c'était enchainé bien trop rapidement pour que Jynn ait pu comprendre ce qui était en train de lui arriver, de leur arriver. Elle ne contrôlait plus rien et tout allait trop vite pour qu'elle puisse prendre conscience de tout ce qu'elle était en train de faire. De ce qu'elle osait faire. Son impulsivité la perdra un jour, tout le monde le lui disait et sa perte était-elle en train d'arriver ? En l'occurrence, dans une situation « normale » elle aurait signé sa fin ce soir. Seulement, son frère ne réagissait pas du tout de la bonne manière, du moins d'une façon qui aurait été bien plus plausible que ce qui allait se produire. Déjà qu'en temps normal elle était bien loin d'être une personne qui réfléchissait avant d'agir, cette fois-ci ce n'était même pas la peine d'y penser. Bien trop de facteurs étaient là pour lui barrer la route si jamais elle aurait eu la brillante d'idée d'avoir une ébauche soudaine de lucidité lui faisant prendre conscience des actes qu'elle était en train de commettre. Les larmes de son frère, le poids de son absence qui devenait bien trop lourd à porter désormais, la proximité qui régnait entre eux dans une pièce aussi étroite, son frère lui même. Il y avait bien trop de choses à prendre en compte et tout lui faisait perdre la tête à n'en plus finir. Et puis le brun ne l'aidait en rien. Au lieu de la repousser et la remettre à sa place il ne faisait que de lui embrouiller l'esprit avec toutes ses paroles, lui ranimait les maigres espoirs de pouvoir le récupérer, de pouvoir renouer avec lui. Pire il commençait à lui faire faire des films inimaginables, avec la plus faible, la plus minime des chances que ses sentiments soient réciproques. C'était une véritable torture qu'il lui faisait subir. Elle ne luttait plus, elle ne l'avait que trop fait et désormais elle ne faisait que s'abandonner un peu plus vers sa perte à oser s'imaginer des situations invraisemblables. Elle savait qu'elle allait tomber de haut, elle savait que son frère ne l'aimait pas comme elle l'aimait et que ses paroles n'étaient que des dires fraternels. Elle savait qu'il ne fallait pas qu'elle interprète ses paroles dans le sens dont elle en avait envie, ça ne serait que bien trop dur pour se relever par la suite. Mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. C'était trop tentant mais tellement suicidaire également. Suicidaire car plus elle l'écoutait parler, plus elle lui répondait, plus elle ne faisait que de se vendre un peu plus. Il allait deviner si ce n'était pas déjà fait. Et là elle serait finie et elle n'aurait plus qu'à mourir car elle aurait détruit en une fraction de seconde l'espoir de renouer avec son frère... Elle n'arrivait plus à se cacher, plus à se contrôler et au fil des secondes elle ne faisait que de chuter un peu plus dans la folie, ses actes ne répondant plus d'elle même, son cœur s'emballant toujours plus et sa raison avait été lamentablement battue depuis longtemps par son organe anormal. Elle était tellement égoïste. Elle était peut être sur le point de ranimer le lien qui l'avait toujours lié avec son frère et elle laissait ses sentiments prendre le dessus le faisant souffrir au passage car il serait une nouvelle fois trahie par sa sœur adoptive. Tout s'embrouillait tellement dans sa tête. Entre ses sentiments qui ne faisaient que de menacer d'exploser d'un instant à l'autre et de la culpabilité insoutenable de voir son frère dans un tel état, de savoir que c'était de sa faute, de savoir qu'elle l'avait fait souffrir durant toutes ses années. Tout était de sa faute et elle ne le savait que trop bien, et c'était d'autant plus difficile à encaisser. C'était bien une chose dont elle ne se pardonnerait jamais la faute, c'était certain: faire du mal à son frère... Elle donnerait n'importe quoi pour qu'elle puisse effacer le mal qu'elle lui a fait, n'importe quoi quitte à disparaître de sa vie si c'était nécessaire. Sans lui, elle n'était peut être plus rien, mais si c'était la seule solution pour qu'il aille mieux, qu'il continue sa vie sans qu'il n'est sur les épaules le poids de posséder une sœur incestueuse, alors elle le ferait sans hésiter une seule seconde. Elle ne vivrait pas longtemps, c'était indéniable, mais elle s'en contrefichait. Elle avait déjà subi les pires années de sa vie alors qu'il n'était pas si loin en réalité, ce qui était certainement bien pire puisqu'il avait été si prêt et tellement inaccessible en même temps. Au point où elle en était... S'il savait à quel point elle regrettait tout ce qu'elle avait fait, tout ce qu'elle avait pu lui faire endurer. Et la seule chose qu'elle pouvait faire était de s'excuser auprès de l'amour de sa vie. S'excuser bien que dans tout les cas elle ne se le pardonnerait sans doute jamais.

Ce soir elle jouait sa vie. Soit elle la perdait soit elle récupérait sa raison de vivre. Elle savait que ce soir tout allait être révélé, elle avait été bien trop loin, elle perdait totalement la tête et ses paroles dépassaient toutes les restrictions qu'elle avait toujours su s'imposer. Le simple contact envers son frère, le simple fait d'être dans ses bras avait su l'achever et plus rien ne comptait désormais à part lui, lui et lui seul. Même si cela avait toujours été le cas à cet instant c'était encore bien plus fort car elle n'avait pas eu le droit à de telles attentions de sa part depuis si longtemps qu'elle voulait en profiter, en profiter pleinement de peur que tout ne s'arrête d'une seconde à l'autre. Elle ne voulait pas le lâcher et puis son frère avait dit la parole de trop. Celle qui ranima tout les espoirs que Jynn n'avait que trop espéré jour et nuit. Il était évident que n'importe quel mot aurait pu compléter ce petit bout de phrase mais un seul lui était venu à l'esprit. Le seul qu'elle avait toujours rêvé d'entendre de la bouche de son frère mais qu'il lui était pourtant interdit. Mais c'était trop, et elle faillit commettre l'irréparable. Elle faillit l'embrasser. L'homme qu'elle aimait plus que tout au monde. Celui qui avait su s'accaparer son cœur tellement naturellement. Elle était complètement dépendante de lui et ce ne serait que trop vrai de dire qu'il était presque devenue une drogue, une nécessité vitale pour la jeune coréenne. C'était fini. Elle avait avoué l'interdit. Elle lui avait clairement fait comprendre qu'elle ne l'aimait pas comme une sœur devrait aimer son frère. Mais bien plus, et le mot était tellement faible. Jamais elle n'avait aimé quelqu'un comme elle s'était surprise à l'aimer lui. Désormais le maigre espoir de retrouver son frère s'était évaporé en un claquement de doigt, à cause de son égoïsme et de ses pulsions incontrôlables. Et pourtant.. Elle se sentait tellement humiliée, horrible, et faible et elle ne pouvait même pas résister aux bras de son frère qui retiraient ses mains de son visage. Elle ne pouvait même pas essayer de garder un semblant de dignité, sa tête enfouie dans le creux de ses mains. Mais quelle dignité? Elle n'était plus là depuis bien longtemps aujourd'hui. Et c'était fou à dire, mais elle ne pourrait jamais résister à son frère, que se soit pour un geste comme celui-ci ou pour tout autre chose plus importante. De toute manière, même si elle le désirait, actuellement, elle ne faisait pas le poids contre son ainé. Physiquement. Sur le point de vue moral c'était tout autre chose mais elle n'était pas capable de parler de ce sujet à l'heure actuelle étant donné qu'elle était bien trop perdue et chamboulée pour comprendre ce qui lui arrivait et tenter quoique se soit de censée pour sauver ce qu'il restait à sauver. C'est à dire: rien. Elle avait tout détruit. Du moins c'est ce qu'elle croyait. Elle ne comprit pas vraiment ce qu'il lui arriva quand son frère releva sa tête vers lui du bout des doigts alors qu'elle ne faisait que fuir son regard avant de.. poser ses lèvres contre les siennes. Son cœur rata un battement, voir deux. Les battements de trop. Son frère venait de l'embrasser alors qu'elle était sur le point de vendre son âme au diable et de se laisser mourir pour avoir oser tout avouer. C'était trop irréaliste. Trop impensable pour être vrai. Elle devait être en train de rêver, encore une fois, et elle finirait par se réveiller et tomber de haut. Il fallait qu'elle se réveille avant de chuter violemment à son retour à la réalité. S'il elle en avait eu la force, elle se serait gifler pour se prouver qu'elle ne rêvait pas, mais elle était trop amorphe et bouleversée pour réagir. En moins de quelques secondes elle se retrouvait une nouvelle fois dans les bras de son frère qui lui avoua qu'il l'aimait. Qu'il l'aimait comme elle pouvait l'aimer. Et de nouvelles larmes coulèrent le long de ses joues, mais leur origine était tout autre que les premières. Non, celle-ci était de bonheur même si elle ne réalisait pas vraiment très bien ce qui était en train de se passer. Ils franchissaient l'interdit, à deux cette fois mais l'interdit quand même...

Sa tête allait exploser d'un instant à l'autre. Elle avait trop accumulé durant cette soirée, peut être même bien plus que durant ces trois années de silence et de souffrance. Tellement qu'elle pouvait sentir les battements de son cœur à travers tout son corps, résonnant dans toute sa tête et la chaleur de la salle de bain n'arrangeait en rien la propre chaleur qui se diffusait en elle. Mais elle ne pouvait gâcher un moment pareil. Elle ne pouvait pas ne pas profiter de ce qui était en train de se produire. Un miracle. Chose inespérée. Jamais même dans ses rêves les plus fous elle ne s'était imaginée que le fait que cela puisse réellement se passer pourrait un jour arriver. Et pourtant... Le cours des choses était tellement étrange parfois... Jynn releva les yeux vers lui et dans une pulsion soudaine elle vint l'embrasser une nouvelle fois, faisant durer le baiser avant de lui susurrer au creux de l'oreille qu'elle aussi, elle l'aimait. Et il ne s'imaginerait certainement jamais à quel point. Un poids immense venait de s'envoler alors qu'elle resta blottie dans les bras de son frère. Elle ne savait pas vraiment comment se sentir. Elle était terriblement bien, à l'instant présent car le simple fait de l'avoir retrouvé était certainement la meilleure chose qui puisse lui arriver. Pire, la réciprocité de ses sentiments qu'elle n'aurait jamais cru possible était trop beau pour être vrai. Mais elle restait tout de même angoissée et elle ne saurait être libérée totalement dans tout les cas. La souffrance qu'elle avait infligé à son frère était le pire des supplices et elle ne saurait l'effacer de son esprit et ne cesserait de culpabiliser en silence. Mais elle avait surtout peur. Peur de l'avenir et de ce qui pouvait les attendre. Peur qu'on les découvre. Peur de comment tout ça allait se terminer et s'ils arriveraient l'un comme l'autre à supporter une relation qui devrait être obligatoirement secrète. Il n'y avait pas d'autres issues de toutes manières. Personne ne les accepterait. Et quand bien même ils ne prendraient pas ce facteur en compte, refoulant l'avis des autres et voulant vivre pleinement comme ils l'entendaient, on les rejetteraient de tout les côtés de toute façon. Et elle s'excusa encore une fois. Elle lui demanda pardon car elle savait jusqu'au plus profond de son âme qu'elle pourrait lui dire et redire encore, inlassablement, la culpabilité resterait ancrée au fond d'elle. « Je t'ai dit d'arrêter de t'excuser. T'y es strictement pour rien si je... suis tombé amoureux de toi. C'est à moi de te demander pardon pour c'que j'ai fait. » Soulagée l'espace d'une seconde, il aurait beau le lui dire autant de fois qu'il le faudrait ça ne marcherait pas. Elle s'en voulait beaucoup trop pour se pardonner aussi facilement. Alors elle ne répondit pas. Il ne la connaissait que trop bien de toute façon. Et puis, elle n'avait pas besoin d'en dire plus, elle en avait déjà bien trop dit. Elle qui d'ordinaire ne s'excuserait pour rien au monde, orgueil et fierté au premier plan, qui ne s'amuserait pas à balancer tout ce qu'elle avait sur le cœur aussi facilement. C'était déjà un grand pas. Un léger sourire apparut au coin de ses lèvres lorsqu'elle l'entendit dire qu'il était.. tombé amoureux d'elle. Elle se blottit un peu plus contre lui, essayant de réaliser petit à petit que tout ça n'était pas une mise en scène foireuse, pas un de ses rêves fantasmatiques mais bel et bien la réalité. Qu'elle était bel et bien là, dans les bras de son frère, que les sentiments étaient bels et bien réciproques et qu'elle venait enfin de le récupérer. Son frère était à elle, et uniquement à elle. Elle le laissa mettre un terme à leur étreinte alors qu'elle releva les yeux vers lui et un magnifique sourire l'accueillit. Il était tellement magnifique. Ce sourire qui lui avait tellement manqué et le voir ainsi ne put que la faire sourire à son tour. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas vu l'ébauche d'un véritable sourire sur son visage que ça ne pouvait que la rendre heureuse. Et elle non plus n'avait pas adressé un vrai sourire à quelqu'un depuis si longtemps et cela paraissait tellement naturel avec son frère qu'elle avait l'impression que rien n'avait changé alors qu'elle savait pertinemment que ce n'était pas le cas. Elle prit ses mains avant d'entrelacer ses doigts aux siens. Ce soir, décidément, elle faisait entorse à tout ses principes et elle sous-entendit une nouvelle fois qu'il lui était tout bonnement impossible de vivre sans lui et elle ne put s'empêcher de se mordre légèrement la lèvre lorsqu'elle prit conscience de ce qu'elle venait de dire. Elle s'apprêtait à relever les yeux vers son frère mais elle fut coupée dans son élan par ses lèvres qui vinrent une nouvelle fois se poser sur les siennes. Alors qu'elle sentait doucement sa main remonter le long de son dos, lui arrachant un frisson, avant de se poser dans son cou, elle vint poser la sienne derrière la nuque du brun, approfondissant l'échange dont elle aurait aimé qu'il ne s'achève jamais. Mais tout bonne chose à une fin, comme tout malheureusement et ils rompirent le baiser. Elle baissa alors les yeux alors qu'il vint poser son front contre le sien « Plus le temps passait et, plus j'ai pris conscience que j'peux pas vivre sans toi. Alors...Même si les choses tournent mal, je te promets de rester à tes côtés. » Elle releva la tête vers lui, le fixant droit dans les yeux avant de lui offrir un léger sourire. Elle en avait très bien conscience que les choses finiraient par mal tourner un jour ou l'autre, qu'ils n'étaient pas prêt d'être tranquille et qu'ils n'avaient pas choisi la voie la plus simple en matière de sentiments. Et de ce fait, qu'ils devraient tôt ou tard en payer le prix. Mais elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas affronter la réalité, se dire qu'ils n'avaient pas le droit et que tout s'arrête là. Jynn resserra alors la main qui était encore dans la sienne avant de murmurer, baissant la tête à nouveau.  « Je sais que ça va pas être facile mais... je veux pas que ça tourne mal. Pas encore une fois. » Je t'ai perdu une fois je ne veux pas te perdre à nouveau. Mais ils n'eurent pas vraiment le temps d'y réfléchir plus longtemps qu'elle sursauta quand elle entendit la porte d'entrée claquer, des pas résonnant à l'étage du dessous, sa tête se tournant violemment vers le couloir, ses yeux s'écarquillant et son cœur se mit à battre à tout rompre alors qu'il avait enfin réussi à récupérer un rythme cardiaque à peu près normal. En moins de quelques secondes, Kyung Ae venait de l'emmener dans sa chambre dont il ferma la porte à clef. « Fallait vraiment qu'il y en ait un qui rentre maintenant. » Jynn soupira doucement. Ce n'était rien ça encore, et ce n'était que le début d'une relation qui devrait rester sous silence. Ils devraient se cacher, tout le temps. Elle savait très bien au plus profond d'elle que ce ne sera pas bon pour eux. Que l'un d'entre eux finirait bien par ne plus le supporter. Surement elle la première peut être, il était bien plus patient qu'elle. Que se forcer à jouer les frères et sœurs après ce qu'il venait de se passer deviendrait difficile. Qu'il faudrait qu'ils inventent un mensonge fait de toute pièce pour cacher ces retrouvailles si soudaine alors que tout le monde avait très clairement vu que Jynn et Kyung Ae n'étaient plus si proche que ça ou bien devrait-il faire comme si de rien n'était ? C'est à dire les personnes distantes ne s'adressant plus la parole ? Oui un début, ce n'était le début qu'une longue série d'obstacles qu'ils devraient surmonter. Mais au final, il est peut être même bien possible que leur relation leur fasse plus de mal que de bien. Bien qu'en ce qui la concernait elle ne pouvait pas souffrir plus que ce qu'elle ne l'avait déjà fait à moins que son frère l'abandonne à nouveau. Et le problème avec la jeune femme, c'est qu'elle était clairement du genre à se poser trop de questions, tout le temps... Et c'était ce qui était en train de se passer alors que son frère la fit tomber sur le lit avec lui. Se rendant compte au passage qu'elle n'avait pas mis les pieds dans cette chambre depuis tellement longtemps. Qu'elle n'avait pas été allongée dans ce lit, avec lui, depuis presque trois ans. Ses yeux se baladèrent un peu partout dans la pièce constatant qu'au bout du compte, rien n'avait changé. Son regard vint se planter dans le plafond alors que toutes ses questions ne cessaient de se bousculer dans sa tête, l'empêchant de profiter de l'instant qu'elle pourrait profiter avec son frère. Et cela sortit tout seule, elle voulait qu'il lui réponde, qu'il la rassure peut être au final. « Tu crois qu'ils sauront un jour ? Ils n'accepteront pas hein..? » Elle savait pertinemment la réponse, elle savait très bien que son frère pensait la même chose, qu'il était même fort possible qu'il lui mente pour qu'elle arrête de se torturer ou bien qu'il lui dise la vérité parce qu'il n'y avait pas d'autres issues possibles dans tout les cas...

Jynn tourna ses yeux rougis par les pleurs vers son frère qui la surplombait. Le voir ainsi la ramenait trois ans en arrière et elle tenta tant bien que mal de chasser tout ses tourments de son esprit, se focalisant sur l'instant qu'il lui était offert. Sa main vint doucement se lever avant de venir glisser le long du cou du brun, se déposant dans sa nuque, y effectuant une légère pression afin qu'elle le rapproche d'elle. Son visage à quelques millimètres du sien. Elle pouvait très clairement sentir son souffle se mélanger au sien et elle se pinça les lèvres, ses yeux rivés sur les siennes avant de lui murmurer.  « Dis.. Tu dors avec moi cette nuit ? » Comme avant. Comme avant, elle voulait que tout redevienne comme c'était il y a trois ans alors qu'en réalité plus rien n'était pareil à la fois. Elle ne savait absolument pas si elle parviendrait à dormir, apaisé par son frère et par le fait qu'elle l'ait retrouvé ou au contraire si elle resterait éveillée par le simple fait que tout ce qui venait de se passer avait chamboulé bien trop de choses dans son esprit qui ne cesserait de réfléchir à ce qui c'est déroulé durant cette soirée... Son regard toujours rivé sur les lèvres de son frère, elle se demandait combien de temps elle allait résister à cette tentation tellement désirable. Combien de temps elle allait résister avant de craquer. Faible. Elle était faible puisque elle ne pu s'empêcher de sceller ses lèvres aux siennes une nouvelle fois. Non. Son frère était une tentation à lui seul et il la mènerait sa perte à long terme c'était certain. Il allait la rende encore plus dingue qu'elle ne l'était déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Sam 25 Juin - 16:32

Voilà bien une chose que peu de gens, voire même personne, ne peut et ne pourra jamais comprendre. Dans notre société actuelle, les sentiments amoureux envers les membres de notre famille sont totalement proscris et d'ailleurs, personne n'y croit. Comment est-ce possible de toutes façons ? Les individus d'une même famille sont bien trop proches, bien trop unis pour que ce genre de sentiments ne finissent par être partagé entre eux. La famille, c'est les seuls personnes qui resteront à vos côtés quoi qu'il arrive. Peu importe l'éducation qu'elle vous apportera, cela sera tout naturel pour elle de ne pas préciser que l'inceste est formellement interdit. Tout simplement parce qu'elle n'a pas à le préciser. Toute personne saine d'esprit est censé le savoir. Kyung Ae en fait partis. Il en fait partis oui, il est conscient de cet interdit et possède même une sœur biologique qu'il ne pourrait jamais envisager d'aimer plus que de manière fraternelle. A la base, il n'envisageait pas non plus la possibilité de tomber dans les bras de sa sœur adoptive... mais il faut croire que Jynn a su prendre la place qui aurait dû appartenir à une autre fille. Une fille que le coréen aurait eu le droit d'aimer en toute liberté et sans avoir honte de l'être abjecte qu'il est. Pouvoir afficher ses sentiments sans avoir peur d'être jugé tout simplement parce que ce serait normal. Mais non. Un dis-fonctionnement était survenu et le voilà amoureux comme jamais il ne le sera à nouveau, mais amoureux de sa propre sœur. Pourquoi avait-il fallu que son cœur choisisse pour lui la voie de la souffrance ? Peut-être bien qu'il n'avait pas à accuser cet organe. Peut-être bien que la responsabilité de cette merde internationale ne lui revenait qu'à lui et lui seul. Après tout, il aurait dû se rendre compte que ce qu'il ressentait était bien loin d'être normal. Il aurait dû tirer la sonnette d'alarme et calmer leur rapprochement. C'est beau de voir des frères et sœurs aussi liés, mais c'est également profondément bizarre. Plusieurs fois la famille les avait mis en garde, même si ce n'était que pure plaisanterie, il aurait dû comprendre que finalement, ce n'était pas si normal que ça qu'il entretienne une telle relation avec la jolie brune. Mais le temps a passé et il s'est contenté d'ignorer les mises en garde, continuant de s'enfoncer un peu plus loin dans le labyrinthe du malheur. Un labyrinthe oui, duquel aujourd'hui il ne peut décidément plus sortir. C'est trop tard. Il est allé bien trop loin et Jynn a amplement eu le temps de s'installer confortablement dans son cœur, ne prévoyant apparemment pas d'en sortir un jour. Le jeune homme était condamné à vivre avec le poids de ses sentiments pour le reste de ses jours. Depuis bien longtemps, il ne cherche pas son âme sœur. Non, ça n'a jamais vraiment été son genre. Il attendait plutôt que ça lui tombe dessus, ne s'en préoccupant pas plus que ça. Chose qu'il regrette amèrement aujourd'hui. Si seulement il avait cherché quelqu'un, peut-être serait-il amoureux désormais et n'aurait même pas eu ne serait-ce qu'un fragment des sentiments qu'il éprouve pour sa sœur. Jamais il n'aurait pensé que cette âme sœur puisse être un membre de sa famille. Quand bien même ils ne sont pas liés par le sang, ils restent officiellement frère et sœur et cette relation est vouée à l'échec. Peu importe les regrets de toutes façons, un retour en arrière est impossible, il doit en payer le prix et en subir les conséquences comme il subit depuis maintenant près de trois ans.

Et le prix, bien qu'il soit totalement juste au vu du monstre qu'il était devenu, était cher à payer. Le coréen a vu sa sœur s'éloigner de lui, comme dégoûtée de ce qu'elle avait bien pu découvrir à son sujet, trahie et humiliée que de tels sentiments puissent exister. Déçue par ce que son frère avait osé faire. Tout était de sa faute, à lui et à lui seul et il n'avait récolté que ce qu'il avait semé en perdant sa raison de vivre. Le pire dans tout ça, c'est probablement que les choses s'étaient faites de façon presque naturelles et qu'il était totalement impuissant face à cela. Que pouvait-il y faire de toutes façons ? Impossible de s'expliquer auprès de sa sœur, elle ne comprendrait pas et malgré tout, le maigre espoir qu'elle ne se soit rendu compte de rien persistait dans son esprit. C'était bien peu probable après tout ce qu'il s'était passé, leur éloignement, la fin de leur complicité, la fin des textos ou encore la fin des mots glissés sous les portes le soir alors qu'ils devaient dormir. Tout était terminé et Kyung Ae n'avait eu d'autres choix que de se faire une raison. Il devait tout simplement se taire et accepter le fait qu'un jour, il verrait celle qu'il aime se tourner vers un autre qu'elle aimera et qu'elle aura le droit d'aimer. Et à partir de ce jour là, il n'aurait plus qu'à souffrir en silence en tentant de se réjouir du bonheur de la coréenne. Après tout, il n'a pas le droit d'espérer la réciprocité de ses sentiments. Ce serait comme souhaiter le malheur de celle qu'il chéris le plus dans ce monde. Avec de telles espérances, il n'aurait pas le droit de penser qu'il l'aime. Quitte à braver les interdits, autant les braver honnêtement en se conduisant de la manière la plus droite possible, si l'on peut dire. Pourtant, c'était bien trop demander de ne pas rêver d'une vie de couple avec elle. C'était plus fort que lui et il ne pouvait tout simplement pas s'empêcher d'y penser, de l'imaginer ou ne serait-ce que d'espérer la récupérer en tant que sœur. Et s'il avait su ce qu'il vivrait ce soir. Si seulement il avait su que de toutes façons, en un seul et unique soir tous ses efforts pour se cacher seraient réduits à néant, il ne se serait pas imposé ces trois années de souffrances. Peut-être aurait-il souffert autant que ces trois années réunies en une seule soirée, il aurait sûrement dû faire ses valises pour fuir sa famille après avoir ouvertement déclaré ses sentiments honteux... mais au moins, les choses auraient été rapides et il saurait déjà qu'il n'a plus qu'à se laisser mourir. Mourir parce qu'il ne lui resterait plus rien. Perdre Jynn revient à perdre tout ce qu'il possède de plus cher dans ce monde et il devrait abandonner sa famille également, il ne lui resterait plus rien. A quoi bon essayer de se reconstruire ailleurs, ce serait inutile et passager. Un jour ou l'autre, ce lourd passé referait surface pour lui rappeler qu'il a toujours aussi mal. Ce malheur qu'il lui était tombé sur le coin de la tête sans qu'il n'ait eu le temps de dire ouf le tuait toujours un peu plus chaque jour. L'espoir de récupérer sa sœur s'étaient perdu dans une autre galaxie et pourtant... il ne se doutait pas et surtout, n'espérait même plus, qu'un jour il jouerait cartes sur table. Il ne se doutait pas que ses rêves les plus fous se réaliseraient un jour, qu'il pourrait récupérer sa sœur... Jamais il n'aurait osé envisager qu'un jour cela puisse se produire.

Les événements de ce soir s'enchaînaient à une vitesse telle que c'en était presque effrayant et cela ne laissait pas le temps au brun de réaliser ce qui était en train d'arriver. Ce rapprochement soudain avec sa sœur, cette proximité qui brisait les murs qu'il s'était construit durant ces dernières années. Des barrières que la coréenne n'eut aucun mal à franchir et à briser. Des barrières qu'il avait construire en tant de temps et qui avaient disparu en quelques secondes à peine. Ce soir, il dépassait toutes les limites, il oubliait ses principes et ne pensait qu'à une seule et unique chose : récupérer sa sœur et le maigre espoir qu'elle lui laissait que c'était encore possible. Tout allait trop vite et cela ne l'aidait pas du tout à se concentrer, ni même à réfléchir aux conséquences de ses actes. Lui qui pourtant a toujours habitué les autres à son calme, sa maturité et au fait qu'il soit quelqu'un de très réfléchis, ils seraient tous bien déçus de le voir bafouer tout cela aujourd'hui. Malheureusement, il ne pouvait rien y faire. Il ne se contrôlait plus et il se perdait lui-même. Son cœur battait la chamade, à tel point qu'il donnait l'impression de vouloir quitter la poitrine qui le protégeait. Plus le temps passait, plus ils parlaient et plus le coréen se menait à sa perte. Il se montrait bien trop explicite et sa sœur comprendrait bien vite que ses sentiments à son égard sont loin d'être normaux, si ce n'était pas déjà fait. Pourtant, c'était devenu impossible pour lui de réfléchir et il se contentait seulement de suivre la voie qu'avait choisis son cœur. Peu importe que cela soit la voie de la raison ou la voie de la souffrance, il n'avait d'autres choix que de la suivre. Les larmes de sa sœur, la chaleur pesante de la pièce ajoutée à celle qu'engendrait cette proximité dans une si petite pièce lui faisait totalement perdre les pédales. C'était bien trop douloureux, à tel point que ça en devenait insupportable. Kyung Ae n'arrivait même plus à poser un regard sur celle qu'il aimait car cela ne lui ferait que constater un peu plus que sa souffrance est dû à sa connerie. Elle souffrait et c'était entièrement de sa faute et le pire, c'est qu'il ne pouvait rien y faire. Pourtant, ce n'était pas l'envie qui manquait ! Peu importe ce qu'il lui faudrait faire, peu importe que ce soit au détriment de son propre bonheur il s'en contrefichait totalement. Ce qu'il souhaitait le plus au monde, c'était revoir ce si beau sourire qu'il avait connu durant cette longue période qui l'avait mené droit en Enfer. Pour rendre heureuse l'amour de sa vie, il n'hésiterait pas à sacrifier sa propre vie. Ce serait tellement peu payer à côté de ce qu'il lui faisait endurer. Et il s'en voulait. Il s'en voulait vraiment et refusait de se regarder dans la glace. Pour y voir un monstre ? C'était inutile. Le jeune homme était bien trop conscient de ce qu'il avait fait, de la trahison qu'il avait commise, de la douleur que ce qu'il se passait dans sa tête et dans son cœur engendrait. Il était conscient que les larmes de sa sœur, il ne les devait qu'à lui-même. Et pourtant... La seule chose qu'il pouvait faire c'était s'excuser. S'excuser encore et encore tout en écoutant les paroles de sa sœur qui le tuait toujours un peu plus. Elle s'excusait alors qu'elle n'était en rien fautive, leurs paroles lui donnait l'espoir qu'il pourrait finalement la récupérer et que tout redeviendrait comme avant. Jynn lui donnait même l'espoir que... ses sentiments puissent être réciproque.

Ses propres larmes ne comptaient même plus. L'enjeu de cette soirée était bien trop important pour qu'il se préoccupe de son état, sans compter les larmes de sa sœur qui ne l'aidaient en rien. C'était complètement fou, mais il ne serait pas exagérer que d'affirmer que ce soir, il mettait sa vie en jeu. Soit il arriverait à se donner les moyens de récupérer celle qu'il aime, soit il perdrait tout en la perdant elle. Ce n'est qu'un euphémisme de dire qu'il aime sa sœur comme jamais il n'a aimé qui que ce soit, qu'elle constitue tout ce qu'il a de plus cher dans ce monde et que sans elle, la vie ne vaut pas la peine d'être vécue. Ce serait bien trop dur. Ces trois années durant lesquelles il avait dû s'imposer son absence alors que pourtant, ils vivaient toujours sous le même toit, se croisaient de temps à autre, avaient été les années les plus difficiles de sa vie. Elle avait été là et pourtant si inaccessible... Inutile d'affirmer alors que, la véritable absence de cet être trop important le réduirait à rien du tout. C'est exactement ça. Il ne serait plus rien d'autre qu'un individu trainant son malheur, se laissant progressivement mourir. Car c'est la seule chose qu'il aurait la force de faire : mourir. A quoi bon continuer de vivre si cela engendrait le malheur et le déshonneur de sa famille tout en souffrant à son tour ? C'était ce qu'il y avait de plus inutile à envisager, c'était impensable. Kyung Ae était en train de perdre la tête, son esprit était embrouillé et il ne savait même plus quoi penser, si l'on peut dire qu'il arrivait encore à penser correctement. Il avait failli prononcer les mots qu'il n'avait pas le droit de prononcer et sa sœur était dans ses bras, là, tout près de lui et alors que cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eu droit à de telles attentions de sa part, il ne réalisa pas la suite des événements que déjà la demoiselle se cachait dans ses mains. Son esprit sur le mode pause, il tentait de comprendre ce qu'il venait de se passer. Sa sœur, la femme de sa vie, celle qui avait su lui voler son cœur avec une facilité déconcertante... cette même personne pour laquelle il ressentait des sentiments interdits, venait d'essayer de l'embrasser. Tous les espoirs qu'il s'était interdit d'avoir, ceux qui s'étaient enfouis très profond en lui, n'envisageant pas de ressortir un jour firent pourtant surface. Elle venait de lui faire comprendre qu'elle ne l'aimait pas comme une sœur devrait aimer son frère et il dû fermer les yeux un instant pour empêcher de nouvelles larmes de couler. Des larmes de soulagement, mais aussi des larmes de culpabilité. Car si elle endurait ce qu'il avait enduré durant trois longues années, il ne pouvait tout simplement pas le supporter. C'était bien trop douloureux et il ne souhaitait à personne, encore moins à elle. Même s'il n'était pas sûre que ce soit la meilleure chose à faire, il était bien trop heureux d'apprendre la réciprocité de ses sentiments pour passer à côté et il commit l'irréparable. Saisissant les bras de l'adolescente, il les baissa doucement malgré les résistances de cette dernière, avant de relever son visage du bout des doigts. Les larmes coulant le long de ses joues étaient insupportables à voir et il ferma les yeux, posant ses lèvres contre les siennes. L'interdit était franchis comme jamais il ne l'avait franchis jusqu'à aujourd'hui, mais cette fois-ci, ils étaient deux. Il ne tarda pas à déclarer ouvertement, la serrant dans ses bras, qu'il l'aimait. Non, il ne passa pas par une de ces formulations pour le lui faire comprendre, il fonça dans le tas et prononça les deux mots qu'il n'aurait jamais espéré prononcer un jour. Si ça n'avait pas été pour Jynn, alors il ne les aurait jamais prononcé. Aucune autre femme dans ce monde n'y aurait eu droit.

A vrai dire, le coréen se sentait complètement perdu. Sa tête et son cœur battant à tout rompre menaçaient d'exploser d'un moment à l'autre. Il y avait bien trop de choses à encaisser et à réaliser pour une seule et même soirée. C'est presque s'il n'y avait pas plus à encore à accumuler que durant ces trois années réunies. Heureusement tout de même, un facteur changeait la donne, et pas qu'un peu : cette fois-ci, le cours des événements était positif et le jeune homme se sentait heureux pour la première fois depuis longtemps. Enfin, il restait une part de culpabilité en lui qui ne s'effacerait probablement jamais. Avoir vu sa sœur dans un tel état tout en sachant pertinemment que c'était entièrement de sa faute, jamais il ne l'oublierait et encore moins se le pardonnerait. Mais la seule chose qui comptait à l'instant présent, c'est le fait que ses sentiments, aussi horribles et interdits soient-il, soient réciproque. Kyung Ae ne voyait plus que sa sœur, elle et seulement elle et il voulait profiter un maximum de ce moment. Sûrement un des rares moments où ils pourraient se retrouver seuls tous les deux, libres de vivre leur amour. Il se sentait tellement bien, tellement plus léger d'avoir pu dire ce qu'il ressentait réellement sans prendre vraiment le risque de perdre celle qu'il aime. Tout s'était enchainait à une vitesse affolante et même encore maintenant, il ne réalisait pas ce qu'il était en train d'arriver. Mais laissons du temps au temps, il finirait tôt ou tard par se rendre compte de tout. Son cœur rata quelques battements quand la coréenne pris possession de ses lèvres à son tour, faisant durer le baiser un peu plus longtemps que le premier qui, inutile de le cacher, était encore un peu timide. C'était bien trop beau pour être vrai. Un véritable miracle venait de se produire, c'était tellement inespéré et le grand brun était tenté de se pincer pour vérifier qu'il n'était pas tout simplement plongé dans un de ses rêves et qu'il n'aurait pas à se réveiller avec un pincement au cœur en réalisant que rien n'était vrai au final. Il redescendit sur Terre quand ses pensées se tournèrent vers la peur qu'il ressentait. Dans cette histoire, la culpabilité resterait ancrée en lui pour toujours mais il y a également de quoi être effrayé par la suite des événements. Personne ne peut savoir comment le cours des choses tournera d'autant plus qu'ils devraient vivre une relation totalement cachée pour ne pas avoir à subir le regard des autres. Les gens ne les accepteraient jamais ainsi, ils ont beau ne pas avoir de liens sanguins, ils n'en sont pas moins des frères et sœurs pour tout le monde. Les deux jeunes gens n'en étaient sûrement pas à leur dernière galère et le brun tenta de rassurer sa sœur lorsqu'elle s'excusa à nouveau. L'entendre s'excuser ainsi ne lui faisait qu'un peu plus de mal à chaque fois. Il était tellement conscient de la fierté de la jeune femme. Jamais elle ne s'excuserait ainsi en temps normal et cela ne prouvait qu'un peu plus la souffrance qu'elle avait dû subir par sa faute. Mais il savait également qu'il aurait beau dire que c'est de sa faute à lui et pas la sienne, elle n'en changerait pas moins d'avis. Alors, comprenant très bien pour quelle raison elle ne répondait pas, il se contenta de la serrer un peu plus contre lui. Lentement mais sûrement, il commençait à prendre conscience de la véracité de cette soirée. Il n'était pas plongé dans un rêve profond, il n'allait pas se réveiller dans quelques heures, obligé de se rendre au boulot pour accomplir un travail qu'il bâclerait à nouveau... Non, il avait bel et bien récupéré sa sœur qu'il aimait tant et pour couronner le tout, elle l'aimait... Elle l'aimait comme lui l'aimait et c'est sûrement la plus belle chose qu'il puisse lui arriver. Il n'arrivait pas à réaliser totalement mais il ne pu s'empêcher d'offrir un magnifique sourire à la jolie brune, alors qu'il mettait fin à leur étreinte. Sourire auquel elle répondit, ce qui réchauffa le cœur du coréen. Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'avait pas eu droit à une mine si radieuse de sa part, trop longtemps qu'il n'avait pas pu admirer ce si beau sourire... trop longtemps qu'il n'avait pas souris sincèrement. Sentant ses douces mains se glisser dans les siennes pour les entremêler, il les caressa doucement, ne quittant pas sa désormais petite amie – si l'on peut dire – du regard. L'entendre dire que c'était tout bonnement impossible pour elle de vivre sans lui lui procura un bonheur sans nom et il ne lui laissa pas le temps de lever les yeux vers lui qu'il l'embrassait à nouveau. Bien qu'il se soit calmé, son cœur rata à nouveau quelques battements et une drôle de sensation se fit sentir au niveau de son estomac. Il l'aimait tellement, c'était inqualifiable tant il l'aimait. Les valeurs avec lesquelles on l'avait élevé, ses propres principes étaient tombés dans les oubliettes. Tant pis, l'instant était trop beau. Remontant une main le long du dos de l'adolescente pour finir par la nicher dans son cou alors qu'elle déposait la sienne dans sa nuque, il aurait voulu que ce baiser ne s'arrête jamais. Encore maintenant, il avait peur de retomber brutalement sur Terre, que tout s'arrête et qu'il perde l'être le plus précieux à ses yeux. Mais toutes bonnes choses ont une fin et ils durent mettre fin au baiser. De toutes façons, maintenant qu'ils s'étaient avoué l'inavouable, ils ne compteraient même plus le nombre de fois où ils s'embrasseraient. Déposant son front contre celui de sa cadette, il avoua que lui non plus, il ne peut plus vivre sans elle. Il en avait déjà bien trop dit pour avouer directement qu'elle était sa raison de vivre, la seule chose qui le retenait ici bas et qu'elle venait, en quelques minutes, de lui donner une raison de vivre. Plus jamais il ne prendrait la stupide décision de s'éloigner d'elle, désormais ils seraient deux coûte que coûte. La suite des événements sera loin d'être simple et il le savait pertinemment. Après tout, les deux adolescents n'ont pas choisis le chemin le plus simple d'un point de vu amoureux mais que faire ? Les sentiments, ça ne se choisis pas. Aussi, ils avaient beau avoir frappé à la mauvaise porte, Kyung Ae était bien décidé à ne pas les refouler. « Je sais que ça va pas être facile mais... je veux pas que ça tourne mal. Pas encore une fois. » ; cette seule phrase eut le don de provoquer un pincement au cœur du brun qui ne voulait pas non plus que ça tourne mal et pourtant, il savait très bien que quoi qu'il arrive, ils finiraient par en souffrir tous les deux. Il savait qu'avoir sa sœur à ses côtés pourrait lui suffire amplement, vivre dans le secret ne le dérangerait peut-être pas plus que ça. Mais à long terme... Jynn ne pourrait pas supporter une relation secrète et interdite pendant des années et il n'avait d'ailleurs pas le droit de le lui imposer. Ce serait trop cruel. Alors finalement, devait-il se faire à l'idée qu'un jour la femme de sa vie se lasse de lui et se tourne vers un autre ? Heureusement, il n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir car le bruit de la porte d'entrée et des pas résonnants à l'étage du dessous les interrompirent. Voilà bien une chose que le coréen avait totalement oublié : les parents et Yun Ah allaient rentrer tôt ou tard à la maison et ils devraient se montrer plus que prudents à partir de cet instant. Voyant l'expression de panique de sa sœur, il lui prit la main et l'entraina rapidement dans sa chambre, dont il ferma la porte la à clef. Ce n'était que le début qu'une longue série d'ennuis et de mensonges probablement. Il avait beau être quelqu'un de très patient, il avait beau penser pouvoir supporter de vivre cacher, il savait qu'il ne supporterait pas de jouer le frère distant. Ce ne serait pas très simple de trouver une raison potable à leur soudain rapprochement mais, si c'est un minimum plausible, la famille ne devrait pas se poser trop de questions. Ils leur faisaient confiance... Oui, ils leur faisaient tous confiance et eux étaient en train de la trahir. Tentant d'oublier ces pensées bien trop douloureuses, le garde du corps se dirigea vers la jolie brune qu'il entraina avec lui sur le lit. Cela faisait bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas retrouvé ainsi tous les deux et, en pleine admiration, il remarqua que la demoiselle regardait un peu partout dans la pièce avant de fixer le plafond. Baissant les yeux un instant, il comprit bien que quelque chose la tracassait. Il ouvrit la bouche pour lui demander ce qu'il se passait mais elle le devança : « Tu crois qu'ils sauront un jour ? Ils n'accepteront pas hein... ? ». Le sourire qu'il arborait quelques secondes plus tôt avait disparu, il ne riait plus et il ne se rendit même pas compte qu'il venait de légèrement lâcher la main de sa sœur. S'ils sauraient un jour, il n'avait aucune réponse. Peut-être que oui, peut-être que non. Tout dépendrait d'eux et de leur capacité à se cacher ou non. En revanche, il ne connaissait que trop bien la réponse à la seconde question. Pourtant, Dieu sait s'il aurait souhaité la rassurer, lui dire que tout irait bien et que leurs parents n'étaient pas non plus si strictes que ça, qu'ils n'étaient que des frères adoptifs. Mais il ne pouvait tout simplement pas prononcer ces mots, ce ne serait que mensonge, malheureusement. Leurs parents leur faisaient confiance et ils avaient adopté les Choi pour qu'ils soient leurs enfants et les frères et sœurs de Jynn, pas pour que leur fils termine par tomber amoureux de leur fille biologique. « Je crois que tu connais la réponse à ta seconde question... Quant à la première, ça ne dépend que de nous... » finit-il par répondre en posant un regard sérieux et un peu inquiète sur sa sœur. Même s'il avait peur que ses parents découvrent tout, à cet instant précis, il avait surtout peur que celle qu'il aime ne l'abandonne. La voie qu'ils avaient choisis d'emprunter est loin d'être celle qui donne le moins de pression et ce ne serait pas étonnant que la demoiselle en ait un jour marre de supporter cette horreur. Et ce jour là, il serait totalement impuissant. Il ne pourrait pas la retenir, ce serait bien trop égoïste. Alors il la regarderait lui échapper à nouveau.

Une boule se formant dans sa gorge alors qu'il tentait de retenir de nouvelles larmes, Kyung Ae baissa les yeux quand sa sœur riva les siens sur lui. A vrai dire, il ne voulait pas qu'elle voit son regard si inquiet, elle continuerait de s'en vouloir et c'en était déjà trop. Tentant de se focaliser sur l'instant présent et d'oublier ce qui risquait de lui tomber dessus dans un avenir plus ou moins proche, il ne résista pas à la main de Jynn faisant pression sur sa nuque, pour qu'il se rapproche. Passant un bras de chaque côtés de la jeune femme, il se trouva presque allongé sur elle, leurs visages à quelques millimètres à peine l'un de l'autre et il se félicita d'avoir fermé la porte derrière lui... Ce serait un véritable tremblement de terre qui aurait lieu à la maison qui quelqu'un avait pu ouvrir la porte. « Dis... Tu dors avec moi cette nuit ? » ; cette question décrocha un sourire au jeune homme qui se décida à plonger son regard dans celui de sa sœur. Comme avant, n'est-ce pas ? Il avait bien trop souvent rêvé de revoir la brune dormir à ses côtés comme au bon vieux temps pour refuser cette demande. D'autant plus qu'avec leur nouveau rapprochement, cela semblait presque évident qu'il n'allait pas la laisser dormir de son côté ce soir. Les battements de son cœur s'accélérant légèrement alors qu'il baissait les yeux vers les fines lèvres de sa cadette, il prit un semblant d'air grave et sévère. « Ah non mademoiselle, nous sommes devenu des enfants sages. » répondit-il, une mine finalement pas si sérieuse que ça puisqu'il n'arrivait décidément pas à garder son sérieux. En réalité, il était bien trop heureux que la brune veuille reprendre les bonnes habitudes qu'ils avaient pris si facilement auparavant que c'était difficile de le cacher. Il faut croire que la coréenne avait décidément un sacré pouvoir sur lui et il n'arrivait plus à se contrôler en sa présence. Peut-être bien qu'il n'arriverait même pas à fermer l'œil de la nuit mais, ce n'était que bien peu important à côté du fait qu'elle serait là, à ses côtés. Et il n'eut pas le temps d'ajouter qu'il plaisantait que sa sœur l'embrassa à nouveau. Baiser que le coréen n'hésita pas une seconde à approfondir, se serrant contre elle. Lorsqu'ils mirent fin à ce baiser, il ne s'éloigna pas pour autant et resta aussi près d'elle, mêlant leurs souffle. La coréenne était devenue une véritable tentation, il la désirait comme ce n'est pas permis et il devait pourtant se mettre un peu de barrières. C'est vrai, il ne pouvait pas lui sauter dessus non plus... « En effet, tu bouges pas d'ici ce soir. » Mmh... à croire que c'était un cas désespéré, il était littéralement dingue de sa propre sœur.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Mar 28 Juin - 15:00

Déjà bien avant de tomber pour son frère, Jynn n'avait jamais été quelqu'un qui cherchait à corps perdu celui qui ferait battre son cœur ou toutes autres conneries dans le genre. Elle n'avait jamais vraiment été quelqu'un faite pour les relations de longue durée jusqu'alors et ses quelques histoires d'amour avait duré plus ou moins longtemps selon les personnes. Elle n'avait jamais vraiment réussi à s'y attacher et les raisons à l'époque n'étaient pas aussi claires que maintenant. Avec le recul elle pouvait clairement le dire maintenant: si ça n'avait jamais duré c'est parce qu'elle préférait clairement passer son temps avec son frère qu'avec son petit ami en question. Qu'elle faisait passer son frère avant toute chose. Au final, Jynn était plus le genre de personne à attendre que les relations lui tombent dessus plutôt qu'à les chercher. Erreur. Elle n'aurait jamais du faire ça. Elle n'aurait jamais du laisser faire le cours des choses et si elle s'était attelée un minimum à chercher quelqu'un avec qui elle aurait pu avoir une relation plus ou moins stable, peut être qu'elle n'aurait jamais eu à tomber pour la mauvaise personne. C'était la triste vérité, l'amour elle le connaissait maintenant, sauf que c'était bien trop douloureux pour être vécu et jamais elle ne s'était imaginée vivre ça un jour. Quelle idée de tomber amoureuse de son propre frère. Et pourtant, au bout de trois ans d'addiction, elle pouvait le dire le pourquoi du comment. Il n'y avait que lui, il n'y avait toujours eu que lui et il n'y aurait toujours que lui. Pourquoi avait-il fallu qu'il soit si parfait ? Kyung Ae était le type même de l'homme que toutes filles rêveraient d'avoir. Et en temps que sœur elle n'aurait jamais du en faire partie, mais elle non plus n'avait pas résisté. Le pire dans tout ça c'est de se dire qu'en réalité, il était fort possible que son frère lui ait volé son cœur dès lors qu'il avait franchi le pas de sa maison pour la première fois. Quand bien même elle l'ait renié pendant presque deux ans, la relation qu'ils eurent par la suite avait su rattraper les dégâts. Les rattraper un peu trop bien pour mieux retomber ensuite. Elle le savait, elle l'avait toujours su qu'ils étaient proches. Tout le monde leur a toujours fait remarqué. Mais elle était bien trop jeune à l'époque pour mettre un mot là dessus. Pour elle c'était tout à fait normal d'être avec son frère presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Normal qu'elle dorme avec lui, normal qu'elle lui envoie des messages dès lors qu'il disparaissait de son champ de vision, normal de toujours tout faire ensemble et de passer tout son temps dans ses bras. Et pourtant non, ça n'avait rien d'anodin et elle ne l'avait compris que bien trop tard. Elle avait grandi, ses sentiments aussi et elle ne parvenait plus à voir son frère comme un frère tellement elle voulait toujours plus. Leur relation ne lui suffisait plus et pourtant elle était obligée de s'infliger la torture que de le regarder s'éloigner d'elle. C'était compréhensible, qui voudrait avoir une sœur incestueuse, qui vous a menti pendant tout ce temps et c'est joué de vous sur toute la ligne ? Personne. Et son frère non plus. Et il avait mis les distances en conséquence. Impuissante, elle ne pouvait plus rien faire à la perte de son frère qui s'éloignait de plus en plus, ne voulant certainement ne plus jamais avoir à faire à elle et à ce qu'elle était devenue. Elle ne pouvait plus lui imposer sa présence de toute façon, ça n'aurait fait qu'empirer les choses. Elle ne pouvait pas tenter de lui expliquer, ça ne s'explique pas et c'était tout bonnement humiliant que d'avouer une chose pareille. Mais quel était le pire ? Le fait qu'il sache tout de lui même en l'aillant deviné ou qu'elle le lui avoue elle même ? Les deux en eux même étaient tout bonnement horribles et elle espérait tellement qu'il y est tout de même un maigre espoir et qu'il ne sache pas. Que son éloignement était dû à tout autre chose. Mais non. C'était bien trop évident. C'était de sa faute, et uniquement la sienne et celles de ses sentiments foireux et elle était l'unique personne à blâmer.

Et pourtant ce soir, en une soirée et quelques minutes à peine elle allait le retrouver. Elle allait retrouver l'homme qu'elle chérissait plus que tout au monde. En une soirée elle allait en voir de toute les couleurs, accumulée presque bien trop pour son petit cœur ou pour sa tête qu'en ces trois années de souffrance réunies. Mais pour ce qu'elle allait en tirer... Inutile de dire qu'elle pourrait la revivre sans aucune hésitation si c'était le prix à payer pour renouer avec son frère. Et pourtant, de se dire que son frère avait réussi à détruire toutes les barrières qu'elle s'était volontairement imposée pour le protéger lui de sa folie et d'elle pour ne pas avoir à tomber un peu plus, était tout bonnement déroutant. Se dire qu'il pouvait posséder un tel pouvoir sur elle, qu'il pouvait la déstabiliser en un regard, en une parole, lui faire perdre littéralement sous ses moyens en un contact ou un geste ne lui faisait que comprendre un peu plus qu'elle était complètement à sa merci. Et s'il voulait, il ferait ce qu'il voulait d'elle elle ne pourrait tout simplement pas lui résister. Elle savait quel genre d'homme était Kyung Ae et qu'il était très certainement loin d'être ce type de personne, mais si ça avait été le cas, inutile de dire qu'il en aurait tiré tout ce qu'il aurait voulu d'elle. C'était d'autant plus frustrant de se dire que pendant tout ce temps, tout ce temps où elle avait souffert comme jamais elle n'avait pu souffrir, elle avait fait souffrir son frère qui l'aimait en retour. Par peur du regard mutuel de l'autre, par peur de leur propre réaction respective ils avaient bousillé trois ans de leur vie à tout faire pour s'ignorer, à être le plus loin possible loin de l'autre tout en ne rêvant que d'être toujours plus prêt en même temps. Si elle avait, oh oui si elle avait su elle aurait déballé tout ce qu'elle avait sur le cœur bien plus tôt. Elle aurait franchi tout les interdits au lieu de s'imposer une telle vie. Et quand bien même ça n'aurait pas été le cas et que son frère n'aurait jamais rien éprouvé pour elle, elle l'aurait fait quand même. De savoir qu'en quelques secondes tout ce que vous avez construit pendant trois ans venait d'être réduit à néant par un seul regard vous prouve à quel point vous êtes faible et que tout ce que vous avez toujours essayé de faire c'est révélé totalement inutile au final. Car en une soirée, son frère allait lui faire perdre la tête comme jamais il ne l'avait fait, il allait lui redonner le goût de vivre et le plus important elle allait le retrouver encore plus encore qu'elle ne l'avait espéré. Le retrouver lui en plus de ses sentiments. Chose inespérée que jamais elle n'avait imaginé possible un jour, si ce n'est dans ses rêves les plus fous. Physiquement et mentalement elle perdait totalement pied. C'était à peine si elle parvenait à tenir debout, elle pouvait sentir son cœur tambouriné dans tout son corps au vu de toutes les émotions qu'il subissait en bien trop peu de temps. Mentalement ça défaillait totalement aussi, toute l'accumulation de toutes ses informations bien trop vite ne faisait que de lui faire tourner la tête et elle ne se rendait plus compte de rien, totalement guidé par ses instincts dont désormais les conséquences de ses actes passaient au second plan. Et rien ne faisait en sorte de l'aider. Son frère si près d'elle, ses bras, ses pleurs, ses paroles. Comment voulez-vous qu'elle puisse faire acte de raison avec tout ces facteurs réunis alors qu'elle n'avait pas pu approcher son frère depuis presque trois ans ? Surtout quand il ne faisait que de lui comprendre un peu plus qu'il ne lui en voulait pas, que désormais tout était fini et qu'ils s'étaient bel et bien retrouvés. Mais le voir dans un tel état malgré tout lui faisait trop mal. Sa douleur a elle passait définitivement au second plan comme tout ce qui la concernait dès lors qu'il s'agissait de son frère. Et ça ne faisait qu'augmenter la sienne malgré tout. De voir que ses larmes n'étaient que le résultat de sa bêtise et de son cœur qui déraillait. Le simple fait de se dire qu'elle était la cause à toutes ses souffrances était insupportable. Elle s'en voudrait toute sa vie d'avoir osé imposer une telle chose durant trois ans à l'homme qu'elle aimait. Elle ferait n'importe quoi, absolument n'importe quoi pour se rattraper même si elle savait que sa propre culpabilité ne s'en irait certainement jamais. Comment le pourrait-elle de toute façon ? Rien que l'idée de lui faire du mal lui donnait envie de vomir, alors savoir qu'elle était la cause à toute sa tristesse et sa souffrance...

Et pourtant, s'il savait comment ses propres paroles lui faisaient du bien, la rassuraient et lui donnaient l'espoir de le retrouver. Il parvenait même à lui faire imaginer les scénarios les plus fous, lui donnant l'espoir que peut être, il possédait les mêmes sentiments que les siens. Elle était tout simplement en train de rêver. Elle s'était tellement imaginer renouer avec son frère un jour et pourtant elle n'y était absolument pas préparée par peur de ses propres réactions. Peur de le perdre une bonne fois pour toute. Elle l'avait déjà partiellement perdu depuis trois ans alors qu'il était là, si près. Cette fois-ci serait certainement l'unique chance pour elle de tenter de le récupérer. Seulement, le trop plein d'émotions lui faisait perdre la tête et elle ne contrôlait absolument plus ses actes. Non, ses instincts avaient pris le dessus sur sa raison et elle agissait sous les coup de ses pulsions pour réaliser bien trop tard ce qu'elle était en train de faire. Bien trop tard qu'elle avait failli l'embrasser. Bien trop tard, qu'elle allait certainement le perdre définitivement à cause de ses putains de pulsions incontrôlées. L'avoir si près d'elle ne faisait que de la faire dérailler et elle n'avait plus qu'à aller se laisser mourir. Elle aurait du s'enfuir après ce qu'elle venait de faire, elle aurait du partir pour ne pas avoir à se confronter au regard de son frère et pourtant elle était rester là, en se mettant à pleurer contre lui, pleurer sur le fait qu'elle était un être abjecte et que son frère ne méritait pas ça. Il ne méritait pas de supporter d'avoir une sœur pareille. Et pourtant.. Les lèvres de son frère sur les siennes lui firent comprendre qu'en réalité, elle était loin du vrai. Son frère l'aimait. Il venait de le lui dire. Les mots qu'elle avait toujours rêvé d'entendre de sa bouche, pour elle et uniquement pour elle. Elle ferma les yeux, des larmes de bonheur roulant le long de ses joues alors qu'elle sentait un pois immense se soulager en elle. Même si elle ne serait jamais totalement libéré par le fait qu'elle l'avait fait souffrir et le fait aussi que leur relation ne risquait certainement de ne pas être si simple au vue de la voie qu'ils avaient pris. Quoiqu'il en soit, ils en avaient bien trop bavé et il fallait qu'elle tente de faire abstraction de tout ses aspects négatifs, profitant uniquement du fait qu'elle avait retrouver son frère et que ses sentiments étaient réciproques. C'était encore trop frais pour qu'elle se rende réellement compte de ce qu'il se passait et de ce qu'il venait de leur arriver. C'était arrivé si soudainement, qu'il faudrait certainement un peu de temps avant de réaliser pleinement ce qui venait de se produire. Elle en avait tellement rêvé, de voir tout ses espoirs se réaliser en quelques minutes étaient tellement irréalistes... Et pourtant son frère était bien là, avec elle.

Elle ne put s'empêcher de reprendre possession de ses lèvres en guise de réponse. Elle en avait toujours rêvé et désormais, elle en avait le droit. Elle avait le droit de toucher son frère, de l'embrasser et de passer tout son temps avec lui comme avant. Seulement, cela risquait de ne pas être facile tout les jours c'est certain. Elle ne pouvait se permettre de se comporter ainsi en public et ils seraient contraints de se cacher pour vivre leur idylle. Et sincèrement, cela lui faisait peur. Elle avait beau se dire que désormais, elle était avec son frère et tant qu'il serait là tout irait bien, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être effrayer par l'avenir et ce qui les attendait. Vivre cacher n'allait pas être facile mais c'était la seule solution qui s'offrait à eux pourtant. Ils n'avaient pas le choix de toute façon. Elle n'osait même pas imaginer la réaction que pourrait avoir leur entourage si jamais on venait à apprendre qu'ils étaient ensemble. C'était tout bonnement impensable. Ils devraient vivre ainsi, et elle savait pertinemment que se serait loin d'être facile à certains moments. N'est-ce pas une atrocité de devoir se retenir de montrer à quel point vous aimez quelqu'un, que cette personne est à vous et uniquement à vous et que vous aimeriez crier sur tout les toits à quel point vous l'aimez? Kyung Ae n'aurait pas été son frère, elle aurait pu se le permettre mais malheureusement ils étaient bels et bien frères et sœurs aux yeux de tout le monde. Et malgré qu'ils n'avaient aucun liens de sang, c'était une question d'éthique. Mais l'heure était aux retrouvailles et non à ce qui les attendrait. Non, elle avait retrouvé son frère et elle ne comptait pas le laisser s'enfuir de ci-tôt, et elle comptait bien en profiter. Elle ne put s'empêcher de lui avouer qu'elle ne pouvait pas vivre sans lui et que c'était bien trop difficile et à peine eut elle le temps de relever de nouveau la tête qu'il l'embrassait de nouveau, lui provocant un nouveau coup de chaud. Et sa main glissant le long de son dos ne fit qu'accentuer le frisson de plaisir qui la parcourut. Il y a encore à peine quelques minutes, son frère était l'objet de toutes ses tortures et maintenant elle pouvait en profiter à telle point qu'elle aurait tellement aimé ne jamais achever cet instant. Elle qui jusqu'à maintenant avait presque été sur le point de se laisser mourir tellement l'absence de son frère était devenu un supplice insoutenable, en quelques instants il lui avait redonné le goût de vivre. Sa raison de vivre lui était revenu. Malgré tout, elle avait beau vouloir profiter de l'instant présent, elle ne pouvait s'empêcher d'angoisser à l'idée de ce qu'il pourrait leur arriver. Elle ne voulait pas que ça tourne mal une nouvelle fois et elle savait pertinemment qu'il était fort probable qu'à terme, leur relation les ferait probablement souffrir. Lui, elle, ou les deux. Vivre dans le secret pouvait être excitant pendant un temps, braver l'interdit et jouer avec le feu. Seulement, au bout d'un temps toujours agir dans l'ombre finirait certainement par devenir pesant. Cacher aux yeux du monde leur amour deviendrait insupportable et mentir constamment aux autres aussi. Mais elle ne pouvait pas s'imaginer vivre sans Kyung Ae, et quoiqu'il arrive, elle ne pourrait pas se passer de lui, elle en était bien trop dingue. Mais leurs réflexions furent coupées par le bruit de la porte d'entrée qui claqua et des bruits de pas au rez-de-chaussé. En moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire elle était déjà dans la chambre de son frère, porte fermée à clef pour ne prendre aucun risque, et sur son lit à ses côtés. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas mis les pieds dans cette pièce que c'était un sentiment presque étrange qui la parcourut. Elle ne put s'empêcher d'observer tout les coins de la pièce pour se rappeler que rien n'avait changé. Absolument rien. Elle avait l'impression de remonter trois ans en arrière, et l'odeur de son frère qui planait partout dans la pièce la rendait folle. Cependant, son regard vint se planter dans le plafond alors que ses pensées négatives refaisaient surface, le fait qu'ils soient dans sa chambre à cause de la personne qui venait de rentrer les aillant fait ressurgir. Elle voulait que son frère la rassure, qu'il lui dise que tout ira bien. Qu'il lui mente même pour la rassurer car au fond d'elle elle connaissait déjà très bien les réponses aux questions qu'elle venait de lui poser. Et sa main qui commençait à lâcher la sienne la ramena aussitôt sur terre alors qu'elle posait ses yeux sur lui. Elle se mit à culpabiliser de plus belle d'avoir oser lui demander ça. Elle pouvait clairement lire son inquiétude et qu'elle venait de lui renvoyer la dure réalité en plein visage et elle s'en voulait. « Je crois que tu connais la réponse à ta seconde question... Quant à la première, ça ne dépend que de nous... » Elle se mordit la lèvre pour retenir une nouvelle fois les larmes qui menaçaient de couler. Oui, il avait raison, cela ne dépendait que d'eux. Et à moins qu'on les surprenne, elle ne se voyait pas dévoiler leur relation secrète au grand jour. Non, il fallait qu'elle cesse de se poser trop de questions, du moins, au moins quand elle était avec lui. Elle aurait bien l'occasion de se torturer l'esprit une fois seule. La seule chose qui comptait, c'était son frère et elle voulait en profiter et ne plus jamais le laisser s'en aller.

Jynn voulait son frère plus que tout. Et de le savoir si près alors qu'il était encore totalement inaccessible il y a peu de temps ne lui donnait que plus envie de lui. Son frère était une horrible tentation à lui seul et elle se demandait si il s'en rendait compte parfois. Oui, sans doute, sinon il n'aurait pas un harem de filles qui lui tourneraient autour. Mais non, Kyung Ae était à elle, et uniquement à elle et elle ne laisserait jamais personne le lui prendre. Elle fit pression contre sa nuque pour qu'il se rapproche, qu'il soit encore plus près d'elle jusqu'à ce que seulement quelques millimètres ne les séparent, le faisant basculer au dessus d'elle. Elle lui demanda alors si cette nuit, elle pouvait dormir avec lui, comme avant. Elle aurait eu très certainement bien du mal à quitter cette pièce surtout pour dormir seule, sachant que son frère serait dans la pièce à côté alors qu'ils avaient l'occasion de tenter de rattraper tout ce temps perdu. Le sourire qu'il arbora la fit littéralement fondre. Son frère était magnifique. « Ah non mademoiselle, nous sommes devenu des enfants sages. » Elle prenait ça pour un oui. Elle ne put s'empêcher de rire légèrement avant de répondre  « J'ai jamais été très sage tu sais... » Ça c'était un fait. Jynn avait toujours aimé l'interdit et à vrai dire ces derniers temps, on ne pouvait pas dire qu'elle s'était comportée convenablement non plus. Elle termina en scellant une nouvelle fois ses lèvres aux siennes, collant un peu plus son corps au sien. A contre coeur elle laissa Kyung Ae mettre fin au baiser et elle ne put s'empêcher de sourire lorsqu'il ajouta: « En effet, tu bouges pas d'ici ce soir. » Ses yeux se baladèrent sur le visage du jeune homme, scrutant chaque parcelle de son visage comme si elle le redécouvrait pour la première fois, répondant un léger sourire joueur aux lèvres.  « Dans tout les cas, je ne comptais absolument pas bouger de là... » murmura-t-elle avant d'attirer une nouvelle fois le jeune homme à elle, frôlant ses lèvres du bout des siennes, les caressant, le faisant languir afin de faire durer la tentation qui commençait bel et bien à s'installer de plus en plus et elle s'enfonça un peu plus dans l'oreiller lorsque celui-ci voulut faire disparaitre la distance entre elles. Elle le cherchait, et finalement, après un sourire, c'est elle qui craqua la première. Ses lèvres allant épouser parfaitement ses consœurs, comme si elles étaient faites l'une pour l'autre. Sa langue vint doucement caresser sa lèvre inférieure, lui quémandant l'accès à ce dont elle avait toujours désirer. Il la rendait complètement folle et le savoir juste là, à sa portée, ne le rendait que plus désirable qu'il ne l'était déjà. L'une de ses mains vint glisser dans ses cheveux alors que l'autre glissa lentement le long de son dos pour atterrir jusqu'en bas, jouant pendant quelques instants avec le bas de son débardeur avant avant de s'aventurer en dessous de celui-ci, caressant sa peau du bout des doigts. Elle en avait tellement rêvé de cette proximité avec son frère qu'elle n'avait aucune envie d'aller trop vite ou de précipiter les choses. Pourtant elle se surprit à devoir se faire violence pour ne pas lui sauter dessus. Son frère était vraiment la tentation qui la mènerait à sa perte. Mais pour lui, elle voulait bien déchanter quitte à ce qu'il la rende complètement dingue, tant qu'il était là et que plus jamais elle n'aurait à le voir partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Mar 12 Juil - 16:29

Les choses semblaient tellement claires à présent. Le coréen n'aurait certainement jamais la réponse à la question de savoir pour quelle raison est-ce qu'il avait fallu que son cœur soit si défectueux pour se tourner vers sa propre sœur... mais il avait déjà levé le voile sur pas mal d'autres interrogations. Si seulement il n'avait pas été du genre à attendre que les choses lui tombent dessus, si seulement il avait fait des efforts pour se lancer à la recherche d'une fille qui aurait pu lui convenir et qu'il aurait eu le droit d'aimer. Une fille avec laquelle il aurait pu être heureux sans avoir à se lancer dans la torture de son esprit ou dans une relation qui aurait obligatoirement une issue dramatique. Jynn avait déjà tout ce qu'il fallait pour plaire aux garçons malgré son fort caractère, elle avait des qualités que l'on ne pouvait tout simplement pas négliger sans compter son physique de femme parfaite... Du succès oui, elle en avait et jamais Kyung Ae n'aurait dû faire partis de ceux qui sont tombés sous son charme. Jamais il n'aurait dû franchir cette barrière que seuls les autres avaient le droit de franchir. En sachant que la demoiselle était tout à fait susceptible de le faire craquer, il aurait dû faire des efforts et chercher ailleurs. Mais non. Cet imbécile s'était jeté dans la fosse aux lions comme s'il ne courrait aucun risques. Il ignorait encore quand est-ce que cet amour s'était développer en lui, mais il regrettait amèrement aujourd'hui de l'avoir laissé grandir comme il l'avait fait. Pourtant, ce ne sont pas les mises en gardes qui ont manqué. Depuis leur rapprochement cette fameuse année où les deux adolescents s'étaient réconciliés, depuis tout ce temps les membres de leur famille n'avaient cessé de faire remarquer qu'ils étaient vraiment très proche pour des frères et sœurs adoptifs qui avaient vécu deux ans de « guerre froide » si l'on peut dire. A cet âge là pourtant, le jeune homme s'était montré totalement sourd face à la sonnette d'alarme. Après tout, il n'y réfléchissant tout simplement pas à l'époque et tout ce qu'il faisait avec sa jeune sœur lui semblait tout à fait normal. Qu'elle lui manque dès l'instant où elle disparaissait de son champ de vision, qu'il lui envoie des textos chaque fois qu'elle n'était pas avec lui, qu'il lui passe des mots sous la porte de sa chambre alors qu'ils étaient censé dormir, qu'ils dorment ensemble certains soirs si ce n'est tous... Tout lui semblait si normal à l'époque qu'il ne pouvait mettre qu'un mot sur cette relation : elle était sa sœur, point final. Mais quelle ne fut la chute lorsqu'en grandissant, il se rendit compte que toutes les choses qu'ils avaient construit ensemble l'avaient finalement induit en erreur. C'est alors qu'il y a trois ans, le grand brun s'éloigna de sa sœur adoptive en découvrant qu'il aimait bien trop pour continuer leur petit jeu. Trois ans de cauchemard allaient se dérouler, sous l'œil impuissant du coréen qui voyait ses sentiments grandir de jour en jour. Il n'avait rien vu venir et pourtant, c'était évident comme le nez en plein milieu du visage. Désormais, il n'avait tout simplement plus le droit d'être aux côtés de sa sœur, de la regarder dans les yeux et il ne pouvait même plus se regarder dans le miroir. Il l'avait trahis, elle qui lui faisait confiance. Cette fraternité qui avait duré tant d'année, il l'avait gâché en la laissant se transformer progressivement en ce qui est formellement interdit. Même un débile saurait que l'inceste est interdit et il ne lui viendrait sûrement pas à l'idée de tomber amoureux de sa sœur. Et pourtant, lui qui était loin d'être un de ces abrutis qui ne connaissent rien de la vie, lui qui avait toujours été quelqu'un de droit et intelligent... lui avait osé franchir l'interdit. Jynn n'avait pas perdu de temps pour prendre ses distances à son tour, et il était finis. Pour quelles raisons aurait-elle agis ainsi si elle ignorait ce qui se tramait dans la tête de son aîné ? Il était cuit et plus jamais il ne retrouverait la complicité qu'il partageait avec elle. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il était le seul et unique fautif, ne pouvant s'en vouloir qu'à lui-même.

Pourtant, en une soirée voire même en l'affaire de quelques minutes à peine, il allait faire un brusque retour en arrière et retrouver la personne qui comptait le plus à ses yeux et même bien plus encore. En si peu de temps et surtout, après trois ans de souffrance, il allait retrouver sa sœur et apprendre que ses sentiments étaient finalement réciproque. Jamais il n'aurait espérer obtenir autant. Tout ce qu'il souhaitait au départ, ce ne sont que de modestes espoirs tel que retrouver la sœur qu'il avait, celle de laquelle il était le plus proche et avec laquelle il avait vécu tant de choses. Mais non. Il n'aurait pas droit qu'à cela ce soir et c'était presque trop à encaisser d'un coup pour lui. Entre les révélations, sa sœur trop près de lui dans cette si petite pièce, ses pleurs qui lui brisaient le cœur et le fait de savoir désormais qu'elle avait souffert autant que lui durant ces trois longues années... C'était trop et il avait énormément de mal à accepter le fait que la femme qu'il aime ait pu subir cette douleur affreuse par sa faute. Elle aimait en retour et s'il n'avait pas pris la décision de s'éloigner, s'il l'avait pas choisis de fuir comme un lâche, jamais elle n'aurait subis tout ça. D'autant plus que, s'il avait su qu'en si peu de temps la demoiselle briserait tous les murs qu'il s'était construit, qu'elle le ferait franchir toutes les limites qu'il s'était imposé et qu'elle lui ferait perdre la raison à tel point qu'il se mènerait à sa perte tout seul, jamais il ne se serait imposer toute cette souffrance. Ces années s'avéraient désormais totalement inutile et il regrettait de ne pas s'être lancé dans le gouffre plus tôt. A l'époque, il ne se doutait pas que ses sentiments interdits puissent être réciproque mais au moins, quitte à être perdu, autant l'être le plus vite possible. Mais les regrets... ils ne resteraient pas bien longtemps. Maintenant qu'il avait récupéré sa sœur avec des sentiments en retour, il ne regrettait pas. Si c'était le prix à payer pour en arriver là alors il voulait bien revivre toutes les horreurs qu'il avait vécu. En revanche, la culpabilité de l'avoir faite souffrir elle... probablement qu'elle ne disparaitrait jamais. La simple idée de lui faire du mal le rendait malade et il avait vraiment de mal à encaisser le fait que les larmes qui coulaient le long de ses joues soit de sa faute à lui et uniquement la sienne. Elle aurait beau se blâmer, cela ne lui ferait que plus mal encore. Comment pouvait-elle se désigner coupable alors que c'était lui qui avait été lâche et n'avait pas assumer ce qu'il avait laissé se produire ? C'était clair, pour lui, il était le seul à blâmer et il ne changerait jamais d'avis. Il s'en voulait bien trop d'avoir causer le malheur de celle qu'il aime et ne se le pardonnerait jamais. C'était impossible. Jynn passait bien avant lui. Son propre état, il s'en contrefichait à partir du moment où sa sœur était impliquée. Sa propre vie était tellement misérable sans elle et il se sacrifierait pour elle sans aucune hésitation si l'occasion arrivait.

Malgré tout, les paroles de sa sœur ne lui faisait que trop de bien, lui donnant l'espoir qu'ils allaient bel et bien se retrouver et ne plus se lâcher. Lui donnant même par moment l'espoir que ses sentiments étaient réciproque. Chose qu'il ne voyait que dans ses rêves desquels il sortait toujours avec une affreuse envie de pleurer et de quitter ce monde bien trop insupportable. Sa présence avait l'effet d'une bombe et il en oubliait presque qu'elle était sa sœur, que ce qu'il ressentait était interdit, qu'il avait vécu les trois années les plus douloureuses de toute son existence. Il en arrivait à complètement perdre la tête, laissant son cœur prendre le dessus sur sa raison alors qu'il était si conscient des conséquences que cela pourrait avoir. A agir à l'instinct, il savait pertinemment qu'il se mènerait lui-même à sa perte et qu'il n'aurait plus qu'à s'enfuir. S'enfuir loin pour mieux se laisser mourir. Mais que faire ? Sa sœur si près de lui, ses larmes qui lui brisaient le cœur, ses paroles réconfortantes... Tout était réunis pour le faire céder. Ses nerfs allaient lâcher, il n'arrivait tout simplement plus à se retenir et il sentait la bêtise arriver à grand pas. Son cœur battait à tout rompre, à tel point qu'il pouvait l'entendre comme s'il était audible à des kilomètres à la ronde. Il était en train de retrouver celle qui donnait un sens à sa vie mais cet organe défectueux risquait de tout foutre en l'air alors que ce qu'il n'espérait plus était en train de se produire. Il allait exploser, c'était tellement dur... Et pourtant, à sa plus grande surprise, ce n'est pas lui qui brisa la glace. Non, loin de ce à quoi il s'attendait, sa sœur venait presque de l'embrasser. Elle avait failli franchir les limites qu'il se tuait à ne pas franchir depuis trois ans, laissant derrière elle un si grand espoir que la chute risquait d'être plus que douloureuse et Kyung Ae savait très bien qu'il ne s'en remettrait jamais si il se trompait sur les intentions de la jeunes femmes... jusqu'à ce qu'elle lui fasse comprendre qu'elle l'aimait de la même façon que lui. Ni une, ni deux, il ne fallu pas cinquante ans au jeune homme pour faire comprendre à la demoiselle qu'elle n'était pas seule dans l'histoire et qu'il était là. L'interdit était désormais franchi, il avait embrassé sa sœur, chose qu'il n'osait même pas imaginer à part lorsque ses rêves le lui imposaient. D'ailleurs, c'était encore difficile à croire... n'était-il pas encore en train de rêver ? C'était bien trop beau pour être vrai. Tout ce bonheur qui lui tombe dessus alors que la vie semblait vouloir s'acharner sur lui. Et pourtant, sa sœur était bien là, dans ses bras alors qu'il lui avouait sans craintes qu'il l'aimait. Il l'aimait. Des mots qu'il n'aurait jamais prononcé pour qui que ce soit d'autre et qui sont intégralement réservés à la coréenne depuis tant d'années. Des mots qu'il rêvait de lui dire un jour.

Alors que la brune reprenait possession de ses lèvres, le coréen cru sentir son cœur exploser. C'était tellement nouveau pour lui qu'il aurait encore un peu de mal à se calmer. Et pourtant, il pouvait se sentir de mieux désormais. Sa sœur lui appartenait, elle était à lui et à lui tout seul. Il n'aurait plus à s'inquiéter des autres mecs puisque maintenant, ils étaient ensemble. La plus belle chose qui pouvait lui arriver mais aussi la plus effrayante et la plus grande source de problème. En effet, les deux jeunes gens devraient dès à présent vivre cacher s'ils voulaient avoir la chance de rester ensemble. Aux yeux de tous, ils étaient des frères et sœurs et malgré le manque de lien sanguin, les papiers se chargeaient de l'officialiser. C'était inutile d'imaginer en parler à la famille, ils ne comprendraient pas et se sentiraient sûrement trahis. Kyung Ae n'osait même pas imaginer la réaction qu'ils auraient s'ils venaient à apprendre ce que leurs enfants pouvaient bien tramer. Personne ne les accepteraient et ils ne feraient qu'en souffrir. Alors oui, ce serait difficile de devoir cacher les sentiments immenses qu'il éprouve à l'égard de sa sœur. Ce serait difficile de se retenir de hurler au monde entier qu'elle lui appartient et qu'aucun autre n'a intérêt de l'approcher mais... ils devraient tout deux faire avec. La peur d'être découvert et la peur que la coréenne se lasse de cette situation serait sûrement le plus effrayant dans la vie de tous les jours. Oh non, ils n'avaient pas choisis la voie la plus simple mais le jeune homme comptait bien assumer les conséquences de ses actes et il refusait même totalement de passer à côté d'une telle histoire. Peut-être finirait-il totalement brisé au final, peut-être qu'il en mourrait mais il ne regretterait rien. Tant pis s'il doit en payer le prix un jour, il voulait sa sœur et maintenant qu'il en avait l'occasion, il ne reculerait pas. De toute façon, ce n'était pas le moment d'y penser. Ils auraient bien assez de temps devant eux pour se soucier du reste, pour le moment, le plus important n'est-il pas le fait qu'ils se soient enfin retrouvés ? Si et il comptait bien en profiter. En un instant, il avait retrouver une raison de vivre. Sa raison de vivre lui était revenue et bien mieux que ce qu'il espérait. Alors qu'elle l'emplissait de bonheur en lui avouant que c'était bien trop difficile de vivre sans lui, il ne pu s'empêcher de l'embrasser à nouveau, une de ses mains parcourant le dos de la demoiselle avant de se nicher dans son cou. Ce nouveau baiser fit prendre conscience au coréen à quel point il faisait chaud dans cette petite pièce déjà chaude à la base mais peu importe, il se sentait si bien qu'il aurait voulu que l'instant dure éternellement. Ce soir, il avait peut-être dû encaisser l'équivalent de ce qu'il avait encaissé en trois ans mais il redécouvrait le bonheur auquel il pensait ne plus avoir droit, et bien plus encore. Malgré tout, il restait quelques peu effrayé même s'il tentait de chasser ses mauvaises pensées de son esprit. Qui sait ce qu'il pourrait leur arriver, après tout ? Une telle relation était loin d'être anodine et c'était même carrément dangereux pour eux et leur relation avec les autres. Dans tous les cas, ils étaient destinés à en souffrir à nouveau bien qu'ils refusent de souffrir à nouveau comme ces dernières années. L'un d'entre eux finirait bien par se lasser d'une telle situation. Vivre dans le secret, cela peut durer un temps mais c'est bien loin d'être supportable éternellement et cela finirait par peser lourd un jour ou l'autre. Le garde du corps a beau être quelqu'un de très patient, si ce n'est pas sa sœur qui craque en premier, il craquera, c'est certain. Il était tout à fait conscient de ce fait et pourtant, rien que l'idée que celle qu'il aime puisse se lasser le rendait malade. Il ne pouvait pas vivre sans elle, c'était impossible. Durant ces années de tensions, il la voyait tout de même un peu et même si elle était source de torture, ils vivaient sous le même toit. Désormais, s'il y avait un problème, ils devraient peut-être tout simplement couper les ponts tant cela prendrait de l'ampleur... Envisager de tels évènements étaient si douloureux. Impossible, il ne voulait pas y penser et, par chance ou non, la porte d'entrée claquant à l'étage inférieur le sortie de sa réflexion. Sans perdre de temps, il attira sa sœur dans sa chambre, fermant la porte à clé au cas où il viendrait à la personne qui venait d'arriver la brillante idée de l'ouvrir à un mauvais moment. D'autant plus qu'avec leur comportement de ces derniers temps, cela paraîtrait étrange qu'ils soient si proche... Allongé sur son lit aux côtés de Jynn, comme au bon vieux temps, il pris sa main dans la sienne avant d'observer son visage dont le regard se perdait dans la blancheur du plafond. C'est alors qu'elle lui posa les deux questions auxquelles ils connaissaient pertinemment les réponses, faisant resurgir en lui ses pensées négatives et ses inquiétudes. C'était certain. C'est elle qui se lasserait la première et il se retrouverait seul et malheureux comme jamais il ne l'avait été. Lâchant doucement cette main qu'il aurait pourtant emprisonné dans la sienne durant une éternité, il répondit la vérité. Non, leurs parents n'accepteraient pas de les voir ensemble et ils ne seraient découvert que s'ils ne font pas attention. A quoi bon lui mentir de toute façon ? Elle savait tout aussi bien que lui que les choses étaient difficiles et que leur avenir n'avait jamais été aussi incertain qu'aujourd'hui.

Mais il ne voulait vraiment pas y penser, pas maintenant. Se torturer l'esprit les rares où ils pourraient passer du temps ensemble n'était sûrement pas une solution. Au travail ou ailleurs dans la journée, il aurait tout le 'loisir' d'y penser, se permettant ainsi de profiter un maximum des instants qu'il passerait avec l'amour de sa vie. Non, le coréen ne voulait pas penser négativement. Ce qu'il voulait maintenant... c'est sa sœur. Il la désirait comme ce n'était pas permis de désirer quelqu'un. Elle était une horrible tentation et cela devenait de plus en plus difficile d'y résister, surtout maintenant que personne ne risquait d'entrer dans la chambre et qu'ils étaient tous deux là, sur le lit. Cela faisait tant de temps qu'il rêvait de ce moment et il ne savait pas s'il pourrait se retenir d'autant plus que sa sœur souhaitait passer la nuit ici, avec lui, comme au bon vieux temps. Les nuits avec elle lui manquaient, c'était certain même si à l'époque c'était bien plus innocent que ce qu'il risquait de se passer. Non. Il devait se calmer, il ne pouvait pas sauter sur elle comme ça. Alors qu'il recommençait à avoir horriblement chaud, sa cadette fit pression sur sa nuque pour qu'il se rapproche d'elle et c'est à moitié allongé sur elle qu'il se retrouva, à quelques millimètres à peine de son visage alors que son cœur recommençait à battre la chamade. Lui qui s'était enfin calmé... Enfin, évidemment qu'elle pouvait dormir avec lui ce soir et de toute façon, il aurait du mal à refuser alors qu'il en avait très envie. Pourtant, malgré un immense sourire sur le visage, il fit mine qu'il allait refuser. « J'ai jamais été très sage tu sais... » Kyung Ae ria légèrement à cette dernière remarque, se disant que certes, elle n'avait jamais été aussi sage que lui mais il espérait tout de même qu'elle n'avait pas fait trop de bêtises durant ces trois années d'absence. Lui qui avait toujours un œil sur elle pour la protéger, pour son propre bien et celui de la jolie brune, il avait dû abandonner cela. Il ne répondit pas car elle venait de prendre à nouveau possession de ses lèvres et loin de lui l'idée ni même l'envie de l'arrêter. Pourtant, toutes bonnes choses ont une fin et il se sépara doucement d'elle pour confirmer qu'elle ne bougerait pas d'ici aujourd'hui. « Dans tous les cas, je ne comptais absolument pas bouger de là... » Un nouveau sourire s'afficha sur les lèvre du coréen qui trouvait la demoiselle de plus en plus irrésistible alors qu'elle le rapprochait d'elle, caressant ses lèvres avec les siennes. Ah, ça l'amusait de le faire languir comme ça ? La tentation devenait bien trop grande et bien qu'il tentait de se retenir quelque peu, le brun savait très bien qu'il ne tiendrait pas bien longtemps. Et sa faiblesse ne parut que plus grande lorsqu'il tenta de briser la distance qu'il y avait entre eux mais Jynn s'éloigna un peu plus, s'enfonçant dans l'oreiller alors que son aîné se mordait la lèvre inférieure pour ne pas lui sauter dessus. Il faillit ouvrir la bouche pour protester mais il n'en eu pas le temps car elle renouvela le baiser la première après un sourire. Sourire qui fit littéralement fondre le coréen. Dieu qu'elle était belle. Il avait bien raison de s'inquiéter de la concurrence... Mais elle n'appartenait qu'à lui désormais et jamais il ne partagerait. Oh non, pour rien au monde il ne la laisserait lui échapper. Un frisson parcourut tout son corps lorsqu'il sentit la langue de sa sœur caresser sa lèvre inférieure. Il aurait pu se venger de ce qu'elle avait fait à l'instant, mais bien trop faible pour continuer à résister bien longtemps à ce qu'il désirait depuis tant de temps, il colla un peu plus son corps à celui de la coréenne et ne prit pas plus de temps pour accorder l'accès à celle qu'il aimait, entremêlant leurs langues. Alors qu'une de ses mains se perdait dans les cheveux de la brune et que l'autre serrait le dessus de lit sur lequel ils étaient, il sentit la main de la demoiselle se glisser sous son t-shirt. Le contact de cette main contre sa peau engendra un nouveau frisson pour le jeune homme qui allait vraiment finir par craquer. Pourtant, il ne voulait pas aller trop vite, cela faisait bien trop de temps qu'il attendait ça mais... cela s'avérait être bien plus difficile qu'il ne le pensait. Quittant les lèvres de sa sœur, il se nicha dans le cou de cette dernière, embrassant la moindre petit parcelle de peau qui lui était accessible alors que sa main desserré le drap pour venir progressivement se glisser sous le haut de la demoiselle. Plongeant ensuite son regard dans le sien, il caressa la joue de son interlocutrice avec la main qui était dans ses cheveux, ne bougeant pas l'autre bien au chaud sous son haut. « Jynn... je sais pas si je vais réussir à me retenir, tu sais. » dit-il alors, un sourire malicieux sur le visage. Cette phrase avait pour but d'obtenir l'autorisation ou non d'aller plus loin. Il ne voulait pas s'aventurer dans ces eaux là si sa cadette n'était pas prête pour ça, c'était hors de question. C'est peut-être bête dans un moment pareil mais, il n'avait pas très envie de faire une bêtise.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis
▐ pseudo : linjae
▐ points : 272
▐ célébrité : lee ji eun ; iu ♥
▐ double compte : ahn min jae, warren m. lyne & kang mathys
▐ messages : 148
▐ age : 24
▐ coté coeur : il n'a pas choisi la voie de la facilité si on peut dire ça comme ça.
▐ ecole & année : yeonju ; 3rd year

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Sam 16 Juil - 19:29

Alors c'était fini ? Tout était terminé ? Le cauchemar qu'elle vivait depuis maintenant plus de trois ans et qu'elle croyait incapable de s'achever venait donc prendre fin en cette soirée, en quelques minutes à peine ? Impensable. C'était encore trop récent, trop frais pour qu'elle s'en rende compte. Qui pourrait réaliser de toute façon ? Après avoir vécu trois ans si loin l'un de l'autre, à s'ignorer totalement, à ne plus se parler et à tenter tant bien que mal d'oublier l'autre, comment imaginer qu'en seulement une poignée de minutes elle puisse retrouver celui qu'elle aimait ? Après tout ce qu'elle avait vécu, toutes les contraintes et barrières qu'elle s'était infligée afin de sauver ce qui pouvait être sauver, de se dire qu'elle avait peut être bel et bien perdu son frère et qu'elle devrait faire avec définitivement ? Non, il lui faudrait du temps, c'était certain. Trop de choses à accumuler en trop peu de temps. Plus qu'en ces trois années réunis peut être. Ces trois années qui avaient été horrible en émotions mais dont la situation c'était dégradée progressivement. Là elle venait d'encaisser beaucoup trop d'un seul coup. Elle qui, jusque là, avait tant espéré, tant prié, tant rêvé de retrouver son frère et que tout redevienne comme avant. Elle qui, à chaque seconde, agonisait de l'absence de l'homme qu'elle aimait le plus au monde, elle venait de le retrouver. Et plus encore. Plus que ça, car en plus de l'avoir retrouver lui, elle savait désormais qu'elle n'avait plus à souffrir de ses sentiments interdits, du moins plus envers lui. Plus envers lui car il les possédait à son égard également. Elle avait tant rêvé de ce moment qu'elle pensait irréalisable, et pourtant, au fond, elle n'y était absolument pas préparée. Entre le moment où l'on en rêve et le moment où ce fameux rêve se réalise, il y a un sacré grand fossé. On peut s'imaginer toutes les situations possibles, toutes les répliques pré-construites que l'on pourrait dire, tout dans les moindres détails, au final, rien ne se passe comme l'on le prévoit. On est totalement pris de court, on en perd tout ses moyens et dans le cas de Jynn c'était ce qui lui était arrivée, n'arrivant plus à raisonner et ne faisant qu'agir sous le coup de ses pulsions. Et elle ne les regrettait pas désormais. Elle ne pouvait pas regretter ce qu'elle avait osé faire puisque cela lui avait permis de retrouver son frère, de retrouver l'homme qu'elle aimait et qui l'aimait aussi. En agissant de la sorte, elle était partie dans l'optique que tout était perdu, qu'il la renierait et qu'elle n'aurait plus qu'à mourir. Et pourtant.. Si elle avait su. Si elle avait su que tout était réciproque depuis tout ce temps, jamais elle n'aurait eu à s'imposer autant de souffrances pour se protéger elle et son frère de ses sentiments interdits Mais comment aurait-elle pu le savoir de toute façon ? Ça ne se lit pas sur son visage, c'est encore moins écrit sur son front et elle avait tout fait pour le cacher tout comme lui et ce n'était que maintenant après être passée aux aveux que la révélation avait pu être possible. Merci les pulsions. Merci les instincts. Certes, elle avait pris les risques les plus dangereux du monde, mais pour ce qu'elle venait d'y trouver à la clé, cela en valait la peine. Dans le cas contraire, le cas où elle aurait pu s'abstenir, peut être qu'elle aurait retrouver Kyung Ae certes, mais il est fort probable que se ne soit jamais redevenu comme avant entre eux. L'obstacle des sentiments obligeant à dresser certaines barrières pour protéger l'autre qui ne le sait pas. Non, quand bien même ils auraient fait tout les efforts du monde, elle aurait mis sa main à couper que rien ne serait redevenu exactement comme avant entre eux. Pas comme ils étaient en train de le faire maintenant. Certes, c'est un peu le cas désormais, ce ne serait plus comme avant puisque... ce serait mieux. Mieux car ils n'auraient plus rien à se cacher, plus à s'ignorer, et pourraient redevenir aussi proche, voir plus, qu'avant sans culpabilité, ou presque.

Et pourtant, ça lui aurait suffit. Elle n'en avait pas demandé tant. Elle l'avait toujours espéré certes, de voir un jour la réciprocité de ses sentiments devenir réalité, mais le simple fait de renouer avec son frère aurait amplement fait l'affaire et aurait été le plus beau des cadeaux que l'on aurait pu lui faire. Juste le retrouver lui, leur lien si fort et toutes les choses qu'ils avaient pu vivre et partager ensemble et qui avaient sombré dans le silence durant ces trois ans de distance l'un envers l'autre. Et pourtant, en plus de le retrouver, elle allait encaisser beaucoup trop de choses ce soir. Déjà ce fait en lui même était énorme, celui d'apprendre qu'elle n'était pas la seule qui avait plongé dans l'interdit l'était encore plus. Depuis tout ce temps, elle avait enfoui ses sentiments au plus profond d'elle même, avec de plus en plus de mal ces derniers temps, mais elle avait fait tout et n'importe quoi pour ne pas avoir à les affronter et que Kyung Ae ne puisse y faire face un jour. C'était à peine si elle avait mis les pieds chez elle ces derniers temps et il lui était même arrivée de réfléchir à demander une chambre en résidence universitaire pour avoir cette fois une bonne excuse pour ne plus le croiser. Elle était lâche et elle fuyait, mais elle n'en avait pas été capable. Rien que le fait de ne plus lui parler était une atroce souffrance, si en plus elle ne devait plus le voir, ne serait-ce que quelque secondes en se croisant à la maison, elle ne le supporterait pas. Désormais elle n'avait plus à fuir. Son frère était là, elle était dans ses bras, et elle ne le laisserait plus jamais s'enfuir ou quiconque lui faire du mal. Elle le lui en avait déjà bien trop fait et de se dire que sa souffrance était entièrement causée par sa bêtise était insoutenable. Elle ne pourrait jamais se racheter, jamais. Si elle avait su mais elle n'aurait jamais attendu tout ce temps, jamais, et elle n'aurait jamais eu à infliger tout cela à son frère tout comme à elle-même. Elle ne l'avait jamais vu pleurer. Jamais. Même il y a neuf ans quand elle est venue lui hurler toute sa haine à la figure pas une larme n'avait déferlé de son si beau visage, contrairement à elle. Alors, le voir ainsi, les larmes roulant le long de ses joues par sa propre faute était le pire crime qu'elle avait pu commettre et dont elle ne se pardonnerait jamais, c'était certain. Quoique son frère dise, quoiqu'il fasse, c'était impardonnable. Malgré tout, le savoir là, si près d'elle, lui faisait le plus grand bien. Avoir passé trois ans si loin de lui alors qu'il était juste là avait été un véritable supplice. Et elle avait l'impression d'avoir fait machine arrière, case départ, là où ils ne s'étaient jamais quittés. Pourtant, malgré le fait qu'elle profitera désormais de l'instant présent et de chaque seconde passée avec son frère, ses trois ans ne s'effaceront pas si facilement, ni pour elle et certainement ni pour lui aussi. Et des soirées comme celle-là, où son cœur avait failli lâché à plusieurs reprises à force de tambouriner comme un malade dans sa poitrine, où sa tête avait menacé d'exploser et où elle n'était plus maîtresse d'elle même, elle voulait bien les revivre des centaines de fois si cela lui permettait de toujours plus de se rapprocher de lui. Elle le savait, elle le savait que si quelqu'un devait craquer en premier dans l'histoire se serait elle car elle savait beaucoup moins se contrôler que son ainé et vivait toujours dans l'impulsivité que dans la raison. Et cette soirée en était que la preuve des plus concrètes.

Un rêve. Sur le coup ça ne pouvait être autre chose qu'un rêve. C'était impossible. Elle allait se réveillait d'un seconde à l'autre et allait encore tomber de bien haut en voyant qu'elle était toujours aussi seule et que son frère était loin d'être là. Et pourtant, ses bras autour de son petit corps n'avaient jamais été aussi réalistes qu'il y a trois ans, ses lèvres contre les siennes l'électrisaient bien plus que dans ses rêves et lui donnaient un effet encore bien trop inconnu. Elle avait envie de se gifler pour redescendre sur terre, et pourtant, non. Elle ne rêvait pas. Son frère était désormais à elle, et à elle seule. Elle ne laisserait personne poser un doigt sur lui, personne le lui arracher. Elle serait capable de tout pour lui et elle ne se remettrait certainement jamais cette fois-ci si il lui échappait des mains comme il y a trois ans, et pour de bon cette fois. En même temps, les raisons de ses doutes étaient fondés. Kyung Ae était bien trop beau, bien trop gentil, bien trop parfait et elle se demandait parfois si il se rendait compte de l'amas de filles qui se retournaient sur son passage dès lors qu'il allait quelque part. Alors elle ferait tout, tout et n'importe quoi pour qu'il ne soit qu'à elle seule. Jynn savait tout de même faire la part des choses, elle n'était pas du genre à étouffer celui qu'elle aimait en l'empêchant de parler aux autres filles mais elle savait être jalouse quand il le fallait ou quand on tournait autour du jeune homme. En choisissant le brun, son cœur n'avait pas tapé dans la facilité dans tout les sens du terme. D'origine, elle n'avait aucun droit de l'aimer et elle doutait fort que apparaissant comme célibataire, il attirait les nanas comme des aimants. Et c'est de celles-là que Jynn se méfiait, car elle avait peur. Peur qu'on lui vole l'amour de sa vie. Et elle en avait des tonnes de raisons d'avoir peur de le perdre. Vivre dans l'ombre, ne jamais afficher à quiconque qu'ils s'aimaient bien plus que fraternellement alors que la seule envie qui lui brûlait les lèvres était de le hurler sur tout les toits. Hurler que Kyung Ae n'appartenait qu'à elle et qu'elle pourrait tuer pour lui. Pourtant, elle savait pertinemment qu'au bout d'un certain temps, ils en souffriraient. Ils souffriraient de cette relation secrète. Mais ils n'avaient pas le choix pourtant, qui les accepteraient ? Personne. L'un d'eux deux finiraient forcément par ne plus supporter la situation au bout d'un temps. Et même si c'était l'unique solution en ce moment, et qu'ils étaient bien trop heureux pour prévoir déjà la fin, elle avait peur que ça s'achève. Peur que son frère décide de partir pour tenter de se reconstruire ailleurs, avec une autre qu'il aurait le droit d'aimer librement. Et quand ce moment arriverait, elle serait totalement impuissante, puisqu'elle ne comprendrait que trop bien. Et à ce moment là, elle devra le laisser partir, elle n'aurait aucun droit de le retenir. La seule chose qu'elle pourrait faire se serait le regarder s'en aller. Si elle s'en remettrait ? Non, pas du tout. Vivre sans son frère était tout bonnement impensable, et ces trois dernières années ont suffit à le montrer. Le savoir définitivement perdu la détruirait totalement. Pourtant elle ne pouvait pas laisser passer une telle histoire. Quand bien même elle en sortirait peut être brisée ou détruite, elle ne pouvait laisser échapper les moments qu'elle pourrait passer avec son frère. Mais il ne fallait pas qu'elle pense à ça maintenant, il ne fallait pas penser à la fin de ce qui venait à peine de débuter. Ils auraient bien trop de choses à surmonter bien avant ça, les parents, l'entourage, leur lourd secret que personne ne devrait découvrir. Et dans tout les cas, elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour le garder et ne jamais à le voir lui échapper à nouveau. Mais il fallait qu'elle fasse abstraction de tout cela. Il fallait qu'elle profite de chaque instant qui lui était offert, elle aurait bien trop l'occasion de penser au revers de la médaille à chaque fois qu'elle serait seule. Il était inutile de gâcher les moments passés avec le brun à cause de son pessimisme et de ses craintes qui ne feraient que l'inquiéter un peu plus, elle ne le savait que trop bien.

Et comme le hasard fait bien, ou mal, les choses, tout dépend des points de vue, la porte d'entrée claqua. Son cœur se remit à battre à tout rompre alors que ce n'était rien du tout. Seulement le début de ce qui les attendrait au quotidien et ils devraient apprendre à vivre avec. Sentant la main de Kyung Ae glisser dans la sienne pour l'emmener rapidement dans la chambre avant de fermer la porte à clé. C'était certain que si après ces trois ans de distance on les voyait si proches et surtout le visage meurtri par les précédents pleurs, il y aurait de quoi se poser une montagne de questions. Et elle savait déjà que trop bien qu'ils devraient mentir sans cesse, alors quitte à repousser l'échéance au moins le temps d'une soirée, c'était déjà ça de gagné. Malgré tout, ce petit imprévu n'avait fait que faire ressurgir les angoisses de Jynn qui ne pu s'empêcher de penser au futur et à ce qui les attendait qui ne risquait pas d'être de tout repos. Elle regretta alors aussitôt les questions qu'elle venait de poser à son frère. D'un car elle connaissait déjà pertinemment les réponses et de deux car elle venait de l'inquiéter une nouvelle fois. Stupide, voilà ce qu'elle était. Lorsqu'elle sentit la main de son frère se détacher de la sienne à la suite de ses paroles, son cœur se serra et elle s'empressa de la lui reprendre, ne voulant absolument pas qu'il la lâche. Jynn serait capable de mourir étouffer dans ses bras, mais pour rien au monde elle ne voudrait qu'il s'éloigne, ne serait-ce que de quelques millimètres, pas maintenant, elle n'avait que trop besoin de lui. Là où il était, le coréen avait beau être bien près d'elle, il était encore trop loin et elle le lui fit clairement comprendre en le rapprochant d'elle en faisant pression sur sa nuque. Le fait qu'il se retrouve ainsi à moitié allongé sur elle n'arrangeait pas vraiment son cas. Son frère devenait une tentation de plus en plus atroce, et elle se sentait faiblir à chaque seconde. Il ne fallait pas qu'elle craque pas, comme ça, pas maintenant. Ils avaient tout le temps de se retrouver mais ça devenait de plus en plus difficile au fil des minutes qu'elle pouvait sentir ses lèvres contre les siennes, la proximité de leur corps et le simple fait qu'ils soient là, tout les deux, sur le lit à l'abri des regards. Qui plus est il n'avait plus douze ans. Et ce qui autrefois pouvaient paraître des actes si innocents ne l'étaient plus aujourd'hui. Non, en ce moment rien n'arrivait à calmer l'envie qu'avait Jynn pour son frère. Elle le désirait comme ce n'était pas permis et quand bien même ils avaient tout le temps de se retrouver, qu'elle ait envie de prendre son temps, de ne pas précipiter les choses, c'était bien plus facile à dire qu'à faire. Elle repoussait ses limites, et pour voir jusqu'où elle pouvait tenir elle s'imposait elle-même une torture des plus grandes en se retenant de l'embrasser. Mais son frère avait bien trop d'emprises sur elle puisqu'elle ne pouvait pas résister, elle ne pouvait pas lui résister. Et combien de temps n'avait-elle pas été aussi près de lui? Trop longtemps pour qu'elle le laisse partir aussi facilement. Seulement la situation commençait littéralement à lui faire perdre les pédales et à l'allure où ça allait elle allait bien vite agir plus sous le coup de ses pulsions que de sa raison comme précédemment. Enfin.. La raison elle n'en avait plus vraiment en ce qui concernait son frère. Et maintenant qu'elle était là, elle ne comptait pas aller gentiment retourner dans sa chambre comme une petite fille sage, et elle le lui fit bien comprendre. Ça c'était certain, elle n'avait jamais été aussi posée et calme que son frère dans tout les sens du terme. Et on ne pouvait pas dire qu'elle savait jouer le rôle de la jeune fille exemplaire, et spécialement durant ces trois dernières années où il ne valait même mieux pas en parler. Mais quoiqu'il en soit, c'était terminé puisqu'elle avait retrouvé l'homme qu'elle aimait et c'était tout ce qui était nécessaire à son bien être. Mais quoiqu'il en soit, elle ne lui laissa pas le temps de réfléchir à tout les sous-entendus qui pouvaient se cacher là dessous puisqu'elle reprit possession de ses lèvres. Le sourire qui vint s'afficher sur les lèvres du brun fit fondre la jeune femme qui ne pu s'empêcher de le dévorer du regard. Il allait la rendre encore plus folle qu'elle ne l'était déjà. Comme une punition pour la rendre littéralement dingue de lui toujours un peu plus, elle se mit à le faire languir. Jouant du bout des lèvres avec les siennes, le cherchant, reculant quand il s'avançait, pour au final être prise dans son propre piège car elle était faible face à lui. Faible car elle faillit la première, scellant une nouvelle fois leurs lèvres mais elle voulait plus, toujours plus. Et sa langue vint timidement caresser la lèvre inférieure du brun, lui quémandant l'accès à ce qu'elle convoitait. Le contact de leurs langues eut l'effet d'une bombe. Elle commençait à avoir atrocement chaud et la chaleur qui commençait à se propager dans son bas ventre ne l'aidait en rien à rester maitresse d'elle même tandis que son coeur commençait à accélérer de nouveau. Alors l'une de ses mains vint doucement se glisser sous le haut du brun, caressant du bout des doigts sa peau brulante, tandis que l'autre se perdait dans la chevelure sombre de l'homme qu'elle aimait. Elle perdit complètement pied lorsque les lèvres de son frère vinrent se perdre dans son cou, des frissons de plaisir parcourant tout son corps à chaque fois qu'elle pouvait sentir le contact de ses lèvres contre sa peau, son coeur battant à tout rompre. Se mordant la lèvre inférieure, sa tête se penchant inconsciemment de l'autre côté pour lui offrir ne serait-ce qu'un peu plus d'espace où il pourrait effectuer sa douce torture. La main qui vint s'aventurer sous son haut la surprit et ses muscles se contractèrent sous l'effet que pouvait avoir les caresses de Kyung Ae contre sa peau. Il lui faisait littéralement perdre la tête et elle qui, à la base, ne voulait pas aller trop vite, se retenir s'avérait bien trop dur et la seule chose dont elle avait envie c'était son frère tout entier. Lorsque ses yeux se perdirent dans les deux grands orbes noirs qu'étaient les siens, elle ne put s'empêcher de sourire. « Jynn... je sais pas si je vais réussir à me retenir, tu sais. » La concernée parcourut du regard chaque parcelle du visage de son frère qui l'envoutait complètement et qu'elle ne se lasserait jamais d'admirer jour et nuit. Il était irrésistible. Elle replongea son regard dans le sien avant de dire doucement  « Alors ne te retiens pas. » un sourire joueur vint prendre place sur ses lèvres avant qu'elle vienne de nouveau capturer les siennes. Ses lèvres qu'elle pourrait passer sa vie à embrasser, dont elle ne se lasserait jamais. La main qui jouait encore avec ses cheveux jusqu'alors, vint rejoindre sa consœur sous le haut du brun, caressant doucement la chute de ses reins, avant de les remonter très lentement le long de son dos, relevant son débardeur en même temps qu'elles pratiquaient leur ascension. La température de la peau de son frère ne faisait qu'amplifier la sienne déjà bien élevée et leur deux corps collées l'un à l'autre n'arrangeaient rien. Il fut un moment où elle fut bloquée dans son petit jeu par ce foutu morceau de tissu qui ne voulait pas aller plus haut, bloqué par les bras du plus vieux. Et visiblement son frère le comprit bien vite car elle fit en sorte qu'il se redresse quelque peu pour qu'elle puisse se débarrasser de ce vêtement des plus gênants, l'envoyant valser par terre. Ses yeux parcoururent son torse parfaitement sculpté qu'elle dévora du regard, ce qui ne l'aidait en rien à se contrôler. Qui pourrait être maitre de lui-même lorsque vous avez devant vous, en votre possession, un véritable corps sculpté dans le marbre et qui plus qui était votre unique possession désormais ? Seulement, malgré tout, un voile de tristesse passa dans ses yeux alors qu'elle fut pris d'un horrible sentiment de mal à l'aise lorsqu'elle ne pouvait constater que trop bien qu'il avait atrocement maigri. Il n'en restait pas moins magnifique à regarder, mais elle le savait, ça se voyait. Elle ne connaissait que trop bien son frère pour ce qu'il était à l'origine, pour l'avoir tant regardé, pour que ce genre de détail lui échappe.. Surtout quand elle en savait la cause. A cette pensée son coeur se serra. Et les yeux toujours fixés sur sa convoitise, ses pensées s'échappèrent de ses lèvres sans même qu'elle ne le veuille réellement et dans un léger murmure elle lâcha un faible  « T'as maigri Kyung Ae. » accompagnée d'un léger sourire triste. Ça la tuait de savoir que c'était de sa faute et elle était persuadée que quoiqu'il arrive, il y aurait toujours quelque chose pour lui rappeler tout ce qu'elle avait fait à son frère quand ce ne serait pas elle qui y penserait de son plein gré, c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▐ pseudo : Sunghyo.
▐ points : 686
▐ célébrité : Choi Min Ho; [ SHINee ]
▐ double compte : Kwon Ji Hoon, Jung Hye Ri & Ahn Min Hee. (aa)
▐ messages : 274
▐ age : 25
▐ emploi : Commence tout juste une carrière de garde du corps. Parler chinois aidant pour obtenir le poste et ayant pris des cours de boxe à 13 ans, c'est parfait. Puis au moins, il n'a pas besoin de parler...
▐ coté coeur : Ca ne risque pas d'être simple, mais tant pis. Je ne la laisserais à personne d'autre.
▐ ecole & année : Ah l'école... j'ai laissé tombé à la fin du lycée.

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   Sam 6 Aoû - 12:25

Spoiler:
 

Un rêve. Ça ne pouvait être que ça. Après ce si brusque changement de situation, c'était véritablement difficile pour le coréen de réaliser ce qui venait de lui tomber dessus. Quand bien même il était heureux comme ce n'est pas permis d'avoir retrouver sa sœur, mettant fin à ces trois années de souffrance intolérables, il lui faudrait probablement un certain temps pour réaliser et se faire à l'idée que ce pourquoi il tentait de vivre tous les jours était bel et bien arrivé. L'espoir qu'un jour il retrouverait celle qu'il aime, cet espoir là ne l'avait jamais vraiment quitté et il avait beau tout faire pour oublier la demoiselle, c'était impossible de totalement cesser d'espérer. Dans une telle situation, c'était presque suicidaire. Après tout ce qu'ils avaient traversés, ignorance totale, douleur de devoir cacher des sentiments interdit, penser trahir l'autre, etc... Une véritable plongée en Enfer qui venait de prendre fin ce soir, en à peine quelques minutes. C'était trop soudain, trop récent pour que le jeune homme s'y fasse totalement. On dit que le temps cicatrise et aide à oublier. C'est bien inutile de penser que les deux jeunes gens oublieront ce qu'ils ont subis durant toutes ces années alors qu'au final, toutes les barrières qu'ils s'étaient construites et la souffrance qu'ils se sont infligés pour se protéger eux-même et l'autre, se briseraient en à peine une soirée. Kyung Ae se sentait terriblement heureux, c'est une chose plus que sûre mais ça ne l'empêchait pas de s'en vouloir pour les larmes de sa sœur tout comme ça ne l'empêchait pas de se sentir sur une autre planète, ayant le sentiment que les choses vont trop bien pour durer. Après tout, toutes les bonnes choses ont une fin et il avait juste cette impression qu'il était à nouveau en train de rêver, attendant patiemment que son réveil matin retentisse pour une nouvelle journée de travail. Une nouvelle journée où il devrait ignorer sa sœur tout en se faisant ignorer lui-même. Un nouvelle journée semblable à toutes les autres depuis trois ans. Et pourtant... Pourtant, il finirait bien par réaliser qu'au final, la soirée s'était bel et bien déroulée comme elle se déroulait en ce moment même. Il finirait par réaliser qu'il a bel et bien retrouvé celle qu'il aime et surtout, qu'il a trouvé bien plus encore. Leur relation ne serait jamais plus comme avant et quand même ils n'auraient pas avouer avoir des sentiments interdits l'un envers l'autre, cette relation passée ne serait tout de même pas revenue. Mais il n'empêche qu'en découvrant la réciprocité de ses sentiments, le coréen était persuadé de trouver bien mieux que ce qu'il avait tant espéré. Sa sœur, celle qu'il aime, la femme de sa vie était sienne désormais et même si les papiers disaient tout autre chose, il pourrait la qualifier comme sa petite-amie pour lui et lui seul. Chose qu'il se refusait d'espérer, à laquelle il ne voulait pas croire parce que ça faisait bien trop mal. La chute n'aurait été que plus douloureuse et jamais il n'aurait souffert de la sorte si par malheur, il avait osé espérer en vain. Finalement, ce qui pouvait lui arriver de plus beau était arrivé. Ils n'auraient plus à se soucier de ce sentiment de trahison puisque leurs sentiments étaient les même, ils n'auraient plus à s'ignorer, plus à se cacher tous ce qu'ils pouvaient cacher... plus à souffrir. La culpabilité d'être la cause des larmes de Jynn ne disparaîtrait jamais, c'est certain. Mais peut-être toucherait-il enfin le bonheur du doigt aux côtés de sa sœur malgré le chemin difficile qu'ils avaient choisis d'emprunter. Vraiment, il ne réalisait pas et les problèmes qui les attendaient le feraient bientôt revenir sur Terre mais pour l'instant, il n'avait pas le droit de gâcher le moment qu'il attendait depuis trois ans. Oui, ce soir il avait dû encaisser bien plus qu'il n'avait eu à encaisser durant ces années réunis, c'était trop pour lui mais il devait laisser faire le temps ou sa tête exploserait.

Dire que le simple fait d'avoir retrouver sa sœur était suffisant ne serait pas totalement faux. Malgré ses sentiments, le coréen aurait su se contenter de simplement retrouver la relation qu'il entretenait avec la brune auparavant. Cette période durant laquelle ils étaient complices et insouciants, elle lui manquait affreusement. Certes, au fond de lui il avait toujours rêvé de voir son amour réciproque mais la seule chose qu'il demandait alors, c'était de la retrouver et seulement ça. Pourtant, il est également clair qu'il ne pouvait pas refuser le fait que sa sœur ait franchi les barrières de l'interdit elle aussi. S'il avait retrouvé leur relation fraternelle qu'ils avaient il y a trois ans, il aurait vraiment été heureux. Mais pour combien de temps ? La douleur de ne plus la voir, de l'ignorer, de ne plus pouvoir lui parler ou la toucher serait alors absente mais cela serait-il suffisant ? Kyung Ae n'a jamais été un enfant capricieux ou exigeant mais il savait très bien qu'avec l'ampleur que ses sentiments avaient pris, il n'aurait pas su se contenter de se comporter comme un frère avec elle et aurait probablement pété un câble un jour, foutant tous leurs efforts et leur bonheur en l'air. Ce n'est pas ce caractère là que l'on connait au jeune homme, au contraire. Il était plutôt connu pour le fait qu'il est calme et réfléchis, n'obéissant que très rarement – voire jamais – à ses impulsions. Mais nous avons tous un point faible et il faut croire que sa plus grande faiblesse à lui, c'était justement sa jeune sœur. Elle avait le don de le rendre complètement fou et lui faisait perdre tous ses principes et valeurs avec lesquels il avait grandi. Jynn était surtout celle qui pouvait le faire souffrir à un point inimaginable, sans même en être consciente ni même en être responsable. Car durant ces trois années, le garde du corps s'était fait du mal tout seul par rapport à la jeune femme afin de la protéger. C'était lui le seul responsable de tout ça, c'était lui qui avait commencé à se faire du mal. Il voulait justement éviter que celle qu'il aime subisse ses sentiments monstrueux mais il n'a su que la faire souffrir un peu plus chaque fois que le temps passait. Sa brusque prise de distance, c'était sûrement le pire à encaisser jusqu'à aujourd'hui. D'autant plus que désormais il sait. Il sait que sa sœur l'aime au même titre que lui et qu'elle avait eu mal autant que lui, par sa seule et unique faute. Coupable. C'est ainsi qu'il se sentait et elle aurait beau insister sur le fait qu'elle était la seule en faute, cette culpabilité ne s'en irait jamais parce qu'il ne pouvait tout simplement accepter qu'on fasse souffrir sa sœur alors si en plus c'était lui qui lui faisait du mal... Impossible. Il s'en voudrait jusqu'à la fin de ses jours. Voir ses larmes ce soir, c'était juste le pire supplice qu'on pouvait lui imposer. La seule fois où il l'avait vu pleurer c'est cette fois là, où ils avaient tout deux déballé ce qu'ils avaient sur le cœur après deux ans de pseudo guerre indirecte et surtout silencieuse. Non c'était affreux de la voir dans cet état en se disant en prime qu'il en était la cause. Ses propres larmes lui importait bien peu, la coréenne était bien plus importante que tout le reste. Malgré tout, si c'était à refaire, il n'hésiterait pas une seconde et peut-être même qu'il n'attendrait pas en gâchant trois années de leur vie. Car s'il avait su que de toutes façons les révélations seraient faites un jour, quitte à tout perdre alors autant le perdre vite plutôt que de laisser le couteau dans la plaie. Surtout quand on sait qu'au final, avouer ses sentiments n'avait pas été aussi affreux qu'il le pensait, en faisant des cauchemars bien trop souvent. Au contraire, non seulement il retrouvait sa sœur qu'il aimait tant mais en plus il apprenait que dans cette histoire, il était loin d'être seul au final. Alors des soirées comme celle-ci où il avait pleuré, souffert le martyr de voir la brune en larme, où son cœur avait plusieurs fois menacé de lâcher pour finir par avoir l'étudiante dans ses bras... il voulait bien les revivre des centaines de fois du moment que l'issue restait toujours la même. Certes, le plus difficile commençait à peine et ils n'avaient sûrement pas fini de rencontrer des obstacles mais le jeune homme tentait de ne pas trop angoissé, restant confiant. Du moins, autant qu'il le pouvait. Tant que sa sœur serait à ses côtés, alors il pourrait trouver la force de tout surmonter. Bien que quelque part, il sache très bien qu'elle était bien moins patiente et calme que lui et qu'elle finirait sûrement par craquer la première. Mais ça, il refusait d'y penser. Pas maintenant alors qu'il venait à peine de la retrouver.

C'était tout de même étrange comme sensation. Comme si le moment présent n'était qu'un simple et doux rêve duquel il allait sans doute pas tarder à sortir. Malgré tout, cela restait un rêve si réaliste... Un peu comme plongé entre la réalité et les inventions de l'esprit, le coréen pouvait pourtant bel et bien sentir sa sœur contre lui, ses lèvres contre les siennes... il pouvait voir les moindres détails de son si joli visage ravagé par les larmes qui avaient coulé précédemment. Non, ce n'était pas un rêve. Ça semblait trop beau pour être vrai mais ça l'était pourtant. Sa sœur lui appartenait réellement désormais et même s'il ne réalisait pas complètement tous les événements de la soirée, s'il y a bien une chose qu'il sait c'est qu'il ne laissera personne d'autre l'avoir. C'est clair que là, maintenant qu'il avait enfin récupéré celle qu'il aime et bien au delà de ses espérances, il était prêt à tout pour la garder. D'autant plus qu'avec la relation qu'ils avaient choisis de vivre, elle apparaitrait comme célibataire aux yeux de tous et il voyait déjà les autres mecs lui tourner autour. Elle avait du succès, il en était sûr et certain et il faut avouer que ça lui faisait peur. Évidemment, des filles lui tournaient autour à lui aussi mais il n'a jamais vraiment cherché à le remarquer. Il ne s'en rend pas compte et mieux vaut pour elles qu'elles ne s'accrochent pas. Le jeune homme n'a d'yeux que pour sa sœur et ne voit les autres que comme des collègues, des amis... Son cœur appartenait exclusivement à la brunette et ça le rendait fou de se dire que les étudiants de Yeonju puissent tenter leur chance auprès d'elle. Et si l'un d'eux y arrivait ? À force, le temps passant, l'un des deux tourtereaux finira par se lasser de cette situation plus que délicate et le pire dans tout ça, c'est que Kyung Ae était persuadé de ne pas craquer le premier. Pourtant c'est vrai, son amour pour la coréenne change certains aspects de sa personnalité et le voilà légèrement impulsif, jaloux et à la limite du possessif ce qu'il n'est pourtant pas tant que ça en temps normal. Le doute pourrait donc s'installer sur l'identité de celui qui abandonnera en premier. Eish, les difficultés étaient bien loin d'être terminées d'autant plus qu'en y pensant, le coréen ne pourrait strictement rien y faire si jamais un jour celle qu'il aime se détournait de lui pour un autre... un autre qu'elle pourrait aimer librement et avec lequel elle serait heureuse. Il n'aurait pas d'autre choix que de la laisser partir pour la simple et bonne raison qu'il n'avait pas le droit de lui enlever son bonheur. Il n'en avait ni le droit, ni même l'envie et quand bien même il souffrirait comme jamais, sachant très bien qu'il ne se remettrait pas il ne la retiendrait pas. Jynn avait déjà assez souffert par sa faute et ce serait bien trop normal qu'elle aille voir ailleurs si leur relation devenait trop lourde à supporter. C'est un véritable poids qui allait peser sur leurs épaules désormais bien qu'à vrai dire, le grand brun ne veuille pas trop y penser pour l'instant. Après tout, il venait à peine de la retrouver et la moindre des choses serait de profiter du moment présent avant que les ennuis ne commencent réellement. Les deux adolescents auraient bien le temps de se torturer l'esprit de mauvaises pensées une fois qu'ils seraient seuls chacun de leur côté. Mais lui... il ne voulait pas que sa sœur s'en fasse. Il voulait la rassurer, lui montrer qu'il ne la laisserait jamais tomber et que les choses se passeraient bien malgré tout. C'était difficile. Chaque fois qu'elle n'était pas rassurée, la réalité lui retombait brutalement sur la tête et tout ce qui l'avait rendu heureux durant la soirée disparaissait. Stop, ils n'avaient pas le droit de gâcher leurs retrouvailles.

Évidemment, c'était sans compter sur les autres membres de la famille qui finiraient par rentrer tôt ou tard et en voilà déjà un qui franchissait le pas de la porte, se faisant entendre jusqu'à l'étage où le coréen tenait sa sœur dans ses bras. À cette heure-ci, il ignorait totalement de qui cela pouvait être... Yun Ah ? Il ne connaissait pas son emploi du tout tout à fait par cœur et encore moins celui de ses parents. Mais ils n'eurent pas bien le temps de réfléchir à tout ça puisque le brun n'attendit pas plus longtemps avant de saisir la main de sa cadette pour l'amener dans sa chambre, de laquelle il ferma rapidement la porte à clef. Ne sait-on jamais, si par malheur il prenait à quelqu'un d'ouvrir sans frapper... il ne vaut mieux même pas imaginer ce qu'il se passerait. Son cœur battait affreusement fort contre sa poitrine et il commençait à réaliser que ce n'était que le début. Se secouant intérieurement la tête pour 'oublier', il ne tarda pas à prendre place sur son lit, entraînant la demoiselle avec lui. Cependant, cette dernière fit ressurgir ses idées noires en lui posant des questions auxquelles ils avaient malheureusement tout deux les réponses. Non, jamais personne n'accepterait un couple au sain d'une même famille et encore moins entre frère et sœur malgré l'absence des liens du sang. Depuis maintenant environ neuf ans, les gens les connaissent ainsi et les ont vu grandir en tant que frère et sœur. Même sur les papiers officiels ils étaient désignés comme tels. Alors, un quelconque échappatoire était-il possible ? Probablement que non. De même que non, ils ne seraient pas découvert si seulement ils faisaient ce qu'il fallait. Pas de secret là-dessus, ou ils font attention en ne se montrant pas ouvertement et sont tranquilles, ou ils font des conneries et finissent par être pris sur le fait. Ce n'était à la fois pas compliqué et pourtant tellement difficile... Dépité de voir celle qu'il aime si triste en envisageant le futur, s'inquiétant également pour leur couple, Kyung Ae lâcha doucement et sans vraiment s'en rendre compte la main de la brune. Pourquoi est-ce que dans des moments pareils, il avait le mauvais pressentiment que cette idylle ne durerait pas ? Cette pensée fut suivit d'un pincement au cœur qui lui décrocha une légère grimace alors qu'il sentait la main de son interlocutrice le retenir en reprenant sa main. Le pire dans tout ça, c'est qu'ils n'avaient pas fini avec les problèmes et le coréen craignait que cela soit ça qui les éloigne plus qu'autre chose. Loin de lui l'envie de reprendre ses distances, il avait besoin de Jynn et après cette soirée, ce besoin n'en serait que bien plus grand et l'idée de la perdre à nouveau bien plus difficile à accepter. Non décidément, il avait bien trop besoin de sa proximité, après trois ans de séparation, quoi de plus normal ? Et il semblerait d'ailleurs que la coréenne soit du même avis que lui puisqu'elle le rapprocha encore un peu plus d'elle en faisant pression sur sa nuque. Le jeune homme se retrouva ainsi à moitié allongé sur sa sœur... Lui qui avait déjà affreusement envie d'elle, cela n'arrangea en rien son cas. Dans la salle de bain, il s'était déjà montré faible en craquant à plusieurs reprises et il avait beau ne pas vouloir aller trop vite dans ce cas-ci, cela devenait de plus en plus difficile de résister. La situation n'était d'ailleurs pas vraiment faite pour aider. Se retrouver ici, dans sa chambre fermée et à l'abri des regards, couché sur ce lit avec sa plus horrible tentation à portée de main... ses lèvres contre les siennes et rien ne semblant réellement pouvoir les arrêter. Ce lit, ce n'était pas la première fois qu'ils s'y retrouvaient tous les deux ensemble. Oh non, ils l'avaient déjà partagé quelques années auparavant alors que les parents les pensaient chacun dans leur chambre respectif, dormant paisiblement. Seulement, en ce temps là, c'est en toute innocence que les deux jeunes gens désobéissaient, voulant simplement passer du temps entre frère et sœur. Aujourd'hui... c'était quelque peu différent. Non seulement ils venaient à peine d'avouer la réciprocité de leurs sentiments plus que fraternels mais en plus de ça, ils n'avaient plus douze ans. L'interdit n'avait jamais été aussi tentant qu'en ce moment même et le garde du corps avait beau se faire intérieurement violence pour se calmer, c'était en vain. C'était d'ailleurs sans compter sur sa sœur qui semblait vouloir le rendre fou et même si ça pouvait l'amuser un instant de rentrer dans son jeu, il y a un moment où ce n'était plus possible. Elle lui faisait complètement perdre la tête, lui qui avait toujours été quelqu'un de réfléchis, il ne tarderait pas à laisser ses pulsions le guider plus que sa raison. Malgré tout, il arrivait encore à faire fonctionner son pauvre cerveau pour taquiner son interlocutrice qui lui demandait si elle pourrait rester avec lui cette nuit. C'est bien tout le contraire de sa pensée qu'il affirma et il savait pertinemment qu'elle le devinerait. En réalité, il n'était pas question qu'elle bouge d'ici, pas avant demain et sur le coup il faut avouer qu'il se fichait pas mal des soupçons que pourraient avoir les parents. La coréenne dit alors qu'elle n'avait jamais vraiment été très sage et voilà bien un point que connaissait bien notre grand brun qui avait veillé sur elle durant les années où ils s'étaient rapprochés. Ce fut d'ailleurs à son plus grand regret qu'il se priva de continuer ces trois dernières années et il se demandait bien si la phrase qu'elle venait de prononcer concernait également cette période... après tout, elle avait souffert autant que lui et ce n'était pas irréaliste que de penser qu'elle avait pu se tourner vers la débauche bien qu'il lui fasse confiance. Mais il n'eut pas bien le temps de réfléchir plus en détail puisque la jeune femme prit à nouveau possession de ses lèvres, décrochant ainsi un sourire à son aîné. Elle était tout simplement magnifique et le fait qu'elle semblait le dévorer du regard ne fit que plus fondre le jeune homme alors qu'elle se mettait à jouer avec lui, le faisant languir et fuyant toutes ses tentatives de sceller une nouvelle fois leurs lèvres. Plus le temps passait et plus elle le rendait dingue, lui donnant envie de toujours plus, d'aller plus loin dans l'interdit. Et c'est avec amusement que Kyung Ae constata que la demoiselle céda la première, caressant alors la lèvre inférieure du plus vieux avec sa langue. Ce dernier commençait à avoir affreusement chaud et la chaleur de la pièce n'allait pas tarder à devenir insoutenable alors que le contact de leurs langues ne faisait que faire grandir le désir qu'il avait pour la jolie brune. Les battements de son cœur atteignaient progressivement une vitesse telle que sa poitrine semblait pouvoir exploser d'une minute à l'autre. Un frisson parcourut tout son corps lorsqu'il sentit les mains de sa sœur se glisser sous son t-shirt alors que lui se perdait à embrasser la moindre parcelle de peau que pouvait lui offrir son cou. Sa propre main ne tarda pas à quitter le drap qu'elle tenait pour venir s'aventurer sous le haut de l'étudiante, caressant doucement sa peau tout aussi brûlante que la sienne. Ça oui, il faisait chaud et ça n'allait certainement pas s'arranger entre leurs deux corps littéralement collés l'un à l'autre et le désir qui ne cessait d'augmenter. Désormais c'était clair, il allait craquer bien plus vite qu'il ne le souhaitait, il ne pouvait tout simplement pas se retenir et n'hésita pas à le faire savoir à sa sœur, plongeant son regard dans le sien en lui offrant un sourire joueur. « Alors ne te retiens pas. » cette sorte d'autorisation qu'elle lui donnait là ne fit qu'amplifier le sourire qui était déjà dessiné sur ses lèvres qu'il pinça sans quitter des yeux la coréenne alors qu'elle en prenait possession. Cet instant pourrait durer une éternité que jamais il ne s'en lasserait. Jynn, il voulait la garder pour lui tout seul pour le restant de ses jours. Il la désirait comme ce n'est pas permis, toute entière et ne la partagerait pour rien au monde. Il commençait à sérieusement perdre pied et à ce stade là, on pouvait dire sans trop craindre de se tromper que l'interdit serait franchis comme jamais il ne l'avait été et même si c'était effrayant dans un sens, le brun s'en contrefichait. Sa sœur avait un pouvoir tel sur lui qu'il ne pensait à plus rien d'autre qu'elle et elle seule ainsi que son désir de ne faire qu'un avec elle. Lorsque non pas une mais les deux mains de la jeune femme se faufilèrent sous son t-shirt pour parcourir lentement tout son dos avant d'être coincé par ses bras, il n'hésita pas une seule seconde à se laisser faire et aida même la coréenne à lui retirer ce bout de tissu inutile qui termina il ne sait où alors qu'il se perdait à nouveau dans le cou de sa cadette. « T'as maigri Kyung Ae. » hein ? Cette remarque arrêta brusquement le concerné qui se redressa légèrement pour regarder sa sœur, sourcils froncés et le regard interrogateur. Pourquoi est-ce qu'elle parlait de ça, soudainement ? À vrai dire, ça ne l'étonnerait pas que ses paroles soient véridiques après ces quelques mois où il était tombé plus bas que bas, ne mangeant plus énormément puisqu'il avait perdu l'appétit mais continuant pourtant à pratiquer du sport pour ne pas perdre sa forme. Mais dire ça dans de telles circonstances, c'était plutôt mal placé et pourtant, il ne pouvait pas en vouloir à la coréenne qui semblait totalement dépitée. Ce n'était pas vraiment le moment de repenser à la douleur qu'ils avaient subi durant tout ce temps mais comment faire autrement lorsque tous les facteurs sont réunis pour faire ressurgir les mauvais souvenirs ? Le jeune homme soupira alors, trouvant étrangement un nouvel intérêt pour l'oreiller qui était à côté. Mais il ne tarda pas à reporter son attention sur la jeune femme, caressant doucement ses côtes avec son pouce à l'aide de la main qui se trouvait toujours sous son haut. Le sourire triste qu'elle arborait provoqua chez lui un pincement au cœur et il eut mal de la voir si triste par sa faute, une fois encore. « Ne pense pas à ça... j'veux dire, on vient à peine de se retrouver alors, dis toi simplement que ce n'est plus qu'un mauvais souvenir. Hein ? » sa voix et se regard se voulaient le plus rassurant possible alors que lui-même faillit replonger dans les idées noires. Il prit alors les devants et scella leurs lèvres un nouvelle fois, ne voulant pas qu'elle subisse plus longtemps son regard dépité malgré l'envie de se montrer rassurant mais surtout, il voulait oublier tout comme il voulait qu'elle oublie. Ne serait-ce que pour ce soir. Sa seconde main vint rejoindre l'autre, exerçant à deux des caresses sur la peau tentatrice de la brune. Arrivant à son tour au maximum qu'il pouvait lever, il poussa sa sœur à se redresser légèrement pour lui retirer ce haut qui alla rapidement rejoindre le sien. Le coréen vint alors passer une main dans les cheveux de la plus jeune alors qu'il plongeait son regard dans ses yeux presque noirs. « Je t'aime, Jynn. » il avait dit ça sans vraiment y réfléchir, laissant tout simplement parler son cœur dont les battements s'étaient quelque peu calmé même si l'on pouvait clairement les sentir cogner contre sa poitrine. Il espérait sincèrement réussir à la rassurer. Même si ce n'était que provisoire, il l'espérait. Pour les prochaines fois, il serait toujours là pour ça également, refusant catégoriquement de laisser celle qu'il aime se plonger dans un gouffre de doute, de peur et de tristesse.

_________________

늘 시선집중 그녀와 함께 있는 난 So cool

© crédits tumblr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeonju-university.forumgratuit.org/t416-choikyungae-finis

❀Contenu sponsorisé;

MessageSujet: Re: ; escape is a solution but i miss u'   

Revenir en haut Aller en bas
 

; escape is a solution but i miss u'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
yeonju university :: 
SEOUL CITY.
 :: » gwanak-gu :: » les résidences :: » maison de choi kyung ae & choi jynn & choi yun ah
-
Sauter vers: